NousNeSommesPasSeuls :: Forum de discussions sur les thèmes de l'ufologie, le paranormal, les sciences, ...
NousNeSommesPasSeuls Index du Forum
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

 
Jésus est-il vraiment mort sur la croix ?
Aller à la page: <  1, 2, 3
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    NousNeSommesPasSeuls Index du Forum -> MYSTERES DU PASSE -> Croyances
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
gilgamesh
Membre 2 étoiles
Membre 2 étoiles

Hors ligne

Inscrit le: 20 Déc 2010
Messages: 73
Sexe: Masculin
Localisation: paris
Point(s): 0
Moyenne de points: 0,00

MessagePosté le: 15/01/2011 22:40:48
ou alors, c'est que Jésus était de famille européenne et non un juif descendant de David...


ces ce que jai crus aussi pendant longtemps mais il y a quelle que années jai écouter une autre théorie qui ma séduit , et que je trouve plus que plausible :

jésus est bien le christ , pas parce qu'il est soi disant née d'une vierge , non , non,non , ca ces ce que nous qui vivons au 21emm siècle dans une sociétés "chrétienne" croyons .
mais ,( d'aprés mais source bien entendut ) , les juif de cette époque ne voyé pas la pérssonne du christ de cette oeil pour eux pour étre le christ nule besoin détre la progénitur de dieux , mais seulemen de de la déssandance de deux grand homme de ce peuple,david (le roi ) et aaron (frére de mois et premier grand prétre hébreu)
cars , selon mais source pour être le christ il faux pouvoir prétendre a la place de roi et a celle de grand prêtre , qui se fait par la descendance des deux grand homme ci dessus , marie elle est de la descendance de David on le sais son mariage arranger avec un homme de plus de cinquante ans n'est sur mans pas un hasard cars joseph décent lui de aaron , ce qui fait que ci jésus est le fils de marie et de joseph comme je le crois il est bien le christ .
un autre fait est intéressante dans cette théorie cette théorie , quant jésus se rend chez marie bétanie , elle lui ouin le sommet du crane en dessinant un cercle avec de l'huile ( ces de cette façon que l'on couronne un roi dans cette religion ) puis elle lui fait une croix en forme de X sur le front (ces de cette façon que l'on fait un homme grand prêtre ) .
il y a autre chose, mais la cet une théorie personnelle une révélation que jai hu un jour de grande lucidité , ou le contraire de grande lucidités a vous d'en juger :
est-ce que la crucifixion , n'est pas une image ( parabole ) pour expliquer que jésus (l'homme ) est mort et qu'il est enfin le christ , puisque la croix est composer de deux panne de bois une verticale symbolisant se qui règne sur le divin et une horizontale représentante se qui règne sur le commun , ( l'état de christ roi grand prêtre ) , voyer en faite le symbole de la croix est le même symbole de dualités que celui de l'étoile de david ( sceau de salomon ) le commun et le divin en un seule être .



qu'en penser vous ?
_________________
ne faite pas comme le troupeau de brebis apeurait ne suivez pas le berger , soyez votre propre patre ,ouvrez les yeux mes fréres , toute notre société n'est qu'illusion pour vous acsérvire , BRISER VOS CHAINES


Répondre en citant
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 15/01/2011 22:40:48
PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
pokemon
Membre 8 étoiles
Membre 8 étoiles

Hors ligne

Inscrit le: 20 Avr 2013
Messages: 350
Sexe: Masculin
Point(s): 8
Moyenne de points: 0,02

MessagePosté le: 24/05/2018 21:40:04
Je pense que Jésus était un juif et qu'il est mort sur la croix.
Comment pouvons-nous comprendre ce phénomène?
C'est parce qu'il est mort sur la croix que le monde a subi des boulversements d'une telle importance à son époque, en particulier en ce qui concerne la chute de l'empire romain, et la naissance de la civilisation moderne.


Répondre en citant
Revenir en haut
Azadkehr
Membre 10 étoiles
Membre 10 étoiles

Hors ligne

Inscrit le: 29 Nov 2013
Messages: 482
Sexe: Masculin
Localisation: Rhône/Alpes
Point(s): 88
Moyenne de points: 0,18

MessagePosté le: 25/05/2018 17:14:10
Bonjour à toutes et tous :
voici un site qui peut vous amener beaucoup de précisions :
https://y-jesus.org/french/wwrj/4-evangiles-veridiques/5/


Sur le côté droit du site des réponses à des questions essentielles .
En ce qui me concerne , je voudrais amener quelques précisions :
1) pour un croyant chrétien le Christ a pour père Dieu , le Christ a été engendré et non pas créé , il est donc fils direct de Dieu et si on en croit les écritures il était là avant toute création mais bien sûr pas sous la forme humaine avec un corps de chaire . On ne peut donc pas dire que le Christ avait un père juif.
2)Les Évangiles qui étaient un noyau dur du message christique ont fait suite aux interprétations des Pères de l’Église qui ont permis une compréhension sur différents facettes des Évangiles ce qui exclue tous les apocryphes et interprétations qui arrangent les uns ou les autres et cela même à notre époque .
3)La mère du Christ a elle même amenée des précisions sur son état où lors d'une apparition mariale elle révèle qu'elle est l'immaculée conception , ce qui veut dire qu’elle a conçu sans être touché par le péché originel , c'est à dire le rejet de dieu par Adam et Eve.(pour faire court)

Question : « Qui étaient les Pères de l’Église ? »

Réponse : On peut classer les Pères de l’Église en trois catégories principales : les Pères apostoliques, anténicéens et post-nicéens. Les Pères apostoliques, comme Clément de Rome, sont les contemporains, et probablement les disciples directs, des Apôtres, qui ont perpétué leur tradition et leurs enseignements. Linus, mentionné en 2 Timothée 4.21, est devenu évêque de Rome après le martyr de Pierre et Clément lui a succédé. Ils sont donc tous deux considérés comme les Pères apostoliques. Il semble cependant qu’aucun écrit de Linus n’ait survécu jusqu’à notre époque, contrairement à beaucoup de ceux de Clément de Rome. Les Pères apostoliques avaient probablement en grande partie disparu du devant de la scène au début du XIIème Siècle, à l’exception de disciples éventuels de Jean, comme Polycarpe. D’après la tradition, l’Apôtre Jean serait mort à Éphèse autour de l’an 98 ap. J.-C.

Les Pères anténicéens sont les successeurs des Pères apostoliques, avant le concile de Nicée, en 325 ap. J.-C. Des hommes comme Irénée, Ignace et Justin Martyr sont des Pères anténicéens.

Les Pères de l’Église post-nicéens sont ceux qui sont postérieurs au Concile de Nicée, en 325 ap. J.-C. Ce sont des hommes remarquables comme Augustin, l’évêque d’Hippone, qui est souvent appelé le Père de l’Église catholique à cause de l’étendue de son œuvre doctrinale, Jean Chrysostome, appelé « Bouche d’or » à cause de ses talents oratoires exceptionnels, et Eusèbe, qui a écrit un livre d’histoire de l’Église, de la naissance de Jésus à l’année 324 ap. J.-C., un an avant le Concile de Nicée. Il est inclus dans l’ère post-nicéenne parce qu’il n’a écrit ce livre historique qu’après le concile de Nicée. Parmi les autres Pères post-nicéens, citons encore Jérôme, l’auteur de la traduction latine du Nouveau Testament grec appelée la Vulgate, et Ambroise, qui a joué un grand rôle dans la conversion au christianisme de l’Empereur Constantin.

Quelles étaient les croyances des Pères de l’Église ? Les pères apostoliques étaient très soucieux d’annoncer un Évangile fidèle à celui des Apôtres eux-mêmes. Ils n’étaient pas intéressés par la formulation de doctrines théologiques, car l’Évangile qu’ils avaient appris des Apôtres suffisait très largement pour eux. Les pères apostoliques étaient aussi zélés que les Apôtres pour combattre et exposer les fausses doctrines qui avaient commencé à se répandre dans l’Église primitive. L’orthodoxie du message a été préservée par la volonté des pères apostoliques de rester fidèle à l’Évangile qui leur avait été enseigné par les Apôtres.

Les Pères anténicéens ont aussi cherché à rester fidèles à l’Évangile, mais ils avaient une préoccupation supplémentaire : plusieurs écrits fallacieux qui revendiquaient la même autorité que ceux de Paul, Pierre et Luc, dont l’autorité était bien établie. Leur motivation était évidente : convaincre le corps de Christ pour introduire l’erreur dans l’Église. Par conséquent, les Pères anténicéens ont consacré beaucoup de temps à défendre la foi chrétienne contre ces fausses doctrines, ce qui a ouvert la voie au début d’une doctrine officielle de l’Église.

Les Pères post-nicéens ont poursuivi la mission de défendre l’Évangile contre toutes sortes d’hérésies, si bien qu’ils se sont de plus en plus intéressés à des méthodes de défense de l’Évangile, aux dépens de sa transmission dans sa forme originelle. Ils ont ainsi commencé à s’éloigner de l’orthodoxie qui caractérisait les Pères apostoliques. Ce fut l’ère des théologiens et des débats sans fin sur des thèmes farfelus comme : « combien d’anges peuvent danser sur une tête d’épingle ? »

Les Pères de l’Église sont un exemple pour nous de ce que signifie suivre Christ et défendre la vérité. Aucun d’eux n’était parfait, pas plus que ne l’est aucun d’entre nous. Certains d’entre eux croyaient en des doctrines que la plupart des chrétiens d’aujourd’hui rejettent comme incorrectes. La théologie catholique puise sa source dans les écrits des pères post-nicéens. Bien qu’il soit utile et profitable d’étudier les Pères de l’Église, notre foi doit d’abord s’appuyer sur la Parole de Dieu, pas sur les écrits des premiers responsables chrétiens. Seule la Parole de Dieu est notre guide infaillible en matière de foi et de vie.

Des précisions sur la crucifixion ?

https://fr.wikipedia.org/wiki/Crucifiement

https://fr.wikipedia.org/wiki/Crucifixion

Voilà , bien sûr , je ne veux rien vous imposer ni même vous influencer , mais je crois que l'avis d'un croyant chrétien peut toujours vous servir .

_________________
Nous avons perdu cette capacité de voir l'invisible dans le visible .
Memento mori .


Répondre en citant
Revenir en haut
Joy
Membre 0 étoile
Membre 0 étoile

Hors ligne

Inscrit le: 19 Jan 2018
Messages: 9
Sexe: Masculin
Point(s): 9
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: 28/05/2018 00:34:11
Bonsoir Azadkehr

Marie de Joachim, Marie de Cléophas,Marie de Salomé, les trois Marie ont été engendré par Anne la mère de la vierge Marie qu'on connait.La vierge Marie aurait donc deux demi sœur qui s’appelaient aussi Marie.
Cléophas le deuxième mari d'Anne était le frère de Joseph le charpentier futur mari de la vierge Marie

La mère de Marie qui s’appelait Anne était mariée avec Joachim son premier époux,l'enfant Marie la future vierge mère de Jésus qui avait 3 ans ,on peut admettre quelle fut abandonné par ses parents"Anne et Joachim" et donné en éducation dans le temple de Jérusalem qui était aussi appelé le temple du seigneur.

Toutes les jeunes filles qui suivaient l'éducation religieuse dans le temple étaient des vierges.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Cléophas
https://fr.wikipedia.org/wiki/Salomé_(Nouveau_Testament)

Parfois il faut savoir se poser les bonnes questions,par exemple qu'est ce qui c'est passé quand les rabbins ont découvert la grossesse de Marie qu'elles ont été leurs réactions.A l'époque l'adultère était puni par la lapidation, alors pourquoi je parle d'adultère, parce que quand Marie était tombée enceinte c'était pendant la période des fiançailles entre Joseph et Marie , Joseph avait été désigné par les grands rabbins pour être l'époux de Marie, Marie n'avait pas le choix ni joseph, c'était comme ça à cette époque.Pendant la période des fiançailles d'un an les rapports sexuel étaient interdits, c'est justement pendant cette période que Marie était tombée enceinte.

Les romains avait aboli la lapidation , mais les rabbins avaient trouvé un autre moyen de punir , l'épreuve de l'eau amère, Marie et Joseph ont subi l'épreuve de l'eau amère, c'était un mélange de plantes ,en buvant cette eau amère, Marie et Joseph auraient du mourir ou être gravement malade, ni l'un ,ni l'autre ont réagi à ce poison qu'était l'eau amère, suite à l’épreuve de l'eau, les rabbins n'avaient pas d'autre choix que d'accepter cette grossesse de Marie pendant la période des fiançailles, car Joseph et Marie ont toujours nié avoir eu un quelconque rapport sexuel.C'est dans cette période que Marie est tombée enceinte de Jésus, on peut dire que c'était pas un cadeau du ciel d’être tombé enceinte dans cette période des fiançailles.
Il faut savoir que Joseph était veuf et âgé et que Marie avait 13 ans quand elle fut désigné par les rabbins pour épouser joseph, Joseph n'avait pas le choix il devait accepter , c'était la loi "religieuse".

L'ange qui est apparu à Joseph car Joseph doutait aussi de la sincérité de Marie a été décrit par Joseph comme mi-oiseau mi-humain ,c'est pour cette raison qu'on image les anges avec des ailes






Voila pour la petite histoire de Marie

Bien sûr , je ne veux rien imposer ni même influencer , mais je crois que l'avis d'un croyant chrétien peut toujours servir .

Ou l'eau est la plus pure ?


Répondre en citant
Revenir en haut
Azadkehr
Membre 10 étoiles
Membre 10 étoiles

Hors ligne

Inscrit le: 29 Nov 2013
Messages: 482
Sexe: Masculin
Localisation: Rhône/Alpes
Point(s): 88
Moyenne de points: 0,18

MessagePosté le: 28/05/2018 13:27:43
Joy , c'est notre premier échange :

"Plaques des Enfers" (Musée du Louvre)

MYTOLOGIE « PAZUZU »

Pazuzu est un démon d'origine Assyrienne, représenté dans la posture d'un homme debout mais dont le corps ailé est celui d'un scorpion. Les pattes ressemblent à des serres et la figure est celle d'un lion, ou d’une chauve-souris…
Pazuzu était le fils du roi Hanpa et il habitait les montagnes.
Il était le roi des démons du vent mais il ne semblait pas totalement inamical avec les Hommes. Son aspect terrible n'est vraisemblablement destiné qu'à terrifier les démons malfaisants…
En effet il est souvent représenté sur les amulettes qui protégeaient les bébés et son ennemi était le démon Lamashtu qui apportait la maladie aux femmes et aux enfants.



Crois-tu que Marie aurait pu croire un ange avec cet aspect physique ? je crois plutôt qu'elle serait morte de peur , terrifiée !!!!!
Je sais beaucoup essaient de rapprocher les récits rapportés par les tablettes sumériennes aux récits bibliques ...... Tu peux trouver de nombreuses discussions à ce sujet sur ce même forum et même un sujet à propos d'Horus . Je te laisse faire ta recherche et bonnes trouvailles !

A toute fin utile , un récapitulatif des apparitions d'anges dans le Nouveau Testament:
http://lesbonsanges.com/categorie-1/les-anges-dans-le-nouveau-testament
_________________
Nous avons perdu cette capacité de voir l'invisible dans le visible .
Memento mori .


Répondre en citant
Revenir en haut
Joy
Membre 0 étoile
Membre 0 étoile

Hors ligne

Inscrit le: 19 Jan 2018
Messages: 9
Sexe: Masculin
Point(s): 9
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: 28/05/2018 19:29:57
Bonsoir Azadkehr

Effectivement c'est un démon, c'est pas ce que je voulais ,j'ai pas fait attention ,je voulais un exemple d'un personnage ressemblant à ce que je Joseph a décrit c'est tout, j'aurais mieux fait avec un Abkalu, ce qu'il faut retenir c'est cet ange que Joseph à vu mi-homme mi-oiseau .

Merci de m'avoir corrigé .


Répondre en citant
Revenir en haut
Azadkehr
Membre 10 étoiles
Membre 10 étoiles

Hors ligne

Inscrit le: 29 Nov 2013
Messages: 482
Sexe: Masculin
Localisation: Rhône/Alpes
Point(s): 88
Moyenne de points: 0,18

MessagePosté le: 29/05/2018 06:39:54
Joy a écrit:
Bonsoir Azadkehr

Effectivement c'est un démon, c'est pas ce que je voulais ,j'ai pas fait attention ,je voulais un exemple d'un personnage ressemblant à ce que je Joseph a décrit c'est tout, j'aurais mieux fait avec un Abkalu, ce qu'il faut retenir c'est cet ange que Joseph à vu mi-homme mi-oiseau .

Merci de m'avoir corrigé .

Salut JOY :
Je ne retrouve pas le passage biblique de cette description de l'ange par Joseph .En fait c'est en songe que l'ange lui apparaît .
Peux tu m'indiquer le verset exact où tu as pu lire cette vision de Joseph ?
Voilà ,merci pour cet échange .
Bonne journée . Azad.
_________________
Nous avons perdu cette capacité de voir l'invisible dans le visible .
Memento mori .


Répondre en citant
Revenir en haut
Joy
Membre 0 étoile
Membre 0 étoile

Hors ligne

Inscrit le: 19 Jan 2018
Messages: 9
Sexe: Masculin
Point(s): 9
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: 29/05/2018 22:04:50
Bonsoir Azadkehr

Ce que j'ai écrit de Marie et de Joseph fait parti des Apocryphes bibliques

Je vais te poser également une question, c'est le plafond de la chapelle Sixtine au Vatican http://www.fresques.net/img/oeuvres/chapelle-sixtine/grande-1.jpg



Je cherche à savoir qui est cette femme enroulé autour d'un arbre mi-femme mi-serpent sur cette fresque de Michel Ange au Vatican


Merci d'avance j'attends ta réponse , tu ne trouveras pas la réponse dans la bible .


Répondre en citant
Revenir en haut
Joy
Membre 0 étoile
Membre 0 étoile

Hors ligne

Inscrit le: 19 Jan 2018
Messages: 9
Sexe: Masculin
Point(s): 9
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: 29/05/2018 23:40:02
Azadkehr j'ai du mal comprendre pourquoi Jésus dit à Marie ne me touche pas car je ne suis pas encore monté vers mon Père ? pourrais tu m’expliquer pourquoi il dit ça à Marie .Ensuite il demande à Saint Thomas
de mettre un doigt dans la plaie.

Dans Jean 20:17
Jésus lui dit: Marie! Elle se retourna, et lui dit en hébreu: Rabbouni! c'est-à-dire, Maître! 17Jésus lui dit: Ne me touche pas; car je ne suis pas encore monté vers mon Père. Mais va trouver mes frères, et dis-leur que je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu. 18Marie de Magdala alla annoncer aux disciples qu'elle avait vu le Seigneur, et qu'il lui avait dit ces choses.


Répondre en citant
Revenir en haut
Azadkehr
Membre 10 étoiles
Membre 10 étoiles

Hors ligne

Inscrit le: 29 Nov 2013
Messages: 482
Sexe: Masculin
Localisation: Rhône/Alpes
Point(s): 88
Moyenne de points: 0,18

MessagePosté le: 30/05/2018 07:31:15
Joy a écrit:
Azadkehr j'ai du mal comprendre pourquoi Jésus dit à Marie ne me touche pas car je ne suis pas encore monté vers mon Père ? pourrais tu m’expliquer pourquoi il dit ça à Marie .Ensuite il demande à Saint Thomas
de mettre un doigt dans la plaie.

Dans Jean 20:17
Jésus lui dit: Marie! Elle se retourna, et lui dit en hébreu: Rabbouni! c'est-à-dire, Maître! 17Jésus lui dit: Ne me touche pas; car je ne suis pas encore monté vers mon Père. Mais va trouver mes frères, et dis-leur que je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu. 18Marie de Magdala alla annoncer aux disciples qu'elle avait vu le Seigneur, et qu'il lui avait dit ces choses.

Bonjour JOY !
heu , joy , j'ai un peu de mal à te répondre car je ne sais pas de quelle confession tu es , de nombreux passages bibliques comportent des facettes subtiles de compréhension qui se complètent et ne peuvent être abordées qu'en se mettant ensemble sur un même chemin de spiritualité. Je dis cela car la bible ne peut pas être prise pour un simple dossier technique ou commercial ou même politique ....
Quant aux apocryphes , c'est un grand panier fourre-tout ou ne nombreuses personnes se sont fait plaisir à faire des extrapolations , des interprétations .... sans avoir connu directement ou indirectement le Christ lui même ou au moins un de ses apôtres .Il y en a foison comme les parties politiques aujourd'hui . C'est pourquoi , je t'ai parlé des Pères de L’Église sur ma réponse précédente.
D'autre part , tableaux, peintures fresques font partie de l'imaginaire , du sens artistique de l'artiste qui les a exécuté .
L.P.d.C.
PS : tu peux me répondre par messagerie interne au site ./à bientôt !
_________________
Nous avons perdu cette capacité de voir l'invisible dans le visible .
Memento mori .


Répondre en citant
Revenir en haut
Joy
Membre 0 étoile
Membre 0 étoile

Hors ligne

Inscrit le: 19 Jan 2018
Messages: 9
Sexe: Masculin
Point(s): 9
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: 30/05/2018 14:27:43
Bonjour Azadkehr

Je suis Chrétien, je vais te dire un fait que seul un Chrétien peut savoir.

Jésus c'est fait baptisé dans le Jourdain, tu le sais je suppose, que la vallée du Jourdain est l’endroit le plus bas du monde , que le Jourdain se jette dans la mer morte, le sens spirituel qu'à voulu donné le Christ au baptême est immense dans cet acte.
On peut comparer l'endroit le plus bas du monde aux ténèbres,la mer morte à la mort spirituel et le baptême sauverait de la mort spirituel
https://fr.wikipedia.org/wiki/Jourdain

Bonne journée, si je ressens le besoin ,je posterais en message interne.Si je cherche à savoir pourquoi le Christ à dit ceci ou cela ça fait pas de moi un païen .


Répondre en citant
Revenir en haut
Azadkehr
Membre 10 étoiles
Membre 10 étoiles

Hors ligne

Inscrit le: 29 Nov 2013
Messages: 482
Sexe: Masculin
Localisation: Rhône/Alpes
Point(s): 88
Moyenne de points: 0,18

MessagePosté le: 06/06/2018 08:40:42
Joy a écrit:
Bonjour Azadkehr

Je suis Chrétien, je vais te dire un fait que seul un Chrétien peut savoir.

Jésus c'est fait baptisé dans le Jourdain, tu le sais je suppose, que la vallée du Jourdain est l’endroit le plus bas du monde , que le Jourdain se jette dans la mer morte, le sens spirituel qu'à voulu donné le Christ au baptême est immense dans cet acte.
On peut comparer l'endroit le plus bas du monde aux ténèbres,la mer morte à la mort spirituel et le baptême sauverait de la mort spirituel
https://fr.wikipedia.org/wiki/Jourdain

Bonne journée, si je ressens le besoin ,je posterais en message interne.Si je cherche à savoir pourquoi le Christ à dit ceci ou cela ça fait pas de moi un païen .


Bonjour JOY

Oui , il me semble que je connais le Blog auquel tu te réfères ,
http://www.etudes-revelations-bibliques.com/article-le-symbole-du-jourdain-…

Je voudrais seulement te dire que les symboles sont un gouffre de recherches qui éloignent de la connaissance essentielle , c'est sûr, très intéressant, mais il faut constamment revenir aux fondements même de notre foi . Les symboles sont très recherchés par les Franc- maçons de la base pyramidale , ça les occupent en attendant de gravir les grades supérieurs ....

Mais en ce qui concerne le baptême , je te propose les sites suivants :

Pourquoi le baptême comporte-t-il une renonciation à Satan et un exorcisme ? Un bébé n’a jamais péché
ARTICLE | 27/03/2012 | Par Père Étienne Michelin

Le péché originel fait que chacun naît « en eau trouble », la vie d’amitié avec Dieu n’est pas si facile.
Le sacrement du baptême n’est pas fait pour les enfants, d’abord, mais pour les adultes, pour les personnes qui ont, comme on dit, l’âge de raison. Lors du baptême d’un petit enfant, ce sont ses parents, son parrain et sa marraine, qui assument en son nom sa situation historique concrète, dans ce monde livré au pouvoir du démon, soumis au dur combat pour sa liberté véritable. Le rituel du baptême est d’abord une confession dialoguée de la foi, qui culmine par la plongée de notre être dans ce don merveilleux de la vie de Dieu. Il comporte aussi une renonciation à Satan et à toute complicité avec lui. Bébé n’a jamais commis de péché, c’est vrai. En même temps, il voit le jour en « eau trouble » : chacun étant marqué par le péché originel ; si bébé n’a pas encore la possibilité de dire un oui raisonné à la présence en lui du Dieu de bonté, le démon, lui, a déjà la possibilité de mettre en œuvre son action malveillante. Il n’est donc jamais trop tôt pour entourer bébé de notre prière, non pas d’abord pour le préserver du mauvais, mais pour accompagner, par notre vie intérieure d’amitié avec Dieu, le développement si mystérieux de la sienne. 

L’exorcisme dans le rite baptismal

Par Sébastien Schmitt, Prêtre du diocèse de Strasbourg
Parmi les rites de la célébration du baptême des petits enfants, celui de l’exorcisme n’est souvent pas bien compris des parents, en raison surtout de l’évocation du nom de Satan. Parce que le baptême est d’abord lié pour eux à la fête, à la joie, à l’innocence, ils sont mal à l’aise tant avec les expressions qui évoquent la réalité du mal (péché, mensonge, Satan) qu’avec celles qui ont trait à la mort[1].
 
« Délivre-nous du mal »
Face aux manifestations du mal sous toutes ses formes (maladie, violences, terrorisme, cataclysmes…), qui semble aujourd’hui omniprésent, l’exorcisme n’a que plus de sens. Celui qui a été baptisé est en effet appelé non seulement à mener le combat contre le mal et le péché dans sa vie personnelle, mais aussi à dénoncer les formes de péché social, les « structures de péché », selon l’expression de Jean-Paul II, c’est-à-dire « certaines situations ou certains comportements collectifs de groupes sociaux plus ou moins étendus[2] » (atteinte aux droits de la personne humaine, au bien commun, à la liberté d’autrui…) auxquels contribue son propre péché. Il est donc nécessaire d’invoquer sur celui qui sera baptisé la force du Christ qui n’a eu de cesse de combattre les puissances du mal, un combat dont il est sorti victorieux. Sa victoire nous donne la certitude qu’il est possible, à sa suite, de vaincre le mal par le bien. L’exorcisme qui précède le baptême est comme un déploiement de la dernière demande de la prière dominicale : « Délivre-nous du mal. »
Même si la première prière d’exorcisme[3] demande à Dieu d’arracher maintenant et définitivement le futur baptisé au « pouvoir des ténèbres par la passion de son Fils et sa résurrection », c’est tout au long de sa vie qu’il devra lutter contre le mal et les « mensonges de ce monde », et « résister à Satan », l’auteur du mal et l’ennemi du bien, fortifié par la force du Christ, lui-même vainqueur de l’Adversaire, des forces du mal et des enfers.
« Dans l’Église, le premier signe du pardon du péché est le baptême. […] Mais la vie de l’Église a conduit à reconnaître que, si tout était engagé au baptême, tout n’était pas gagné pour autant. Les baptisés peuvent encore pécher, ils ont besoin d’être réconciliés et c’est alors qu’intervient le sacrement de pénitence. Il ne fait pas double emploi avec le baptême ; il en constitue comme un déploiement tout au long de notre existence encore marquée par des ruptures, ou des replis sur soi, mais appelée à de nouveaux départs[4]. »
La deuxième prière d’exorcisme[5] souligne davantage que le baptême est pour le pardon des péchés en suppliant Dieu de « racheter ces petits enfants du péché originel », ce péché que chacun porte en soi depuis sa naissance comme un héritage reçu de l’homme tombé et chassé du Paradis et qui nous donne à comprendre que la lutte entre l’homme et les puissances du mal et de la mort se poursuivra au cours de toute l’histoire. L’enfant est à la fois assuré de participer déjà à la victoire définitive du Christ sur le mal et le péché par sa mort et sa Résurrection, dans lesquelles il sera plongé, et appelé à résister encore aux séductions attrayantes du péché qui le conduisent à vouloir agir tout seul contre Dieu, à fuir l’esprit du mal pour qu’il « resplendisse de la présence de Dieu et que l’Esprit Saint habite en lui. » Les Pères de l’Église, en particulier saint Jean Chrysostome, ont vigoureusement exhorté les nouveaux baptisés à ne pas relâcher leurs efforts pour lutter contre le mal et demeurer fidèles à l’Esprit qu’ils ont reçu.
« Travaillons tous les jours à la santé de notre âme, vous surtout qui tout récemment avez mérité la divine initiation aux mystères, vous qui avez déposé le fardeau de vos péchés et reçu le vêtement de lumière, vous qui avez revêtu le Christ lui-même et qui avez accueilli dans votre âme le Maître de tous ! Ayez une conduite digne de celui qui habite en vous[6]. »
Puisqu’en régime sacramentel parole et geste sont toujours liés, l’onction d’huile sur la poitrine de l’enfant ou l’imposition de la main signifieront l’une et l’autre de façon visible que la force du Christ imprègne et garde le futur baptisé sa vie durant pour qu’il affronte, à sa suite et avec la force de la foi, l’épreuve du mal. Si le rite de l’Effétah, qui se réfère à la guérison d’un sourd-muet par Jésus, est semble-t-il peu pratiqué, sans doute parce que le geste de toucher les oreilles et la bouche de l’enfant peut paraître étrange à nos contemporains, il donne pourtant une plénitude de sens à ce qui précède, ainsi que l’a souligné le pape Benoît XVI :
« Chaque chrétien, spirituellement sourd et muet en raison du péché originel, reçoit avec le baptême le don du Seigneur qui met ses doigts sur son visage, et ainsi, à travers la grâce du baptême, devient capable d’écouter la parole de Dieu et de la proclamer à ses frères. Plus encore, à partir de ce moment, sa tâche est de grandir dans la connaissance et dans l’amour du Christ de manière à annoncer et à témoigner efficacement de l’Évangile[7]. »
 
Au cours de la préparation au baptême

Si, dans un premier temps, les parents peuvent être étonnés que l’on parle de Satan dans la célébration du baptême de leur enfant, en tant que ce nom évoque pour eux des groupes ou des pratiques sataniques, il n’est pas difficile de les aider à comprendre – et ils en ont bien conscience eux-mêmes – combien nous faisons face à la réalité du mal aussi bien dans notre vie personnelle que dans le monde. Il suffit de regarder autour de nous pour voir à quel point le mal empoisonne la vie des hommes.
Il est important de faire découvrir aux parents la nécessité pour celui qui devient disciple de Jésus Christ par le baptême de poursuivre le combat qui a été le sien et dont il a triomphé. Suivre Jésus, c’est préférer la vérité au mensonge, l’amour à la violence et à la haine, le bien au mal. Mais pour mener le bon combat tout au long de sa vie, le baptisé doit être bien armé et revêtu de la force du Christ comme d’une armure, pour reprendre une image chère aux Pères. Les parents savent qu’il n’est de vie vraiment bonne qu’à cette condition-là et c’est cela qu’ils souhaitent pour leur enfant.
Le sens de l’exorcisme s’éclaire aussi par la renonciation à Satan au cours de laquelle les parents prononcent, au nom de leur enfant, trois « non » à ce qui n’est pas compatible avec la vraie vie dans le Christ. Dire « non » à Satan et à ses œuvres, au péché et à tout ce qui conduit au mal, c’est renoncer à un faux bonheur qui se manifeste dans le mensonge, la tromperie, l’injustice, le mépris de l’autre… L’amitié avec le Christ, qui nous montre le chemin de la vie, implique un « non » à une « culture de la mort. »
 
Mise en œuvre des rites de l’exorcisme

Des deux prières « d’exorcisme et de délivrance » proposées par le rituel, la première évoque davantage le combat contre le mal que le baptisé doit mener tout au long de sa vie avec la force du Christ pour ne pas succomber aux « mensonges de ce monde. » Elle paraît plus adaptée à une assemblée réunie pour le baptême d’un enfant que l’expression plus abstraite de « rachat du péché originel » de la seconde, qui n’est pas sans intérêt surtout si, pendant la préparation, elle a donné lieu à un échange avec les parents. Il serait dommage en tout cas de n’employer que la première.
Des deux gestes laissés au choix du célébrant – l’onction sur la poitrine avec l’huile des catéchumènes et l’imposition de la main –, il semble plus indiqué de choisir l’imposition de la main sur l’enfant. Faire deux onctions d’huile – celle des catéchumènes et le saint-chrême – dans la même célébration comporte le risque de ne pas laisser apparaître clairement le sens de chacune, même si une parole les accompagne. De plus, le geste de l’imposition de la main renvoie à l’action de Jésus qui souvent étend la main pour guérir et libérer du mal (Marc 1, 41 ; 8, 23…). Il est important que ce geste soit fait dignement, en silence, et qu’il dure un peu pour que l’assemblée en saisisse bien la portée.
Le rite de l’Effétah gagne à être découvert à nouveau. Il manifeste à la fois la libération apportée par le Christ et ce dont deviennent capables ceux qui se laissent toucher par lui : « écouter sa parole » et « proclamer la foi. » Pour que ce rite soit bien compris, il demande à être accompli lentement et avec dignité.

[1] Il est significatif que l’extrait de la lettre aux Romains (6, 3-5), qui est une lecture capitale dans la célébration du baptême, tant elle en exprime une des dimensions fondamentales, ne soit que rarement choisi par les parents.  // [2] Jean-Paul II, Exhortation apostolique post-synodale Reconciliatio et pænitentia, n° 16. // [3] Rituel du baptême des petits enfants, n° 84. // [4] Célébrer la pénitence et la réconciliation, n° 10. // [5] Rituel du baptême des petits enfants, n° 85. // [6] Jean Chrysostome, Catéchèse baptismale V, 18. // [7] Benoît XVI, Audience générale du mercredi 17 janvier 2007.

Heu , les sectes chrétiennes partent dans tous les sens et interprètent les écritures à leur convenance suivant ......à titre d'exemple , les Témoins de Jéhovah ont leur tête pensante à Brooklyn et personne n'ose les contredire, mais toi ? d'où l'importance de mieux se connaitre pour des échanges plus clairs .

Bien à toi , Azad.
_________________
Nous avons perdu cette capacité de voir l'invisible dans le visible .
Memento mori .


Répondre en citant
Revenir en haut
Azadkehr
Membre 10 étoiles
Membre 10 étoiles

Hors ligne

Inscrit le: 29 Nov 2013
Messages: 482
Sexe: Masculin
Localisation: Rhône/Alpes
Point(s): 88
Moyenne de points: 0,18

MessagePosté le: 11/06/2018 09:13:14
Joy a écrit:
Azadkehr j'ai du mal comprendre pourquoi Jésus dit à Marie ne me touche pas car je ne suis pas encore monté vers mon Père ? pourrais tu m’expliquer pourquoi il dit ça à Marie .Ensuite il demande à Saint Thomas
de mettre un doigt dans la plaie.

Dans Jean 20:17
Jésus lui dit: Marie! Elle se retourna, et lui dit en hébreu: Rabbouni! c'est-à-dire, Maître! 17Jésus lui dit: Ne me touche pas; car je ne suis pas encore monté vers mon Père. Mais va trouver mes frères, et dis-leur que je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu. 18Marie de Magdala alla annoncer aux disciples qu'elle avait vu le Seigneur, et qu'il lui avait dit ces choses.


Salut Joy :
Tu m'avais interpelé à propos de ce passage biblique , je vais essayer de t'éclairer un peu ...
- Tout d'abord il n'y pas de contradiction entre ce passage et celui où Thomas demande à toucher les plaies du Christ .
& la demande de Marie Madeleine est différente de celle de Thomas , Marie Madeleine désire le toucher qui se traduit pour le Christ par un besoin de le retenir alors qu'il se prépare à quitter la sphère terrestre .
& la demande Thomas est une demande de vérification pour croire en la résurrection de celui ci . Cette demande ne pouvait pas être rejetée par le Christ !

Pour compléter je te mets un texte qui va encore plus loin :
Bonne lecture .
Face au ressuscité reconnu à sa voix la nommant, et non à son apparence, elle se prosterne, bras tendus comme elle l’a toujours fait, plus impatiente que jamais. Mais cette fois, l’aimé se dérobe à son étreinte. Lui, l’Incarné, qui a touché tant de personnes, des infirmes et des malades, dont des lépreux, lui qui l’avait louée pour l’avoir lavé, caressé, embrassé, voilà qu’il la tient à distance. « Ne me touche pas ! », lui dit-il. Ne désire plus me saisir, m’enlacer, me retenir, « car je ne suis pas encore monté vers mon Père ». Il est de passage, en partance, il ne faut pas le retarder ; il se prépare à retourner vers le Père, le sien, et celui de tous les vivants. Nul/nulle n’est en droit de s’approprier sa présence, de s’accaparer son amour, lui-même ne s’appartient pas, il est venu pour tous, il est mort et ressuscité pour tous, il continue à cheminer pour tous. « Va trouver mes frères et dis-leur : “Je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu” » (Jn 20,17).

Le temps du toucher est passé, celui du voir va bientôt s’effacer, un temps nouveau s’ouvre, va s’épanouir – celui de l’écoute seule, de l’écoute silencieuse qui, à son tour, doit se muer en un autre sens : en parole et en souffle, en témoignage. Il faut que la parole circule, que l’énergie se propage, que l’amour se partage, que la lumière se répande, que la joie se déploie, que la vie croisse. Il faut donc que rien n’encombre la voie de la vie, que rien ne limite l’espace du témoignage à semer, ce que ferait fatalement une adoration trop passionnelle, fusionnelle, captatrice.
C’est à une adoration très nue, ouverte au vide, à l’absent – à la clarté resplendissante de l’Absent – que Marie de Magdala est conviée par le Christ au matin de la résurrection. Il en sera de même pour les deux disciples rencontrés sur le chemin d’Emmaüs, un instant éblouis et aussitôt laissés à leur étonnement qu’ils ont à prendre en charge et à faire fructifier, puis pour l’ensemble des disciples le jour de l’Ascension. Et par-delà, il en est ainsi pour tous : il n’y a d’adoration qui vaille qu’exercée « en esprit et en vérité », c’est-à-dire à vide, puisque « Celui qu’il faut aimer est absent, (…) Dieu ne [pouvant] être présent dans la création que sous la forme de l’absence » 
Sylvie GERMAIN, Christus n°227
Publié dans Pensée du jour biblique

_________________
Nous avons perdu cette capacité de voir l'invisible dans le visible .
Memento mori .


Répondre en citant
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 21/10/2018 13:06:13
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    NousNeSommesPasSeuls Index du Forum -> MYSTERES DU PASSE -> Croyances Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2, 3
Page 3 sur 3

 
Sauter vers:  

 
Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template Boogie by Soso
Powered by phpBB © 2001, 2018 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com