NousNeSommesPasSeuls :: Forum de discussions sur les thèmes de l'ufologie, le paranormal, les sciences, ...
NousNeSommesPasSeuls Index du Forum
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

 
La Voie des ninja

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    NousNeSommesPasSeuls Index du Forum -> PARANORMAL -> Spiritualité
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Aleph
Membre 2 étoiles
Membre 2 étoiles

Hors ligne

Inscrit le: 22 Mar 2009
Messages: 78

MessagePosté le: 26/11/2015 19:44:02
Bonjour les ami(e)s,

Je souhaite aujourd'hui vous parler de deux livres qui me tiennent à cœur (et pour cause !), sur la spiritualité de l’Extrême-Orient.

Mais pas n’importe laquelle… Pas simplement le taoïsme ou le confucianisme, ou le code des samouraïs ou des arts martiaux en général, mais quelque chose de moins connu et de plus original : la voie du ninjutsu.

Si le personnage du ninja est très connu au niveau mondial, leur tradition (la vraie) est très peu connue.

Au tout début-début, avant de rejoindre les rangs pour devenir espions « officiels », les ninja sont issus de petites communautés contestataires, qui vivaient dans des provinces sauvages du centre du Japon, quasiment en auto-gestion puisqu’elles refusaient d’être dirigées par un seigneur (contrairement aux autres provinces médiévales japonaises).

D’où ce message concernant ces deux livres, publiés tous deux chez Albin Michel :

En premier, le « SHÔNINKI » :



Lien Amazon :

http://www.amazon.fr/Shôninki-Lauthentique-manuel-Natori-Masazumi/dp/222618…

Une critique d’un lecteur ici par exemple :

http://triplebuze.blogspot.fr/2010/08/defi-pour-travailler-shoninki-de-nato…

L'ouvrage original a été écrit en 1681 par un maître ninja de l'école de Kishu (l'actuel Wakayama), et c’est donc bien de pouvoir enfin en lire une traduction française.

D'un côté, il explique ce qu'est le ninpô, un peu de son histoire (il parle d'origine chinoise...) et de sa philosophie ; et de l'autre, il donne des conseils pratiques et techniques pour former des ninja, infiltrer et espionner.

Par contre, c'est écrit dans un style très imagé, "codé", et il n'entre pas dans le détail : il arrive fréquemment qu'au moment d'aborder plus en détail certains domaines ou techniques, le livre dit: "Mais ceci est un domaine dont les connaissances sont trop importantes pour en parler ici, elles ne doivent être transmises qu'oralement" ("Okuden").
Ce qui nous rappellera le mode de transmission ésotérique des « savoirs traditionnels » ou « hermétiques »…

Il y a un chapitre sur « Reconnaître le caractère d’un individu », qui est un petit traité de physiognomonie assez rigolo (genre : « si quelqu’un à une tête avec des oreilles petites et rondes comme une souris, c’est sûrement quelqu’un d’avide » !).

Mais, à part ça, le « Shoninki » parle bien davantage de psychologie, de comment savoir percer les défenses psychologiques (savoir « franchir les barrières sans portail »), et c’est beaucoup plus sérieux.

On y parle aussi du « lâcher-prise », et on retrouve à de multiples endroits des passages qui ressemblent aux principes bouddhistes : méditer et comprendre les émotions humaines, savoir « être vide » et libérer de son Ego, mais faire confiance à son intuition et à son vrai « Soi » pour bien saisir les choses, comprendre les individus, aller à l’essentiel, percevoir le bon moment pour agir, etc…

Un des autres points forts de ce « Shôninki », dans sa version commentée, est aussi qu’il corrige une ou deux petites erreurs : il précise avec plus d’exactitude ce que sont les régions d’Iga et de Koga, carte à l’appui, ou explique pourquoi on a confondu longtemps les « yamabushi » (ceux qui couchent dans les montagnes) avec « les guerriers des montagnes ».

Et, évidemment, il donne tout de même quelques exemples précis de stratagèmes d’espionnage et d’infiltration propre aux ninja !

Sommaire complet :

I) Shôninki Jo :

1. L’authentique tradition ninja de notre école (tôryû shôninki)
2. Les différents types d’espions (shinobi no tsuwamono no shina)
3. Les principes suprêmes (ichiryû no shidai)

II) Shôninki Shokan : premier rouleau

1. Pour se préparer aux activités clandestines (shinobu detachi no narai)
2. Ce qu’il faut savoir à propos des sentiers inconnus en montagne (shiranu sanro no narai)
3. Cheminer dans la nuit (yomichi no koto)
4. Pénétrer dans les maisons ennemies (kinjuku tori hairu narai)
5. Les enseignements des loups et des renards (korô no michi no narai)
6. Les enseignements des bœufs et des chevaux (gyûba no tsutae no koto)
7. Recueillir des renseignements dans les temples et les sanctuaires (gûji keimon no narai)
8. Discussion sur les changements d’apparence (henge no ron)
9. Infiltrer les troupes armées (jinchû shinobu toki no narai)
10. Méditations autours des oiseaux aquatiques (mizudori no kangae)
11. Les moments opportuns pour l’infiltration (shinobi hairu jibun no koto)
12. Les enseignements des quadrupèdes (yo ashi no narai)
13. Travail en commun de deux shinobi (futari shinobi no koto)
14. Travail en commun de trois shinobi (sannin shinobi no koto)

III) Shôninki Chûkan : deuxième rouleau

1. La doctrine de la marche de la Terre et du Ciel (tendô chidô no narai)
2. Accéder aux lieux élevés et aux profondeurs (taka koe hikiki ni hairu no narai)
3. Elargir son angle de vue lors de l’espionnage (shinobi ni iro o kaeru to iu narai)
4. Se protéger contre l’ennemi (teki fusegi to iu narai)
5. Enseignements secrets pour troubler les assassins (dainin ni nerawarezaru mitsuhô no mamori)
6. Utiliser l’ombre des arbres à bon escient (kikage no daiji)
7. Laisser de faux indices derrière soi (koto o magirakasu no narai)
8. L’art de percer à jour les véritables intentions (hito ni ri o tsukusa suru narai no koto)
9. Reconnaître le caractère d’un individu (ninsô o shiru koto)
10. Les trois zones du corps humain (mottai ni santei aru koto)

IV) Shôninki Gekan : rouleau final

1. Les principes les plus secrets (goku hiden)
2. Les « barrières sans portail » (mumon no isseki)
3. L’art de ne pas briser les individus (hito o yaburazaru no narai)
4. Les états émotionnels de l’âme (shinsô no koto)
5. Savoir différencier Connaissance et Principe (dôri to rikô to shirubeki koto)
6. Contrôler son Cœur et accéder au Principe (kokoro no osame ri ni ateru koto)
7. L’art libre des conversations (mukei benzetsu)
8. Savoir « lâcher prise » (rijutsuhô)

Shôninki Okusho

On peut voir dans les remerciements que Sylvain Jolivalt, l'auteur japonisant de "rencontres à l'heure du bœuf" (un livre sur le Yokai), a participé au livre.
Et il a été préfacé par Bernard Bordas, un des principaux shihan français de l'école "Bujinkan".

Ensuite, le « BANSENSHÛKAI » :



Lien Amazon :

http://www.amazon.fr/Bansenshukai-suivi-poèmes-ninja-Yoshimori/dp/222624659…

Une critique d’une lectrice ici par exemple :

http://miyu-neko.blogspot.fr/2013/06/bansenshukai-suivi-de-100-poemes-ninja…

Une première partie nous explique en détail ce qu'est le ninjutsu, son histoire, ses concepts, sous la forme facilement accessible d'un dialogue.

On y apprend par exemple tous les noms japonais donnés au ninja, et pourquoi il en est ainsi, et même l'origine du terme "nin" qui veut dire "l'esprit du sabre".

La deuxième partie aborde les grands thème de la spiritualité et des arts martiaux, mais vue selon le point de vue d'un ninja : gérer la peur de la mort, l'existence d'une "Force" façon Star Wars qui génère l'univers et se présente sous la forme des 5 éléments, les enseignements des grands philosophes (Lao-Tseu, Confucius...)

En plus de ces deux premiers cahiers, il y a « 100 poèmes ninja » de Yoshimori qui viennent après.
Là, c'est plus court, il n'y a que quelques vers par page (les poèmes japonais ne sont jamais bien longs !), mais la traduction de chaque poème est accompagnée de leur prononciation japonaise en alphabet occidental.

Si vous souhaitez vous faire une idée plus précise, un gros extrait est déjà disponible gratuitement avec Google Book :

https://books.google.fr/books?id=ECTfmmaKhUIC&printsec=frontcover&d…

Cela couvre le dossier de présentation / introduction.

Intéressant, non ?
Répondre en citant
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 26/11/2015 19:44:02
PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Seb8367
Membre 2 étoiles
Membre 2 étoiles

Hors ligne

Inscrit le: 06 Déc 2009
Messages: 73
Sexe: Masculin

MessagePosté le: 20/12/2015 00:02:17
Merci pour ton témoignage ! Ce sujet est assez intéressant, effectivement !
Certains points me rappellent le traité des cinq roues, du samouraï Miyamoto Musashi. L'as-tu lu ? Et penses-tu qu'il pourrait y avoir une parenté dans les deux philosophies ?

Ce qui est assez plaisant, en tout cas, c'est cette façon qu'ont les japonais de mêler explications "philosophiques" et "techniques". Ils sont beaucoup moins dualistes que par chez nous, c'est sûr !
Répondre en citant
Revenir en haut
Aleph
Membre 2 étoiles
Membre 2 étoiles

Hors ligne

Inscrit le: 22 Mar 2009
Messages: 78

MessagePosté le: 27/12/2015 14:31:28
Oui, bien sûr, j'ai lu le "Traité des cinq roues", de même que les "sept classiques de l'art de la guerre" ou "les 36 stratagèmes" chinois.

Une parenté entre les deux philosophies, oui, je pense qu'il y en a :

Le première, c'est au moins au niveau du "principe des 5 éléments" (c'est le vrai sens de "gorin") : il structure explicitement l'ouvrage de Musashi, et il est à la base de la philosophie ninja.

Le deuxième lien que je vois entre les deux, c'est ce qui est finalement le tronc commun de tous les arts martiaux, ce qui inclut le kenjutsu de Musashi, et que le "Bansenshûkai" souligne : se libérer de la peur de la mort.
Une fois que l'on n'a plus peur de la mort, on n'a plus peur de rien, et cela permet d'avoir un mental stable, source d'efficacité supérieure au combat, quelle que soit la technique / art martial utilisé(e) ou quel que soit le contexte.

Enfin, le lien sera plus ténu, mais je pense que je peux le citer aussi, c'est le fait que Musashi était apparemment plus un "samouraï errant" qu'un samouraï "classique" restant à vie au service d'un seul seigneur ou d'un clan.
Ca ne fait évidemment pas de lui un ninja, mais ça l'en rapproche un peu plus que s'il avait été un samouraï pur et dur.

Cela répond à tes questions ?
Répondre en citant
Revenir en haut
Seb8367
Membre 2 étoiles
Membre 2 étoiles

Hors ligne

Inscrit le: 06 Déc 2009
Messages: 73
Sexe: Masculin

MessagePosté le: 27/12/2015 20:33:11
Oui ! Merci pour tes réponses ^^

C'est vrai que la peur de la mort est un peu la racine de tous les problèmes !
Répondre en citant
Revenir en haut
Aleph
Membre 2 étoiles
Membre 2 étoiles

Hors ligne

Inscrit le: 22 Mar 2009
Messages: 78

MessagePosté le: 08/10/2016 13:42:42
En complément des messages ci-dessus, il faut signaler ce mois-ci un article paru dans la revue "Karaté Bushidô" d'octobre-novembre 2016, en pages "culture et tradition", portant sur ces textes classiques du ninjutsu : un double-page présente le "Ninpiden", le "Shôninki" et le "Bansenshûkai", leur environnement historique, et surtout, en quoi leurs enseignements sont toujours actuels.
Répondre en citant
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 24/05/2017 16:37:05
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    NousNeSommesPasSeuls Index du Forum -> PARANORMAL -> Spiritualité Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

 
Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template Boogie by Soso
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com