NousNeSommesPasSeuls :: Forum de discussions sur les thèmes de l'ufologie, le paranormal, les sciences, ...
NousNeSommesPasSeuls Forum Index
 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

 
Journal NNSPS n°5 - Novembre 2006 (2e quinzaine)

 
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    NousNeSommesPasSeuls Forum Index -> ARCHIVES GÉNÉRALES -> ARCHIVES GLOBALES NNSPS -> Archives chroniques NNSPS -> Journal
Previous topic :: Next topic  
Author Message
Rama
ADMINISTRATEUR

Offline

Joined: 03 Apr 2005
Posts: 21,219
Sexe: Masculin
Localisation: DOUBS
Point(s): 114
Moyenne de points: 0.01

PostPosted: 30/11/2006 00:02:23

***** n°5 *****
Novembre 2006
(2e quinzaine)




SOMMAIRE



Topic 1

UFOLOGIE
Arrow Deux photographies d'OVNI prise sur au-dessus de la Belgique
Arrow Journalisme bâclé aux « Francs-Tireurs » de Télé Québec

SCIENCES
Arrow Un robot que rien n’arrête
Arrow Le choix des autres consommateurs pour remplir mon Caddie
Arrow Fraude scientifique : Science évalue ses erreurs

ASTRONOMIE
Arrow L’énergie noire déjà en action il y a 9 milliards d’années
Arrow Ces cyber-astronomes amateurs qui épaulent les professionnels
Arrow Un trou noir se manifeste

TECHNOLOGIE
Arrow Le Sénat adopte le projet de loi sur la télévision du futur
Arrow Google Video poursuivi pour parasitisme et contrefaçon
Arrow J-1 avant la sortie de Windows Vista

ARCHEOLOGIE
Arrow FINLANDE
Arrow EUROPE
Arrow Les Statues Dogu : des personnages qui intriguent la communauté scientifique


Topic 2

CLIMATOLOGIE / ENVIRONNEMENT
Arrow Climat : pas d’avancée à Nairobi sur l’après-Kyoto
Arrow Le réchauffement climatique tue déjà certaines espèces
Arrow Quel avenir pour l'espèce humaine ? Quel futur pour la planète ?

ACTUALITE
Arrow Wikipédia et la Chine : je t'aime, moi non plus.
Arrow Un bouclier humain empêche le bombardement d'une maison
Arrow Après l’assassinat de Gemayel, la Syrie dans la ligne de mire
Arrow Bugaled Breizh : Le BEA Mer écarte la thèse du sous-marin et privilégie l'accident de pêche

INSOLITES
Arrow Une ville brésilienne veut mettre un terme au pelotage dans les autobus aux heures de pointe
Arrow Avec la mode des «animaux bizarres», le caméléon du Yémen arrive en ville
Arrow Les excuses du vendeur de mèches de Ramsès II

CULTURE
Arrow Le ciel comme si vous y étiez !
Arrow Déjà Vu




UFOLOGIE


Le 19 novembre 2006
Source : ufocasebook.com

Deux photographies d'OVNI prise sur au-dessus de la Belgique



Le témoin / le photographe voyageait entre Paris et Amsterdam sur le train de Thalys. Il nous dit :

J'ai fait quelques réglages avec ma caméra pour voir si ça allait. De retour à la maison, j'ai téléchargé les images sur mon ordinateur et j'ai remarqué des phénomènes inconnus sur deux images.

Ma première réaction devait considérer que c'était la réflexion de la lumière de la cabine sur le pare-brise, mais maintenant je ne suis pas si affirmatif. Je voudrais en avoir vos réactions.

Les deux photographies ont été prises 05-11-06 à 14h05 dans un intervalle de probablement moins de 30 secondes. Il était sur le pays de la Belgique.

Sincères salutations




Texte original :

Two Photographs of UFO Taken over Belgium Country

UFO The witness / photographer was traveling between Paris and Amsterdam on Thalys train. He tells us:

I did some checks with my camera in order to see if it was all right. Back to home, I downloaded the pictures on my computer, and I noticed an unknown phenomena on two pictures.

My first reaction was to consider that it was the reflection of the light of the cabin on the windscreen, but now I am not so affirmative. I would like to have your feedback about that.

The two photographs were taken on 11-05-06 at 14h05 in an interval of probably less than 30 seconds. It was over Belgium country.

Best regards

Name withheld



Vous souhaitez commenter cette nouvelle, cliquez ICI
Sujet trouvé, traduit et ouvert par :
Rama



Le 26 novembre 2006
Source : centpapiers.com

Journalisme bâclé aux « Francs-Tireurs » de Télé Québec




Un blogue mal compris conduit à de fausses informations.
Par JC

L’émission « Les Francs-Tireurs » de Télé Québec, édition du 8 novembre 2006, a présenté un dossier intitulé « Les théories du complot ». Mise en situation : Patrick Lagacé était à Sherbrooke pour assister à la conférence d’un « gourou » des conspirations qui se présente sous le nom de « Nenky ». Environ 10 minutes après le début de l’émission, le journaliste tente d’établir le contact avec un groupe d’adeptes à l’extérieur de la salle de conférence. Un partisan des conspirations sur les ovnis s’avance et déclare :

Quand une personne voit une soucoupe volante : « Ha ! C’est un idiot, c’est un imbécile ! ». Ils sont 50. Il y a des pilotes d’avion qui en ont vu, des policiers qui en ont vu, un paquet de gens. Des astronautes qui en ont vu et qui l’ont dit, et il [n’]y a personne qui les croit... À Montréal, il y a eu un incident, c’était au-dessus de la place Bonaventure, tous les papiers ont [été] sortis des postes de police par une compagnie qui s’appelle Norad. Je ne sais pas d’où elle sort, je ne sais pas d’où elle vient. Comment se fait-il qu’il n’y a[it] pas de journaliste qui enquête là-dessus et qui vérifie ça ? C’est pour ça que c’est difficile de parler pour les gens (les adeptes), puis ils s’éloignent.

Ensuite, la caméra parcourt de haut en bas une page Web que je connais bien. Je me frotte les yeux... oui, il s’agit bien d’un billet de mon blog - Un cas d’ovni qui éclaire notre lanterne - et il est censé fournir la preuve que les informations du dernier commentaire étaient erronées. Voix hors champ de Patrick Lagacé :

Vérification faite : en 2006, il y a bien eu des objets bizarres dans le ciel de Montréal mais il semble que c’était des montgolfières miniatures. Bien sûr, peut-être qu’on nous ment.

... ou peut-être qu’on est incapable de lire complètement un texte et de le comprendre. Ce que dit Patrick Lagacé ici est totalement faux. En lisant mon billet, celui qu’on montre à l’écran, on devrait immédiatement comprendre qu’il traite de deux cas d’ovnis totalement différents. (Soit dit en passant, à aucun moment on ne mentionne le nom de mon blog et on évite soigneusement de montrer à l’écran son adresse Internet. Photo d’écran ci-dessus tirée de l’émission)

Le premier cas d’ovni (2006) a été rapidement élucidé ; il s’agissait d’une illusion créée par trois lanternes thaïlandaises (les « montgolfières miniatures » sur la photo d’écran tirée de l’émission) lancées dans le ciel lors d’un mariage. Le second, survenu en 1990, est le cas de la Place Bonaventure dont parlait l’intervenant. Le rapport d’enquête sur ce dernier cas a conclu en 1992 qu’il s’agissait probablement d’un objet physique de 540 mètres de diamètre ( !).

Comment une erreur aussi grotesque a-t-elle pu se glisser dans une émission d’enquête qui se veut sérieuse ? Mon petit doigt me dit que les recherchistes étaient trop pressés. J’ai envoyé un courriel à l’équipe de l’émission pour souligner l’erreur et, par la même occasion, pour demander pourquoi on ne cite pas les sources. Une semaine plus tard, je n’ai toujours pas eu de réponse.



Sujet trouvé par : Rama




SCIENCES


Le 20 novembre 2006
Source : sciences.nouvelobs.com

Un robot que rien n’arrête


Une fois blessé, le robot tente de trouver par lui-même
le moyen de se déplacer en modifiant sa programmation.
[Image © Science]


Les robots mis au point par Josh Bongard et ses deux coéquipiers ne sont pas du genre à se laisser abattre. L’une de leurs pattes a perdu un morceau ? Ils ne s’arrêtent pas pour autant, ils trouvent tous seuls la solution pour se déplacer dans ces nouvelles conditions. De tels robots adaptables seraient très utiles pour aller sur des terrains accidentés, difficilement accessibles, où le technicien ne peut pas se rendre en cas de panne, expliquent les concepteurs.

Au départ, ce robot ne sait pas marcher. Il se fait sa propre idée de lui-même en effectuant ses premiers mouvements. A partir de ces informations le robot construit ses propres algorithmes, liés aux différents mouvements qu’il peut accomplir.

Lorsque Bongard (University of Vermont), Zykov et Lipson (Cornell University) ont ensuite amputé les robots d’une partie de leurs pattes, ils ont détecté par eux-même la faille et ont entamé un processus de reconstruction de leurs programmes.

Si parfois les robots échouaient et se retrouvaient les quatre fers en l’air, dans la plupart des cas ils réussissaient à repartir, relatent les chercheurs dans la revue Science (17 nov.). Ces robots évolutifs pourraient être utiles pour l’exploration d’autres planètes, suggère Bongard. Dans l’immédiat, les chercheurs vont tenter de mettre ces robots en réseau pour qu’ils travaillent à plusieurs.

C.D.



Sujet trouvé par : Rama



Le 20 novembre 2006
Source : techno-science.net

Le choix des autres consommateurs pour remplir mon Caddie

On savait les technologies RFID utiles pour gérer la chaîne logistique, voilà qu'une nouvelle étude estime qu'elles pourraient aussi servir à développer de nouveaux comportements d'achats.


Rayons de supermarché


Ronaldo Menezes du Florida Institute of Technology suggère que les achats d'impulsions pourraient être favorisés en permettant au consommateur d'avoir un retour plus immédiat sur ce qu'il est en train d'acheter. S'appuyant sur l'idée que les consommateurs sont plus influencés par ce que les autres achètent que par les produits en promotion, l'idée de Menezes est de proposer à des acheteurs des recommandations d'achats basées sur les produits qu'ils sont en train de mettre dans leur caddie, sur le modèle qui a fait le succès d'Amazon: ceux qui ont acheté tel produit on aussi acheté tel autre produit.

Un tel système pourrait s'appuyer sur des “compagnons d'achats électroniques” tels qu'ils sont déjà testés dans nombre de supermarchés comme le Shopping Buddy de Cuesol. Le consultant dans ce domaine Herb Sorensen estime que les méthodes utilisées par Amazon ou iTunes pourraient avoir du sens dans le monde physique.

Pour l'instant, les recherches de Menezes n'ont été que conceptuelles rappelle la Technology Review, mais les simulations effectuées montrent que les achats pourraient progresser de quelques 29 % avec un tel système. Pour Nigel Marlow, “psychologue de la consommation” à la London Metropolitan University, le système ne sera pas évident à mettre en place, au moins parce que tous les détournements commerciaux par les supermarchés seront possibles. Serons-nous capable de faire confiance à ce type d'information, ou bien les magasins seront-ils tentés de les détourner pour mettre en avant leur promotion ? En attendant, Marlow ne doute pas que ce type de système verra le jour, tant les supermarchés seront sensible à l'idée d'accroître leurs ventes, sans avoir à proposer pour autant des promotions qui leur coûtent cher.

Source : internetactu.net sous Licence Creative Commons by-nc
Illustration : lyzadanger sous Licence Creative Commons by-sa



Sujet trouvé par : Rama



Le 29 novembre 2006
Source : sciences.nouvelobs.com

Fraude scientifique : Science évalue ses erreurs


La vérité sur la fraude du Pr Hwang
et de son équipe a éclaté en décembre 2005.
(AP)


Secoué par un scandale scientifique retentissant -les résultats trafiqués du Pr Hwang sur l’obtention de cellules souches à partir d’embryons humains clonés- le journal américain Science a demandé à un comité d’enquêter sur les procédures internes suivies au moment de la publication des deux papiers, en 2004 et en 2005. Comme dans toute revue primaire à comité de lecture, les articles soumis à Science sont relus par d’autres chercheurs avant d’être publiés.

Les relecteurs et les éditeurs du journal Science ont fait leur travail, selon les conclusions du comité d’enquête dirigé par le chimiste John Brauman, de l’Université de Stanford. Ils ont même requis auprès des auteurs davantage d’informations que pour la plupart des articles publiés. Ainsi, les relecteurs avaient conscience d’une faille potentielle : qu’il y ait eu parthénogenèse plutôt que clonage. Ils avaient demandé des données complémentaires et s’étaient finalement contentés des réponses écrites des chercheurs.

Les procédures actuelles partent du principe que l’on peut faire confiance aux chercheurs, qu’ils peuvent commettre des erreurs mais qu’ils sont honnêtes, souligne le comité. Or, pour un scientifique, l’impact d’une publication dans les revues très connues comme Science ou Nature a pris de telles dimensions qu’il pousse à enfreindre les règles, notent Brauman et les autres membres du comité.

Ils proposent donc d’ajouter quelques mesures aux procédures existantes. Le comité formule quatre propositions. Etablir un ‘’niveau de risque’’ et être plus regardant avec les articles dont le retentissement attendu est très important. Clarifier les contributions des auteurs (dans le cas de Hwang, un Américain était associé à la publication alors qu’il n’avait pas participé aux expériences). Transmettre davantage de données primaires aux relecteurs. Enfin, asseoir Science et Nature à la même table de discussion pour établir des règles communes.

Cécile Dumas



Sujet trouvé par : Rama




ASTRONOMIE


Le 17 novembre 2006
Source : cieletespace.fr

L’énergie noire déjà en action il y a 9 milliards d’années


Cinq des vingt-quatre supernovas (flèches) détectées par Hubble dans des galaxies lointaines.
En bas, avant l'explosion de l'étoile, en bas, après.
Crédits : NASA, ESA, A. Riess (STSCL)


L’énergie noire, mystérieuse force qui contrecarre la gravité et fait que l’Univers est aujourd’hui en expansion accélérée, existait déjà il y a 9 milliards d’années. C’est la conclusion des observations faites par une équipe d’astronomes américains dirigée par Adam Riess grâce au télescope spatial Hubble. Preuves de leur affirmation : la détection de 24 supernovas dites de type IA entre 2003 et 2005.
En 1998, l’observation de plusieurs supernovas du même type par deux groupes concurrents – dont celui de Riess déjà – avait marqué la découverte de l’énergie noire. Ces supernovas possédant toutes la même luminosité absolue, elles servent de « bougies » de référence pour mesurer les distances dans l’Univers. Or, pour les supernovas les plus éloignées, les chercheurs ont trouvé une distance supérieure à ce qu’ils attendaient (en mesurant leur décalage vers le rouge qui indique le temps passé depuis l’émission de lumière) dans un Univers soumis uniquement à la gravité. L’énergie noire a dû alors être appelée en renfort. Aujourd’hui, les astrophysiciens s’accordent pour dire qu’elle a pris le pas sur la gravité il y a 5 à 6 milliards d’années, faisant s’emballer la vitesse d’expansion de notre Univers.
Les derniers résultats de l’équipe américaine confirment ce fait. Mais en plus, parce que les supernovas vues par Hubble sont encore plus lointaines, ils affirment que la mystérieuse force était déjà présente – bien que non dominante – il y a 9 milliards d’années.

Julien Bourdet



Sujet trouvé par : Rama



Le 21 novembre 2006
Source : news.fr

Ces cyber-astronomes amateurs qui épaulent les professionnels

Des astronomes amateurs coordonnent en ligne leurs observations, développent des logiciels de traitement des données et partagent leurs résultats avec une communauté scientifique bien consciente de l'intérêt de ces multiples sources.

Découvrir astéroïde ou comète. Voilà le graal de nombreux astronomes amateurs qu marque surtout l'occasion pour ces "chasseurs" d'associer leurs noms à ces "objets mineurs". C'est le MPC (Minor Planet Center) qui centralise sur son site web, via des transferts de fichiers normalisés, le fruit des observations des astronomes du monde entier. Cet organisme lié à l'UAI (Union Astronomique Internationale) se charge ensuite de valider les observations et d'en attribuer les crédits.

Les centres d'intérêt des astronomes amateurs sont divers. Certains s'intéressent à des astéroïdes déjà connus dont ils cherchent à déterminer le profil selon le principe de l'observation d'occultation stellaire. Lorsque un astéroïde d'un certain diamètre passe devant une étoile, cette dernière va disparaître brutalement pendant quelques secondes avant de réapparaître. La technique consiste à placer un maximum d'astronomes sur la largeur de la bande d'occultation créé sur la Terre quand l'un de ces astéroïdes passe devant une étoile. Chacun chronomètre alors la durée de disparition de l'étoile et obtient une "corde" qui représente un segment de l'astéroïde. Plus il y a de "cordes" et plus le profil de l'astéroïde sera précis. En fonction du profil, il sera alors possible aux astronomes professionnels de déterminer la composition de l'astre. « Cette technique de mesure est coopérative. Sans l'internet, nous ne pourrions strictement rien faire. On utilise par exemple Google Earth pour déterminer les points où chacun va se livrer à une mesure. Nous sommes en train de numériser en 3D certains profils », explique Eric Frappa, l'un des animateurs d'un réseau européen de 300 astronomes amateurs qui administre le site Euraster dédié à l'exploitation des mesures d'occultations.

Toutes les informations recueillies sur Euraster se retrouvent dans une base de données de la NASA. Tout comme celles recueillies par les "Observateurs Associés", une association originale regroupant 60 amateurs qui se relaient en permanence toute l'année sur le coronographe du Pic du Midi, un instrument professionnel visant à mesurer l'activité solaire.

L'une de leur observation va être publiée d'ici la fin de l'année dans la revue scientifique Astronomy & Astrophysics. Un exemple qui témoigne des liens entre astronomes amateurs et professionnels. Selon Jacques-Clair Noëns, l'un des six astronomes professionnels de l'observatoire du Pic du Midi, « il est absolument nécessaire d'effectuer des observations permanentes. Ce serait impossible sans l'implication des amateurs. » Soutenue financièrement par le groupe Fiducial, les Observateurs Associés ont développé Climso, un instrument permettant d'observer le soleil au travers de quatre longueurs d'onde différentes. « Les images réalisées avec cet instrument vont être retransmise sur un écran du musée du Pic du Midi », note David Romeuf, l'un des membres les plus actifs de cette association qui use de ces compétences informatiques pour coder les algorithmes aidant à dépouiller les données. En France, ils sont 30 000 astronomes amateurs dont 5000 particulièrement assidus.




« Les astronomes amateurs présentent l'avantage du nombre. La multiplicité de leurs observations sur les petits objets représente une matière essentielle pour les astronomes professionnels. Les amateurs recueillent les informations que la communauté scientifique analyse », souligne Olivier Thizy, un astronome amateur qui a créé voici un an Shelyak, une société qui commercialise un spectrographe, appareil qui décompose la lumière d'une étoile pour mieux l'analyser. « 90% des analyses professionnelles passent par des spectrographes. Les amateurs commencent à s'y mettre », ajoute Olivier Thizy. S'il faut investir 1200 euros pour le spectrographe de Shelyak, tous les logiciels permettant de traiter ensuite les données se trouvent en accès libre sur l'internet.

Développé par Christian Buil, un amateur très éclairé, le logiciel de traitement des images astronomiques, baptisé Iris, est ainsi devenu une référence mondiale pour tous les passionnés portés par la vague du numérique et les capteurs CCD sans cesse plus puissants qui permettent à des amateurs de produire des images dont la qualité se rapproche à grande vitesse de celles des professionnels. Certains amateurs commencent aujourd'hui à s'équiper de télescopes automatiques susceptibles de recevoir en temps réel des messages d'alerte de la communauté scientifique pour pointer dans telle ou telle direction. Des télescopes de nouvelle génération qui présentent en outre l'avantage de pouvoir se piloter à distance.



Sujet trouvé par : Rama



Le 29 novembre 2006
Source : sciences.nouvelobs.com

Un trou noir se manifeste


Représentation d’une étoile dont les gaz
sont aspirés par un trou noir. (ESA)


Une équipe internationale d’astronomes a découvert une nouvelle source de rayonnement gamma au centre de la galaxie qui a de fortes chances d’être un nouveau trou noir. C’est le satellite européen Integral (ESA) qui a détecté le 17 septembre dernier une bouffée de rayons gamma en provenance de la région très dense située près du cœur de la Voie lactée. L’alerte a été aussitôt transmise à tout un réseau de télescopes spatiaux et terrestres qui ont pointé leurs regards dans cette direction. Les sursauts gamma pouvant être extrêmement courts, les astrophysiciens mobilisent au plus vite un maximum de moyens pour les observer.

Cependant, Roland Walter (Integral Science Data Centre, Suisse) et ses collègues ont réalisé au bout de quelques jours qu’il s’agissait d’un événement exceptionnel. L’émission de rayons gamma a continué à augmenter en intensité pendant plusieurs jours avant de décroître progressivement pendant deux semaines. Une évolution qui correspond aux éruptions provenant de systèmes binaires, composés d’une étoile et d’un trou noir.

Au sein de ces duos, le trou noir met peu à peu l’étoile en pièces. Lorsque le disque d’accrétion qui tourne en orbite autour du trou noir est déstabilisé et tombe dans le gouffre, des bouffées de rayons gamma s’échappent. Les causes d’un tel effondrement sont inconnues.

Les possibilités de découvrir de nouveaux trous noires sont rares, selon les chercheurs. Cette rapide détection est donc une belle occasion d’en savoir sur les mécanismes de ces systèmes binaires.

Ces travaux sont publiés dans la revue Astronomy & Astrophysics.

C.D.



Sujet trouvé par : Rama




TECHNOLOGIE


Novembre 2006
Source : telesatellite.com

Le Sénat adopte le projet de loi sur la télévision du futur

Le Sénat a adopté mercredi le projet de loi sur la télévision du futur, qui prévoit l'extinction définitive du signal analogique au profit du numérique le 30 novembre 2011, et organise le lancement de la haute définition (HD) et de la télévision mobile personnelle (TMP).

Aux termes du texte amendé par les sénateurs, le basculement de la télévision analogique vers le numérique se fera zone par zone à partir du 31 mars 2008, et s'achèvera le 30 novembre 2011. A cette date, la TNT devra être accessible à 95% de la population, les 5% restant étant desservis par voie satellitaire gratuite. Cette diffusion satellitaire, qui comprendra l'ensemble des chaînes de la TNT, sera mise en oeuvre dans un délai de trois mois à compter de la promulgation de la loi. Un amendement de Catherine Morin-Desailly (UDF) précise que les fréquences libérées par l'arrêt de la diffusion analogique seront "majoritairement affectées au secteur de l'audiovisuel".

En contrepartie de leur passage au numérique, les éditeurs "historiques" (TF1, Canal+, M6) se verront accorder une chaîne supplémentaire et l'autorisation de diffusion qu'ils détiennent du CSA sera automatiquement prorogée de cinq ans. Ce "bonus" a été vivement dénoncé par les groupes PS, PCF et UDF. Ils n'acceptent pas l'idée que l'abandon du signal analogique constitue un préjudice pour les grandes chaînes nationales privées. Leurs amendements identiques de suppression ont été repoussés par 169 voix contre 157.

Le ministre de la Culture et de la Communication Renaud Donnedieu de Vabres a fait valoir que l'obligation de passage au numérique constituait pour les chaînes historiques une remise en cause d'un droit acquis, dont le Conseil d'Etat avait jugé qu'il devait donner lieu à une compensation. Il a toutefois accepté deux amendements de la commission, visant à encadrer ce "bonus": les chaînes supplémentaires ne pourront être lancées qu'à compter du 30 novembre 2011, date de l'extinction définitive du signal analogique.

En outre, elles devront souscrire à des engagements en matière de contenu. Dans un climat généralement consensuel, les sénateurs ont également voté la création d'un fonds d'aide à l'équipement, destiné à financer l'acquisition par les téléspectateurs les plus démunis d'un adaptateur numérique ou d'une antenne satellite. Le consensus s'est notamment manifesté sur la redéfinition de l'"oeuvre audiovisuelle" que les chaînes de télévision ont l'obligation de diffuser dans une certaine proportion de leurs programmes, et qui exclut désormais la "télé-réalité".

S'agissant de la haute définition, qui offrira aux téléspectateurs une qualité de son et d'image quasiment cinématographique, et de la TMP, qui sera à la télévision ce que le transistor a été à la radio, les autorisations de diffusion seront délivrées par le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA). Le texte a fait le plein des voix de l'UMP, ainsi que des radicaux du RDSE et des non inscrits qui votent habituellement avec la majorité. PS et PCF ont voté contre. Le groupe UDF s'est abstenu.

Examiné en urgence, le projet de loi ne donnera lieu qu'à une lecture dans chaque chambre. Après son passage à l'Assemblée, une commission mixte paritaire composée de 14 députés et sénateurs en proposera une rédaction de synthèse.



Sujet trouvé par : Rama



Le 26 novembre 2006
Source : lexpress.fr

Google Video poursuivi pour parasitisme et contrefaçon

Par Hélène Puel, 01net.

La maison de production Flach Film attaque le moteur de recherche. « Le Monde selon Bush » s'est retrouvé sur le service de partage de vidéos de Google sans son accord.
Premier procès pour Google Video en France. Jean-François Lepetit, PDG de la maison de production Flach Film attaque le moteur de recherche pour parasitisme commercial et contrefaçon.

Le producteur accuse Google d'avoir permis la publication sur son service de partage de vidéos du documentaire Le Monde selon Bush, de William Karel et Eric Laurent, produit par Flach Film (Romance, Jane Eyre, Trois hommes et un couffin, etc). Le film, disponible enstreaming dans son intégralité, y aurait été regardé plus de 43 000 fois par les internautes.

« C'est en faisant une recherche sur Internet, que nous nous sommes aperçus que le documentaire était disponible gratuitement et en toute illégalité sur Google Video », explique-t-on à Flach Film. La mise en ligne correspondait à peu près à la sortie du documentaire en DVD, dont les droits ont été cédés aux Editions Montparnasse.

Dans un communiqué de presse, le producteur explique que « l'indispensable offre légale de films sur Internet ne pourra se développer tant que subsistera ce type de contrefaçon et de parasitisme ». Le documentaire est en effet disponible en vidéo à la demande sur le site des Editions Montparnasse moyennant 10 euros pour l'achat et 5 euros pour la location.


Producteur et distributeur réclament 600 000 euros

Voilà pourquoi Flach Film, soutenu par le distributeur, a décidé d'attaquer Google en justice. « Après avoir envoyé une mise en demeure par lettre recommandée, nous avons constaté que la diffusion du documentaire se poursuivait. Nous nous sommes joints à la procédure de Flach Film. Il est de notre devoir de protéger les droits qui nous ont été cédés », commente Renaud Delourme, PDG des Editions Montparnasse. Dans une procédure conjointe, producteur et distributeur réclament 600 000 euros de dommages et intérêts.

Google se défend : « Nous sommes conscients que les auteurs et les producteurs doivent toucher des droits. Dans nos conditions générales d'utilisation, nous expliquons aux internautes qu'ils doivent posséder les droits des vidéos qu'ils postent. Ce sont les internautes qui ont, dans cette affaire, été à l'origine de la fraude. Plusieurs d'entre eux ont mis en ligne le documentaire Le Monde selon Bush. Nous l'avons systématiquement retiré. » Effectivement, à ce jour, le film n'est plus disponible sur le service de Google.


Google n'envisage pas de se retourner contre les utilisateurs

Attaqué aujourd'hui, Google n'envisage pas de se retourner contre les utilisateurs à l'origine de la mise en ligne « puisqu'il ne s'agit pas de pirates à grande échelle, ayant republié plusieurs fois la vidéo ». Même écho du côté des plaignants. « Nous condamnons les internautes qui diffusent des contenus pour lesquels ils n'ont pas les droits. Mais Google, en tant qu'hébergeur, a la responsabilité de ce qui est diffusé chez lui. Il doit, en lançant un service, assurer la mise en place des moyens lui permettant de faire respecter la loi. »

Google dispose d'une équipe Internet chargée de contrôler les vidéos postées. Mais la masse et la rapidité avec laquelle les fichiers sont mis en ligne font que les dérapages sont le plus souvent signalés au moteur de recherche, a posteriori, par les utilisateurs du service eux-mêmes.

Google n'est pas le seul a être dépassé. Avant son rachat, YouTube avait déjà connu les mêmes affres. En juillet 2006, le vidéaste et pilote d'hélicoptère américain, Robert Tur, a attaqué en justice le site de partage de vidéos pour avoir permis la diffusion d'un reportage montrant le tabassage par la police d'un conducteur de camion, lors des émeutes de Los Angeles de 1992.

Plus récemment l'EFF (Electronic Frontier Foundation) a révélé que des assignations avaient été adressées à plusieurs sites de partage de vidéos pour leur demander l'identité d'une personne ayant diffusé sans autorisation le documentaire Voyage au pays des nouveaux gourous sur le Web.



Sujet trouvé et ouvert par : Rama



Le 29 novembre 2006
Source : latribune.fr

J-1 avant la sortie de Windows Vista

Le géant américain des logiciels lance jeudi son nouveau système d'exploitation à l'échelle mondiale, d'abord auprès d'une clientèle professionnelle. Le grand public devra attendre encore deux mois. Un lancement crucial alors que l'essor des logiciels libres vient peu à peu contester la suprématie de Microsoft.
Pour Microsoft, l'enjeu est de la plus haute importance. La firme de Bill Gates doit en effet lancer demain Windows Vista, le dernier né de ses systèmes d'exploitation, véritable emblème de la suprématie du groupe dans le secteur des logiciels. Le marché en jeu est en effet colossal, puisque plus de 90% des ordinateurs dans le monde fonctionnent déjà sous une version antérieure de Windows. Cette sortie - qui sera accompagnée de la dernière mouture 2007 de la suite bureautique Office - est d'autant plus guettée par les spécialistes que ce produit clé pour le groupe s'est longtemps fait attendre.

D'abord programmé pour 2005, le lancement du remplaçant de Windows XP (commercialisé en octobre 2001) avait été décalé à 2006, jusqu'à ce que le géant américain annonce en mars de cette année un nouveau report au 30 janvier 2007 pour le grand public. Au total, le projet aura connu près de deux ans et demi de retards cumulés, "car il ne nous semblait pas suffisamment abouti ", précisait Jean-Philippe Courtois, le patron de Microsoft International, dans La Tribune du 10/11/2006.

Il est vrai que la firme de Redmond joue gros. Celle-ci débourse chaque année près de 6 milliards de dollars en recherche et développement et aura fait travailler ses milliers d'ingénieurs pour parvenir à proposer un produit qui convienne aussi bien aux professionnels qu'au grand public. Au final, Vista sera doté d'une nouvelle interface graphique en plus de nouvelles fonctions et améliorations tournées vers le multimédia, qui de l'avis des spécialistes ne sont pas toutefois véritablement révolutionnaires.

Mais cette fois-ci et contrairement au lancement de Windows XP en 2001, celui de Vista va s'opérer dans un secteur du logiciel en pleine mutation dans lequel la concurrence est désormais nettement plus rude. En l'espace de cinq ans, l'industrie a vu l'émergence des logiciels "libres" comme Linux ou l'ascension fulgurante d'un Google qui propose par exemple en téléchargement gratuit sur Internet des programmes dont les fonctions sont similaires à celles de la suite bureautique Office.

De plus, Vista se retrouve "en compétition avec XP, qui est déjà un très bon produit. Les utilisateurs pourraient simplement choisir de rester avec XP", fait remarquer Joe Wilcox, un analyste de Jupiter Research interrogé par l'agence AFP. Pour l'institut Gartner, Windows Vista sera installé sur moins de 10% des ordinateurs fin 2007.



Sujet trouvé par : Rama




ARCHEOLOGIE


Le 10 novembre 2006
Source : archeophile.com

FINLANDE

Onze corps ont été découverts au sud de la ville de Lappeenranta. Il s'agit d'hommes jeunes (le plus jeune avait entre 20 et 22 ans), enterrés sans cercueil à environ un mètre de profondeur. En 1971, une autre fosse commune contenant 10 corps avait été mise au jour à quelques mètres de celle-ci. Selon Mika Lavento, responsable du chantier, d'autres corps pourraient bien être retrouvés. En effet, des témoignages indiquent que des déserteurs ont été exécutés et enterrés ici vers la fin de la guerre, en 1944. Les fouilles continuent, mais elles ont été placées sous la direction du bureau national des enquêtes, et la zone est bouclée par la police.


Sujet trouvé par : Rama



Le 10 novembre 2006
Source : archeophile.com

EUROPE

Les fermiers néolithiques fabriquaient des produits laitiers, il y a au moins 8000 ans en Roumanie, en Hongrie et en Suisse, et au moins 6000 ans en Grande-Bretagne. Ce sont les résultats d'études toutes récentes menées par des scientifiques de l'English Heritage notamment. Ils ont analysé des milliers de tessons de poterie portant des traces de graisse animale. Outre des traces de probable cuisson de viande, ils ont retrouvé de l'acide stéarique indiquant la présence de graisse de lait de chèvre, de mouton et de vache. Les fermiers produisaient du fromage, de la crème et sans doute d'une sorte de yaourt.

Source: Archéologia n°438 novembre 2006



Sujet trouvé par : Rama



Le 18 novembre 2006
Source : infos-paranormal.com

Les Statues Dogu :
des personnages qui intriguent la communauté scientifique.


Une assiette datant de 4 000 ans fabriquée au Népal à Lolladoff évoque un engin volant en forme de disque et sur les bords du plat se trouvent les dessins d'un être bizarre ainsi que d'un objet volant et des signes alphabétiformes totalement inconnus...



Un couteau de cérémonie aztèque représente sur son manche un homme en califourchon. celui-ci semble "piloter" un engin pouvant ressembler à une fusée.

Un récipient d'argile trouvé dans une tombe de Téotihuacan (Mexique) de forme ovoïde doté à sa base d'une hélice à huit pales trouée en son milieu est accompagné d'une figurine d'homme casqué accroupi et semblant vouloir rentrer dans la trouée.

Dans une ville de Toprakhale en Turquie il a été trouvé un objet insolite vieux de 3 000 ans ressemblant à une cabine spatiale occupée par un pilote dépourvu de tête.

A Ica au Pérou les chercheurs s'interrogent sur un crâne déformé en forme conique daté de plus de 3 000 ans. Ce crâne est similaire à ceux dessinés sur des bas reliefs de l'Egypte ancienne et aux coutumes des Indiens d'Amériques du Nord de la tribu curieusement appelée têtes plates. des crânes identiques ont été trouvés à Malte mais ne sont volontairement pas exposés au public.

Source: Zone Interdite



Arrow Vous souhaitez commenter cette nouvelle, cliquez ICI
Sujet trouvé et ouvert par :
Rama



_________________
ON NE TE DEMANDE PAS DE CROIRE, MAIS D'AVOIR LE DROIT DE SAVOIR !
C’est une sotte présomption d’aller dédaignant et condamnant pour faux ce qui ne nous semble pas vraisemblable. (Montaigne)




Last edited by Rama on 30/11/2006 00:04:45; edited 1 time in total
Reply with quote
Back to top
Publicité






PostPosted: 30/11/2006 00:02:23
PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Rama
ADMINISTRATEUR

Offline

Joined: 03 Apr 2005
Posts: 21,219
Sexe: Masculin
Localisation: DOUBS
Point(s): 114
Moyenne de points: 0.01

PostPosted: 30/11/2006 00:03:12



CLIMATOLOGIE / ENVIRONNEMENT


Le 17 novembre 2006
Source : sciences.nouvelobs.com

Climat : pas d’avancée à Nairobi sur l’après-Kyoto


La conférence des Nations unies à Nairobi (AP)


Ni l’accumulation de preuves scientifiques sur les effets du réchauffement climatique, ni même la publication de chiffres alarmistes sur ses conséquences économiques, n’ont réussi à accélérer les négociations politiques sur le climat. La conférence internationale sur le climat de Nairobi, qui s’est ouverte il y a deux semaines sur des appels pressants à l’action, s’achève aujourd’hui sur un maigre résultat. Aucun calendrier n’a été fixé pour entamer -et surtout finir- les discussions sur l’après-Kyoto.

Le protocole de Kyoto, qui fixe des objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) pour 35 pays industrialisés, pour 2012. La phase suivante doit être mise au point.

Les 70 ministres de l’environnement réunis dans la capitale du Kenya se sont mis d’accord sur des mesures d’aide à l’Afrique et aux pays pauvres, confrontés aux effets des changements climatiques. En revanche les discussions coincent sur deux points : la réévaluation du protocole de Kyoto et la proposition de la Russie de faire participer les pays en développement sur la base du volontariat.

Certains freinent l’ouverture de la réévaluation, sorte de bilan critique prévu par l’accord, de crainte qu’elle ouvre la porte aux discussions sur l’implication des pays en développement au-delà de 2012.

Les ONG et les associations de défense de l’environnement craignent qu’aucun accord ne soit conclu avant 2012 et qu’il n’y ait plus d’objectif de réduction des GES fixés après cette date.

C.D.



Sujet trouvé par : Rama



Le 21 novembre 2006
Source : fr.news.yahoo.com

Le réchauffement climatique tue déjà certaines espèces

WASHINGTON (AP) - Des espèces animales et végétales ont commencé à disparaître ou à changer plus vite que les scientifiques ne le prévoyaient, à cause du réchauffement climatique, souligne un rapport américain qui compile des centaines d'études.

Au moins 70 espèces de grenouilles, notamment dans les régions montagneuses, se sont déjà éteintes, et 100 à 200 autres espèces vivant dans des conditions climatiques froides, comme le manchot et l'ours polaire, sont dans une situation très délicate.

"Nous voyons des espèces s'éteindre", souligne Camille Parmesan, biologiste de l'université du Texas et auteur de l'étude, présentée dans la revue "Annual Review of Ecology, Evolution and Systematics". "Nous avons maintenant les preuves. Ce n'est pas seulement une intuition de biologiste. Cela se passe réellement", ajoute-t-elle.

Le rapport, qui compile 866 études scientifiques, note également des changements: des animaux qui migrent vers le nord quand ils le peuvent, des espèces qui s'adaptent légèrement, des plantes qui fleurissent plus tôt et une recrudescence des parasites.

Les scientifiques ne s'attendaient pas à des adaptations aussi rapides, même s'ils prédisaient de tels changements depuis longtemps. Mme Parmesan pensait qu'ils n'interviendraient pas avant une décennie.

Il y a encore cinq ans, les biologistes pensaient que les effets nuisibles du réchauffement se produiraient bien plus tard, souligne Douglas Futuyma, professeur d'écologie et d'évolution à l'université de l'Etat de New York.

"J'ai l'impression que l'on voit le désastre en face", dit-il. "Il se dirige à toute vitesse vers nous. Quiconque a dix ans aujourd'hui connaîtra un monde très différent et effrayant lorsqu'il en aura 50 ou 60", prédit-il.

L'étude de Camille Parmesan est la première analyse globale sur la question, souligne Chris Thomas, professeur de biologie à l'université de York, en Angleterre.

S'il est impossible de prouver de manière irréfutable que les changements observés sont le résultat du réchauffement, les éléments de preuve sont très probants et il n'y a pas d'autres explications qui tiennent la route, selon M. Thomas. Il est "statistiquement quasiment impossible que ces observations soient simplement le fruit du hasard", ajoute-t-il.

Les changements les plus notables chez les plantes et les animaux sont liés à une plus grande précocité du printemps. Par exemple, l'éclosion des fleurs de cerisier et les récoltes du raisin interviennent plus tôt qu'avant, et 65 espèces d'oiseaux britanniques pondent en général leurs premiers oeufs presque neuf jours plus tôt qu'il y a 35 ans.

Mme Parmesan s'inquiète le plus pour les espèces adaptées au froid, comme le manchot empereur dont la population de couples reproducteurs est passée de 300 à neuf dans l'ouest de la péninsule antarctique, ou l'ours polaire dont le nombre et le poids est en baisse dans l'Arctique.

Les espèces dépendantes du froid vivant sur le sommet des montagnes ne peuvent se réfugier nulle part, ce qui explique la disparition de certaines espèces de grenouilles, souligne la scientifique.

Les animaux qui s'accoutument mieux à la chaleur ou peuvent migrer vers le nord s'adaptent mieux que les autres. "Il y a beaucoup d'évolution actuellement", souligne Mme Parmesan. Mais aucune nouvelle mutation génétique n'a été observée, ce qui n'est pas surprenant car le processus pourrait prendre des millions d'années. AP



Sujet trouvé par : Rama



Le 27 novembre 2006
Source : notre-planete.info

Quel avenir pour l'espèce humaine ? Quel futur pour la planète ?


La poubelle est pleine, notre planète ne peut plus
absorber nos résidus et nos pollutions.
crédit : notre-planete.info



Quel avenir pour l'espèce humaine ? Quel futur pour la planète ? Telles étaient les questions soulevées par les dialogues du XXIème siècle organisés par l'Office de la prospective de l'UNESCO ce 25 novembre 2006. Des scientifiques reconnus, des hauts responsables, des personnalités incontournables sur ces grands enjeux ont dressé un bilan effroyable de l'état de notre planète tout en espérant que l'humanité saura saisir cette opportunité pour construire une nouvelle civilisation.

C'est Koïchiro Matsura, le directeur général de l'UNESCO qui a ouvert ce cycle de dialogues du XXIème siècle sur un constat désormais clair et indiscutable : "nous vivons la première crise écologique globale".

Quelques chiffes en témoignent :
- la pollution atmosphérique provoque 1,56 million de décès en Asie par an
- les espèces disparaissent au moins cent fois plus rapidement que le rythme naturel et de manière irréversible à notre échelle
- la biodiversité connaît une crise majeure sous la pression des activités humaines : certaines communautés en Himalaya en viennent à polliniser à la main faute d'insectes... (Michel Loreau, professeur d'écologie théorique à l'UNiversité McGill à Montréal, Canada)
- 13 millions d'hectares de forêts sont défrichés tous les ans alors que les forêts contribuent à atténuer le changement climatique
- les forêts tropicales, qui abritent 70 à 90% de la biodiversité continentale disparaissent pour répondre aux besoins des pays riches tout en exploitant les populations locales qui en sortent appauvries (Francis Hallé, botaniste et biologiste qui a dirigé les missions scientifiques du "Radeau des cimes" sur les canopées des forêts tropicales)
- les catastrophes naturelles aggravent leur bilan avec 900 000 morts dans la dernière décennie et 2,6 milliards de personnes touchées avec deux facteurs : l'établissement de population dans des zones à risque et une occurrence plus forte des phénomènes hydrométéorologiques
- la population humaine a été multipliée par quatre en un siècle, tandis que la consommation d'énergie et de matières premières a été augmentée d'un facteur 10
- ainsi, la pression de l'humanité dépasse significativement la capacité de notre planète à absorber nos pollutions et à se régénérer : nous utilisons actuellement 1,2 planètes, alors qu’il n’en existe qu’une de disponible (Mathis Wackernagel, directeur exécutif de Global Footprint network et co-créateur de l'Empreinte Ecologique)
- la désertification concernera un tiers des terres et touchera 2 milliards de personnes en 2050 à cause du changement climatique induit par les activités humaines
- 2 milliards de personnes seront en situation de pénurie d'eau d'ici à 2025, probablement 3 milliards en 2050 (Jean Margat, vice-président de l'Association du Plan Bleu pour la Méditerranée et de l'Institut méditerranéen de l'eau)
- le changement climatique accentuera les disparités géographiques dans la répartition des précipitations, augmentant ainsi la pression sur le vivant (Syukuro Manabe, scientifique réputé co-auteur du premier modèle global du climat)

En détériorant notre support de vie et en modifiant l'équilibre climatique qui ont contribué au développement de l'humanité, nous compromettons gravement notre avenir : en seulement quelques siècles, nous avons épuisé et gâché des ressources que la Terre avait façonnées pendant des centaines de millions d'années.
En effet, la Terre et l'humanité sont souffrants : "la planète est notre miroir, si la Terre est blessée et mutilée, c'est nous qui sommes blessés et mutilés" soulignait Koïchiro Matsura. "Nous devons devenir des symbiotes de la Terre et non pas des parasites (...) c'est de l'excès que notre planète est malade" ajoutait le discours de Javiers Pérez de Cuéllar, ancien secrétaire général des Nations Unies qui annonçait simplement "il faudra bien changer d'attitude, sinon c'est le suicide collectif". Le ton est donné, les termes sont graves, appuyés et sans équivoques, laisser faire serait immoral comme le souligne Al Gore dans son film "Une vérité qui dérange".

C'est pourquoi, il faut lutter sur tous les fronts comme il a été convenu au sommet de Johannesburg en 2002 car pour la première fois de son histoire, l'humanité doit prendre des décisions, faire des choix de civilisation qui vont déterminer son avenir.


Amorcer la décroissance

Haroldo Mattos de Lemos, président du comité brésilien du PNUE a souligné que nous devons faire face à trois défis majeurs pour assurer un développement durable de nos sociétés :
- garantir la disponibilité des ressources naturelles
- ne pas dépasser les limites de la biosphère en ce qui concerne sa capacité à absorber et recycler les résidus et la pollution induits par nos activités
- réduire la pauvreté au niveau mondial
Alors que ces indicateurs sont déjà clairement dans le rouge, le dernier montre la difficulté de ce défi : on ne peut pas réduire la pauvreté des pays les plus démunis sans augmenter inévitablement leur croissance et donc leur consommation.
C’est pourquoi, la responsabilité des sociétés occidentales est engagée : nos pays riches consomment trop de biens superflus avec un mode de vie inconcevable à l'échelle de la planète : l’idéal illusoire de nos sociétés de consommation ne peut-être généralisé aux 8 à 9 milliards de personnes qui peupleront la Terre en 2050. Ainsi, pour assurer un niveau de vie décent aux populations les plus pauvres tout en garantissant notre avenir commun, il nous faut rapidement et obligatoirement stopper notre consommation superflue.

Cette alerte n'est pas récente et cela fait plus de trente ans que les scientifiques et écologistes tentent de mobiliser les politiques et l'opinion mais on commence à peine à les écouter, regrettait Dennis Meadows, co-auteur du célèbre rapport du Club de Rome Limits to Growth (1972). Maintenant, les limites de l'acceptable sont dépassées, les Hommes, aveugles, continuent de souiller leur environnement en produisant trop, en consommant trop, en exploitant trop les ressources. En 1972 ce rapport audacieux prônait de ralentir la croissance afin de ne pas compromettre notre avenir, dorénavant, il faudrait entamer une décroissance nette.
En effet, la croissance a trop longtemps été désignée comme le remède miracle à tous les maux comme le rappelait Haroldo Mattos de Lemos. Notre développement ne doit plus être synonyme de croissance ajoutait Mostafa Kamal Tolba, ancien directeur exécutif du Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE).


Le citoyen, un acteur primordial : entre fatalisme et espoir

Dominique Voynet, ancienne ministre de l'environnement et de l'aménagement du territoire a souhaité remettre l'individu au cœur des problématiques écologiques car nous "nous vivons sur une fiction, nous ne croyons pas ce que nous savons" tout en rappelant, à titre d'exemple, que la production d'un jean demande 32kg de matières premières et 8 000 litres d'eau, un ordinateur 11 tonnes de matière, que le transport aérien, de plus en plus abordable est pourtant le principal responsable des émissions de CO2 en Ile-de-France (selon la méthode du bilan carbone).
Paradoxalement, le citoyen des pays riches est de plus en plus sensible, conscient et informé de la non durabilité de son mode de vie, sans pour autant s’engager à modifier significativement son quotidien.
Nicolas Hulot, acclamé par l'assistance a souligné la schizophrénie de l'individu : d'un côté il est tenté (via les médias et les publicitaires) par des biens de consommation de plus en plus futiles, nombreux et à durée de vie courte tandis que d'un autre côté, il lui est demandé d'être éco-responsable. Un constat que je partage avec amertume : notre intelligence individuelle et collective doit prendre le dessus sur cette "tentation" facile.

La diminution forte et rapide de notre consommation en biens superflus et un mode de vie plus raisonnable resteront les mots d'ordre de ce dialogue pour le XXIème siècle : la décroissance ne doit plus être tabou, consommer ne doit plus être un signe extérieur de richesse : il y a bien d'autres manières de concevoir notre développement "passons de la vanité à l’humilité" soulignait Nicolas Hulot.
De plus, n'attendons pas du progrès technologique qu'il sauve l'humanité, les solutions technologiques existent déjà, et leurs évolutions ne pourront contribuer qu’en partie à relever nos défis, insistait Dominique Voynet.

Au final, le doute n'est plus permis et pourtant nos comportements et nos politiques ne changent guère, or, comme l'indiquait Darwin : "ce ne sont pas les espèces les plus fortes ou les plus intelligentes qui survivent mais les plus rapides à s'adapter aux changements".
Par conséquent, les intervenants ne cachaient pas que nous allons vivre dans les années qui viennent des changements sociaux, environnementaux plus importants que ceux survenus pendant le XXème siècle...

Auteur : notre-planete.info (Christophe Magdelaine)



Sujet trouvé par : Rama




ACTUALITE


Le 19 novembre 2006
Source : akosh.pcinpact.com

Wikipédia et la Chine : je t'aime, moi non plus.

L'histoire d'amour entre l'encyclopédie libre Wikipédia et la Chine continue de plus belle. En partie inaccessible aux habitants chinois par des moyens "normaux" - il est tout de même possible de contourner le problème, à ses risques et périls - Wikipédia fonctionnait quasi intégralement il y a de cela deux jours. Certaines pages "tabous" étaient évidemment bloquées, mais une grande partie de l'encyclopédie était enfin consultable sans problème. Malheureusement, la joie fut de courte durée, puisque le lendemain, la censure recommença une énième fois.


Sujet trouvé par : Rama




Le 19 novembre 2006
Source : cyberpresse.ca

Un bouclier humain empêche le bombardement d'une maison

Agence France-Presse
Gaza

La présence de centaines de Palestiniens, formant samedi soir un bouclier humain autour de la maison d'un militant palestinien, a empêché l'aviation israélienne de procéder au bombardement annoncé des lieux, ont indiqué des témoins et l'armée.

Quelque 200 à 300 personnes s'étaient rassemblées samedi soir autour du domicile de la famille de Wael Baroud, dans un camp de réfugiés au nord de la ville de Gaza.

La famille avait auparavant reçu un appel téléphonique de l'armée israélienne la sommant de quitter immédiatement la maison, ont indiqué les témoins à l'AFP.

Wael Baroud est un membre des Comités de la résistance populaire, l'une des trois organisations qui a revendiqué l'enlèvement d'un soldat israélien durant l'été.

Un porte-parole de l'armée israélienne a indiqué à l'AFP que le raid prévu contre la maison du militant palestinien avait été annulé à la suite de la formation du bouclier humain.

«Nous ne voulons pas faire de mal à des civils non concernés (par le motif du bombardement) Les terroristes utilisent des civils non concernés comme des boucliers humains», a-t-il commenté.

«Nous continuerons nos opérations contre des infrastructures terroristes, tout en continuant à faire une distinction entre la population civile et les terroristes», a ajouté ce porte-parole.

Israël poursuit des opérations dans la bande de Gaza, depuis la mort mercredi d'une Israélienne tuée dans l'explosion d'une roquette palestinienne dans la ville de Sdérot (sud).

L'Assemblée générale de l'ONU a demandé vendredi, à une écrasante majorité, la fin de toutes les formes de violence entre Israël et les Palestiniens, dont les opérations militaires d'Israël à Gaza et les tirs de roquettes sur Israël.

Le gouvernement israélien devait se réunir dimanche pour discuter d'éventuelles opérations visant à mettre fin aux tirs de roquettes palestiniennes à partir de la bande de Gaza, plusieurs ministres préconisant la liquidation de responsables du Hamas, le mouvement islamiste à la tête du gouvernement palestinien.



Sujet trouvé par : Rama



Le 21 novembre 2006
Source : lefigaro.fr

Après l’assassinat de Gemayel, la Syrie dans la ligne de mire


Photo recueillie sur tf1.lci.fr


Au Liban, anti comme pro-syriens ont condamné mardi l'assassinat du ministre de l'Industrie. Pour les deux camps, cet attentat vise à déstabiliser le pays du Cèdre. Washington a réclamé l’ouverture d’une enquête.

Les partisans comme les détracteurs du régime syrien au Liban se sont rejoints mardi pour condamner l'assassinat du ministre de l'Industrie, Pierre Gemayel, imputé par tous à des forces visant à déstabiliser le pays.

Alors que Washington a demandé une enquête sur cette exécution, l'ambassadeur des Etats-Unis à l'Onu, John Bolton, a relié l'assassinat de Gemayel et l'attentat fatal à Rafic Hariri, suggérant une responsabilité syrienne dans ces deux événements.

La ministre israélienne des Affaires étrangères, Tzipi Livni, a été encore plus claire sur ses soupçons à l'égard de Damas: «Le rôle négatif de la Syrie au Liban n'est ni nouveau ni secret.»

Javier Solana, le représentant de la diplomatie de l'Union européenne, a aussi jugé que le Liban «paye cher sa volonté de vivre en paix et de manière indépendante».

Jacques Chirac, qui a fait part de son «horreur» et de sa «consternation», a souligné que Paris se tenait «aux côtés du Liban pour la création d'un tribunal à caractère international», destiné à juger les assassins présumés de l’ancien premier ministre Rafic Hariri. Le ministre des Affaires étrangères, Philippe Douste-Blazy se rendra aux obsèques de Pierre Gemayel, jeudi à Beyrouth.

Pour la Syrie, une «mascarade»

Au plan intérieur, Saad Hariri, le chef de la majorité parlementaire anti-syrienne, a largement vilipendé «la main de la Syrie», à l'instar du ministre libanais antisyrien des Télécommunications, Marwan Hamadé. Damas qui a condamné l’attentat a balayé ces accusations. L’ambassadeur syrien aux Etats-Unis a même dénoncé une «mascarade» visant à ternir la réputation syrienne.

Le premier ministre Fouad Siniora a établi un lien direct entre l'assassinat de mardi et ce qui a déclenché la crise politique actuelle entre son gouvernement soutenu par Washington et le Hezbollah proche de Damas et Téhéran: la formation du tribunal international chargé de juger les suspects dans le meurtre d'Hariri.

La création d’un tribunal, pomme de discorde

L'assassinat de Gemayel intervient en effet en pleine crise politique dans le pays du Cèdre, déstabilisé par la démission récente des ministres pro-syriens chiites.

La majorité anti-syrienne accuse notamment la minorité pro-syrienne de vouloir ainsi bloquer la création de ce tribunal spécial qui risquerait de mettre en cause des responsables syriens et libanais dans l'assassinat de l'ancien premier ministre. La Syrie dément toute implication.

«Le peuple du Liban ne renoncera pas au tribunal international. Cela va renforcer sa détermination. Nous allons traduire en justice ceux qui ont tué Pierre Gemayel», a assuré Saad Hariri, fils de Rafic Hariri.



Sujet trouvé par : Rama



Le 28 novembre 2006
Source : meretmarine.com

Bugaled Breizh
Le BEA Mer écarte la thèse du sous-marin
et privilégie l'accident de pêche


Un long rapport de 184 pages a été communiqué hier aux familles des disparus du chalutier breton par le Bureau enquêtes accidents Mer. Presque trois ans après le naufrage du Bugaled Breizh, le BEA a retenu la thèse de l'accident de pêche, écartant celle d'un submersible, pour justifier la perte mystérieuse du bateau et la mort de cinq pêcheurs. Le chalutier a sombré le 15 janvier 2004, en marge d'un important exercice naval de l'OTAN. Se fondant sur l'examen de l'épave, sur les analyses et sur les rapports d'experts réalisés depuis le drame, les enquêteurs du ministère des Transports estiment que le Bugaled a été victime d'une « croche molle », selon l'hypothèse la plus probable. Toutefois, l'enfouissement du train de pêche dans les fonds sablonneux du Cap Lizard n'aurait été que « le facteur déclanchant ». Le directeur du BAE Mer, Jean-Marc Schindler, qui a présenté hier à Quimper les conclusions de l'enquête, parle d'une « conjonctions d'éléments » ayant conduit au naufrage. Selon le scénario évoqué, le câble bâbord du chalutier se serait enfoncé dans le sable, l'autre câble venant finalement le croiser. La bateau aurait alors été déstabilisé, accusant une gîte sur bâbord. Pour remédier à cette situation, l'un des pêcheurs aurait alors décidé de dérouler le câble bâbord, ce qui aurait eu pour conséquence de faire brutalement pencher le bateau de l'autre côté. Dans le même temps, avec la houle et des creux atteignant 4 mètres, des paquets de mer se seraient engouffrés dans le chalutier, la progression de l'eau étant facilitée par des portes restées ouvertes.


Pourquoi la piste du sous-marin est écartée par les enquêteurs

Plusieurs autres hypothèses ont été étudiées par le BEA Mer. La croche avec un objet posé sur le fond, tel un conteneur où une épave, a par exemple été écartée en raison de l'absence de tout obstacle sur les vidéos sous-marines prises sur le lieux du naufrage. De même, la piste du sous-marin, défendue par les familles des victimes, a été mise de côté. Dans son rapport (*), le BEA indique qu'une croche au niveau du chalut « paraît impossible », celui-ci traînant sur le fond avec 4 mètres d'ouverture verticale. « A supposer qu'un sous-marin se trouve à cette hauteur du fond, le chalut aurait été gravement endommagé. Or, celui-ci ne présente qu'une petite déchirure au niveau des ailes supérieures ». Une croche avec les deux funes, distantes de 50 mètres au fond et 6 mètres en surface est également exclue : « Un sous-marin se trouvant à hauteur des funes crocherait vraisemblablement les deux funes et il est probable que le chalut décollerait du fond avant que le navire ne soit affecté. Or, on a trouvé les chaînes de bras inférieurs et supérieurs et les pignons ensouillés », précise notamment les conclusions des enquêteurs. Restait, enfin, l'hypothèse d'une croche sur une seule fune. Si tel avait été le cas, il y aurait eu « soit un mouvement vers l'extérieur du train de pêche, le panneau et l'aile de chalut du bord de la fune tirée auraient eu tendance à être écartés. Or, on a trouvé l'écartement du chalut resserré et les panneaux distants d'environ 5 mètres, inversés » ou bien « un mouvement vers l'intérieur, qui aboutirait bien à un croisement des panneaux, mais probablement aussi à celui des ailes du chalut, ce qui ne correspond pas aux constatations faites. Le chevauchement du bras et de la fourche bâbord restent inexpliqués dans cette hypothèse ». Le BEA souligne que, dans les deux cas, « on n'aurait pas retrouvé les funes ayant des tracés presque parallèles entre les panneaux et le navire. Enfin, l'analyse métallurgique des funes n'a pas révélé d'effort anormal qui aurait pu être provoqué par un sous-marins ». Et de conclure : « Il apparaît donc au vu des éléments disponibles à ce jour qu'il n'y a pas suffisamment de cohérence entre l'hypothèse d'une croche du train de pêche par un sous-marin et les constatations matérielles faites sur le train de pêche »


Les familles des victimes dénoncent un « mensonge d'état »

Pour les proches des cinq pêcheurs disparus dans le naufrage, le choc a été rude, hier, lors de l'annonce des conclusions du BEA Mer. Familles comme avocats ont rejeté les résultats du rapport, certains évoquant un « mensonge d'état » pour couvrir la vérité. Aux yeux des familles, la responsabilité d'un sous-marin est probable. Maître Christian Bergot met en avant le dossier d'instruction évoquant la rapidité du naufrage et les traces de frottements sur l'un des câbles. Les traces d'oxyde de titane décelées sur cette partie du chalut sont également évoquées mais, selon le BEA Mer, elles « ne sont pas assez conclusives », c'est-à-dire trop faibles, pour conduire à la culpabilité d'un submersible, d'autant que l'oxyde de titane est un opacifiant présent dans bon nombre de peintures industrielles. Des analyses seraient d'ailleurs en cours pour savoir si la peinture du Bugaled contient, elle aussi, de l'oxyde de titane. La levée du secret défense sur les journaux de bord et cartes des navires engagés dans l'exercice ASWEX 04 n'avait pas permis de localiser un sous-marin français, britannique ou néerlandais à proximité immédiate du Bugaled au moment de son naufrage. Malgré ces documents déclassifiés, les soupçons perdurent. Pourtant, outre les considérations techniques du BEA Mer, l'implication d'un submersible soulève des interrogations. Si un bâtiment en plongée peut être « sourd » à grande vitesse, une navigation à vive allure dans des eaux peu profondes du Cap Lizard apparait des plus dangereuses. Or, « Lorsqu'on navigue à petite vitesse, on entend forcément ce qui se passe et donc, s'il y a un problème, on fait surface. C'est logique, naturel et c'est déjà arrivé il y a quelques années, quand un sous-marin diesel français avait happé un chalut. Il avait immédiatement fait surface pour rendre compte et porter assistance. Vous imaginez des officiers entendre que quelque chose d'anormal se passe et poursuivre leur route comme si de rien n'était ? », nous avait expliqué il y a quelques mois un commandant de sous-marin. Un autre officier ajoute, pour sa part : « Il est illusoire de penser qu'on pourrait faire taire un équipage en de telles circonstances ». Les divergences de points de vue sont donc encore nombreuses, alors que l'enquête judiciaire sur le naufrage du chalutier se poursuit. Les proches des marins espèrent que de nouveaux éléments permettront une meilleure compréhension des circonstances du drame. Des expertises continuent, notamment, sur la fune tribord du navire.



Sujet trouvé par : Rama




INSOLITES


Le 18 novembre 2006
Source : fr.news.yahoo.com

Une ville brésilienne veut mettre un terme
au pelotage dans les autobus aux heures de pointe


SAO PAULO (AP) - Afin de couper court au pelotage dans les autobus aux heures de pointe, une ville brésilienne s'apprête à mettre en place un système de bus réservés aux femmes.

Le conseil municipal de Goiânia, capitale de l'Etat central de Goiás, a approuvé à l'unanimité une proposition visant à mettre en place des bus réservés aux femmes aux heures de pointe, le matin et le soir, a rapporté l'auteur du texte, le conseiller Mauricio Beraldo.

"Les belles femmes de Goiânia sont constamment harcelées sexuellement dans les bus bondés par des hommes qui semblent incapables de se contrôler", a-t-il déclaré lors d'un entretien téléphonique depuis son bureau, à 925km au nord de Sao Paulo.

"Depuis des années, j'ai reçu un nombre incalculable de plaintes par des femmes inquiètes et en colère se plaignant d'hommes qui profitaient des conditions dans les bus bondés pour caresser leur corps", a-t-il poursuivi. "C'est la raison pour laquelle j'ai décidé de proposer un texte demandant l'introduction de bus transportant uniquement des femmes".

Le maire de cette ville de 1,1 million d'habitants, Iris Rezende, devrait promulguer la proposition le 15 décembre et les bus réservés aux femmes pourraient être en place mi-2007, a expliqué Mauricio Beraldo. Les détails du système doivent être mis au point dans les semaines qui viennent. Le maire n'a pas pu être joint.

"D'autres villes comme Le Caire, Tokyo, Mexico et Rio de Janeiro ont réglé des problèmes similaires en introduisant des systèmes de transports réservés aux femmes", a ajouté le conseiller municipal.

Le métro de Rio de Janeiro a mis en place des rames réservées aux femmes cette année après plusieurs plaintes de harcèlement sexuel. Elles circulent toute la journée, alors qu'à Mexico, les wagons qui leur sont destinés ne fonctionnent qu'aux heures de pointe. AP



Sujet trouvé par : Rama



Le 22 novembre 2006
Source : 24heures.ch

Avec la mode des «animaux bizarres», le caméléon du Yémen arrive en ville


CALIN : Le caméléon du Yémen se reproduit en captivité,
ce qui rend possible sa vente au grand public en Suisse.
Le Calyptratus atteint généralement 35 à 45 centimètres
«du rostre au cloaque» et convient aux débutants.
PHILIPPE MAEDER


Adieu poissons rouges et canaris : les reptiles sont les nouveaux animaux de compagnie à la mode. Depuis cet été, le Calyptratus du Yémen séduit les passants en bas de la Borde. Grand succès.

Pour Carlos Rodriguez, pas de doute: «C'est l'animal du futur.» A le voir loucher sur sa branche, le Calyptratus vert électrique qui regarde passer les voitures en bas de la Borde ne semble pas réaliser pleinement ce qui se trame dans son dos.

Son éleveur a pourtant de grands projets pour lui et sa progéniture: «Pendant 70 ans, les gens avaient des oiseaux comme animal de compagnie, poursuit Carlos Rodriguez, visionnaire. Ensuite, c'était les poissons pendant près de 40 ans. Maintenant, c'est au tour des reptiles.»


Le bon filon du reptile

Didier Barraud, lui, a vendu des poissons exotiques pendant 11 ans en bas de la rue de la Borde. Des cichlidés africains, des néons amazoniens et toutes sortes de spécialités tropicales. Mais aujourd'hui, «l'eau de mer, c'est fini. Les gens ont eu trop de malheurs». Didier Barraud a dû trouver autre chose.

Avec l'aide de Carlos Rodriguez, éleveur de reptiles, le vendeur de poissons a installé un terrarium cet été dans sa vitrine. Et depuis, c'est l'attraction. Grâce aux caméléons, les petits yeux foncés de Didier Barraud brillent à nouveau.


«Des bébés grillons pour mon rhaco»

Son magasin ne désemplit pas et les clients attendent patiemment leur tour, pour un conseil ou une poignée de grillons vivants. Parmi eux, Marc, qui «aime les animaux bizarres», possède déjà un Rhacodactylus, une sorte de gros gecko «tout à fait affectueux» vendu 250 francs. «Je suis venu acheter des bébés grillons pour mon rhaco, explique Marc. Mais je suis tombé en arrêt devant ce caméléon. C'est sûr, je vais bientôt craquer!»

Carlos Rodriguez y croit dur comme fer: les reptiles sont en passe de devenir les nouveaux animaux de compagnie de demain. Il élève surtout des serpents, «des spécialités pour des connaisseurs», mais se lance volontiers dans des «trucs grand public», comme les caméléons du Yémen ou d'autres «grands classiques» comme des pythons et des boas.

Comme il est interdit d'importer des caméléons, seuls les animaux d'élevage sont disponibles à la vente aux particuliers. Et justement, le Calypratus du Yémen s'y prête spécialement. «Tous mes caméléons sont nés en Suisse», explique fièrement Carlos Rodriguez.


L'animal n'est pas craintif

Jaune et vert électrique, l'animal n'est pas craintif et grimpe volontiers sur son propriétaire. Il change de ton en passant du clair au foncé à vue d'œil. Clou du spectacle: en une demi-seconde, le Calyptratus scotche un grillon sur sa langue à vingt centimètres. Succès assuré. La bête adulte est vendue entre 150 et 300 francs selon la taille.

Mais attention: «un caméléon n'est pas un jouet et reste un animal délicat» prévient Jean Garzoni, directeur du Vivarium de Lausanne. Son propriétaire doit être prêt à se mettre en quatre. Un terrarium doit être équipé d'un néon spécial et un humidificateur est indispensable. Cet iguane fragile peut-il vraiment être mis entre toutes les mains? «Tant que ces animaux sont issus de l'élevage, cela ne pose pas de problème», conclut Jean Garzoni.

FRANCOIS PILET



Sujet trouvé par : Rama




Le 29 novembre 2006
Source : tf1.lci.fr

Les excuses du vendeur de mèches de Ramsès II

"Jamais je n'aurais imaginé faire un incident diplomatique, si je l'avais su, bien sûr que jamais je ne l'aurais fait, je le regrette beaucoup, je présente mes excuses au gouvernement égyptien", a déclaré mercredi soir Jean-Michel Diebolt, d'une voix tremblante. Ce facteur de 50 ans, qui a mis en vente sur Internet des mèches de cheveux qu'il affirme provenir de la momie de Ramsès II, provoquant la colère des autorités égyptiennes, a été entendu mercredi au commissariat de Grenoble et remis en liberté dans l'après-midi. "Pour le moment aucune charge n'a été retenue contre lui, mais l'enquête se poursuit", a expliqué le procureur de la République, Luc Fontaine, qui a tenu à limiter l'ampleur de l'affaire : "Il s'agit de trois fragments infimes de cheveux et de morceaux de bandelette".

Jean-Michel Diebolt a été interpellé mardi soir à son domicile de Saint-Egrève, dans l'Isère, et a reconnu auprès des policiers de la PJ avoir cherché à vendre ces restes "pour se faire de l'argent". Il a indiqué que son père, mort en 2001, avait participé à des opérations d'analyse de morceaux de la momie effectuées à Grenoble en 1977 et lui avait remis ces reliques. La PJ a saisi à son domicile une dizaine de petits sacs en plastique contenant de minuscules échantillons de cheveux et de bandelette, censés avoir appartenu au pharaon. "Tout sera rendu à qui de droit", a assuré le procureur.


"Ecrasé par les conséquences de son geste"

Selon le directeur-adjoint du Commissariat à l'énergie atomique (CEA) chargé de la sûreté et de la sécurité à Grenoble, François Michel, "la momie de Ramsès II n'est jamais venue à Grenoble et a été traitée uniquement à Saclay, dans la banlieue parisienne". "Lorsque la momie a été sortie de son linceul, des fragments de cheveux et de bandelettes se sont détachés du corps et sont tombés. Ces fragments ont été envoyés à une quarantaine de laboratoires en France, dont le CEA à Grenoble", a-t-il expliqué. "Il est vrai qu'on ignore ce que sont devenus ces fragments", a reconnu François Michel, se référant à un livre publié en 1985 sur le sujet par le Musée de l'Homme à Paris.

Selon le procureur, l'infraction susceptible d'être reprochée à Jean-Michel Diebolt serait le "recel de restes provenant d'un abus de confiance". Mais, pour cela, il faut savoir si "son père a soustrait ces restes" et si le fils connaissait leur histoire car "le délit de recel suppose une connaissance de l'origine frauduleuse de ces restes". "Cet homme est désolé et écrasé par les conséquences médiatiques de son geste", a ajouté le magistrat.

Conservée au musée du Caire, la momie de Ramsès II avait été envoyée en France il y a 30 ans pour déterminer les causes du mal étrange rongeant le cadavre du dernier grand pharaon, qui avait régné de 1279 à 1213 avant J.C. Une fois traitée aux rayons gamma, la momie avait été rapatriée en Egypte, d'où elle n'est plus jamais repartie.



Sujet trouvé par : Rama




CULTURE


Le 23 octobre 2006
Source : cidehom.com

Le ciel comme si vous y étiez !


Le ciel à l'oeil nu en 2007.
Mois par mois, les plus beaux phénomènes célestes
présentés tels qu'ils vous apparaîtront.
Un superbe cadeau, à offrir ou à s'offrir !
Crédit : AMDS/ Guillaume Cannat/Nathan


Article de Didier Jamet

Avec le ciel à l’œil nu en 2007, Guillaume Cannat nous offre sur un plateau les plus beaux spectacles célestes de l’année à venir. Eclipse de Lune, opposition martienne, pluie d’étoiles filantes, rien de ce qui fera la prochaine actualité astronomique n’est oublié dans cet ouvrage qui vient de paraître chez Nathan.

Pour cette cinquième édition du " Ciel à l’œil nu ", Guillaume Cannat nous présente en détails et en images plus d’une soixantaine d’évènements astronomiques de toute beauté. Pour en profiter, nul besoin d’investir dans un coûteux matériel puisque l’essentiel des phénomènes célestes présentés se savourent idéalement à l’œil nu. Associant la magie des traitements informatiques à sa connaissance intime du ciel et de ses moindres nuances, l’auteur nous restitue dans leur ambiance exacte rassemblements planétaires, levers de lune majestueux ou retour en grâce de la Planète Rouge. Un souci de rigueur et de qualité d’ailleurs récompensé l’an dernier par le prix spécial du jury du festival d’astronomie de Haute Maurienne.

Ponctuant son propos de références mythologiques ou historiques passionnantes, nous racontant le ciel dans une langue simple et belle, l’auteur a le talent de faire surgir des instants de pure poésie à propos des sujets les plus inattendus : de quoi se nourrit le Scorpion en février ? Que se passera-t-il de nouveau à l’ouest en juin ? Comment réussir ses filés d’étoiles ? Pourquoi, mais pourquoi donc, le ciel est-il bleu ?

Pour moins cher que deux places de cinéma (16,50 euros), le ciel à l’œil nu en 2007 vous offre, outre les réponses à ces questions et bien d’autres, toute une année de spectacles célestes. À ne manquer sous aucun prétexte.



Sujet trouvé par : Rama




Sortie le 13 Décembre 2006
Source : fr.movies.yahoo.com

Déjà Vu



Film de Tony Scott
Avec Val Kilmer, Denzel Washington, Adam Goldberg, Jim Caviezel, Bruce Greenwood
Durée : 2h10
Genre : Policier

Alors qu'il enquête sur l'explosion d'une bombe sur un ferry à la Nouvelle Orléans, l'agent Doug Carlin se voit enrôlé au sein d'une nouvelle cellule du FBI ayant accès à un appareil gouvernemental top secret permettant d'ouvrir une "fenêtre sur le temps", et ainsi de retrouver les preuves nécessaires à l'arrestation d'importants criminels. Cette fenêtre permet d'observer des évènements dans le passé s'étant déroulés quatre jours, six heures et quelques minutes auparavant... pas une de plus, pas une de moins.
Durant son investigation, Doug va découvrir que ce que la plupart des gens pensent n'être qu'un effet de leur mémoire est en fait un don bien plus précieux, une force qui le mènera vers une course contre la montre pour sauver des centaines d'innocents.



Sujet trouvé par : Rama
_________________
ON NE TE DEMANDE PAS DE CROIRE, MAIS D'AVOIR LE DROIT DE SAVOIR !
C’est une sotte présomption d’aller dédaignant et condamnant pour faux ce qui ne nous semble pas vraisemblable. (Montaigne)




Reply with quote
Back to top
darksidesong
Membre 16 étoiles
Membre 16 étoiles

Offline

Joined: 09 Jan 2006
Posts: 1,025
Sexe: Masculin
Localisation: pas loin du lux ;-) 57
Point(s): 7
Moyenne de points: 0.01

PostPosted: 30/11/2006 06:36:08
merci pour ce remarquable travail rama !! mille merci Mad Razz

ps: ce film a vraiment l air d etre interressant , j adore tout ce qui touche a la maitrise du temps Shocked
_________________
croyance ou science ?? cherchez l'erreur


Reply with quote
Back to top
kZ
Membre 16 étoiles
Membre 16 étoiles

Offline

Joined: 22 Jun 2005
Posts: 1,200
Sexe: Masculin
Point(s): 0
Moyenne de points: 0.00

PostPosted: 30/11/2006 12:06:07
Mon Journal préféré depuis le début je ne sais pas pourquoi mais j'ai tout lu d'un coup c'était très plaisant!! Merci Rama !! Wink Wink Wink

Reply with quote
Back to top
Rama
ADMINISTRATEUR

Offline

Joined: 03 Apr 2005
Posts: 21,219
Sexe: Masculin
Localisation: DOUBS
Point(s): 114
Moyenne de points: 0.01

PostPosted: 30/11/2006 13:27:04
Vos remerciements me touchent toujours et me donnent du plaisir à continuer ce Journal des News. Embarassed
Merci à VOUS ! Cool
_________________
ON NE TE DEMANDE PAS DE CROIRE, MAIS D'AVOIR LE DROIT DE SAVOIR !
C’est une sotte présomption d’aller dédaignant et condamnant pour faux ce qui ne nous semble pas vraisemblable. (Montaigne)




Reply with quote
Back to top
BIOFIDUS
Modérateur

Offline

Joined: 19 May 2005
Posts: 9,241
Sexe: Masculin
Localisation: Languedoc (Hérault)
Point(s): 46
Moyenne de points: 0.00

PostPosted: 30/11/2006 14:05:19
Z'ont raison les autres: bon boulot.
C'est peut-être fastidieux à faire, mais continue!
Wink
_________________
Rien n'est sûr, mais tout est possible


Reply with quote
Back to top
sumer
Membre 18 étoiles
Membre 18 étoiles

Offline

Joined: 09 Apr 2005
Posts: 5,109
Sexe: Féminin
Localisation: Province de Québec
Point(s): 0
Moyenne de points: 0.00

PostPosted: 05/12/2006 03:24:05
Razz Je te dis un gros bravo Rama, de nous offrir autant de divers sujets qui nous donnent l'heure juste par rapport à ce qui se déroule et ce, dans le milieu ufologique tout comme les autres sujets sur la sellette médiatique. Les articles sont bien intéressants.
Wink Bonne continuation et merci pour cette transmission d'info.


Reply with quote
Back to top
louxor
Modérateur

Offline

Joined: 15 Jul 2005
Posts: 13,143
Sexe: Masculin
Localisation: Languedoc (Hérault)
Point(s): 4
Moyenne de points: 0.00

PostPosted: 05/12/2006 03:40:50
Surprised bravo + 1

Reply with quote
Back to top
Visit poster’s website
Angel
Membre 17 étoiles
Membre 17 étoiles

Offline

Joined: 09 Jul 2006
Posts: 3,540
Sexe: Masculin
Localisation: A côté de Grenoble
Point(s): 0
Moyenne de points: 0.00

PostPosted: 05/12/2006 07:59:06
Bravo aussi... Smile

Reply with quote
Back to top
Contenu Sponsorisé






PostPosted: 22/07/2019 20:02:29
Back to top
Display posts from previous:   
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    NousNeSommesPasSeuls Forum Index -> ARCHIVES GÉNÉRALES -> ARCHIVES GLOBALES NNSPS -> Archives chroniques NNSPS -> Journal All times are GMT + 1 Hour
Page 1 of 1

 
Jump to:  

 
Index | Create a forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Conditions générales d'utilisation
Template Boogie by Soso
Powered by phpBB © 2001, 2019 phpBB Group