NousNeSommesPasSeuls :: Forum de discussions sur les thèmes de l'ufologie, le paranormal, les sciences, ...
NousNeSommesPasSeuls Forum Index
 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

 
Danger d'écophagie

 
Post new topic   Reply to topic    NousNeSommesPasSeuls Forum Index -> BIENVENUE -> Actualité mondiale et découvertes -> Sciences -> Sciences
Previous topic :: Next topic  
Author Message
rigel
Membre 18 étoiles
Membre 18 étoiles

Offline

Joined: 22 May 2005
Posts: 5,919
Sexe: Féminin
Point(s): 0
Moyenne de points: 0.00

PostPosted: 09/12/2005 23:26:55
Je pense que vous avez déjà entendu parler des réplicateurs, mais savez-vous le danger lié à nos très petits amis issus de la recherche sur les nanotechnologies? Il faudrait environ 2h5 pour que tte la biomasse soit bouffée, charmant non
Je vous conseille donc de vous pencher sur le texte joint de Robert Freitas chercheur au http://www.foresight.org/


Quote:
Des "plantes" avec des "feuilles" pas plus efficaces que les cellules solaires actuelles peuvent l'emporter sur les végétaux naturels, peuplant la biosphère d'un immangeable feuillage. Des "bactéries" omnivores peuvent surpasser les bactéries actuelles : elles pourraient se répandre avec le vent comme le pollen, se répliquer rapidement et réduire la biosphère en poussière en quelques jours. Des réplicateurs dangereux pourraient être trop résistants, trop petits et se propager trop vite pour qu'on puisse les arrêter -du moins si nous ne nous y préparons pas. Nous avons déjà du mal à contrôler les virus et les criquets.

Chez les familiers des nanotechnologies, cette menace a reçu le nom de "péril de la mélasse grise". Bien qu'une multitude de réplicateurs incontrôlés ne soit pas forcément grise ou goudronneuse, le terme de "mélasse grise" suggère que les réplicateurs capables de supprimer la vie peuvent être encore moins engageants qu'une unique espèce de chiendent. Ils seraient peut-être supérieurs d'un point de vue évolutionniste mais cela ne les rend pas désirables pour autant.

La menace de la mélasse grise montre à l'évidence que nous ne pouvons pas nous permettre certains types d'accidents avec les assembleurs répliquan





Quote:
Cette analyse suggère les recommandations particulières suivantes aux pouvoirs publiques.


1. Un moratoire international immédiat sur toutes les expérimentations de vie artificielle qui mettent en œuvre du matériel non biologique. Dans ce contexte, la « vie artificielle » désigne des réplicateurs autonomes pour leur « alimentation » ; en sont exclus les développements purement biologiques (déjà couverts par les règles NIH 3[65] tacitement acceptées partout dans le monde) et les simulations informatiques, travail préparatoire essentiel qui doit continuer. Des stratégies de réplication sûres par elles-mêmes, comme l'architecture à instructions diffusées « broadcast architecture » [66] , offrent une alternative déjà bien connue.


www.foresight.org/nano/Ecophagie.rtf



En effet, comme l'explique lui-même Eric Drexler dans Engines of Creation, les nanomachines capables de se répliquer - ou «nanoréplicateurs» - présentent un risque très sérieux: et si par accident, négligence ou mauvaise intention, des nanoréplicateurs se mettaient à se multiplier hors de tout contrôle? En théorie, rien n'empêcherait des nanoréplicateurs défectueux (ou conçus dans ce but?) de transformer toute matière qui leur tombe sous la main pour en faire d'autres nanoréplicateurs ad infinitum et ad nauseam...

Ce type d'incident fâcheux a été surnommé le Grey Goo Problem (3, 4) - que l'on pourrait traduire par «problème de la substance visqueuse grise» -, bien que la matière transformée par l'action des nanoréplicateurs ne serait pas nécessairement visqueuse ou grise. On peut aussi lui préférer le terme d'«écophagie» (ecophagy). Inventé par Robert Freitas Jr., physicien et expert de la (future) nanomédecine, ce néologisme - qui signifie littéralement «manger la Terre» - correspond à la «consommation» d'un écosystème, par la transformation de toute sa biomasse en «nanomasse»...

Le pire scénario est, évidemment, celui de l'écophagie globale, soit l'absorption de toute la biosphère du globe. Car, malgré leur petite taille, les nanoréplicateurs pourraient montrer un appétit sans fin... Robert Freitas Jr. a estimé que, en raison de leur taux de multiplication exponentiel, une colonie de nanoréplicateurs, dont le nombre doublerait toutes les 100 secondes, serait en théorie capable de phagocyter notre biosphère en 1 000 secondes (5). C'est-à-dire moins de 2,5 heures... Vous avez dit «cauchemar»?

Le scénario classique du Grey Goo avait pour principaux acteurs des nanomachines à base de métaux et de silicium. Mentionnons aussi le Green Goo, où la couleur verte fait référence aux ingrédients biotechnologiques entrant dans leur composition. Pour l'instant, peu importe la couleur, le péril nanotechnologique demeure largement hypothétique. Mais comme dit le proverbe, mieux vaut prévenir que guérir! Surtout que l'enjeu est tout de même loin d'être anodin?

Dans les médias, contrairement aux OGM et au clonage humain par exemple, la question des dangers de la nanotechnologie ne défraie pas encore les manchettes. Par contre, dans la presse spécialisée, et sur le Net en particulier, le débat fait déjà rage. Deux camps s'affrontent, que l'on pourrait baptiser les Prudents et les Optimistes.




Dans cet esprit, le Foresight Institute, organisme à but non lucratif fondé et présidé par Eric Drexler, a publié un ensemble de recommandations (8) afin de baliser la recherche en nanotechnologie. On y recommande notamment d'interdire la création de nanoréplicateurs capables de se reproduire librement. Tout nanoréplicateur devrait dépendre d'une source d'énergie ou de matières premières impossibles à trouver dans la nature. Leur fonctionnement devrait aussi intégrer des mécanismes de détection et de correction d'erreurs afin d'éviter toute altération ou «mutation» imprévue.

Évidemment, comme il n'est pas exclu que des esprits mal intentionnés passent outre ces recommandations, il est aussi suggéré de mettre en place un système de télésurveillance par satellite afin de détecter toute invasion de nanorobots. Robert Freitas Jr. suggère également la construction éventuelle de nanorobots ayant pour mission d'agir comme «globules blancs» de la planète, prêts à identifier et détruire les nanoréplicateurs en cavale... En d'autres termes, la solution contre les nanorobots serait plus de nanorobots...

Il existe aussi des «nanophobiques» assez radicaux. C'est le cas, par exemple, du multimillionnaire américain Eric Klien. «Les technologies avancées qui seront disponibles vers 2020, explique-t-il, permettront à une personne diabolique - ou simplement maladroite - de détruire toute vie sur Terre. Mon but est simplement d'offrir une police d'assurance.» Comment? En créant la Lifeboat Foundation (9) dont la mission est d'amasser des fonds pour construire une arche de Noé spatiale et ainsi préserver un dernier havre de vie terrestre advenant un cataclysme technologique, en particulier nanotechnologique.



http://www.cybersciences.com/cyber/4.0/2004/02/internet.asp


site de l'arche de Noé de Eric Klien

http://lifeboat.com/ex/main où nous retrouvons Robert Freitas
_________________
Parce que les gens qui sont suffisamment fous pour croire qu’ils peuvent changer le monde, sont ceux qui le font.Mark Twain
l'humanité va rencontrer les plus grands risques de sa courte histoire lors des 50 prochaines années. Elle risque même de disparaître purement et simplement. Sir Martin Rees


Reply with quote
Back to top
Publicité






PostPosted: 09/12/2005 23:26:55
PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
zelgadis
Membre 16 étoiles
Membre 16 étoiles

Offline

Joined: 10 Nov 2005
Posts: 1,027
Sexe: Masculin
Localisation: Le var
Point(s): 0
Moyenne de points: 0.00

PostPosted: 10/12/2005 00:50:01
La nanotechnologie:

Le "nanométre" désigne une unité de mesure infime(Nanometre= 10 puissance-9 m). Le préfixe "nano" est issu du grec "nanos" qui signifie minuscule.

Les nanomachines sont donc des robots de taill moléculaire formés par un assemblage de différents éléments de taille atomique, tels des bras articulés, des moteurs, des roulements, etc... Tractés par électricité statique, ce robots possèdent la capacité de se combiner entre eux. Leur liaisons moléculaires deviennent alors très difficiles à casser. L'action de ces robots est déterminée d'avance par leur programmation interne. Pour les tâches qu'ils effectuent, on appelle aussi ces robots les "assembleurs".

Un "assembleur" récupère et module les atomes et molecules à la vitesse de 100 unités par seconde, pour se reproduire parfaitement en 15 minutes.

Chaque copie va ensuite s'autoreproduire, et le nombre d'assembleur ve ainsi croître de façon exponentielle. En 10 heures, il y en aurait déjà 68 milliards, et en moin d'une journée leur masse atteindrait une tonne. Une autre journée suffirait pour que la cette masse dépasse celle de la Terre! Heuresement, pour éviter un tel désastre, les assembleurs sont dotés de programmes bloquant de telle reproductions.

En théorie les assembleur possèdent la capacité de créer tout objet physique. Leur puissance technoogique est quasi infinie.
_________________
http://g.e.e.s.a.france.free.fr/


Reply with quote
Back to top
brakk
Membre 17 étoiles
Membre 17 étoiles

Offline

Joined: 17 Apr 2005
Posts: 3,302
Sexe: Masculin
Point(s): 0
Moyenne de points: 0.00

PostPosted: 10/12/2005 13:39:03
attention ce qui suit suinte d'un optimisme contagieux:

et si la nanotech permettait la destruction des polluants plutot que des elements necessaires à l'ecosysteme? (un peu a la façon des bacteries des fosses septiques)
bien sur dans le monde du très petit, pour pas dire invisible, il est aussi très facile de perdre le controle surtout quand la 'reproduction' est exponentielle.


Reply with quote
Back to top
Visit poster’s website
rigel
Membre 18 étoiles
Membre 18 étoiles

Offline

Joined: 22 May 2005
Posts: 5,919
Sexe: Féminin
Point(s): 0
Moyenne de points: 0.00

PostPosted: 10/12/2005 18:32:01
Effectivemment brakk la recherche sur les nanos concerne aussi la lutte contre les pollutions aux hydrocarbures, mais aussi la médecine et chirurgie, les vêtements intelligents( c'est bien pour ça que je pense que les MIBS, ayant dépassé cet chose obsolète pour eux que les vêtements, ignorent le terme ""mode"", et se meuvent sur notre fréquence en adoptant des tenues très époque ""année 1950"", il pense que ça passe tjrs Laughing ), l'espace, l'armement, l'esthétisme..............et bien sûr la vie éternelle avec des composants implantés dans un corps qui n'en serait plus tout à fait un. Toute cette recherche, à grands coups de billions de dollars, l'informatique, et même la bouffe



Quote:
Dans un récent rapport, NanoMarkets LC prédit que le marché des capteurs nanotechnologiques générera des recettes globales de 2,8 milliards de dollars en 2008 et atteindra 17,2 milliards de dollars d’ici à 2012.
Les analystes spécialisés de la société ont particulièrement étudié les capteurs nanoélectroniques qui sont utilisés pour réduire la taille et le coût afin de fournir un niveau élevé d’intégration. Ils comprennent des plates-formes à base de nanotubes de carbone, de nanofils, d’électronique moléculaire, de spintronique et de ce que l’on appelle l’électronique plastique. Le rapport traite également des capteurs conventionnels qui emploient des nanomatériaux associés à du matériel de détection.

Dans le domaine des nanocapteurs, NanoMarkets distingue différents segments, dont celui des nanocapteurs destinés à des applications militaires et de sécurité intérieure. De telles applications seront capables de détecter les matériaux radioactifs et les biotoxines comme l’anthrax. Ce marché devrait atteindre 827 millions de dollars en 2008 et 3,9 milliards en 2012.



Dans son rapport, la société traite d’entreprises qui mettent au point des dispositifs de nanocapteurs comme Agilent, Boeing, Dow Corning, IBM, Lockheed Martin, Motorola et Samsung. Des jeunes pousses du secteur, telles qu’Ambri et Nanomix, y sont également étudiées.




http://www.eetimes.fr/bus/news/showArticle.jhtml?articleID=55300705




La sécurité des nanotechnologies aux USA: une affaire de gros sous !

Les investigations sur les implications environnementales et sanitaires des nanotechnologies sont si importantes que des industriels et des écologistes américains, dont les intérêts sont supposés contraires, sont d'accord pour rediriger une partie des fonds alloués aux recherches en nanotechnologie dans ce domaine.

On prévoit que la nanotechnologie bénéficiera à la médecine, à l'électronique et à de nombreuses applications de la vie courante mais les propriétés mêmes qui rendent les nanomatériaux prometteurs sont accompagnées de contreparties plus encombrantes, potentiellement préoccupantes, quand ils entrent en contact avec l'homme ou avec l'environnement. Par exemple, pour Richard Denison, un scientifique du groupe de défense environnementale de Washington, leur petite taille pourrait leur permettre de s'insinuer involontairement dans la circulation sanguine, dans le cerveau ou d'autres organes.

Selon Clayton Teague, directeur du Bureau National de Coordination des Nanotechnologies, le gouvernement fédéral investira presque 39 millions de dollars en études focalisées sur la compréhension des risques potentiels de santé et environnementaux induits par l'exposition aux nanomatériaux et aux nanoproduits. Cependant, les groupes d'écologistes et d'industriels associés estiment qu'une telle somme n'est pas suffisante et recommandent une enveloppe de 100 millions de dollars sur le budget du prochain exercice.

"Des organismes aussi divers que des O.N.G. environnementales, des grandes compagnies chimiques, des start-up spécialisées en nanotechnologie, des compagnies d'assurance et des sociétés d'investissements conviennent toutes que le gouvernement fédéral devrait immédiatement diriger beaucoup plus d'argent qu'il ne le fait actuellement dans le développement des nanotechnologies afin de permettre l'identification et l'évaluation des risques potentiels pour la santé humaine et pour l'environnement", insiste Denison.

Matthew Nordan, un expert en nanotechnologie de New York, propose la création d'une autorité internationale d'étude de la toxicologie des nanoparticules pour rassembler les efforts aujourd'hui éparpillés ainsi qu'une augmentation des budgets alloués aux nanotechnologies. De telles initiatives se doivent être sur fonds publics pour éviter le scepticisme qui pourraient exister si elles étaient financées par les sociétés qui élaborent les nanomatériaux.

"Alors que la recherche sur les risques est en accroissement constant, la part qui lui est allouée dans le budget fédéral dédié aux développement des nanotechnologies est inférieure à 10%, ajoute Denison, c'est une modeste contribution en comparaison avec les avantages liés à l'évitement de ces risques et aux larges bénéfices apportés par les nanotechnologies à l'économie mondiale d'ici à 2015".


http://www.techno-science.net/?onglet=news&news=2047



Quote:
Nourriture

De même qu’il serait possible de fabriquer une montre ou une paire de chaussure, il est possible de recréer de la nourriture directement à partir de l’air et de quelques déchets. C’est ce que fait la chaîne alimentaire, et il est certainement possible d’arriver directement à un steak frites avec salade, sans passer par la croissance de laitue, de pommes de terre, l’élevage d’animaux, puis leur traitement avant que le plat final n’arrive dans notre assiette !






[b]Médecine, durée de la vie[/b]

D’autres applications touchent à la santé.

Il est envisagé de construire de minuscules nano-robots, capables de se déplacer à l’intérieur du corps humain, voire dans les cellules du corps humain, à la recherche d’agents infectieux, de cellules cancéreuses, par exemple pour les marquer pour destruction par le système immunitaire, ou même pour les détruire directement.

Il a même été envisagé que ces robots aillent réparer directement l’ADN endommagé des cellules.

Des applications plus étonnantes encore sont imaginées :

réparation active de lésions : au lieu d’aider le corps à se raccommoder tout seul, comme le fait la médecine chirurgicale actuelle, il serait possible, par exemple, d’aider plus activement à la reconstruction, voir de recréer directement les tissus ou les organes atteints.
augmentation des capacités du cerveau (par exemple par interfaçage direct avec des nano-ordinateurs ou des banques de données),
amélioration des tissus (augmentation de la solidité des os, etc.).
Évidemment, une des retombées espérées est une augmentation très importante de la durée de vie, dans un état de jeunesse préservé.







à lire pour se familiariser un peu aux nanos

http://www.spirtech.com/flv/nano/



Vous comprendrez aisément pourquoi des pays tels que les Etas-Unis, ne veulent pas signer de protocole comme celui de Kyoto, ils misent sur la recherche nano pour régler les problèmes.........et puis de toute façon,
comme beaucoup d'humains sont amenés à disparaître avant, cette recherche et surtout son application concernera un nombre réduit de personnes Sad vous devinez lesquelles je suppose Crying or Very sad
_________________
Parce que les gens qui sont suffisamment fous pour croire qu’ils peuvent changer le monde, sont ceux qui le font.Mark Twain
l'humanité va rencontrer les plus grands risques de sa courte histoire lors des 50 prochaines années. Elle risque même de disparaître purement et simplement. Sir Martin Rees


Reply with quote
Back to top
Contenu Sponsorisé






PostPosted: 16/10/2019 17:45:42
Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    NousNeSommesPasSeuls Forum Index -> BIENVENUE -> Actualité mondiale et découvertes -> Sciences -> Sciences All times are GMT + 1 Hour
Page 1 of 1

 
Jump to:  

 
Index | Create a forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Conditions générales d'utilisation
Template Boogie by Soso
Powered by phpBB © 2001, 2019 phpBB Group