NousNeSommesPasSeuls :: Forum de discussions sur les thèmes de l'ufologie, le paranormal, les sciences, ...
NousNeSommesPasSeuls Index du Forum
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

 
Interview: 'Operação Prato'

 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    NousNeSommesPasSeuls Index du Forum -> ARCHIVES GÉNÉRALES -> ARCHIVES GLOBALES NNSPS -> Archives NNSPS -> DOSSIERS FORUM -> Traductions -> Généralités ufologiques
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Maya
Membre 17 étoiles
Membre 17 étoiles

Hors ligne

Inscrit le: 04 Avr 2005
Messages: 3 799
Sexe: Féminin
Localisation: Allemagne
Point(s): 0
Moyenne de points: 0,00

MessagePosté le: 29/02/2008 15:33:32
Interview: 'Operação Prato'[1]
24.01.2004


En 1998, la revue ufologique Magazin 2000plus (N°125 page 18 et n°126 page 16) publiait une entrevue extrêmement intéressante avec un certain colonel retraité du nom de Hollanda Lima. Il y parlait d'un projet ufologique des militaires brésiliens qui a eu lieu en 1977, la mission Operação Prato (traduit mot pour mot : "l'opération assiette").

Nous remercions vivement Mme Schlotterbeck, la directrice de publication, d'avoir mis ce matériel à notre disposition.

Ce n'est pas un hasard si le colonel Uyrangê Hollanda Lima a brisé le silence 20 ans plus tard. Hollanda a suivi de près la recherche ufologique brésilienne depuis la création de la revue UFO, il y a 12 ans. En 1985, 8 ans après l'Operação Prato, le magazine Ufologia Nacional & Internacional (magazine prédécesseur de UFO) recevait de la part d'un indicateur inconnu de l'armée de l'air brésilienne (la FAB) une série de photos prises dans la région amazonienne. Il sagissait de photos secrètes prises par des militaires et agents secrets lors de l'Operação Prato. Le matériel a été publié au risque d'entrainer de grâves conséquences pour le magazine. Bien entendu, cela a beaucoup déplu aux militaires qui avaient participé à cette mission, surtout au commandant premier du COMAR (le 1er Commandement Aérien Régional brésilien ) de Belém qui avait mis cette opération sur pieds et était responsable du secret (selon les ordres du gouvernement brésilien). On ne su jamais qui était l'indicateur ayant divulgué ces informations. La revue na donc pas été sanctionnée, n'a eu à subir que quelques appels téléphoniques menaçants.




Accueil formel


Les lecteurs de la revue UFO apprirent ainsi qu'une mission officielle d'enquête sur les OVNIs avait été menée dans la région amazonienne dans le plus grand secret par la FAB et que les militaires impliqués avaient vécus divers évènements qui prouvaient la réalité du phénomène OVNI et de son origine extraterrestre. Cela ne dérangeait nullement Hollanda qu'on rapporte ces faits car il pensait qu'il était important que tous soient au courant. A cette époque, Hollanda (à l'époque capitaine) suivait chaque fait relaté par la revue UFO et était persuadé de son sérieux. En 1988, UFO contacta Hollanda qui travaillait pour le COMAR, celui-ci reçu l'équipe de journalistes d'une manière formelle, mais ouverte. Il ne pouvait divulguer à l'époque, les informations souhaitées, c'est pourquoi la revue tenta une nouvelle foisde le contacter en 1990, alors que l'officier se trouvait au seuil de la retraite. Mais à part quelques échanges d'idées, il n'y eu pas d'informations concrètes.




Le bon moment


C'est seulement en été 1997, lorsque quelques membres de l'équipe UFO firent une apparition à la télévision, dans l'émission Fantástico (il sagissait d'un reportage traitant du silence imposé par le gouvernement au sujet des OVNIs) que Hollanda a pensé qu'il était temps de briser le silence. Le lundi suivant, il appelait la revue UFO afin de se mettre à la disposition des journalistes. "Beaucoup de temps est passé depuis l'Operação Prato, le moment est maintenant venu d'en parler!" Quand on lui demanda, inquiet quand même, s'il ne craignait pas des représailles, il a répondu:"je suis à part maintenant, j'ai quitté l'armée de l'air et j'y ai fait mon travail. Que peuvent-ils me faire? Me jeter en prison? Je doute qu'ils en arrivent jusque là!"
Hollanda fut donc interviewé à Cabo Frio par Luiz Petry, le producteur de l'émission Fantástico et par Bia Cardoso, journaliste de la Manchete, l'un des magazines brésiliens les plus connus.

C'est ainsi que le public en appris beaucoup sur la mission Operação Prato. Ce que Hollanda déclara était sensationnel. Durant les 4 mois qu'ont duré cette mission, il n'a pas seulement eu la possibilité d'en apprendre plus encore, il a également observé de près des dizaines de fois de grands objets volants non identifiés. Hollanda se souvient d'instants de frayeur vécus dans la forêt vierge lorsqu'un immense OVNI s'est approché à moins de 100 m de lui.

Dans un entretien qu'il avait eu avec le Prof . A. J. Gevaerd, correspondant du MAGAZIN 2000plus, Hollanda déclarait publiquement :" Gevaerd, l'Operação Prato avait pour but de démystifier le phénomène en Amazonie. J'ai débuté ce projet en étant trés sceptique. mais après quelques semaines, lorsque les OVNIs sont arrivés littéralement de tous les côtés, grands comme petits, j'ai bien du me rendre à l'évidence, je n'avais plus aucun doute."
Le colonel Hollanda devint conseiller de la revue UFO et promis de participer aux rencontres ufologiques mondiales à Brasilia, en décembre 1997. Il n'en a malheureusement pas eu l'occasion, le 2 octobre 1997, le colonel Hollanda fut retrouvé mort dans sa maison. Bien que la cause officielle du décès soit le suicide, tout laisse à penser qu'il sagit d'un meurtre. Deux membres de sa famille ont depuis disparu sans laisser de traces, ainsi que de nombreux documents originaux que le colonel avait en sa possession. Quelqu'un voulait-il empêcher le courageux officier d'en dévoiler encore plus?
Une chose est certaine en tout cas : l'Operação Prato est un fait et personne ne peut nier l'authenticité des documents et témoignages publiés. L'entrevue avec le colonel Hollanda nous apporte l'une des plus spectaculaire révélation de ce siècle sur le phénomène OVNI.




Interview



Magazin 2000plus : Colonel, vous êtes le premier officier brésilien à s'adresser au grand public à ce sujet. Pourquoi?

Colonel Hollanda : Lorsque cette opération a eu lieu en 1977, beaucoup d'ufologues sont venus me voir ainsi que la presse. Je ne pouvais pas parler à l'époque car j'avais des engagements militaires vis à vis de mes supérieurs. J'avais rempli une mission et je ne devais rien dévoiler.
Après 4 mois, la mission Operação Prato a été interrompue par l'armée de l'air. Le commandant était satisfait des résultats obtenus et, à l'époque, je n'avais pas à juger si c'était une bonne ou une mauvaise décision.

Magazin 2000plus : Vous avez donc évité tout ce temps de parler de l'Operação Prato ?´

Colonel Hollanda : Je n'avais pas le droit d'en parler et je n'en avais pas envie non plus. J'ai discuté avec quelques ufologues, entre autre avec le général Uchôa, qui faisait aussi partie de l'armée de l'air et qui a écrit plusieurs ouvrages sur le sujet, cela en est resté lá. Le ministère de l'armée de l'air exigeait notre silence et en parler sans autorisation aurait entrainé de grâves conséquences pour notre carrière. Je n'avais aucune autorisation, ni celle de mon commandant, ni celle du ministère. Si j'avais parlé en tant qu'officier, un retrait officiel de mon poste aurait été effectué de la part de l'armée de l'air brésilienne. Cependant, je suis resté en contact avec plusieurs ufologues de différents pays après l'Operação Prato.
Aujourd'hui, je pense différement, c'est à dire que je pense qu'il est temps d'en parler et que ce sujet devrait être publié. Et sincèrement, je vais avoir 60 ans, je pourrais mourir subitement et je ne veux pas que ces évènements sombrent dans l'oubli.

Magazin 2000plus : Quand tout cela a-t-il commencé? Quand avez-vous développé cet intérêt pour l'ufologie? Est-ce-que c'était avant l'Operação Prato ?

Colonel Hollanda : J'avais 12 ans en 1952 et je me tenais à la fenêtre de notre maison à Belèm lorsqu'un grand objet est apparu et a attiré mon attention. Quelques lumières intenses planaient sur la ville. Le lendemain, le journal relatait les faits et mentionnait que ces lumières s'étaient positionnées au dessus d'une piscine où une compétition de natation avait lieu et que tous les participants les avaient vues. C'est à cette époque que j'ai commencé à m'intéresser à ces choses là, c'est à dire, très tôt, bien avant ma carrière militaire et l'Operação Prato. J'ai toujours cru en une vie extraterrestre et qu'ils nous observent.

Magazin 2000plus : Est -ce pour cette raison que vous vous êtes engagé dans l'armée de l'air?

Colonel Hollanda : Non. J'ai toujours eu une grande passion pour les transports aériens et la vie de militaire. En tant que pilote de la FAB, j'ai été nommé chef d'intendance. J'étais responsable du service administratif et des finances du commando auquel j'appartenais. J'étais également chef des services des renseignements de mon commando. Cette fonction était classée secret d'Etat. Une de mes tâches était la lutte contre les mouvements clandestins qui ont vu le jour après la révolution de 1964. Nous luttions contre les terroristes du parti communiste qui tentaient d'étendre leur mouvement sur tout le pays.

Magazin 2000plus : Vous avez également été chef de section pour des opérations en forêt vierge lors de votre carrière militaire. Vous avez sûrement beaucoup à raconter à ce sujet....

Colonel Hollanda : Oui, la FAB avait le projet de créer une série de frontières. Cette idée venait d'un militaire particulièrement intelligent du nom de Camarão (João Camarão Teles Ribeiro) qui connaissait très bien la région amazonienne. Il voulait installer des postes à chaque frontière, des pistes d'atterrissage tous les 200 km, situées près des missions religieuses et des centres d'aide pour les indiens de la région. la FAB devait soutenir ce projet, j'y ai participé en tant que para.

Magazin 2000plus : Aviez-vous des contacts avec les indiens?

Colonel Hollanda : Il y a beaucoup de tribus indiennes, certaines étaient un peu plus civilisées, d'autres pas. Nous avons été en contact avec elles au cours de quelques missions. Les interventions de Parasar (Parachute Search and Rescue) ont été trés utiles, j'étais responsable, en tant que para, des missions de sauvetage en forêt vierge.

Magazin 2000plus : Avez-vous eu l'occasion d'apprendre quelque chose au sujet de découvertes archéologiques dans cette région entourée de mytère?

Colonel Hollanda : Oui, quelques camarades ont découvert des structures étranges. Un de mes amis qui survolait la forêt vierge a vu une forme pyramidale recouverte de végétation. C'est comme si une civilisation très ancienne avait vécu dans cette région. Il sagissait sans aucun doute d'une pyramide, recouverte de végétation, formant un angle parfait avec le fleuve Amazone. Cela se trouvait dans les environs de Rio Jaguari.

Magazin 2000plus : Aviez-vous connaissance de projets d'études sur les OVNIs de la part de la FAB avant l'Operação Prato ?

Colonel Hollanda : Non. mon travail se bornait à la sécurité de l'Etat et non pas á m'occuper d'OVNIs et d'extraterrestres. Mais j'avais déjà entendu parler d'étranges rencontres dans la forêt amazonienne.

Magazin 2000plus : Est-ce-qu'on considérait les OVNIs comme une menace?

Colonel Hollanda : Non, les OVNIs étaient considérés comme un phénomène douteux. Quelques officiers - peut-être même la majorité- ne voyaient que des faits non prouvés et blaguaient à ce sujet. Ils se moquaient même de l'opération en disant qu'elle n'avait lieu que parce que le premier commandant du COMAR, Protásio Lopes de Oliveira, croyait aux OVNIs.

Magazin 2000plus : Comment est née l'idée pour l'Operação Prato ? Etait-ce l'idée du commandant ou celle du gouvernement?

Colonel Hollanda : Je n'étais pas à Belém à l'époque. Je participais à un cours de formation à Brasilia. Lorsque je suis revenu, le chef de la deuxième section du COMAR, le colonel Camilo Ferraz de Barros, m'a demandé si je croyais aux "disques volants". J'ai été très surpris par cette question, je ne savais pas qu'une enquête de ce gentre existait. J'ai répondu "oui" et il m'a dit :"Nous allons donc vous confier ce cas" et il m'a donné un dossier contenant le matériel disponible. C'est ainsi que l'opération a débuté. J'ai été engagé bien qu'elle n'ait pas encore de nom.

Magazin 2000plus : D'où est venue l'idée d'appeler cette misision "Operação Prato" ?

Colonel Hollanda : Cette idée est la mienne. Je l'ai appelée ainsi car le Brésil est le seul pays où les OVNIs sont appelés "Disques volants". En France on dit "soucoupe volante", au Portugal "assiettes volantes", tout comme en Espagne "platillo volador" (Platillo signifie "assiette"). En Russie aussi, on parle toujours d'assiettes jamais de "disques" comme au Brésil. Puisque certaines opérations sont nommées par des codes se référant à certains conflits, je n'ai pas voulu faire exception. C'est pourquoi je n'ai pas nommé le projet "projet disque volant" mais "projet assiette" , une sorte de camouflage.

Magazin 2000plus : Vous avez donc reçu le matériel disponible de la part de votre chef. Il y avait donc déjà eu des enquêtes de menées?

Colonel Hollanda : Oui, lorsque je suis revenu de Brasilia, il y avait déjà des agents chargés d'enquêter sur certains cas, car il y avait beaucoup d'observations dans la région de Corales, sur une île de Vigia in Pará. Le préfet de la ville a envoyé un message au commandant du COMAR dans lequel il disait que les OVNIs dérangeaient les pêcheurs. Certains d'entre eux ne pouvaient plus travailler car les objets les survolaient continuellement. Quelquefois, les OVNIs plongeaient dans la mer ou le fleuve, tout près des bateaux. Les habitants des environs ne pouvaient plus dormir, ils allumaient des feux et lançaient des feux d'artifice afin d'éloigner les envahisseurs. A cause de cette peur qui s'étendait sur la population, le préfet demandait une enquête de la part de la COMAR, afin que ces cas soient examinés.

Magazin 2000plus : Y avait-il à cette époque une participation ou bien des instructions de Brasilia?

Colonel Hollanda : Je n'ai pas pris part aux discussions. J'étais seulement un officier qui recevait des ordres. Je n'ai donc pas participé à la décision initiale de ce projet et je ne sais pas non plus quelles décisions ont été prises. Je sais seulement que la décision est venue du COMAR, je ne sais pas si Brasilia était mêlée à tout cela.

Magazin 2000plus : Comment avez-vous structuré l'Operação Prato : combien de sections, combien de personnes, combien de missions y avait-il ?

Colonel Hollanda : Nous étions une équipe dont j'étais le chef. Nous avions 5 agents, tous des sous-officiers venant de deux sections différentes du COMAR. En outre, nous avions un grand nombre d'informants, ces personnes vivaient dans les régions où les lumières étaient observées. Quelquefois, je séparais l'équipe afin de surveiller des endroits différents de la forêt en même temps, mais nous étions toujours en contact radio.

Magazin 2000plus : Quel était le rôle premier de l'Operação Prato ? Observer les disques volants, les photographier, prendre contact avec eux?

Colonel Hollanda : Je cherchais avant tout des preuves. Je voulais éclaircir ce mystère car tous parlaient d'objets et de lumières, ils leurs donnaient même des noms comme par exemple "Chupa-chupa". La FAB devait absolument savoir ce qui se passait puisque cela se trouvait dans notre secteur aérien. Nous étions donc responsables des enquêtes et je voulais une preuve sur ces évènements.

Magazin 2000plus : Pourquoi la population appelait-elle ces lumières Chupa-Chupa ? ("Chupa" vient de "chupar" = aspirer)

Colonel Hollanda : Il y a eu quelques témoignages de personnes qui ont été atteintes par un rayon lumineux. Elles affirmaient que du sang leur avait été sucé. Et effectivement, nous avons enquêté et constaté que dans certains cas, les femmes avaient deux marques curieuses sur la poitrine, deux trous, comme des traces de piqqûre et autour de ces trous, une tâche brune, comme une brûlure ou une coloration. Les personnes pensaient que ces lumières leur suçaient le sang, c'est pourquoi elles ont été nommées Chupa-chupa. Les témoignages étaient toujours les mêmes. Une lumière surgissait de nulle part, les poursuivait et les atteignait d'un rayon : sur le sein gauche pour les femmes, sur le bras ou la jambe gauche pour les hommes. Les femmes étaient plus fréquement touchées, sur 10 cas, 8 concernaient des femmes.

Magazin 2000plus : Avez-vous documenté ces marques?

Colonel Hollanda : Oui, ces personnes ont toutes été examinées par des médecins qui nous accompagnaient. Sincèrement, je me suis retrouvé mêlé à cette histoire comme l'avocat du Diable. Mon objectif était de démystifier ces histoires et d'annoncer à mon commandant qu'il n'y avait rien d'inhabituel, qu'il sagissait d'hallucinations collectives, il était pour moi impensable que des extraterrestres soient mêlés à cela.

Magazin 2000plus : A cette époque, a qui avez-vous pensé au sujet de ces attaques sur les témoins?

Colonel Hollanda : Je n'en avais aucune idée, je me disais que peut-être la lune avait reflèté sur les plumes d'une chouette ou autre explication naturelle. Je croyais aux extraterrestres mais je ne croyais pas au fait que les gens puissent les voir. Je me suis donc rendu sur les lieux afin de vérifier. Après deux mois de mission, j'ai rapporté à mon commandant que nous n'avions rien découvert. Les deux premiers mois de l'Operação Prato je n'avais rien constaté qui aurait pu me faire changer d'avis. Je passais quelquefois une semaine dans la forêt vierge avec mes hommes, nous revenions le dimanche afin de passer un peu de temps avec nos familles. A mon retour, le commandant me demandait :"As-tu vu quelque chose?" et je répondais toujours : "J'ai vu des lumières bizarres, trés loin, mais rien d'extraterrestre!" Il est vrai qu'au départ nous avons vu quelques lumières qui clignotaient et volaient parfois très bas, mais rien de spectaculaire.

Magazin 2000plus : Cela se déroulait la nuit, quelles étaient vos activités durant la journée?

Colonel Hollanda : Nous étions très occupés, nous allions questionner les gens qui avaient eu des expériences, nous préparions les endroits où nous allions camper pour la nuit, nous cherchions des endroits favorables afin d'y poster des hommes pour surveiller les alentours. Lorsque nous apprenions que quelque chose d'inhabituel s'était déroulé, nous nous rendions sur les lieux, nous enquêtions, nous discutions avec les témoins et nous remplissions les formulaires pour le rapport.

Magazin 2000plus : Comment avez-vous procédé pour la classification de ces informations ?

Colonel Hollanda : Nous avons registré le nom des personnes ayant vécu une expérience, la dâte, l'heure exacte, le lieu, etc. Nous faisions une description détaillée pour chaque cas. Lorsque trois témoins observaient le même phénomène, par exemple, nous interrogions les trois personnes de façon minutieuse. Certains témoignages étaient communs, d'autres par compte, pour le moins étranges. Quelquefois, nous recevions des informations qui ne pouvaient être prouvées, comme pas exemple la dématérialisation de murs ou de toîts.

Magazin 2000plus : Comment ça? Pouvez-vous nous en dire plus?

Colonel Hollanda : Oui. La première femme attaquée par des chupa-chupa que j'ai questionné à Corales m'a raconté des choses étranges. J'ai vu qu'elle avait effectivement deux marques sur le sein gauche, elles étaient marron, ressemblaient à des brûlures et avaient deux petits trous au milieu. Cette femme nous a raconté qu'elle était allongée dans son hamac et qu'elle berçait son enfant pour l'endormir quand soudain, la température de la pièce a changé, elle a trouvé cela bizarre mais était loin d'imaginer ce qu'elle allait vivre. D'un coup, les tuiles du toît ont changé de couleur, elles sont devenues rouges ardentes, comme des flammes et puis, transparentes, elle pouvait voir le ciel á travers le toît. C'était comme si les tuiles s'étaient transformées en verre, elle pouvait voir le ciel et les étoiles!

Magazin 2000plus : Y a-t-il eu d'autres témoignages de ce genre lors de l'Operação Prato ?

Colonel Hollanda : Oui, beaucoup, et cela m'a vraiment effrayé car je n'avais encore jamais entendu parler de ces choses-là. J'étais de plus en plus excité et curieux. Ces personnes semblaient être honnêtes. Une femme par exemple, a vu une lumière verte éclatante dans le ciel. Elle s'est sentie d'un coup très fatiguée jusqu'à ce qu'un rayon rouge vienne la frapper sur le sein gauche. Il est étrange que les personnes soient toujours touchées à la gauche. Alors que nous étions en train de discuter, une fille est accourue en s'exclamant :"Regardez vite! Il sont revenus!", je me suis précipité hors de la maison juste pour voir un rayon rouge frapper cette fille. Ce rayon venait d'une lumière dans le ciel, ce jour-là, très nuageux, elle évoluait lentement, clignotait toutes les secondes et a ensuite disparu vers le nord. Cela ressemblait presque à un satellite, sauf que cette lumière a décrit un virage afin de se diriger vers nous, et les satellites ne font pas ce genre de manoeuvre. Mais, je ne pouvais affirmer qu'il sagissaitd'un vaisseau extraterrestre et mon objectif n'était pas de décrire tout ce que je voyais comme "disque volant".

Magazin 2000plus : Avez-vous utilisé du matériel radar lors de vos enquêtes ?

Colonel Hollanda : Non, les aéroports alentours ont tous des radars mais nous n'en avions pas.

Magazin 2000plus : Est-ce que les attaques sur les civils ont été communiquées à certains membres du gouvernement?

Colonel Hollanda : Oui, bien sur! Le gouvernement a même envoyé des médecins de Pará. Ils ont examiné les brûlures, et ont noté les témoignages des patients, mais rien de plus. Certaines victimes se sont remises assez vite, d'autres, au contraire, étaient en état de choc et cela sur une période assez longue. Certaines personnes rapportaient s'être senties mal durant plusieurs jours après leurs observations, avaient souffert de nausées et d'une grande fatigue. Un témoin m'a rapporté avoir vu une lumière près de sa maison et qu'un rayon l'avait touché. Cet homme a tellement été effrayé qu'il s'est précipité dans sa maison , a saisi son fusil et a visé la lumière. Un autre rayon l'a frappé, plus brusquement que le premier, lui a même fait perdre l'équilibre. Le pauvre a eu des problèmes de santé durant deux semaines, il s'est retrouvé comme paralysé, dans l'incapacité de faire le moindre mouvement. Heureusement, cette paralsie a disparu peu à peu au bout de deux semaines et il n'a pas eu d'autres séquelles. Je crois que les autorités locales étaient au courant, mais je n'ai aucune preuve.

Magazin 2000plus : Donc, au début de l'Operação Prato, vous rassembliez déjà ce genre de témoignages. Quand avez-vous été vous même confronté à des OVNIs dans cette région?

Colonel Hollanda : Une nuit, alors que notre équipe menait une enquête, à la suite de plusieurs témoignages rapportant des observations à cet endroit, à Baía do Sol, sur la Ilha do Mosqueiro. Lorsque nous avons commencé notre enquête, nous avons vu plusieurs lumières. Un des hommes m'a demandé :"Alors? Vous y croyez enfin?" J'ai répondu que non, que j'avais besoin de beaucoup plus de preuves pour croire qu'il sagissait de disques volants. Je n'avais pas vu de vaisseaux jusque là. Je ne voyais là que des lumières et cela ne me satisfaisait pas.

Magazin 2000plus : Que s'est-il passé ensuite?

Colonel Hollanda : Les hommes en avaient vu plus que moi et évidement, ils y croyaient. Ils me demandaient souvent :" Mais comment pouvez vous ne pas y croire?" L'un des hommes, le sous-officier Flávio, m'a dit cette nuit-là en blaguant que je resterais sceptique le temps qu'une de ces choses ne me serait pas passée sur la tête et il ajouta en riant "j'aimerais bien voir votre tête le jour où cela arrivera et que ce vaisseau vous touchera d'un rayon!". J'ai rétorqué, en blaguant également, que si cela devait arriver, il faudrait vraiment que ce soit un grand vaisseau pour que j'y croie. J'aurais du me mordre la langue! Nous venions de blaguer ainsi lorsqu'une chose tout à fait inattendue survint. Une lumière apparu, venant du nord, et s'est dirigée droit sur nous. Elle s'est approchée, s'est immobilisée un instant puis a décrit un cercle juste au dessus de l'équipe avant de disparaître. J'étais impressionné. J'avais demandé à voir et cette lumière était apparue soudainement. Les hommes ne se sont pas gênés pour se moquer ensuite en me demandant :"Et maintenant? Vous y croyez!!"

Magazin 2000plus : Quand cela s'est-il passé?

Colonel Hollanda : En novembre 1977. L'objet avait une lumière ressemblant à la flamme d'un chalumeau. Quand j'étais petit garçon, j'ai souvent entendu parler d'objets qu'on ne pouvait regarder tant ils éblouissaient. Et c'est une chose semblable que j'ai vu cette nuit là avec mon équipe : une lumière bleue très claire et de forte intensité. Je n'ai pu voir la forme de l'OVNI, seulement sa lumière.

Magazin 2000plus : Avez-vous photographié cet objet?

Colonel Hollanda : Nous avons tout photographié, tout ce que nous avons vu, mais, durant deux mois, nous avons été très déçus car il n'y avait absolument rien à voir sur les photos. Nous avons photographié et, que ce soit sur les négatifs, comme sur les photos, il n'y avait rien à voir. Un jour, je me suis mis en colère, cela m'irritait de ne rien déceler sur les clichés alors que nous nous donnions tant de mal à photographier. J'ai de nouveau étudié minutieusement les négatifs, comme je l'avais déjà fait tant de fois, mais à la lumière d'une lanterne dont nous nous servions de nuit pour les missions. Et j'ai eu de la chance!

Magazin 2000plus : Que s'est-il passé?

Colonel Hollanda : La lanterne diffusait une forte lumière d'un côté, sur l'autre côté, il y avait une sorte de couvercle rouge, ce qui nous servait à faire des signaux durant nos missions de nuit. En retirant ce couvercle de platique rouge transparent (comme le feu arrière d'une voiture), on avait un verre épais opale. Je me suis souvenu des médecins qui regardaient les radiographies sur ce genre de panneau de verre éclairé de l'intérieur, j'ai donc posé les négatifs sur cette paroi éclairée et j'ai pu déceler un point que je n'avais pas vu avant. Je n'avais pas cherché à voir des objets sur les photos, mais des lumières, puisque c'étaient des lumières que nous avions vu. Etrangement, il n'y avait aucune trace de ces lumières sur les photos, mais celle d'un objet, dans ce cas, un cylindre qui apparaissait sur presque tous les clichés. Je ne sais pourquoi il en était ainsi, si cela avait un rapport avec la fréquence de la lumière, mais nous pouvions conclure que l'objet que nous avions vu était cylindrique.

Magazin 2000plus : Avez-vous photographié beaucoup d'OVNIs ?

Colonel Hollanda : Et comment ! plus de 500 ! Nous avions une caisse pleine de rouleaux de films et de négatifs. Et sur ce matériel, il n'y avait que des OVNIs et des sondes à voir. J'avais ces négatifs deux mois durant sous les yeux et je n'avais rien vu ! Lorsque j'ai fait cette découverte, nous avons examiné tous les clichés pris avant cette nuit là et nous avons vu des choses fantastiques. Nous avons ensuite tout envoyé au laboratoire du GOMAR et nous avons ainsi obtenu de magnifiques agrandissements de vaisseaux et de sondes.

Magazin 2000plus : Avez-vous pris de nouvelles photos après cette découverte?

Colonel Hollanda : Oui, avec l'aide de mon ami Milton Mendonça qui est décédé depuis. Il travaillait pour le TV Liberal de Belém et s'y connaissait très bien en photographie. Je lui ai demandé de l'aide avec l'accord de mon commandant (en lui expliquant que nous avions des problèmes avec les photos), car j'avais confiance en lui et je savais qu'il n'en parlerait à personne. Il nous accompagnait lors des missions et nous aidait. Il nous a appris également à utiliser correctement certaines pellicules à infrarouge, ultraviolet, etc. Nous avons demandé à Brasilia de nous fournir ce matériel et il nous fut envoyé. Nous avons ainsi obtenu de meilleurs résultats. Nous pouvions photographier d'immenses objets, plus grands encore que ce que nous avions rêvé.

Magazin 2000plus : Quelle forme avaient les objets observés en général ?

Colonel Hollanda : Au début de l'Operação Prato, nous avons vu les objets dont tout le monde parlait : des sondes et des lumières clignotantes. Nous avons discuté avec un prêtre américain, Alfredo de La Ó (décédé également) qui nous a décrit ces objets. Il travaillait à Corales et parlait d'une sonde qu'il avait vu plusieurs fois. Il disait qu'elle avait à peu près la taille d'une barrique de 200 litres. Cette sonde volait irrégulièrement et n'avait pas de diraction définie, elle se balançait dans le ciel en envoyant des rayons lumineux vers le sol. Quelquefois, elle se déplaçait d'un endroit à un autre accompagnée d'autres objets. Et un jour, une telle sonde est venue dans notre direction...

Magazin 2000plus : Avez-vous remarqué des interactions entre vos activités et le phénomène ?

Colonel Hollanda : Cette question est très intéressante parce que, effectivement, c'etait pour le moins étrange. ILs -peu importe de quelle origine ils soeint- montraient qu'ils savaient où nous nous trouvions et ce que nous faisions. C'était comme s'ils nous cherchaient car à chaque fois, au moment où nous nous y attendions le moins , ils arrivaient et se positionnaient juste au dessus de nous. Après un mois environ, ces sondes venaient toujours vers nous et lorsque nous changions d'endroit, elles y venaient aussi. Elles nous accompagnaient presque tout le temps.

Magazin 2000plus : Cela veut dire en quelque sorte que les OVNIs étaient intéressés par l'Operação Prato ?

Colonel Hollanda : Ils savaient en tout cas ce que nous faisions. Il s'est passé quelque chose d'inhabituel à Baía do Sol par exemple: à cette époque de l'année, il y avait encore beaucoup de monde sur les plages tard le soir, quelquefois, plus de cent mille personnes. Cependant, un soir où nous nous trouvions sur la plage, la sonde est venue vers nous bien que nous nous soyions éloignés dans un coin sombre et déserté. Pourquoi venaient-elles vers nous alors qu'il y avait tant de monde sur la plage?

Magazin 2000plus : Quel a été votre comportement après votre première "grande" observation d'OVNI ?

Colonel Hollanda : Je n'ai pas dit que ce cas était une "grande" observation, mais il a été important pour moi. Nous sommes retournés à la base le lendemain matin. J'ai annoncé à mon commandant que quelque chose d'inhabituel s'était déroulé pour la première fois.

Magazin 2000plus : Avez-vous remarqué des réactions physiques sur vous après ces observations ?

Colonel Hollanda : Sur le moment, non, mais par la suite, nous avons remarqué que nous avions tous des problèmes de vue. Avec le temps, notre vue a encore baissé et nous avons du porter des lunettes. Mais cela s'est passé après les nombreuses observations que nous avons fait.

Magazin 2000plus : Colonel, après une observation importante, avez-vous également fait un rapport et passé une visite médicale?

Colonel Hollanda : Nous avons fait un rapport détaillé sur toutes les observations, les notres y compris : l'endroit, la dâte et l'heure, les coordonnées géographiques, nous avons reporté l'observation sur une carte de la région, etc. Tout a été mentionné dans les détails. Cependant, nous n'avons jamais passé de visite médicale puisque nous ne souffions d'aucun symptome et que nous n'avions aucun problème.

Magazin 2000plus : Quelle a été la réaction de votre commandant quand vous lui avez rapporté que quelque chose d'inhabituel s'était déroulé?

Colonel Hollanda : Il était satisfait et heureux. Cela semblait le réjouir.

Magazin 2000plus : De quoi vous souvenez-vous encore?

Colonel Hollanda : Baía do Sol était un endroit propice pour les observations et nous nous y rendions régulièrement. Nous avions des amis au SNI (service d'information) qui n'avaient rien à voir avec l'Operação Prato mais qui nous ont accompagné lors de quelques missions. Les journaux locaux publiaient de temps en temps quelques articles sur les observations et les gens de Belém en parlaient.. A part le COMAR, mon ex-femme (décédée maintenant) et mon frère personne d'autre n'était au courant de mes activités. Mon ex- femme et mon frère ont gardé le silence et ne me demandaient jamais de détails.

Magazin 2000plus : Est-ce que la population de Belém savait que la FAB menait un tel projet?

Colonel Hollanda : Non, mais les gens savaient que l'armée de l'air était présente et surveillait. Certaines personnes se doutaient mais ne connaissaient ni le nom, ni les résultats de l'opération.

Magazin 2000plus : Est-ce que le SNI participait au projet?

Colonel Hollanda : Non, les agents voulaient seulement voir des "trucs volants". Ils savaient que nous menions une mission, mais rien de plus. Ces personnes étaient des amis, ils étaient curieux et comme nous avions confiance, ils nous accompagnaient dans les endroits où le plus d'OVNIs étaient observés.
Nous sommes arrivés un jour à Baía do Sol vers 18 h. Nous avions installé notre matériel et nous attendions de voir ce qui allait se passer. Ce soir là, je devais malheureusement repartir à 20 h, pour des raisons privées.
Vers 18h30, trois lumières en formation sont apparues dans le ciel et ont foncé à très grande vitesse dans notre direction. Je m'y connais en aéronautique et je sais qu'une telle vitesse est impossible à atteindre pour n'importe quel avion. Ces point lumineux venaient de l'ouest et se dirigeaient vers l'est. A 19h, deux autres objets étranges sont apparus, ils évoluaient l'un derrière l'autre du nord vers le sud et ils clignotaient. Les gens du SNI n'étaient pas là, bien que nous nous soyions donné rendez-vous à 18h, nous les attendions. Lorsque nous avons commencé à démonter le matériel, ils sont enfin arrivés et nous ont demandé si'il s'était passé quelque chose. J'ai répondu qu'ils avaient une heure de retard et leur ai demandé, en blaguant, s'ils croyaient que les OVNIs passaient toutes les heures, comme les tramways, lorsqu'ils m'ont demandé quand le prochain objet allait repasser. Je leur ai conseillé de rester sur place toute la nuit, qu'ils verraient peut-être quelque chose. A ce moment là, l'un deux s'est écrié en montrant le ciel :"Regardez là haut!" : un grand objet, un disque noir, était stationnaire à environ 160 m au dessus de nous. Nous en tremblions tous!

Magazin 2000plus : C'est une expérience fantastique ! Est-ce que l'objet avait des lumières et est ce qu'il était silencieux?

Colonel Hollanda : Il est resté immobile un certain temps et avait une lumière jaune pâle au milieu. Le bruit qu'il faisait ressemblait à celui d'un climatiseur. Cette chose était imposante, environ 30 m de diamètre. Alors qu'il se tenait là, immobile, au dessus de nous, il a projeté un rayon jaune éblouissant vers le sol, cinq fois de suite.

Magazin 2000plus : quelle a été la réaction des gens du SNI ?
Colonel Hollanda : Il n'y avait pas que les gens du SNI qui étaient surpris, nous l'étions tous! Moi même, je n'avais jamais vu pareille chose bien que je sois depuis deux mois sur cette mission. Un vaisseau de cette forme ne nous était jamais apparu, nous étions tellement surpris que nous n'avons même pas pensé a utiliser le matériel pour le filmer. Nous n'aurions pas eu le temps de toute façon puisque le matériel était rangé dans les caisses, j'étais sur le point de repartir. Nous ne pouvions que regarder cette chose, effrayés, éclairant le sol de sa lumière jaune.

Magazin 2000plus : On croirait presque qu'ILs voulaient faire une démonstration !

Colonel Hollanda : Oui ! L'OVNI clignotait, toutes les deux secondes. La lumière s'allumait puis s'éteignait, s'allumait, s'éteignait... C'était une lumière pulsante, pas comme un éclair, elle s'intensifiait pour perdre ensuite de son intensité. Nous n'étions pas rassurés, il faisait nuit et l'endroit était déserté, personne ne savait où nous étions.

Magazin 2000plus : Y a t-il eu à un moment donné des autorités du gouvernement qui ont pris par à l'opération?

Colonel Hollanda : Non, mais je sais que quelque chose a filtré au sujet de l'opération et a été dévoilé au public. Des reporters du journal O Estado do Pará nous suivaient, ils étaient présents à l'endroit même où nous campions et nous observaient. Ils ont même été témoins d'une observation tellement étrange et impressionante qu'ils ne sont plus jamais revenus ! Les journalistes ont vu une lumière volant à basse altitude se diriger vers nous, ils se sont précipités dans leur véhicule et ont roulé droit vers cette lumière ! Celle-ci est arrivée directement sur eux et les a éclairés. Comme nous l'avons appris par la suite, le toît de la voiture est devenu transparent comme s'il avait été de verre, puis l'objet a fait quelques manoeuvres au dessus d'eux comme s'il avait pris la pause pour se faire photographier. Les photos ont été publiées sur une page entière et étaient incroyablement bonnes. Après avoir eu une telle frayeur, les témoins se sont sauvés, certains ont été pris de vomissements et ils ont été sous le choc durant un certain temps. Pinon, le pilote de l'aéroclub de Belém pourra vous en dire plus à ce sujet.

Magazin 2000plus : Après avoir vécu autant de choses et avoir mis votre chef au courant, ne lui avez-vous pas demandé d'informer la population?

Colonel Hollanda : Non, il n'en était pas question. Nous savions que la population ne devait rien apprendre à ce sujet. Ce sujet était tabou. Ma mission consistait à réunir les preuves et de les communiquer au commandant, tout cela était secret. Nous documentions, filmions les OVNIs quand c'était possible et nous remettions le matériel au COMAR, qui était responsable de ce qui se passait ensuite.

Magazin 2000plus : Savez-vous ce qu'il est advenu de ce matériel?

Colonel Hollanda : Les rapports complets étaient classés et envoyés au commandant qui envoyait ceux-ci au COMAR qui les archivait dans une pièce spéciale. Ensuite, quelques rapports sont partis pour Brasilia. Je sais que la réaction des personnes haut placées a plutôt été sceptique, certains collègues blaguaient même à ce sujet.

Magazin 2000plus : Saviez-vous que la FAB, dix ans auparavant, en 1969, avait mené une opération de ce genre? Elle s'appelait "Objets Volants Non Identifiés".

Colonel Hollanda : J'étais lieutenant à la base aérienne de Belém en 1969 et nous avions reçu à l'époque quelques brochures à ce sujet. Il était demandé que les officiers ayant un intérêt pour le phénoméne OVNI viennent y travailler volontairement afin d'étudier des rapports. C'est tout. Ensuite, on n'en a plus entendu parler.

Magazin 2000plus : Ya t-il eu une participation de la part de l'armée américaine à l'Operação Prato et vous a t-on demandé des détails ou des informations sur vos activités?

Colonel Hollanda : Non que je sache. Et si cela avait été le cas, cela se serait joué dans les hautes sphères et comme je n'étais que capitaine à l'époque, je ne prenais pas part à ces histoires et je n'apprenais rien non plus à leur sujet.

Magazin 2000plus : Les rencontres en Amazonie avec ce phénomène étaient-elles quotidiennes durant l'Operação Prato ?

Colonel Hollanda : Oui, chaque jour. Ces "choses" étaient très actives. Nous avons pu observer neuf formes ou types d'OVNIs différents que nous avons catalogué. Certains étaient des sondes, d'autres de grands vaisseau desquels de plus petits objets sortaient. Nous avons tout filmé, également les petits objets qui réintégraient le vaisseau mére. Tout a été minutieusement documenté.

Magazin 2000plus : Quel matériel aviez-vous à votre disposition pour cette documentation?

Colonel Hollanda : Nous avions des appareils professionels NIKON avec téléobjectif de 300 - 1 000 mm. Il était difficile de travailler avec ce matériel car ils avaient un focus très rapide. A chaque faux mouvement ou "bêtise" nous perdions les OVNIs, mais c'était du matériel de première classe. Nous avions également des caméras et un magnétophone afin d'enregistrer d'éventuels sons venant des objets.

Magazin 2000plus : Vous attendiez-vous à une prise de contact avec ces vaisseaux et cela était-il aussi un objectif de l'Operação Prato ?

Colonel Hollanda : Nous étions prêts à tout. Nous avions une mission militaire et nous étions donc prêts à tout faire. Peu importe ce qui aurait pu se passer, cela faisait partie de notre mission.

Magazin 2000plus : Portiez-vous des armes durant vos missions?

Colonel Hollanda : Non, à aucun moment et je n'en voyais pas l'utilité, nous ne pensions pas que cela soit nécessaire, et cela, depuis le dépuis le début de l'opération.

Source : http://greyhunter.alien.de/
Traduction : Maya
Discussion : http://nousnesommespasseuls.xooit.com/t4901-Terreur-UFO-au-Br%C3%A9sil.htm?…
_________________


Répondre en citant
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: 29/02/2008 15:33:32
PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Maya
Membre 17 étoiles
Membre 17 étoiles

Hors ligne

Inscrit le: 04 Avr 2005
Messages: 3 799
Sexe: Féminin
Localisation: Allemagne
Point(s): 0
Moyenne de points: 0,00

MessagePosté le: 29/02/2008 15:34:40
'Operação Prato' [2]
24.01.2004



Magazin 2000plus : Y a t-il eu des moments où vous avez pensé que la situation était dangereuse?

Colonel Hollanda : Oui, une fois. C'était une apparition impressionante et jai redouté que cela se termine par un enlévement. Nous nous trouvions sur un bateau et nous avions jeté l'ancre devant la plage de Rio jari, lorsque quelque chose d'immense est apparu à environ 70 m devant l'embarcation.

Magazin 2000plus : Qu'est-ce que c'était?

Colonel Hollanda : Je dois tout d'abord expliquer pourquoi nous nous trouvions à cet endroit. J'avais à l'époque un ami, Victor Polonês, officier de la FAB, qui aimait pêcher à cet endroit. Un jour, il m'a raconté qu'un jeune homme, un potier du nom de Luis, avait vécu là quelque chose d'incroyable. Alors qu'il ramassait de la boue, il a vu un paca (petit rongeur) près d'un arbre. Décidé à chasser et tuer l'animal, Luis a pris son fusil, monta dans un arbre, y installa son hamac et attendit patiemment que l'animal revienne.

Il vit soudain une lumière intense qui se dirigeait sur lui et stoppa au dessus de sa tête. Le centre de ce vaisseau ressemblait à l'habitacle d'un boeing 737, d'après la description du jeune homme. Une ouverture s'est faite et une créature humanoïde en est sortie en lévitant, les bras écartés, portée par un rayon et descendant droit vers lui. Pris de panique, Luis a sauté de l'arbre et est allé se cacher un peu plus loin. D'où il était, il pouvait observer cet être qui avait une lumiére dans la main, pas une lampe, mais une boule rouge qui éclairait, et qui examinait le hamac où il était allongé quelques secondes plus tôt. Puis cette créature s'est dirigée directement vers l'arbre derrière lequel Luis se cachait. Il était terrifié, un rayon rouge a été lancé vers lui, il a pris ses jambes à son cou et a traversé la végétation, en trébuchant sur les racines d'arbres, pour rejoindre le bord du fleuve.

La créature avait entre temps réintégré son vaisseau et c'est celui-ci maintenant qui suivait Luis le long du fleuve, très lentement et trés bas, juste au dessus de la cime des arbres.. Heureusement, le jeune homme n'a pas réussi à atteindre assez rapidement son bateau. Il criait et les personnes qui venaient á sa rencontre pour l'aider se sont jetées dans le fleuve, effrayées, à la vue de ce grand vaisseau qui venait vers elles.

Le vaisseau s'arrêta au dessus du bateau de Luis, qui heureusement, n'avait pas reussi à monter à bord, la même créature descendit de l'OVNI et examina l'embarcation de la même manière qu'elle avait examiné le hamac. Après un moment, elle a réintégré l'OVNI qui s'est éloigné à très grande vitesse.

Je me suis entretenu avec Luis et j'ai donc décidé d'aller sur les lieux. Il pleuvait lorsque nous sommes arrivés, il était 19h. Mes hommes allèrent dans la cabane du potier tandis que moi je restais dehors à surveiller les alentours.

Magazin 2000plus : Et que s'est-il passé Colonel ?

Colonel Hollanda : Quelque chose de sombre est arrivé, je ne pouvais pas voir la fornme de l'objet. On ne voyait que les lumières intenses, l'une était verte, l'autre rouge, l'objet faisait un bruit bizarre, comme le bruit d'une turbine. Il m'a survolé à très basse altitude, il était tellement bas que cela ne pouvait être un avion. Aucun pilote ne serait assez fou pour voler aussi bas, ce serait sa mort. Un tel vol de jour serait déjá extrêmement dangereux, alors de nuit et par temps de pluie....

J'ai appelé mes hommes, leur ai rapporté ce que je venais de voir, puis nous sommes montés sur le bateau et nous nous somme s dirigés vers l'endroit où Luis avait fait sa rencontre. Nous sommes allés jusqu'à l'arbre où Luis avait guetté le paca, mais la marée arrivait, l'eau montait de plus en plus. Nous sommes donc montés dans un arbre et nous avons attendu quelques hueres jusqu'à ce que l'eau redescende. Nous sommes ensuite retournés au bateau et nous y avons déposé le matériel et nous sommes repartis vers la cabane de Luis. Soudain, à environ 2000 de nous, au dessus du fleuve, une lumière est apparue, elle était jaune-orangée et survolait la cime des arbres. Elle s'est dirigée droit sur la cabane du potier, exactement à l'endroit ou j'avais vu l'objet auparavant.

Magazin 2000plus : Est-ce que cela faisait du bruit ?

Colonel Hollanda : Oui, il y avait un bruit, mais nous nous sommes tellement concentrés pour filmer cette chose que nous n'y avons pas prêté grande attention. Le film était un peu mouvementé, mais on voyait nettement une lumiére qui se reflétait sur le fleuve

Magazin 2000plus : Lorsque ous aviez de la documentation aussi importante, était-elle envoyée à Brasilia ?

Colonel Hollanda : Pas immédiatemant. Ce film est tout d'abord resté à l'armée de l'air, c'est plus tard que Brasilia a réclamé cette documentation. Je ne crois pas qu'ils aient cru en ce genre de choses là-bas, mais en tout cas, quelqu'un voulait visionner le film.

Magazin 2000plus : Qu'est-ce que Brasilia a pensé de tout cela? Quelques fous menant l'enquête en forêt vierge?

Colonel Hollanda : Je ne sais pas. On en parlait beaucoup, mais personne ne donnait vraiment son avis. Il y avait beaucoup de collègues sceptiques, d'autres, au contraire, savaient que les OVNIs sont une réalité.

Magazin 2000plus : Revenons à l'OVNI que vous avez vu au bord du fleuve. Cela a certainement été une expérience troublante?

Colonel Hollanda : Oui, c'était le cas. Nous avons tout registré encore une fois, l'heure, l'altitude, la direction, etc, vraiment tout. Ce qui est arrivé ensuite était beaucoup plus impressionant encore. Nous sommes revenus au point de départ, près de la cabane de Luis, afin de faire notre rapport. Comme nous avions été pris au piège par la marée et que la mission avait duré plus longtemps que prévu, nous n'avions rien à boire ni à manger. Luis a proposé d'aller jusqu'à sa hutte chercher de l'eau, du café et des biscuits, ce que nous avons accepté. Il est donc parti, sur son petit bateau jusqu'à la petite île ou est située sa demeure, accompagné par un petit garçon de neuf ans. Je me suis positionné sur le bateau de telle manière à avoir une bonne vue d'ensemnle. Mes hommes étaient en train de discuter sur ce que nous venions de voir. Soudain, à ma gauche, sur le fleuve, une lumière jaune est apparue et se dirigeait lentement vers nous. J'ai attiré l'attention des hommes sur ce phénomène.

Magazin 2000plus : Est-ce que les officiers avaient des caméras afin de documenter cela?

Colonel Hollanda : Bien sur, dès qu'ils ont vu l'objet, ils ont commencé à filmer. Cette chose se dirigeait droit sur nous, à 200-250 m de hauteur. Alors que l'engin était assez proche, la lumière, qui était très forte et aveuglante, s'est éteinte. Nous avons pu voir la forme de l'OVNI qui ressemblait à un énormme ballon de football américain mesurant 100 m environ. Il était illuminé de l'intérieur, on pouvait voir des sortes de petites fenêtres. Il est passé très lentement devant nous, la caméra tournait et comme elle était assez bruyante, j'ai demandé à l'officier de l'éteindre un instant afin que nous puissions enregistrer le bruit que faisait l'objet. C'était un son vibrant. Nous avons ensuite continué à filmer et photographier jusqu'à ce que l'engin disparaisse vers la berge. Il était entre 23h et 23h30. Cela fait des années de cela, mais je peux me souvenir de chaque détail. Nous étions stupéfaits! C'est vers 1h30 du matin que cette chose est revenue, cette fois-ci, l'objet était d'un bleu intense et planait sur la berge de l'autre côté du fleuve. Lorsqu'il est arrivé à la hauteur de l'île, il a changé de direction pour aller sur Belém, très bas, juste au dessus des arbres.

Magazin 2000plus : Est-ce que cela a été votre observation d'OVNI la plus impressionante?

Colonel Hollanda : Oui.L'objet est parti vers Belém puis est revenu vers nous avant de disparaître dans la forêt.

Magazin 2000plus : Avez-vous pu évaluer à quelle distance l'OVNI se trouvait ?

Colonel Hollanda : Lorsqu'il s'est retrouvé devant nous, je me suis avancé afin de mieux voir encore. Il n'était qu'à environ 70 m du bateau, sur la berge opposée. Je pouvais voir chaque détail de ce monstre bleu. C'était tout simplement incroyable, nous étions tous sidérés! Puis j'ai commencé à avoir peur, cette chose était trés prêt de nous, durant 3 minutes environ, cela semblait menacant. Puis, il est devenu sombre. C'était le même objet que nous avions vu un peu plus tôt et qui volait à 100 m du sol.
Nous avions tous peur, un de mes hommes m'a dit :"Et maintenant, si ces créatures en sortent et tentent de nous enlever, on fait quoi?" Tout cela était nouveau pour nous et personne ne savait ce qui pourrait se passer.

Magazin 2000plus : Colonel, comme vous devez le savoir, de telles rencontres rapprochées aussi fréquentes sont rares dans le monde. A votre avis, pourquoi les OVNIs viennent-ils en Amazonie?

Colonel Hollanda : Je ne savais pas à l'époque que de tels cas étaient rares. J'ai étudié plus intensément ce sujet lorsque j'ai quitté l'armée de l'air. Je pense sincèrement que la recherche ufologique est un sujet à prendre très au sérieux. J'étais plutôt sceptique auparavant, mais après avoir vu un tel vaisseau, je voulais comprendre ce phénomène et en tant qu'officier supérieur de cette opération en forêt vierge, je devais découvrir ce qui se passait réellement. Nous étions fréquement en contact avec les tribus indiennes. Nous devions toujours être très prudents de ne pas les contaminer car ils n'avaient pas d'anticorps contre la grippe, la diphtérie, la rougeole, etc. Chaque contact avec ces virus, qui ne causent plus aucun problème pour nous, aurait pu être mortel pour eux. J'ai donc pensé que ces créatures (les occupants des OVNIs) se trouvaient confrontées au même problème d'anticorps que les indiens de la forêt vierge. Si jétais à leur place et que je devais préparer un contact, que ferais-je? Je chercherais à me protéger, ainsi que ceux qui m'accompagnent. Mais comment? Chacun porte en lui des organismes pouvant nuire à d'autres peuples. La protection contre ces maladies ne peut être efficace qu'en prenant des échantillons de tissus et de sang qu'on examine afin de déceler les bactéries terriennes et d'élaborer un, ou des vaccins. Il n'est pas difficile d'imaginer que ces créatures aient rassemblé du matériel génétique afin de déceler ce que nous portons en nous en vue d'un éventuel contact futur. Voilà ma réponse à votre question, c'est ce que je pense au sujet différentes attaques sur les témoins de la région, afin de leur prélever du sang et des cellules et d'élaborer un ou des vaccins.

Magazin 2000plus : Est-ce que la population a cru qu'il sagissait d'une agression? S'est-elle armée afin de se défendre?

Colonel Hollanda : Bien sur, les gens se sentaient agressés par de méchantes créatures, des vampires de l'espace qui leur suçaient du sang. Ils ont utilisé des feux d'artifice pour les éloigner (les chinois ont, à l'origine utilisé les feux d'artifice afin d'éloigner les démons). Ils s'étaient également armés de fusils, certains ont même tiré bien que je leur ai recommandé de ne pas le faire. Même le prêtre leur disait que cela ne servait à rien d'agir de la sorte :"Vous ne pouvez rien faire contre eux et ceux qui osent tirer sur eux seront plongés dans un sommeil de deux semaines!" Il y a eu en effet plusieurs cas où des hommes ont tiré sur les objets / lumières et qui ont été touchés par un rayon les laissant paralysés durant deux semaines environ.

Magazin 2000plus : Que s'est-il passé après que vous ayez pensé à cette solution?

Colonel Hollanda : L'Operação Prato a existé jusqu'à ce que l'armée de l'air la déclare terminée. J'ai fait un rapport final pour mon commandant, nos films ont été développés un peu plus tard et montrés à divers officiers.

Magazin 2000plus : Pourquoi le COMAR et la FAB ont-ils interrompus l'Operação Prato ?

Colonel Hollanda : Peut-être parce que la population se posait trop de questions... je ne le sais pas. Il y a beaucoup de questions auxquelles je n'ai pas de réponses. Qui sont-ils? Personne ne le sait. Peut-être que les américains et les russes en savent plus que nous. D'où viennent-ils ? Que nous veulent-ils? Je n'en ai aucune idée. Ce sont trois questions auxquelles nul ne peut répondre et cela a apparement découragé l'armée de l'air et le gouvernement brésilien.

Magazin 2000plus : L'armée de l'air n'a pas envisagé de continuer ce projet afin d'obtenir des réponses à ces questions?

Colonel Hollanda : Si j'avais été commandant, le projet n'aurait pas pris fin. Mais je ne pouvais qu'exécuter les ordres et l'ordre était : c'est terminé! C'est ainsi que l'Operação Prato a été interrompue, que nous soyions d'accord ou pas.

Magazin 2000plus : Avez-vous obéi à cet ordre sans le contredire ?

Colonel Hollanda : Oui, le projet était de toute façon terminé puisque la solution que je proposais au phénomène des chupa-chupa , l'élaboration de vaccin(s) avec nos échantillons de tissus et de sang, semblait satisfaisante.

Magazin 2000plus : A la fin de l'Operação Prato, les dossiers se sont-ils retrouvés à Brasilia ou sont-ils restés à Belém ?

Colonel Hollanda : A Belém. Mon rapport contenant ma conclusion sur l'opération a été lu à Brasilia. Je crois qu'ils m'ont pris pour un dingue là-bas après avoir lu ce que j'avais vécu!

Magazin 2000plus : Avez-vous eu d'autres expériences OVNI après l'Operação Prato ?

Colonel Hollanda : J'ai lu beaucoup d'ouvrages concernant l'ufologie, les apparitions, les humanoïdes, les enlèvements, les observations, etc, afin d'en connaître le plus possible à ce sujet. Même durant le reste de ma carrière dans l'armée de l'air, ce sujet ne me sortait plus de la tête après tout ce que j'avais vu.

Un jour, alors que j'étais sur mon divan en train de lire (un livre qui n'avait rien à voir avec l'ufologie) et que ma fille, encore petite, lisait à côté de moi, les livres ufologiques que j'empilais sur une étagère se sont mis à bouger et ils sont tous tombés sur le sol, comme si une main invisible les avaient balayés de l'étagère. J'habitais à la Vila Militar, loin de l'autoroute, il n'y avait pas de circulation et rien qui puisse expliquer ce qui aurait pu provoquer la chute des livres. Ma fille Daniela a eu très peur, elle ne comprenait pas non plus comment ces livres avaient pu tomber.

Presque au même moment, ma femme qui se trouvait à l'étage du bas et qui préparait le repas a vécu une chose semblable, encore plus impressionante. Elle avait posé les verres et les couverts sur un plateau, sur la table de la cuisine. Soudain, le plateau s'est élevé dans les airs pour retomber ensuite dans un grand fracas, sans casser un seul verre. Cela a fait un bruit incroyable et s'est passé alors que je venais tout juste de remettre les livres tombés sur l'étagère.

Magazin 2000plus : Comment a réagi votre femme ?

Colonel Hollanda : J'ai descendu les escaliers quatre à quatre, ma femme venait à ma rencontre, je lui ai demandé ce qui s'était passé, elle a répondu :"je ne sais pas, le plateau s'est élevé dans les airs et est venu tomber dans l'évier!" Je ne comprenais vraiment pas ce qui avait pu se passer.

Deux ou trois jour plus tard, vers minuit, j'étais allongé dans mon lit près de ma femme quand soudain une lumière intense a éclairé notre chambre, suivie d'un grand bruit. Une créature est apparue derrière moi et me tenait. Une autre créature se tenait à l'autre de bout de mon lit, en face de moi, elle mesurait environ 1,50m et portait une sorte de combinaison comme celle que portent les plongeurs. Je ne pouvais voir son visage, ni ses yeux. J'étais effrayé, cette apparation qui me serrait me disait d'une voix métallique :"Reste tranquille, nous ne te voulons aucun mal"

Magazin 2000plus : Et votre femme?

Colonel Hollanda : Elle dormait profondément et ne s'est rendue compte de rien. Cette situation était déplaisante au plus haut point, puis il y a eu un grand bruit, la lumière et les créatures ont disparu et je restais là, effrayé par ce que je venais de vivre.

Magazin 2000plus : Combien de temps cela a-t-il duré?

Colonel Hollanda : Je ne m'en souviens plus. Je me demandais si j'avais rêvé, mais j'avais bien entendu ce grand bruit, et par deux fois. Je crois même que je suis ensuite descendu boire un verre de Whiskey au salon. Le lendemain matin, un autre incident étrange s'est déroulé quand je m'apprêtais à aller à la caserne : au moment ou j'allais introduire la clef dans la serrure pour ouvrir la voiture, la portière avant du côté passager s'est ouverte seule, sans que je touche au véhicule. Ma femme a vraiment été effrayée en voyant cela ! Je suis monté dans la voiture et au moment où je tendais la main pour fermer la portière, celle-ci s'est refermée seule. Cette fois-ci, ma femme était plus qu'effrayée ! Ensuite, à la caserne, alors que nous hissions le drapeau, j'ai senti mon bras gauche qui démangeait terriblement, j'ai attendu impatiement la fin de la cérémonie pour me gratter. Mon bras était rouge et, ce qui est étrange, il y a aujourd'hui encore une tâche rouge visible à cet endroit. Mon bras a démangé ainsi quelques temps et je me suis rendu compte un jour en appuyant sur la peau qu'une "chose" apparaissait, comme un morceau de plastique.

Magazin 2000plus : Avez-vous passé des radios ?

Colonel Hollanda : Oui, mais il n'y a rien à voir. Et pourtant il y a bien quelque chose. tenez, appuyez, constatez par vous même (L'auteur : en appuyant, j'ai effectivement senti quelque chose de pointu, comme une aiguille).

Magazin 2000plus : Est-ce que quelqu'un qui participait au projet avait de telles marques sur le corps ?

Colonel Hollanda : Oui, Flävio. Il portait la même marque à la jambe gauche, sur la cuisse. Il est décédé à la suite d'une attaque cérébrale. Lors d'une discussion avec l'ufologue Rafael Sempere Durá à Sao Paulo, celui-ci m'a demandé s'il pouvait faire un petit test à l'aide d'une boussole. Il a posé celle-ci sur ma peau, à l'endroit où on peut sentir cette chose et l'aiguille de la boussole a changé de position! Rafael m'a déconseillé de me faire operer afin de retirer cette"chose".

Magazin 2000plus : Changeons de sujet : savez-vous si l'armée de l'air brésilienne continue à faire des recherches en Amazonie ou d'autres régions ?

Colonel Hollanda : Je ne pense pas qu'il y ait de programme en cours, du moins, je n'ai eu aucune information à ce sujet. Je suis à la retraite depuis un moment, mais j'ai des amis dans l'armée de l'aire et ils ne savent rien à ce sujet.

Magazin 2000plus : Pensez-vous qu'il pourrait y avoir des programmes de recherche au sein du gouvernement ?

Colonel Hollanda : Je crois bien. J'ai moi même des raisons personnelles de le croire, mais même si je ne les avait pas, cela semblerait logique qu'il y ait un programme de recherche.

Magazin 2000plus : Que pensez-vous qu'il soit advenu de l'Operação Prato, des documents, des photos ? Y a-t-il quelqu'un qui gère tout cela ?

Colonel Hollanda : Je crois que tout a été archivé puisque qu'on n'y a pas porté un grand intérêt. En ce qui concerne les photos, les 500 clichés n'ont pas été envoyés à Brasilia, la plupart des photos et négatifs sont restés au COMAR. Quant aux films, nous les avions également en notre possession, quatre films et de nombreuses vidéos. Le ministère de l'armée de l'air ne voulait qu#un seul film au départ, mais ils ont pris les trois autres aussi, bien qu'ils m'appartiennent puisque c'est moi qui avait financé le matériel. L'armée de l'air ne les a jamais rendus.

Magazin 2000plus : Avez-vous pensé à garder du matériel en souvenir ?

Colonel Hollanda : Non, j'ai toujours eu un grand respect pour l'armée de l'air. Je me suis tu durant 20 ans. Et durant ces années, les demandes de déclarations ou d'interviews n'ont pas manqué.

Magazin 2000plus : Vous souvenez-vous que nous avons publié en 86 et 87 quelques photos sans votre accord ? Est-ce que cela vous a apporté des ennuis, à vous, à vos hommes ou au COMAR ? Est-ce que quelqu'un a été pénalisé?

Colonel Hollanda : Oui, il y a eu des ennuis. J'au reçu l'ordre de Brasilia de découvrir de quelle manière cette histoire a été rendue publique. Comme les photos portaient le tampon "Armée de l'air" c'est donc à moi, en tant que chef, qu'on demandait des comptes : comment cela a t-il pu se passer ? Ces photos ne venaient pas de moi. Nous n'avons jamais découvert qui était responsable, donc personne n'a été pénalisé.

Magazin 2000plus : Pensez-vous que, une fois cette entrevue sera publiée, que cela pourrait avoir des répercussions ?

Colonel Hollanda : Plus aujourd'hui. J'ai rempli ma mission, mes 36 ans de carrière sont terminés.

Magazin 2000plus : Ne pensez-vous pas que ces documents devraient être maintenant rendus publics ?

Colonel Hollanda : Cette décision revient au commando. S'ils sont publiés, de nombreuses questions gênantes seront posées au ministère de l'armée de l'air et au gouvernement brésilien et ils n'ont pas l'intention d'y répondre. Alors, pour éviter cela, rien n'est dévoilé. J'ai vu une émission de télévision de Flávio Cavalcanti où un homme demandait pourquoi les OVNIs n'atterrissaient pas directement sur le terrain de football immense de Rio afin que le monde entier puisse les voir ? Si cela devait vraiment survenir un jour, il n'y aurait plus aucun moyen de masquer la vérité que tous cherchent absolument à cacher. Je pense que dans un futur proche, ILs oseront plus. Il se pourrait qu'un contact se fasse d'ici deux ou trois ans et que des photos soient publiées dans le monde entier.

Magazin 2000plus : Merci Colonel Hollanda !

Source : http://greyhunter.alien.de/
Traduction : Maya
Discussion : http://nousnesommespasseuls.xooit.com/t4901-Terreur-UFO-au-Br%C3%A9sil.htm?…
_________________


Répondre en citant
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 13/12/2017 06:03:06
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    NousNeSommesPasSeuls Index du Forum -> ARCHIVES GÉNÉRALES -> ARCHIVES GLOBALES NNSPS -> Archives NNSPS -> DOSSIERS FORUM -> Traductions -> Généralités ufologiques Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

 
Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template Boogie by Soso
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com