NousNeSommesPasSeuls :: Forum de discussions sur les thèmes de l'ufologie, le paranormal, les sciences, ...
NousNeSommesPasSeuls Index du Forum
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

 
Carrousel de Washington
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    NousNeSommesPasSeuls Index du Forum -> UFOLOGIE -> Vos observations d'OVNI
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Supernova
Membre 15 étoiles
Membre 15 étoiles

Hors ligne

Inscrit le: 05 Sep 2013
Messages: 929
Sexe: Masculin
Localisation: Parmi les étoiles.
Point(s): 0
Moyenne de points: 0,00

MessagePosté le: 28/01/2015 19:13:17
Il y eut trois nuits d'activités particulièrement intenses au-dessus de Washington, le 19-20 juillet, le 26-27 Juillet et le 2-3 août : les cieux au dessus de la capitale du pays étaient littéralement encombrés par des OVNIs qui survolaient la Maison Blanche, le Capitole, et le Pentagone.

Ils ont été vus depuis le sol, ils ont aussi été détectés par les radars des tours de contrôles de l'Aéroport National de Washington, par les radars de la base de l'US Air Force de Bolling au-dessus du Potomac, et par la base de l'Air Force d'Andrews. Les opérateurs radar ont communiqué téléphoniquement en temps réels pour vérifier qu'ils poursuivaient les mêmes cibles, et c'était bien le cas. En de nombreuses occasions, des pilotes de lignes ont pu confirmer visuellement ce que les radars détectaient.

L'apparition d'objets volants non identifiés dans l'espace aérien au-dessus de la zone la plus centrale pour le gouvernement des États-Unis causa un grand embarras pour le ministère de la défense, dont une des responsabilités est de garantir le pays contre les intrusions par voie des airs. Un déluge de question de la part des journalistes obligea l'US Air Force à tenir une de ses plus importantes conférence de presse, qui sera surtout la plus embarrassante et la plus confuse qu'elle ait jamais eu a donner depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale.

La conférence eut lieu dans la salle 3E-369 du Pentagone, et fut présidée par le Chef des services de renseignements de l'US Air Force, le Major General John Samford. L'essentiel de l'explication de la vague d'observation au-dessus de Washington fut de deux mots brefs jamais entendus auparavant : « inversion de température ». On expliqua que des « inversion de température » conduisent à des mirages, en général au sol, mais le General Samford suggéra que des lumières au sol avait du fait de « inversion de température » projetés des mirages dans le ciel. Comme ont lui fit remarquer que les mirages ne se détectent pas au radar, il ajouta que l'« inversion de température » avait sans doute dupé les radars en courbant les rayons lumineux venant du sol. C'était la première fois qu'une telle idée faisait son apparition et elle allait faire long feu dans les cas ultérieurs. Il s'agit bien entendu d'une explication ad-hoc quasiment improvisée pour la circonstance, personne dans la communauté scientifique n'ayant la moindre idée sur ce que pouvait bien être une « inversion de température » radar-visuelle, et les radaristes sachant parfaitement ce qui pouvait être un écho causé par la propagation anormale et ce qui ne pouvait pas l'être. Pour le grand public, il y eut deux chocs, le premier, celui que des OVNIs avaient été détectés par des radars, ce que l'Air Force n'avait jamais mentionné auparavant, et cette notion que les « inversion de température » expliquaient tout ceci. Il en fut retenu que les OVNIs ne se détectent pas au radar car « ce sont des inversions de températures, » et cette idée-là reste toujours tenace 50 ans plus tard.

Et de fait, en 1969 une étude scientifique réalisée par l'US Air Force à démontré qu'aucune inversion de température assez marquée pour réaliser ce que l'on avait observé en 1952 ne pouvait se produire dans l'atmosphère terrestre. Mieux, il fut conclut qu'aucun rapport d'observation d'OVNIs radar/visuel n'avait probablement jamais été causé par ce phénomène d'inversion de température ni aucun autre effet de mirage.

(Bien entendu, il arrive que de l'air chaud soit sous de l'air froid, mais le front de gradient thermique ainsi crée ne génère comme échos de propagations anormales que de vagues taches floues et immobiles bien connues des radaristes, et aucunement des échos ponctuels qui manœuvrent. Même s'il arrive très exceptionnellement que de telles inversions renvoie des échos vaguement défini de véhicules au sol, on ne les voit pas visuellement dans le ciel, évidemment. Dans les cas de Washington 1952, les conditions météo ne permettaient aucunement de tels phénomènes, qui n'auraient pas expliqué les observations visuelles depuis le sol et depuis l'air.)

En 1952, peu de gens comprenaient de quoi il retournait vraiment et ce que pouvaient et ne pouvaient pas réaliser les « inversion de température ». Parmi ces peu de gens, se trouvait le Major retraité des Marines, Donald E. Keyhoe, qui expliqua tout ceci mais ne fut évidemment entendu que de ceux qui voulaient bien entendre.

Le jour même où le General Samford tenait sa conférence de presse, la roue tournait à la CIA. Un mémo de Ralph Clark, Acting Assistant Director pour le renseignement scientifique déclara : « Dans les dernières semaines, un certain nombre d'observations et de détections par radar d'objets volants non identifiés ont été rapportés. Bien que nos services aient toujours pris soin de traiter ce genre d'observations dans les trois dernières années, un groupe d'étude spécial a été formé afin de revoir le sujet jusqu'aux événements récents. »

Voyez également le rapport de la CIA qui montre l'inquiétude de l'agence à propos des OVNIs à cette époque: « [...] Tant qu'une série de rapports restent 'inexplicables' (des aspects interplanétaires et une origine intelligente extra terrestre ne pouvant pas être exclues) la prudence recommande que le renseignement continue à couvrir le sujet. »


Diagramme des OVNIS poursuivis par les radars de l'aéroport de Washington National le 20 Juillet 1952. En A, 7 objets approchent de la capitale du pays par le Sud, en B, certain sont repérés au-dessus de la Maison Blanche et du Capitole. En C, ils apparaissent au-dessus de la base de l'US Air Force de Andrew. En D un OVNI suit un avion de ligne, en E l'un d'entre eux effectue un virage à angle brutal. Source: UFOs - A Pictorial History From Antiquity to the Present, par David C. Knight. (McGraw Hill Book Co., 1979.)




Source : http://ufologie.patrickgross.org/htm/usa1952f.htm
_________________
« L'Astronomie considérée dans son ensemble, est le plus beau monument de l'esprit humain, le titre le plus noble de son intelligence. » Pierre-Simon de Laplace


Répondre en citant
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 28/01/2015 19:13:17
PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Supernova
Membre 15 étoiles
Membre 15 étoiles

Hors ligne

Inscrit le: 05 Sep 2013
Messages: 929
Sexe: Masculin
Localisation: Parmi les étoiles.
Point(s): 0
Moyenne de points: 0,00

MessagePosté le: 28/01/2015 19:22:37
WASHINGTON, 28 juillet -- (AP) Le radar, qui normalement ne montre pas quelque chose qui n'est pas là, a détecté des « soucoupes volantes » près de la capitale de la nation pour la deuxième fois en une semaine.

Les pilotes des chasseurs à réaction ont fouillé les cieux sans entrer en contact direct avec quoi que ce soit pendant les six heures où quatre à 12 objets non identifiés sont apparus par intermittence sur des écrans de radar à l'Aéroport National de Washington et à la base aérienne voisine d'Andrews.

« Un pilote a dit qu'il a vu quatre lumières approximativement à 10 miles de distance et légèrement au-dessus de lui. Mais elles ont disparu avant qu'il n'ait pu les rattraper, » dit Associated Press. Plus tard, a dit le même pilote, il a vu « une lumière blanche régulière » à cinq miles au loin qui a disparu en environ une minute.

Dans la mesure où a pu être déterminé, c'était la première fois que des jet ont été envoyés à la poursuite de tels fantômes dans le ciel.

Les officiels ont soigneusement évité de mentionner des « soucoupes volantes », juste comme ils l'avaient fait quand les radar ont détecté sept ou huit objets non identifiés près de Washington le 26 juillet 2002. Mais on s'est attendu à ce que l'Armée de l'Air ajoute le rapport à sa longue liste d'observations de soucoupes, dont les officiels déclarent qu'elles surviennent plus fréquemment que jamais depuis la vague initiale en 1947.

Un porte-parole de l'Air Force a dit que toutes les mesures nécessaires sont en train d'être prises pour évaluer ce tout récent phénomène.

Plus tard, un porte-parole de l'Air Force a dit:

« Nous n'avons aucune preuve que ce sont des soucoupes volante. Inversement, nous n'avons aucune preuve tangible que ce ne sont pas des soucoupes volantes. Nous ne savons pas ce que c'est. »

Il n'y avait aucun accord si les rapports récents sont les premiers de tels objets mystérieux apparaissant sur les radars. Au moins, les officiels ont convenu qu'ils sont peu ordinaires.

Le radar n'enregistre normalement rien qui ne soit pas matériel - tel que la lumière. Mais il peut détecter des choses telles qu'un oiseau en vol ou un groupe de nuages. Et un expert a dit que le radar n'est pas infaillible.

L'Armée de l'Air a signalé qu'entre quatre et 12 objets non identifiés sont apparus à 21:08 samedi sur l'écran de radar au centre du trafic aérien géré par l'administration civile de l'aéronautique. Leur position a été estimée à 10 miles à l'est du Mont Vernon, en Virginie, qui est proche de l'aéroport de National de Washington.

Cela a été signalé à l'Armée de l'Air, qui a envoyé vers le ciel deux avions de chasse et d'interception à réaction depuis une base à Newcastle, Delaware, à environ 90 miles de Washington.

Quand les avions sont apparus sur leurs écrans de radar approximativement à 23:25, le CAA a essayé sans succès de guider les avions vers un contact avec les objets mystérieux. C'était pendant cette recherche que le pilote a fait ses deux observations des lumières.

Les avions sont repartis vers leur base à 1:40 heure du matin et deux autres jets leur ont succédé et sont restés dans le ciel jusqu'à 2:20 heure du matin sans faire de contacts.

Le pilote qui a aperçu les lumières a dit qu'elles « se déplaçaient réellement » - plus rapidement que 600 miles par heure. Mais les opérateurs de radar à la base aérienne d'Andrews ont dits [... ] « à une vitesse lente » - [... ] miles par heure. C'était plus ou moins le même schéma que les observations du 26 juillet 2002- des objets se déplaçant lentement avec des pointes de vitesse.

Une femme à Washington a rapporté qu'elle a vu « une lumière très brillante à travers le ciel vers la base d'Andrews à environ 12:15 P.M. » Plus tard elle a dit qu'elle a vu un objet avec une queue comme une comète filer et quelques secondes plus tard une troisième dans une autre direction.



Source : http://ufologie.patrickgross.org/press2/bridgeportpost28jul1952f.htm
_________________
« L'Astronomie considérée dans son ensemble, est le plus beau monument de l'esprit humain, le titre le plus noble de son intelligence. » Pierre-Simon de Laplace


Répondre en citant
Revenir en haut
Supernova
Membre 15 étoiles
Membre 15 étoiles

Hors ligne

Inscrit le: 05 Sep 2013
Messages: 929
Sexe: Masculin
Localisation: Parmi les étoiles.
Point(s): 0
Moyenne de points: 0,00

MessagePosté le: 28/01/2015 19:30:31
Washington, 27 Juillet, UP. -- Des avions de chasse à réaction ont exploré le ciel nocturne au-dessus de Washington la nuit passée et tôt aujourd'hui après que des objets aériens inconnus aient été repérés par intermittence sur des écrans de radar sur une période de six heures. Aucun contact n'a été fait avec aucun de ces sujets, dont les pilotes disent qu'ils ont ressemblé à des « lumières ».
C'était la deuxième fois en une semaine que des objets volants non identifiés dans le ciel avaient été dépistés par le radar dans la région de Washington.

L'Armée de l'Air a indiqué ce soir (juillet 1952) que les derniers objets inconnus ont été repérés sur des écrans de radar à l'aéroport National de Washington pendant au moins six heures. Ils ont été détectées la première fois à 21:08 samedi par le Centre de Contrôle du Trafic Aérien à l'aéroport.

Entre quatre et 12 objets non identifiés au-dessus du voisinage de Washington ont été détectées par le radar, a rapporté l'Armée de l'Air. Deux avions de chasse-intercepteurs à réaction ont été envoyé et ont fouillé le secteur, et plus tard une autre paire a assuré la recherche. Mais ni l'un ni l'autre groupe n'a fait n'importe quel contact direct avec les objets inconnus, qui sont apparus à un pilote comme étant quatre lumières qui ont disparu avant qu'il n'ait pu les rattraper.

Après que les avions soient revenus à leur base, les objets inconnus ont continué à être observés pendant un certain temps sur les écrans de radar à l'aéroport, a dit l'Armée de l'Air.

Les pilotes des avions à réaction n'ont donné aucune description de ce que les objets aériens pourraient être au-delà d'en avoir dit qu'ils ressemblaient à des lumières. (Les avions à réaction sont venus de Newcastle, Delaware, approximativement à 90 miles de Washington).

Ces pilotes sont apparus sur les écrans radar du CAA à approximativement 1:25 et ont été guidés vers plusieurs des objets inconnus.
L'Armée de l'Air a indiqué dans son rapport :

« Un des pilotes de jet a rapporté apercevoir quatre lumières dans l'avant approximativement à 10 miles et légèrement au-dessus de lui mais il a rapporté qu'il ne gagnait apparemment aucun terrain vers elles. Elles ont disparu avant qu'il n'ai pu les rattraper ». Plus tard, le même pilote a rapporté une lumière régulière qui a disparu en environ une minute.

Les observations de choses non identifiées dans le ciel par le radar indiquent que quelque chose de matériel était impliquée, pas seulement de la lumière. Cela pourrait, cependant, être petit ou grand, car le radar est capable de détecter un oiseau en vol. Le radar peut également détecter des choses telles que des formations de nuages.

Le centre de contrôle du Trafic Aérien a fait plusieurs autres tentatives par ses observations radar des objets non identifiés pour guider les jets vers le contact. Cela n'a pas réussi, a dit l'Armée de l'Air, jusqu'à environ 23:49, quand le même pilote qui a rapporté le premier contact visuel a encore rapporté apercevoir ce qu'il a décrit comme une « lumière blanche régulière. » La lumière a disparu en une minute environ, a dit l'Armée de l'Air.

L'opérateur de radar de la CAA au centre de contrôle du trafic, situé à l'aéroport national de Washington, a calculé la position de l'objet inconnu comme étant à approximativement 10 miles à l'est du Mont Vernon, Virginie, près de l'aéroport.
Le pilote dit que cette lumière était à environ cinq miles en avant de son avion.

L'Armée de l'Air affirma qu'aucun autre contact, ni visuel ou par le radar, n'a été fait par les avions, bien que les « inconnus » aient encore été apparents à 2:20 heure du matin sur l'écran radar de la CAA.



Source : http://ufologie.patrickgross.org/press2/wilkes-barrerecord28jul1952f.htm
_________________
« L'Astronomie considérée dans son ensemble, est le plus beau monument de l'esprit humain, le titre le plus noble de son intelligence. » Pierre-Simon de Laplace


Répondre en citant
Revenir en haut
Supernova
Membre 15 étoiles
Membre 15 étoiles

Hors ligne

Inscrit le: 05 Sep 2013
Messages: 929
Sexe: Masculin
Localisation: Parmi les étoiles.
Point(s): 0
Moyenne de points: 0,00

MessagePosté le: 28/01/2015 19:37:28
Pour Renny Rogers, il était déjà assez étrange que des jets militaires aient volé bas au-dessus de sa maison de Waldorf au milieu de la nuit. C'est ce qu'il pense avoir vu quand il est sorti dehors le 26 juillet 2002 qui l'a stupéfié.

« C'était cet objet, cet objet bleu-clair, volant à une vitesse phénoménale, » a dit Rogers. « Ce jet de l'Armée de l'Air était exactement derrière lui, le chassant, mais l'objet le semait sans aucune difficulté. J'ai dit à mon voisin : “Je pense que ces jets chassent un OVNI »

Les officiels militaires confirment que deux jets F-16 de la base aérienne d'Andrews ont été envoyés hier tôt après que le radar ait détecté un avion inconnu dans l'espace aérien du secteur. Mais ils rigolent à l'idée que les jets chassaient un objet non identifié étrange, rapide et bleu.

« Nous avons eu un écho intéressant, donc nous avons envoyé des avions, » a dit le Commandant Douglas Martin, un porte-parole pour le Commandement Aérospatial de la Défense Nord-Américaine (Le NORAD) dans le Colorado, qui a la responsabilité de défendre l'espace aérien des États-Unis. « Tout était en ordre dans le ciel, donc ils sont rentrés. »

En même temps, les officiels militaires déclarent qu'ils ne savent pas au juste ce que les jets chassaient, parce que quoi que cela ait été cela a disparu « il y a un grand nombre de scénarios possibles, mais nous ne savons pas ce que c'était, » a dit le Commandant Barry Venable, un autre porte-parole du NORAD.

Le radar a détecté un engins volant, bas, lent, vers environ 1 heure du matin me 26 juillet 2002, selon un officiel militaire. Les contrôleurs n'ont pas pu établir de communication par radio avec l'avion non identifié, et le NORAD a été averti. Quand les F-16 portant des missiles air-air ont été envoyés depuis la base d'Andrews, la piste de l'engin volant non identifié s'est effacée du radar, a dit un officiel militaire, parlant sous condition d'anonymat.

Les pilotes de la Garde Nationale de l'Air de Washington D.C. du 113e escadron qui pilotaient les F-16 de la base d'Andrews, n'ont rien rapporté sortant de l'ordinaire, ont dit les officiels du NORAD.

« C'était une intervention de routine, » a dit le Lieutenant-Colonel Steve Chase, un officier senior de cette unité, qui garde des pilotes et des jets armés en alerte 24 heures dur 24 à Andrews pour répondre aux incidents, faisant partie d'un système de défense aérienne protégeant Washington après les attaques terroristes du 11 Septembre.

Rogers reste convaincu que ce qu'il a vu n'était pas courant. « Cela ressemblait à une étoile filante sans sa traînée, » a-t-il dit. « Je n'ai jamais vu quoi que ce soit de pareil. »
_________________
« L'Astronomie considérée dans son ensemble, est le plus beau monument de l'esprit humain, le titre le plus noble de son intelligence. » Pierre-Simon de Laplace


Répondre en citant
Revenir en haut
Supernova
Membre 15 étoiles
Membre 15 étoiles

Hors ligne

Inscrit le: 05 Sep 2013
Messages: 929
Sexe: Masculin
Localisation: Parmi les étoiles.
Point(s): 0
Moyenne de points: 0,00

MessagePosté le: 28/01/2015 19:48:02
C'était dimanche matin, le 28 Juillet 2002. Les nouvelles sont passées sur la radio pendant que je causais avec un ami : une grande boule de lumière bleue avait été repérée dans le ciel, mais nous n'avons pas compris où. Elle a été détectée sur radar ; des chasseurs à réaction ont été dépêchés sur les lieux. La chasse avait été vue par des gens sur le sol. La lumière a voyagé à une vitesse phénoménale et elle disparu soudainement du radar et des cieux.

Mes yeux se sont écarquillés comme des soucoupes. Tu as entendu ça ? ai-je demandé. J'étais stupéfaite, parce que je n'avais jamais entendu une telle chose rapportée dans les informations radiophoniques.

Bien que j'aie été une sceptique, je connais des gens qui non seulement croient aux OVNIs, mais qui disent qu'elles les ont vus. Ils pensent également que le gouvernement nous cache la vérité. Je ne peux pas m'imaginer que quiconque essayerait de dissimuler une découverte scientifique si importante. Et pourquoi est-ce qu'un vaisseau voyagerait jusqu'ici depuis si loin juste pour, pouf !, disparaître ?

Quand j'ai exploré cette histoire pour moi-même, mes idées ont commencé à changer.

J'ai observé et j'ai écouté toute la journée pour entendre des mises à jour passionnantes. Rien. J'ai regardé dans le journal. Rien. Comment une grande boule de lumière bleue voyageant à une vitesse phénoménale a-t-elle pu être rien ?

Lundi matin, j'ai appelé mon ami J.D. Hutchison, l'Ufologue officieur à Athens. Il a dit qu'il a pensé que c'était au-dessus de l'Orégon quelque part le 26 Juillet et qu'il allait vérifier. En attendant, j'ai recherché sur Internet: light/UFO/July 26.

Apparemment le 26 Juillet, l'activité d'OVNIs a été observée au-dessus de la base aérienne d'Andrews près de Washington D.C. Des pilotes crédibles et dignes de confiance de l'Armée de l'Air et des ingénieurs en ont été témoins et cela a été enregistré sur radar, une flotte de sept cibles solide ont été vues, stationnaires, puis volant à vitesse normale, faisant des cercles puis accélérant à des vitesses phénoménales. Puis Blip ! - ils ont disparu des radar et du ciel. Intéressant en effet, mais j'ai bientôt découvert que j'avais pris connaissance de l'apparition d'OVNIS le 26 Juillet ... de 1952 !

Il semble que jusqu'ici, un des plus grandes vagues d'observations d'OVNIS a été enregistré en Juillet 1952, avec observations exceptionnelles le 26. Le gouvernement, bien qu'il ait affirmé sa nonchalance, a agi. Le Projet Blue Book a été institué au début d'Août juste après ces observations. On souhaitait qu'il fasse le tri entre les faits et les fictions se rapportant aux OVNIS.

Le Projet Blue Book siégeait à la base aérienne de Wright Patterson à Dayton. Apparemment, il y avait eu tellement d'activité à étudier avant et après le 26 Juillet que le bureau minuscule était accablé, inondé par les piles de rapports. Plusieurs des documents originaux ont été déplacés aux archives nationales à Washington quand le projet a été fermé en 1969.

Oui. Oui. C'était tout à fait intéressant, j'ai pensé, tandis que je faisais défiler les pages. Mais j'ai voulais en découvrir plus au sujet de cette grande boule de lumière bleue en 2002.

J.D. m'a rappelée.

Babs, il a dit, c'était le 26 Juillet, mais pas dans l'Orégon. C'était au-dessus de la base aérienne d'Andrews.
J'en restai bouche bée.
Andrews Air Force Base ? LA Andrews Air Force Base ? Exactement 50 ans après jour pour jour ?
Cette lumière bleue commençait à sembler très intelligente en effet. Une sorte d'anniversaire ? Tout à fait comme pour attirer l'attention.

J'ai fait quelques comparaisons :

Dans une conférence de presse du 29 Juillet 1952, le Major Général John Samford de l'Armée de l'Air des États-Unis a déclaré que les observations ont été provoqués par des inversions de la température. Le public a été facilement convaincu, et pour beaucoup, c'était expliqué.

On July 27, 2002, in a telephone conference with UFO researcher Kenny Young, Major Snyder, command spokesperson for both NORAD and the U.S. Space Command, said, "NORAD is absolutely not concerned about this situation. We posture our forces according to the threat and at no time did this incident involve any threat to our country. It was an innocuous happening. Le 27 Juillet 2002, dans une conférence au téléphone avec le chercheur Kenny Young, le Major Snyder, porte-parole à la fois pour le NORAD et l'US Space Command, a dit, le NORAD n'est absolument pas intéressé au sujet de cette situation. Nous maintennons nos forces en fonction des menaces et à aucun moment cet incident n'a impliqué öa moindre menace pour notre pays. C'était un événement innocent.
Et c'en était fait. Mais l'histoire se répète-t-elle ?

Publiés grâce à la Loi de La Liberté l'Information, les transcriptions alors secrètes de la tour de contrôle pour cette nuit-là racontent une histoire très différente. Cette nuit là, personne n'avait pensé que c'était une inversion de température, pas même le Lieutenant responsable. Le rapport disait, il (le Lieutenant Holcomb) a estimé que les cibles sur les écrans de radar à ce moment-là n'étaient pas le résultat de cette inversion et donc il a fait la suggestion au poste de commande qu'un deuxième vol d'interception soit demandé.

Les déclarations enregistrées auprès pris des pilotes de lignes commerciales nationales dans le même secteur le 13 Juillet 1952 sont également extraordinaires. Ils disent qu'ils ont observé une boule de lumière bleu-blanche planer à l'Ouest.

Selon le pilote, l'objet a est monté à 11.000 pieds et a puis maintenu un cours parallèle au même niveau, à la même vitesse, jusqu'à ce qu'il ait allumé toutes ses lumières. L'objet s'est alors écarté de sa proximité à 1.000 miles par heures environ. Le temps était excellent pour l'observation. L'équipage a dit que l'objet est parti, vers le haut et vers le lointain.

Le 14 Juillet 1952 les pilotes de la Pan Am dans le même secteur ont rendu compte de six lumières ou disques incandescent volant à vitesse normale sous eux. Ils sont restés jusqu'à ce que les pilotes aient allumé les lumières. Les disques se sont alors renversé sur leur bord, se sont élevés vers le haut au-dessus de leur avion, en formation, et ont alors ont disparu un par un. Blip. Blip.

Environ 60 rapports ont été rédigés en juillet 1952 à partir de témoins crédibles. Mais combien n'ont pas été rapportés ? Combien ont été perdus à cause de la crainte du ridicule ? Et tandis que cette documentation des pilotes commerciaux est fascinante, des volumes et des volumes de plus existent. Pour rendre justice à ce sujet, on devrait passer sa vie à l'étudier. Beaucoup l'ont fait.

Le Projet Blue Book a enregistré environ 12.618 observation avant de mettre fin a ses opérations en 1969. De ceux là, 718 restent non expliqués. Mais selon l'Armée de l'Air et leurs conclusions du Projet Blue Book, il s'est avéré que les OVNIs ne sont ni une menace pour notre sécurité, ni extraterrestres, donc nous n'avons pas besoin de les étudier plus avant. Dossier classé. Et ceci est devenue notre position officielle jusqu'ici. Ne rien voir et ne rien dire.

Ainsi il est probablement juste de dire que étant donné les pénalités, comme la prison, pour divulguer des informations secrètes, nous ne saurons jamais savoir la vérité au sujet du 26 Juillet 2002.

Était-ce un oiseau ? Était-ce un avion ? Ou était-ce... une inversion de la température ?



Source : http://ufologie.patrickgross.org/press/athensnews17oct2002f.htm
_________________
« L'Astronomie considérée dans son ensemble, est le plus beau monument de l'esprit humain, le titre le plus noble de son intelligence. » Pierre-Simon de Laplace


Répondre en citant
Revenir en haut
Supernova
Membre 15 étoiles
Membre 15 étoiles

Hors ligne

Inscrit le: 05 Sep 2013
Messages: 929
Sexe: Masculin
Localisation: Parmi les étoiles.
Point(s): 0
Moyenne de points: 0,00

MessagePosté le: 28/01/2015 20:10:01


A lire : Vague d'observation à Washington (1952)
Le carousel de Washington
1952 Washington D.C. Sightings
UFOs Fly Directly Over Washington DC, 1952
Alien Armada! (1952 Washington, DC UFO sightings)
LA RADIO WTOP RAPPORTE UN OVNI POURSUIVI PAR DES JETS DANS LE MARYLAND, L'AIR NATIONAL GUARD CONFIRME, USA
The Washington, DC, Area Jet Chase of July 26, 2002
July 26th DC UFO F-16 Scramble
National UFO Reporting Center Case Brief July 26, 2002 - Washington, DC
Washington D.C. Intrusion 2002 and Other Midwest Sightings
General Samford meet the press
_________________
« L'Astronomie considérée dans son ensemble, est le plus beau monument de l'esprit humain, le titre le plus noble de son intelligence. » Pierre-Simon de Laplace


Dernière édition par Supernova le 29/01/2015 12:55:39; édité 1 fois
Répondre en citant
Revenir en haut
Supernova
Membre 15 étoiles
Membre 15 étoiles

Hors ligne

Inscrit le: 05 Sep 2013
Messages: 929
Sexe: Masculin
Localisation: Parmi les étoiles.
Point(s): 0
Moyenne de points: 0,00

MessagePosté le: 29/01/2015 20:57:51
Autour de 01h15, le 20 Juillet 1952, le vol 807 de Capital Airlines volait entre Martinsburg, Virginie-Occidentale, et Washington D.C. lorsque le capitaine Casey Pierman repéra sept objets clignotant dans le ciel.

Deux heures plus tard, le pilote Howard Dermott du vol capital 610 rapporta qu'une lumière non identifiée suivait son avion de ligne. La lumière est resté derrière son avion de Herndon, en Virginie, jusqu'à quatre miles à l'ouest de Washington National Airport.

Ces observations furent confirmées par les opérateurs radar à l'aéroport national de Washington et à Andrews Air Force Base, dans le Maryland.

Une semaine plus tard, les opérateurs radar de Washington National Airport ont à nouveau recensés un amas d'objets volants non identifiés juste après 21h, le 26 Juillet 1952. Ils dirent : Les objets sont répartis en arc de cercle, entourant Washington. Nous ferions mieux alerter les militaires. Le contrôleur principal de l'espace aérien dit à l'US Air Force : Vous rappelez-vous de ces OVNIs ? Eh bien, ils sont de retour !

La Direction de l'Air Force Intelligence evoya immédiatement deux officiers de l'aéroport : Major Dewey Fournet et le lieutenant John Holcomb, qui était temporairement affecté à la Direction de la Marine.

Pendant ce temps, un pilote de la National Airlines ainsi que l'hôtesse de l'air virent également plusieurs objets incandescents au-dessus de Andrews Air Force Base.

À la tour de contrôle de l'aéroport, les agents regardèrent les échos radar de ces objets pendant près d'une heure. Un dit : Ils volent à plus de 1000 miles par heure ! Ensuite, Fournet appela le Pentagone: Il y a quelque chose là-haut ! Demande d'intercepteurs à réaction.

L'approbation concernant l'envoi d'intercepteurs à réactions prendra environ une demi-heure, pendant que les OVNIs continuèrent à planer et zig-zag au-dessus de la capitale nationale.

Autour de 00h10, le 27 Juillet 1952, l'U.S. Air Defense Command envoyèrent deux intercepteurs à réactions F-94 pour enquêter sur les observations radar d'objets volants non identifiés (OVNIs) au-dessus Washington D.C.

Un des opérateurs radar du F-94 dit : Je vois plusieurs objets inconnus ! Certains volent à plus de 1000 miles par heure ! Un peu plus tard, il déclara : Nous nous approchons de l'objet à cinq miles, et le pilote du F-94 dit, Il ressemble à un cigare éclairé. Dès que nous avons commencé à gagner du terrain sur eux, ils disparurent !

Plus tard, ce même pilote dit : Il y a une étrange lumière à cinq miles de moi, au-dessus de Mt. Vernon. Celle-ci disparu quand il sen approcha.

Deux autres F-94 ont décollé et menèrent des recherches dans le ciel de Washington, mais ne trouvèrent rien.

Du fait que sur deux week-ends de 1952 (Juillet 19-20 et 26-27) des échos inconnus étaient présents sur les radars de Washington DC, des avions de chasses furent amenés à Delaware pour traquer ces "soucoupes volantes" qui provoquèrent un phénomène médiatique à travers tout le pays. Les Nouvelles déclarèrent : le président Truman désire une enquête complète sur les observations d'OVNIs.

Pour apaiser les rumeurs et les spéculations, l'Air Force organisèrent une conférence de presse au Pentagone le 30 Juillet 1952. Le major-général Roger M. Ramey, directeur des opérations, et le major général John A. Samford, directeur du renseignement, furent les porte-parole de l'Air Force. Ils dirent : L'Air Force a recensés des milliers d'observations au cours des dernières années, mais seulement 20 pour cent reste inexpliquée. MG Ramey dit : Ces soi-disantes soucoupes volantes ne peuvent pas être interprétées comme menaçante. MG Samford a dit : Les récentes lumières peuvent être attribués à des inversions de température et conclurent par : L'Air Force conservera sa vigilance et achètera des caméras avec des grilles de diffraction susceptibles de discerner la source d'une lumière particulière.

Dix ans plus tard, en 1962, l'un des pilotes du F-94 pilotes me raconta son histoire :

Capt. Dick Foley était affecté à Dover AFB, Delawareet en 1952, quand il reçut un appel pour envoyer et d'intercepter des lumières non identifiées qui furent aperçues sur les radars et au dessus de Washington DC.

Il s'approcha d'une de ces lumières qu'il décrit comme un véhicule en forme de disque brillant. Il a appelé son centre de commandement et a demandé ce qu'il devait faire. Ils dirent Stand by (comme d'habitude, car ils se doivent de vérifier avec toute action).

Deux véhicules identiques se déplacèrent à côté de lui sur chaque aile. Ces objets n'avaient ni d'ailes, ni cockpit ou fenêtres qu'il pouvait voir. Parce qu'il ne était pas sûr à quelle distance ils étaient et ne savait pas de quelle taille ils étaient, mais il l'estima d'environ 40 pieds de diamètre (12m) et 10 pieds d'épaisseur (3m).

Je lui ai demandé ce qu'il fit donc. Il a dit J'ai désarmé mes armes. En quelques minutes, tous les objets accélérèrent, montèrent, et me laissèrent là où j'étais . Alors je le dis aux les contrôleurs, et je retourna chez moi. Fin de l'histoire.




Source : http://bswett.com/UFOsDC1952.html
_________________
« L'Astronomie considérée dans son ensemble, est le plus beau monument de l'esprit humain, le titre le plus noble de son intelligence. » Pierre-Simon de Laplace


Répondre en citant
Revenir en haut
Supernova
Membre 15 étoiles
Membre 15 étoiles

Hors ligne

Inscrit le: 05 Sep 2013
Messages: 929
Sexe: Masculin
Localisation: Parmi les étoiles.
Point(s): 0
Moyenne de points: 0,00

MessagePosté le: 29/01/2015 23:38:34

_________________
« L'Astronomie considérée dans son ensemble, est le plus beau monument de l'esprit humain, le titre le plus noble de son intelligence. » Pierre-Simon de Laplace


Répondre en citant
Revenir en haut
Supernova
Membre 15 étoiles
Membre 15 étoiles

Hors ligne

Inscrit le: 05 Sep 2013
Messages: 929
Sexe: Masculin
Localisation: Parmi les étoiles.
Point(s): 0
Moyenne de points: 0,00

MessagePosté le: 01/02/2015 18:29:08
A la fin de juillet 1952 à DC, les rapports d'observations d'objets inconnus eurent atteints des sommet inédits à l'échelle nationale. Des rapports qui grimpaient déjà de façon constante les mois précédents. Capitaine Ed Ruppelt, qui dirigea durant cinq ans les investigations de l'Air Force concernant les phénomènes inexpliqués, officiellement connues sous le nom de Aerial Phenomena Group, mais plus généralement connu sous son nom de code Projet Blue Book (situé à l'Air Technical Intelligence Center - ATIC - à Wright-Patterson AFB à Dayton, Ohio), écrira :


Citation:
En mai 1952, le projet Blue Book reçu 79 rapports d'OVNIs par rapport à 99 en Avril. C'était comme si nous avions passé le pic et que nous sommes maintenant sur le côté de la descente. Les 178 rapports des deux derniers mois, sans compter le millier de lettres que nous avions reçu directement du public, avaient entassés une accumulation non négligeable de rapports puisque nous avions eu le temps d'enquêter et d'analyser seulement les meilleurs rapports. Au cours de Juin nous avons prévu d'effacer ce retard accumulé, ainsi nous pourrons nous détendre.

Ne jamais sous-estimer la puissance d'un OVNI ...

Au début de Juin 1952, l' Air Force était sans le savoir dans les étapes initiales d'une situation nouvelle. La situation n'a jamais été aussi reproduite avant, et elle n'a pas été reproduite depuis. Tous les dossiers concernant le nombre de signalements d'ONIs n'était pas seulement cassées, ils ont été désintégrés. En 1948, 167 rapports d'OVNIs étaient entrés à l'ATIC ; cela fut considéré comme une année importante. En Juin 1952, nous en recevions 149. Durant quatre ans, l'Air Force était dans des affaires d'OVNIs. 615 rapports furent recueillis. Durant le "Big Flap" notre journal a montré 717 rapports nouveaux.

- Capitaine Ed Ruppelt
Le Rapport sur les Objets Volants Non Identifiés, 1956


Le "Big Flap" était tellement important que dans les affaires internes et officielles de l'Air Force et du Blue Book il sera rapporté tout simplement :

Citation:
La période depuis la situation du dernier rapport ... a produit un volume de de rapports dépassant le nombre total de rapports reçus entre 1947 et le 31 décembre 1951. Pour le mois de juillet 52, le total était de plus de 440 rapports. Au cours de la période DU 1er juin 52 au 31 octobre 52, la période couverte par le présent rapport de situation, 886 rapports ont été reçus ... Ce total de 886 149 représente plus de rapports que ce qui avait été reçu au cours de la période précédente les cinq ans d'existence de ce projet . Il convient de noter que ces rapports sont ceux qui arrivent par les voies officielles à l'ATIC et ne comprennent pas les quelque 800 lettres reçues du public au cours de cette période.


Sur les 1064 rapports officiels et environ 1 800 lettres reçues du public par Blue Book sur une période de sept mois entre Avril et Octobre 1952, ce sera l'affaire de DC qui produira la plus grande attention du public.

Les premiers rapports d'objets inconnus dans le ciel de DC sera populairement décrit comme celles faites par les opérateurs de la tour de contrôle à Washington National Airport au début et en fin de soirée du 19 Juillet 52. Mais en fait, il y eut déjà une série d’évènements postérieures dans la région de Washington :

Citation:
Dans certains aspects, les observations de Washington pourraient être classées comme une surprise - nous avons utilisé cela comme une excuse quand les choses se sont encrassées - mais dans d'une autre façon, cela ne l'était pas. Quelques jours avant l'incident, un scientifique d'un organisme que je ne peux nommer et moi parlions de l'accumulation de rapports le long de la côte est des États-Unis. Nous avons parlés pendant environ deux heures, et j'étais prêt à partir quand il a dit qu'il avait un dernier commentaire à faire - une prédiction. De son étude sur les rapports d'OVNIs qu'il recevait du siège de l'Air Force et des discussions avec ses collègues, il a dit qu'il pensait que nous étions assis juste au-dessus d'un nid remplit de soucoupes volantes "Dans les prochains jours," il m'a dit, et je me souviens qu'il ponctuait ses mots, des remarques délibérées en frappant le bureau avec son poing, l'observation se produira à Washington ou à New York,"a-t-il prédit, "probablement à Washington ".

L'évolution des rapports d'OVNIs démontre que ce scientifique repose sa prédiction sur cette évolution et ce n'est pas passé inaperçu. Nous, le Projet Blue Book , l'avions vu, et nous avons donc reçu des personnes dans le Pentagone et nous en avions parlé.

Le 10 Juillet, l'équipage d'un avion de National Airlines a rapporté une lumière "trop lumineuse pour être un ballon éclairé et trop lent pour être un gros météore" pendant qu'ils volaient au sud, à 2000 pieds près de Quantico, en Virginie, juste au sud de Washington.

Le 13 Juillet un autre équipage d'un avion de ligne a indiqué que, quand ils étaient à 60 miles au sud-ouest de Washington, à 11.000 pieds, ils ont vu une lumière en dessous d'eux. Elle est venue à leur niveau, planait sur la gauche pendant plusieurs minutes et est ensuite montée dans le ciel très rapidement lorsque le pilote a allumé ses phares d'atterrissage.

Le 14 Juillet l'équipage d'un avion de la Pan-American en route de New York à Miami signala huit OVNIs près de Newport News, en Virginie, à environ 130 miles au sud de Washington.

Deux nuits plus tard il y eut une autre observation exactement dans la même région, mais à partir du sol. À 21:00 un scientifique de haut rang du National Advisory Committee for Aeronautics Laboratory à Langley AFB et un autre homme se tenaient près de l'océan vers le sud au dessus de Hampton Roads quand ils ont vu deux lumières oranges, "beaucoup trop grande pour être des lumières d'avion," hors de leur droite, voyageant silencieusement au nord. Juste avant, les deux lumières firent un virage à 180 degrés et ont commencé à revenir vers l'endroit où ils avaient d'abord été vu. Dès qu' ils se sont tournés, les deux lumières semblaient "manœuvrer pour se positionner dans la formation." A ce moment, une troisième lumière est venue de l'ouest et a rejoint deux premières et se sont ensuite dirigées vers la zone au sud, plusieurs autres lumières ont rejoint la formation par la suite. L'épisode entier n'avait duré que trois minutes.

La seule solution possible à l'observation était que les deux hommes avaient vu des avions. Nous avons étudiés ce rapport et nous avons trouvé qu'il y avait plusieurs B-26 de Langley AFB dans la zone au moment de l'observation, mais aucun des pilotes des B-26 ne se souviennent avoir été au-dessus de Hampton Roads. En fait, tous étaient généralement restés bien au sud de Norfolk jusqu'à environ 22h30 en raison de l'activité orageuse au nord-ouest de Langley. Puis il y a eu d'autres facteurs - les observateurs n'ont entendu aucun bruit et ils étaient loin de tous les bruits de la ville, les avions n'ont pas seulement une ou deux lumières jaunes, et la distance entre les deux lumières était telle que, si elles avaient été un avion, celui-ci aurait été énorme ou très proche des observateurs. Et enfin, l'homme du National Advisory Committee for Aeronautics était un aérodynamicien très célèbre et d'une telle envergure professionnelle que, s'il dit que les lumières n'étaient pas des avions, elles ne l'étaient pas.

C'était alors la grande accumulation de la première observation nationale de Washington et la raison pour laquelle mon ami prédit que l'Air Force était assis sur un nid de soucoupes volantes

- Capitaine Ed Ruppelt
Le Rapport sur les Objets Volants Non Identifiés, 1956

_________________
« L'Astronomie considérée dans son ensemble, est le plus beau monument de l'esprit humain, le titre le plus noble de son intelligence. » Pierre-Simon de Laplace


Répondre en citant
Revenir en haut
Supernova
Membre 15 étoiles
Membre 15 étoiles

Hors ligne

Inscrit le: 05 Sep 2013
Messages: 929
Sexe: Masculin
Localisation: Parmi les étoiles.
Point(s): 0
Moyenne de points: 0,00

MessagePosté le: 15/02/2015 20:58:03
Mais, sauf pour le rapport Pan American du 14 Juillet, le public ne soupçonnait pas les événements près de DC. Ensuite, le premier rapport national de Washington, samedi soir, le 19 Juillet et dimanche matin, le 20 Juillet, fait irruption dans la une des journaux à l'échelle nationale. Capitaine Ruppelt donne son compte de ces événements :

Citation:
Les premières observations nationales à Washington, parmi les très médiatisées, ont débutés, selon le journal de bord de la CAA, à l'aéroport, à 23h40, dans la nuit du 19 Juillet, lorsque deux radars de l'aéroport national signalèrent huit cibles non identifiées à l'est et au sud de Andrews AFB. Les cibles n'étaient pas des avions parce qu'ils volaient à 100-130 miles à l'heure puis accéléraient soudainement à une vitesse incroyablement fulgurante et quittaient ensuite la zone. Durant cette nuit, les équipages de plusieurs avions de ligne ont vu des lumières mystérieuses situées aux mêmes emplacements indiqués par les radars ; les opérateurs de la tour ont également vu des lumières, et des avions de chasse ont été envoyés.
Mais personne ne se souciait de faire remarquer à l'Air Force Intelligence ces observations. Quand les journalistes ont commencés à appeler l'Intelligence et les interroger sur la grande observation derrière les grands titres, "Des intercepteurs chassent des soucoupes volantes au dessus de Washington, DC", on leur a dit que personne n'avait jamais entendu parler d'une telle observation. Dans la prochaine édition les titres ont été complétées par, "l'Air Force ne parlera pas".
Ainsi, l'Intelligence a été informée de la première observation nationale de Washington.

J'ai entendu parler de l'observation aux environs de dix heures, lundi matin, quand le colonel Donald Bower et moi sommes descendus d'un avion de ligne de Dayton et j'ai acheté un journal dans le hall de Washington National Airport Terminal Building. J'ai appelé le Pentagone de l'aéroport et j'ai parlé au major Dewey Fournet, mais tout ce qu'il savait, c'était ce qu'il avait lu dans les journaux. Il m'a dit qu'il avait appelé l'officier du renseignement au Bolling AFB et qu'il a été faire une enquête. Nous aimerions obtenir un rapport officiel préliminaire midi.

Il était environ 13h00 quand le Major Fournet m'a appelé et m'a dit que l'officier du renseignement de Bolling était dans son bureau avec le rapport préliminaire sur les observations. J'ai trouvé le colonel Bower, nous sommes allés au bureau du Major Fournet et avons entendus l'exposé de l'officier du renseignement.

L'officier a commencé son exposé en nous faisant remarquer l'emplacement des radars impliqués dans l'incident. Washington National Airport, qui est situé à environ trois miles au sud du cœur de la ville, avait deux radars. L'un était un radar à longue portée s'occupant du contrôle de la circulation aérienne.. Ce radar avait une portée de 100 miles et a été utilisé pour contrôler tout le trafic aérien approchant Washington. Il était connu sous la dénomination de radar ARTC. La tour de contrôle de l'aéroport national avait un radar de courte portée qu'il utilisait pour contrôler des avions dans le voisinage immédiat de l'aéroport. Bolling AFB, dit-il,, était situé juste à l'est de l'aéroport national, à travers la rivière Potomac. Dix miles plus à l'est, dans presque une ligne directe avec National et Bolling, était Andrews AFB. Il avait également un radar à courte portée. Tous les aérodromes communicaient ensemble par un système d'interphone.

Quand un nouveau changement reprit à la salle de radar de l'ARTC à l'aéroport national, le trafic aérien était rare donc un seul homme observait l'écran radar. Le contrôleur principal de la circulation et les six autres contrôleurs de la circulation avaient quittés la pièce à 23:40,, lorsque cet homme, en regardant l'écran radar, a remarqué qu'un groupe de sept cibles étaient apparus. De leur position sur le radar, il savait qu'elles étaient juste à l'est et un peu au sud de Andrews AFB. D'une certaine manière, cibles ressemblaient à une formation d'avions lents, mais aucune formations n'étaient présentes dans la région. Tout en les regardant, les objectifs volaient à une vitesse avoisinant les 100-130 miles à l'heure ; puis, dans un éclat soudain de la vitesse apparente des cibles, deux d'entre eux ont été hors de portée radar. Il ne s'agissat pas d'avions, pensait l'homme, donc il alerta le contrôleur principal. Celui-ci lança un regard sur le radar et a appelé deux autres hommes. Tous ont convenu qu'il ne s'agissait pas d'avions. Les cibles pourraient être causés par un dysfonctionnement dans le radar, pensaient-ils, donc un technicien a été appelé - le radar était en parfait état de fonctionnement.

Le contrôleur principal a ensuite appelé la tour de contrôle de l'aéroport national ; ils ont indiqué qu'ils avaient également des cibles non identifiées sur leurs radars . Et les deux autres radars ont rapportés les mêmes vitesses lentes suivies d'un sursaut de vitesse. Une cible a été cadencée à 7000 miles à l'heure. A présent, celles-ci étaient présentes dans tous les secteurs du radar et volaient à travers les zones interdites de vol de la Maison Blanche et du Capitole.

Plusieurs fois au cours de la nuit, les cibles sont passées à proximité d' avions commerciaux présents dans la région et à deux reprises les pilotes des avions de ligne ont vu des lumières qu'ils ne pouvaient pas identifier, et ces lumières étaient signalées aux mêmes endroits indiqués par le radar et où l' OVNI pouvait se trouver. D'autres pilotes, à qui les hommes radar ARTC ont parlés à la radio n'avaient pas vus quelque chose de bizarre, du moins c'est ce qu'ils ont dit, mais le contrôleur principal savaient que les pilotes de ligne étaient très réticents à signaler des OVNIS.

La première observation d'une lumière par un pilote de ligne a eu lieu peu après minuit, quand un contrôleur de ARTC a appelé le pilote d'un avion de Capital Airlines qui avait tout simplement décollé de National. Le contrôleur a demandé au pilote de surveiller des lumières inhabituelles - ou quoi que ce soit. Peu de temps après, le pilote a fait dégager le circuit d'aérodrome, et tandis que ARTC était toujours en contact avec lui, il a soudainement crié: "Il y en a une - à droite - et là elle va." Le contrôleur avait observé le radar, et une cible qui avait été sur la droite du Capitaliner avait disparu.

Pendant les quatorze prochaines minutes, ce pilote a signalé six lumières identiques.

Environ deux heures plus tard, un autre pilote, approchant de l'aéroport national du sud, excité, a appelé la tour de contrôle pour signaler qu'une lumière le suivait au "niveau de huit heures." La tour vérifia sur leur écran radar et il y avait une cible derrière et à gauche de l'avion de ligne. Le radar ARTC a également l'avion de ligne et la cible OVNI. L'OVNI suivit l'avion le long derrière et à gauche jusqu'à ce qu'il soit dans les quatre miles de l'atterrissage sur la piste. Lorsque le pilote l'a signalée la lumière partait, les deux écrans radar ont montré que la cible s'éloignait de l'avion de ligne.

Une fois pendant la nuit, tous les trois radars, les deux à Washington et celui de Andrews AFB, ont captés une cible trois miles au nord de la balise radio Riverdale, au nord de Washington. Durant 30 secondes, les trois opérateurs de communication radar ont comparés leurs notes au sujet de la cible sur l'interphone, puis, soudainement, la cible a disparu - et elle est disparu également de tous les trois écrans radar simultanément.

Mais l'argument décisif est venu dans les petites heures du matin, quand un contrôleur de la circulation ARTC a appelé la tour de contrôle à Andrews AFB et a dit aux opérateurs de la tour que ARTC avait une cible juste au sud de leur tour, directement au-dessus de la station de Andrews Radio. Les opérateurs de la tour ont regardés et il y avait une "sphère orange énorme, de couleur feu" planant dans le ciel directement au-dessus leur bureau.

Peu de temps après que cette excitation aie commencé, en fait, juste après que le technicien ait vérifié le radar et a constaté que les cibles n'étaient pas provoquées par un dysfonctionnement de radar, ARTC avait appelé des intercepteurs de l'Air Force de venir et de regarder aux alentours.. Mais ils n'ont rien trouvés, et enfin ARTC à de nouveau appelé - puis à nouveau. Enfin, un peu avant la lumière du jour, un F-94 est arrivé, mais à ce moment, les cibles étaient parties. L'équipage du F94 a fouillé le secteur pendant quelques minutes, mais ils n'ont finalement rien trouver d'inhabituel alors ils sont retournés à leur base.

Ainsi se termine la première phase des évènements à Washington National .

- Capitaine Ed Ruppelt
Le Rapport sur les Objets Volants Non Identifiés, 1956

_________________
« L'Astronomie considérée dans son ensemble, est le plus beau monument de l'esprit humain, le titre le plus noble de son intelligence. » Pierre-Simon de Laplace


Répondre en citant
Revenir en haut
Supernova
Membre 15 étoiles
Membre 15 étoiles

Hors ligne

Inscrit le: 05 Sep 2013
Messages: 929
Sexe: Masculin
Localisation: Parmi les étoiles.
Point(s): 0
Moyenne de points: 0,00

MessagePosté le: 19/02/2015 17:43:38
Mais pour des raisons qui ne peuvent être devinées, le récit du capitaine Ruppelt ne correspond pas précisément aux faits, et sa déclaration "personne ne se souciait de faire remarquer l' Air Force Intelligence au sujet des observation" est contrée par un télex qui avait déjà sorti (envoyé l'après-midi du 20 Juillet et horodaté reçu le 21 Juillet) de Andrews Air Force Base à la fois au bureau du directeur de l'Air Force Intelligence au Pentagone et au Centre Air Technical Intelligence à Wright Field, Ohio - où le projet Blue Book a son siège social...




Et quatre heures avant le télex de Andrews, l'Air Force était déjà au courant des rapports en provenance de Washington National, comme le révèle ce télex envoyé au quartier général du Commandement de la défense aérienne dans le Colorado et à l'ATIC à Dayton, Ohio - la maison pour le projet Blue Book - de "HQ USAF WASHDC", et horodaté reçu à 7h21 le lendemain matin...




Ruppelt n'a pas non plus d'abord entendu "à propos de l'observation sur les dix heures lundi matin quand le colonel Donald Bower et moi sommes descendus d'un avion de ligne de Dayton et j'ai acheté un journal dans le hall". En fait, c'était l'armée de l'air qui a d'abord publiquement "divulgué" l'histoire aux journaux le soir de l'arrivée de Ruppelt à Washington le 21 Juillet, comme en témoignent récits nationaux de presse publiés à travers le pays le lendemain, comme celui-ci...

Citation:
WASHINGTON, Juillet 21-- La Force aérienne a révélé ce soir que les opérateurs radar à l'aéroport national de Washington ont déclaré capter huit "objets" non identifiés sur les écrans radar vers minuit ce samedi.


En raison du conflit sur qui savait quoi et quand ces évènement se sont déroulés, le fait que Ruppelt a écrit un "Mémorandum pour le dossier" en date du 23 Juillet 1952, où il a déclaré...

Citation:
La première notification de cet incident était le matin du 22 Juillet 1952, lorsque Col Bower et le capitaine Ruppelt mangeaient leur petit déjeuner et lisent dans les journaux de Washington. Ils avaient été hors d'Andrews AFB le jour précédent et n'ont pas entendu parler de cela. Ils avaient contacté des personnes de la D/I de MATS qui n'avait pas non plus idée de cela.


Mais comme le télex ci-dessus le montre, Andrews AFB a fait informer à la fois le Pentagone et ATIC l'après-midi du dimanche, le 20 Juillet, qui pourrait bien indiquer que personne à la réception n'a accordé beaucoup d'attention sur le rapport jusqu'à ce qu'il en soit, en quelque sorte, dévoilé, forçant le Pentagone de répondre - ou comme les agences de presse ont dit, « divulguer » - sur la soirée du 21.

Et de pareilles suppositions de l'Air Force prit au dépourvu par une fuite est en outre soutenus par une certaine quantité de brouillage noté dans ce même "Mémorandum pour le dossier" par Ruppelt...

Citation:
Suivant le rapport du Pentagone sur la matinée du 22 Juillet 1952, ils ont rencontré le lieutenant-colonel Teaburg, D/I Estimates Division ; qui a déclaré que le capitaine Berkow, D / I du quartier général du Commandement au Bolling, venait avec le rapport de l'incident. Ceci était aux environs de 9:00. Vers 9:30 Capt Berkow arrive et a informé Col Bower, le capitaine Ruppelt , Major Linder de l'ATIC, et d'autres sur l'incident. Il a déclaré qu'un rapport complet serait prêt, et serait livré à Col Bower par 17:00. Pendant la journée, plusieurs appels téléphoniques ont été reçus par le capitaine Ruppelt sur cette observation. L'un était de la Maison Blanche. Ils ont été informés qu'une enquête serait faite.

_________________
« L'Astronomie considérée dans son ensemble, est le plus beau monument de l'esprit humain, le titre le plus noble de son intelligence. » Pierre-Simon de Laplace


Répondre en citant
Revenir en haut
Supernova
Membre 15 étoiles
Membre 15 étoiles

Hors ligne

Inscrit le: 05 Sep 2013
Messages: 929
Sexe: Masculin
Localisation: Parmi les étoiles.
Point(s): 0
Moyenne de points: 0,00

MessagePosté le: 20/02/2015 14:13:40
Et ce brouillage comprenait apparemment ce qui a été dit à la Maison Blanche, comme en témoigne le différent "Mémorandum pour le dossier" par Ruppelt, précisant les événements du 22 Juillet...

Citation:
Un appel téléphonique a également été reçu par la secrétaire de Gen Landry. Elle a déclaré que le président avait demandé à Gen Landry de connaître les détails de l'observation qui avait eu lieu à Washington le samedi soir. Elle a été informée que l'ATIC avait le rapport et a travaillé dessus et qu'une évaluation serait imminente.


Mais bien sûr Ruppelt et d'autres à l'époque avait seulement pris connaissance de ces événements de ce week-end, et la plupart des journaux rapportant la « divulgation ».

Et il se pourrait bien que le rapport n'a pas été traité comme une urgence à la réception en raison de la désinvolture avec laquelle il a été traité sur l'émission, comme révélé dans la déclaration du contrôleur principal radar Harry G. Barnes dans laquelle est dit que la réaction de l'Air Force était la frustration et la surprise, avait-il déclaré lorsqu'il a raconté les évènements survenus la soirée, et inclus dans l'enquête du Captain Berkow le 22 Juillet 1952 (note: "ADW" se réfère à Andrews AFB et "BOF" se réfère à Bolling AFB)...

Citation:
À 23:40, (le 19) le ontrôleur Nugent a retenu mon attention sur plusieurs cibles observées sur le radar VC-2 . Huit d'entre elles ont été comptées et, même si un retour en force occasionnelle a été noté, la plupart des cibles seraient classés comme étant juste trop faibles. Après que nous ayons vérifiés attentivement les mouvements (environ 100 à 130 mph) et confirmé nos résultats avec ce que la Tour a vu sur l'ASR, j'ai appelé la MFS et les ai signalées. Ceci se déroulait à environ minuit EST.. MFS appris plus tard que la base militaire la plus proche était censée gérer ces questions et d'appeler l'Intelligence Officer BOF ou AO. Il y avait une certaine confusion pendant un certain temps pour savoir si Andrews ou Bolling allait rendre le rapport, mais il a été finalement décidé que ADW s'en chargerait.

J'ai appelé Thorndyke et demandé s'ils pouvaient les voir et m'a informé qu'ils ne voyaient rien. Notre maintenance EMW a ensuite vérifié l'équipement très attentivement et a laissé savoir qu'il fonctionne de manière satisfaisante et l'a confirmé avec un collègue de travail. (Ce garçon me dit avoir travaillé sur cet appareil pendant cinq ans, de sorte qu'il sait qu'il sait ce qu'il fait). Les cibles ont été remarquées à l'est et au sud de ADW. Nous avons donc demandé à la tour ADW de regarder et voir si ils ont vu quoi que ce soit, nous avons a également demandé à ADW de regarder leur radar. ADW avait un garçon sur le toit avec des lunettes qui a repéré un objet qui semblait être de couleur orange et parut juste planer dans le voisinage de ADW. Ils en ont vu d'autres au fil du temps avec différentes descriptions. La plupart de ces informations ont été donné à Thorndyke et MFS avec l'espoir qu'ils exécutent une interception.

L'impression reçue de Thorndyke avait l'effet que plus d'information était nécessaire pour ordonner une interception. Je leur ai dit que notre matériel nous donnait de bons relevés et que nous serions en mesure de faire toute la vectorisation qui pourrait être nécessaire, mais ils ont semblé laisser tout à Smoke Ring. Comme le temps passait, les rapports de pilotes étaient reçus - P807 a vu sept des objets entre Washington et Martinsburg diversement décrits comme des lumières qui se déplaçait très rapidement, de haut en bas et horizontalement ainsi que planant dans une position et SP610 en vu un venant vers lui aux alentours d'Herndon et le suivit à moins de 4 miles. Cela a été corroboré par le Tower et Center radar.

Dans ma conversation avec MFS, ADW et les hommes à devoir, nous avons atteint le point où nous nous demandions à quel point tout ce qui passait pourrait évoluer et pour combien de temps, avant que quelque chose ne puisse être fait à ce sujet. J'ai finalement pris contact avec Smoke Ring à 300est. Ils ne faisaient rien à ce sujet et je lui ai donc demandé si cela était possible que quelque chose comme cela se produise, même si nous leur avons donné toutes ces informations, sans que rien ne soit fait à ce sujet. L'homme qui était censé être responsable et à qui j' avais parlé a dit qu'il devinait donc. Puis une autre voix se fit entendre sur qui s'est identifiée comme officier de combat et a déclaré que toutes les informations était transmis à l'autorité supérieure et ne voulait pas en discuter davantage. J'ai insisté que je voulais savoir s'il était envoyé ce soir et il a dit oui, mais ne ne me donne pas d'indications à propos de toutes ces choses qui volent autour de Washington. Il a essayé de me garantir que quelque chose a été fait à ce sujet. Je lui ai aussi demandé comment il obtenait ses informations. Il a dit qu'ils sauraient les obtenir auprès de Thorndyke et ADW. Nous avons ensuite été informé par ADW qu'ils n'avaient aucun moyen de le faire suivre pour eux. Smoke Ring a alors dit qu'ils ne s'en étaient pas vraiment préoccupé de toute façon, que quelqu'un d'autre était censé s'en occuper.

MFS dit alors que ADW était censé en avoir informé l'intelligence, mais quand j'ai vérifié avec ADW (0505E) ils ont dit l'AO était retourné au lit et le rapport se ferait plus tard. Ils ont confirmé ce qui est dit précédement en disant qu'ils ne pouvaient pas donner le rapport à quelqu'un ce soir.

Il serait extrêmement difficile de l'écrire donc c'est dans un ordre logique en raison de la confusion qui semble avoir existé tout au long de toute l'affaire. Par exemple, ADW nous ont appelés et m'a demandé ce que nous voulions qu'ils fassent avec l'information que nous leur avions donné. (Cela a eu lieu après 5:05). A environ 5:30 le contrôleur Ritchey a rapporté avoir vu 10 cibles dans les environs de ADW , ce qui a été confirmé un autre homme au radar et je suis allé à l'intérieur et j'en ai compté 7 ou 8 dans des positions dispersées qui indiquaient un mouvement très rapide si elles étaient les mêmes que ceux observés près de ADW . Ce rapport a été transmis à la fois à ADW et à MFS. C'est à cette époque que MFS informa qu'ils avaient déterminé qu'aucunes des informations que nous avons données à ADW n'a été transmise conformément aux procédures. MFS informa cependant, qu'ils suivaient l'affaire avec leur propre rapport.

À 5:40, sept cibles sont comptées dans la zone.


Et il semble donc probable que les événements - avant de devenir publique - aie fait transpirer le long de ces lignes... après que la plupart ignorent les rapports de Barnes à Washington National durant la nuit, Andrews AFB a envoyé un télex de routine au Pentagone et l'ATIC l'après-midi du dimanche 20 Juillet. Il a été traité comme pas grand-chose - noter que Ruppelt avait été à Andrews AFB le lundi 21 et même là, personne ne l'avait mentionné à lui - jusqu'à ce qu'il y ait en quelque sorte une fuite de la part de la presse et que l'Air Force a été contrainte de répondre sur le soirée du lundi 21 Juillet (la source originale pour la pointe avait quelqu'un susceptible relié à l'aéroport national plutôt que d'Andrews AFB, tant que tous les reportages encadrées l'événement en termes d'objets étant capté par le radar de l'aéroport national). L'histoire a pris feu et la Force aérienne a traité le dossier comme un incident important à étudier, mais seulement en raison de la pression politique et ensuite, cela a été rapidement amené à être supporter.
_________________
« L'Astronomie considérée dans son ensemble, est le plus beau monument de l'esprit humain, le titre le plus noble de son intelligence. » Pierre-Simon de Laplace


Répondre en citant
Revenir en haut
Supernova
Membre 15 étoiles
Membre 15 étoiles

Hors ligne

Inscrit le: 05 Sep 2013
Messages: 929
Sexe: Masculin
Localisation: Parmi les étoiles.
Point(s): 0
Moyenne de points: 0,00

MessagePosté le: 21/02/2015 21:17:39
Tout compte fait, plus les chances d'être surpris "with pants down than of cover up", un fait embarrassant dont Ruppelt était probablement réticent à admettre dans son livre de 1956 - et qui, intentionnellement ou non, a fait écho au début de son récit :

Citation:
D'une certaine manière, les observations de Washington National pourrait être classées comme étant une surprise - nous avons utilisé cela comme une excuse quand les choses se sont encrassées.


Et si Ruppelt a décrit l'événement central avec précision, il y avait plus à raconter. Major Donald Keyhoe, à cette époque enquêteur journalistique par excellence du phénomène, a interrogé le personnel clé au Washington National et l'année suivante aurait donner la suite du compte rendu saisissant des événements de cette nuit :

Citation:
Puis, le matin du 20 Juillet ... Washington elle-même est prise le feu des projecteurs. L'action couvre une large zone, dans et autour de la capitale. Mais la plus dramatique scène a eu lieu dans une étrange pièce sans fenêtre - le Centre de contrôle du trafic aérien à l'aéroport de Washington National.

Bien que ses opérations concordent avec celles de la tour, le Center est situé dans un bâtiment séparé, à un quart de mile. Dans la tour, les opérateurs ne contrôlent que les approches finales, les atterissages et décollages. Mais les hommes au Center atteignent une surveillance radar à longue portée pour suivre les avions à 100 miles. Le trafic dense, même par temps clair, doit être soigneusement canalisé pour les voies d'accès de l'aéroport. Après décollage, des avions de ligne doivent être expédiés à partir des zones congestionnées jusqu'à leurs niveaux attribués. Dans le brouillard, les tempêtes, et quand les nuages sont bas, les avions doivent être guidés dans par radio bidirectionnelle, maintenus séparés, tandis que les pilotes volent aveugles, et «entassés» en cas de besoin, en attendant leur tour pour l'atterrissage.

C'est un travail de précision. Les contrôleurs du Center ne voient jamais les avions qu'ils guident, comme ils les suivent sur le radar principal. Mais des milliers de vies dépendent de leur rapide suivi précis et une fraction de seconde de la reconnaissance des différents échos d'avions.

La salle de radar au Center, où l'action de cette nuit a commencé, est une chambre de éclairée de long, obscurcis de sorte que les radars peuvent être facilement lus. A minuit, lorsque le 20 Juillet a commencé, huit experts de la circulation, dirigé par le contrôleur principal Harry G. Barnes, sont entrés dans cette pièce et ont pris la relève. La nuit était claire, le trafic était léger, et les hommes se sont installés pour un devoir de huit heures de routine.

Pendant quelques minutes, Barnes se pencha sur le radar principal, un verre phosphoré de 24 pouces de diamètre, avec une pâle lueur de lavande. Voyageant autour de ce verre, comme une aiguille d'horloge, était une série violacé appelé le «balayage». Comme Barnes le savait, les révolutions du balayage, six par minute, correspondaient à la rotation d'une énorme antenne parabolique située sur une colline voisine. Le palier de compas du balayage a montré la direction du faisceau radio émis par l'antenne

A ce moment le Center suivait un seul avion de ligne, à plusieurs miles de l'aéroport. Quand le faisceau rotatif frappe l'avion, son écho ou le retour est reflété à l'antenne du récepteur de station. Très amplifié, il a montré comme une petite tache ronde sur la face du radar cathodique. Toutes les dix secondes, un nouveau blip violacé apparut, montrant le changement de position de l'avion de ligne.

De la voie faite par ces blips, il était simple de lire sur la course de l'avion - le verre enduit de phosphores a retenu sept blips avant que le premier n'ait disparu. L'oeil exercé de Barnes mesura la distance séparant les taches violacées et rondes. Utilisant les dix secondes d'intervalle, il pouvait dire la vitesse de l'avion en un coup d'œil. A partir de mesures sur le radar, il pourrait également dire l'emplacement de l'avion, la distance du terrain, et son orientation sur la boussole.

Lorsque le trafic était plus dense, lui et les autres contrôleurs pouvaient tracer les voies, marquant la position de chaque avion avec une puce en plastique numérotée. Mais il n'yen avait pas besoin ce soir; le ciel était pratiquement vide.

A environ 12:30, Barnes sortit du bureau du superviseur, laissant le contrôleur Ed Nugent au radar principal. Deux autres contrôleurs, Jim Ritchey et James Copeland, se tenaient à quelques mètres.

A exactement 12:40, sept blips vifs sont soudainement apparus sur le radar. Nugent fixa le verre. Les avions étranges, ou quoi qu'ils soient , semblaient avoir surgis de nulle part. Il n'y avait qu'une seule réponse possible. Les machines inconnues étaient arrivées dans la zone à une vitesse fantastique, entre les balayages, puis avait brutalement ralenti, là, dans le quadrant sud-ouest.

"Amenez Barnes ici - vite !" a dit Nugent Copeland.

Le contrôleur principal est venu en courant. Les deux radars de la console ont montré ces blips étranges. Barnes s'est activé précipitamment à la tour, et eu l'opérateur Howard Cocklin.

"Notre radar montre les mêmes blips !" dit Cocklin rapidement. "Je peux voir l'une de ces choses. Elle a une lumière orange brillante -. Je ne peux pas dire ce qu'il y a derrière."

Maintenant vraiment alarmé, Barnes passa le mot pour l'Air Defence Command. Puis il se retourna vers le radar principal. Les machines inconnues s'étaient séparées. Deux étaient au-dessus de la Maison Blanche, une troisième à proximité du Capitole - deux zones interdites. Gardant ses yeux sur le radar, Barnes a appelé Andrews Field, à travers le Potomac, dans le Maryland.

"Nous les suivons aussi" dit un homme radar inquiet. "Nous les avons au même endroit que vous."

"Allez-vous envoyer des intercepteurs ?" a demandé Barnes rapidement.

"Non, ce domaine est en cours de réparation. Nos jets sont à la tâche à Newcastle."

Barnes a raccroché, et regarda les autres contrôleurs.

"Les intercepteurs devront provenir de Delaware. Dans peut être une autre demi-heure."

Pendant plusieurs minutes, ils ont suivi silencieusement les soucoupes. Puis, le contrôleur Jim Ritchey a vu que l'une était près d'un avion de la capitale, qui venait de décoller. Il prit son micro et a appelé le capitaine, un vétéran nommé "Casey" Pierman. Il donna à Pierman la position de la soucoupe, et Ritchey l'a guidé vers elle.

Jusque-là, la vitesse suivie de la soucoupe avait été d'environ 130 miles à l'heure. Soudain, au grand étonnement de tous les contrôleurs, la cible a brutalement disparu. Où le prochain blip aurait dû être, il n'y avait qu'un espace vide.

Un moment plus tard, Pierman a rappelé.

"J'ai vu cette chose, mais elle a filé avant que je ne puisse m'en approcher. Elle a grimpé hors de vue dans en trois à cinq secondes."

Les contrôleurs se regardèrent. Voilà la réponse à la disparition de l'écho. Aussi incroyable que cela semblait, la soucoupe avait disparu complètement hors de leur faisceau radar, entre les balayages. Cela signifiait qu'elle avait accéléré de 130 miles à l'heure à près de 500 en environ quatre secondes.

Quelques minutes après, Barnes et les autres ont eu un nouveau choc. Un écho a montré un virage à 90 degrés brutal - quelque chose qu'aucun avion ne pourrait faire. Puis, lorsque le balayage est venu autour, une autre soucoupe s'est soudainement inversée - son nouvel écho était en haut de celui qu'il venait de faire. À partir de plus de 100 miles à l'heure, la mystérieuse machine s'est arrêtée net et a complètement inversé sa direction - le tout en environ cinq secondes.

En plus de cette découverte étonnante, un rapport surprenant est venu de la tour. L'opérateur Joe Zacko avait observé sur son radar ASR, qui a été construit pour suivre les vitesses élevées, quand une soucoupe a brusquement apparu sur le radar. Un regard, et il savait qu'elle se déplaçait à une vitesse fantastique. Fasciné, il regardait sa série d'échos sur l'écran pendant que la soucoupe volait au-dessus d'Andrews Field vers Riverdale.

Lorsque le suivi a brusquement pris fin , Zacko s'est précipité et a appelé Cocklin. Ensemble, ils ont établi la vitesse de la soucoupe.

Il a été proposé deux miles par seconde - 7,200 miles à l'heure.

À partir du suivi, il était évident que la soucoupe était descendue verticalement dans le faisceau ASR. Elle avait stabilisé pendant quelques secondes. Puis, elle est montée à une vitesse énorme, elle avait disparu des écrans radars à nouveau.

Pour des raisons inconnues, les jets ne sont pas arrivés (Il y avait des rumeurs plus tard qu'une autre alarme de soucoupe, près de New York, avait occupé tous les jets disponibles. Bien que l'Air Force a nié cela, le délai n'a pas été expliqué.)

Les soucoupes encerclaient, maintenant, Washington pendant près de deux heures, et les nerfs des contrôleurs devenaient tendus...

Là-haut dans la nuit, des sorte de super-machines surveillaient la capitale. De leurs manœuvres contrôlées, il était clair qu'ils étaient guidées - si ce ne est habité - par des êtres très intelligents. Ils pouvaient être sur le point d'atterrir - la capitale serait un point logique de contact. Ou ils pouvaient être sur le point d'attaquer.

Être enfermé dans sa chambre sans fenêtre n'a pas aidé. Les hommes de la tour et les pilotes d'avion au moins pouvaient voir les lumières de ces étranges machines. Quoi qu'il arrive, ils auraient un avertissement quelques instants. Tout ce que Barnes et ses hommes pouvaient faire était de suivre les machines et espérer qu'ils n'étaient pas hostiles.

A présent, Barnes éprouvait le sentiment étrange que les mystérieux visiteurs écoutaient ses appels radio. Deux ou trois fois, les soucoupes s'élançaient l'instant où il a donné des orientations pour les pilotes d'interception. Pas une seule fois un pilote n'arriva assez près pour voir ces lumières.

Il était presque 3:00 lorsque les jets de l'Air Force ont atteint Washington. Juste avant cela, les soucoupes ont disparu. Apparemment, ils avaient aperçu au loin les jets ou entendu les appels du Center. Cinq minutes après que les jets soient partis, les étranges machines sont réapparues, grouillant partout dans Washington. Une d'entre elle, sa forme était cachée par une grande lumière blanche, suivie d'un avion de ligne de la capitale près de l'aéroport, et ensuite s'en est allée...

Heureusement, les soucoupes étaient partis avant que la plupart des gens ne se réveillent. Tel que cela était, l'hystérie s'est développé rapidement après que l'histoire a éclaté. Au début, l'Air Force s'est efforcée de minimiser les observations de Washington. Pendant plusieurs jours, les agents ont nié que l'homme radar d'Andrews Field avait suivi les machines. Un porte-parole a insisté sur le fait que le radar du Control Center avait été défectueux. Un autre officier, pour prouver que l'incident était sans importance, dit qu'aucun avion de chasse avait été envoyé dans la région.

Major Donald Keyhoe
Flying Saucers From Outer Space, 1953

_________________
« L'Astronomie considérée dans son ensemble, est le plus beau monument de l'esprit humain, le titre le plus noble de son intelligence. » Pierre-Simon de Laplace


Répondre en citant
Revenir en haut
Supernova
Membre 15 étoiles
Membre 15 étoiles

Hors ligne

Inscrit le: 05 Sep 2013
Messages: 929
Sexe: Masculin
Localisation: Parmi les étoiles.
Point(s): 0
Moyenne de points: 0,00

MessagePosté le: 21/02/2015 21:31:59
Capitaine Ruppelt décrit la scène au Pentagone dans l'après-midi de mardi, le 22 Juillet :

Citation:
Cet après midi, les choses s'affairaient dans le Pentagone. Au premier étage, Al Chop faisait de son mieux pour conjurer la presse pendant qu'au quatrième étage, des agents de renseignement tenaient des conférences sérieuses. On a parlé d'inversions de température et des fausses cibles que cela pourraient occasionner; mais le consensus était qu'un bon opérateur radar peut repérer des cibles d'inversion causés, et le contrôleurs de la circulation qui exploitait le radar à Washington National Airport n'était pas tout juste sortis de l'école radar. Chaque jour, la vie de milliers de personnes dépendait de leur interprétation des cibles radar qu'ils ont vu sur leurs écrans. Et vous n'obtenez pas un travail comme celui-ci, sauf si vous avez passé un bon nombre d'années à regarder un lumineux objectifs de peinture en ligne sur un bon nombre d'écrans radar. Les cibles provoquées par des inversions ne sont pas rares - dans les années que ces hommes avaient travaillé sur des radars, ils avaient sans doute vu toutes sortes de cible, réelle ou fausse, que le radar peut détecter. Ils avaient dit à l'officier du renseignement Bolling AFB que les objectifs qu'ils voyaient étaient causées par les ondes radar qui rebondit sur un objet dur et solide. L'opérateur radar de l'Air Force à Andrews les a soutenu; ainsi les deux pilotes de ligne vétérans ont vu des lumières là où le radar a montré qu'un OVNI était.

Et au-dessus de tout cela, il y avait des rapports de la région de Washington au cours des deux semaines précédentes - toutes bonnes - tous de pilotes de ligne ou de personnes fiables.

Pour le moins, les observations à Washington National était un choc.

- Captain Ed Ruppelt
The Report on Unidentified Flying Objects, 1956


Mais si les événements du 19 et 20 Juillet étaient un "choc", il y avait de plus grands chocs encore à venir.
_________________
« L'Astronomie considérée dans son ensemble, est le plus beau monument de l'esprit humain, le titre le plus noble de son intelligence. » Pierre-Simon de Laplace


Répondre en citant
Revenir en haut
Supernova
Membre 15 étoiles
Membre 15 étoiles

Hors ligne

Inscrit le: 05 Sep 2013
Messages: 929
Sexe: Masculin
Localisation: Parmi les étoiles.
Point(s): 0
Moyenne de points: 0,00

MessagePosté le: 22/02/2015 19:02:10

28 juillet 1952 : page de couverture du New York Daily News selon les fichiers du Projet Blue Book.


Les nouvelles histoires à propos de samedi soir et dimanche matin concernant les rapports des observations radars du 19 et 20 Juillet n'ont pas frappés les journaux jusqu'au mardi 22 Juillet . Il n'y a eu aucune autre annonce en provenance de l'Air Force, mis à part qu'il enquêtait sur la question. L'histoire, en somme, était prêt à s'éteindre.

Et c'est arrivé une fois de plus :

Citation:
Lorsque la seconde observation à Washington National eut lieu, presque une semaine après la première, d'un coup de chance, les choses ne se sont pas trop encrassées. La méthode de déclaration d'une observation n'a pas suivi exactement les procédures officielles de l'établissement qui sont énoncés dans la lettre 200-5, datée du 5 Avril 1952, de l'Air Force. Objet: déclaration d'objets volants non identifiés - mais cela a fonctionné.

J'ai d'abord entendu parler de l'observation aux environs de dix heures du soir, quand j'ai reçu un appel téléphonique de Bob Ginna, l'expert du magazine UFO Life. Il en avait obtenu le mot de Washington News Bureau et voulait une déclaration sur ce que l'Air Force comptait faire. J'ai décidé que, au lieu de donner un mystérieux "aucun commentaire" j'allais dire la vérité: "Je n'ai aucune idée de ce que l'Air Force va faire, en toute probabilité, elle ne fera rien." Quand il a raccroché, j'ai appelé l'officier de service de renseignements au Pentagone et j'avais raison, l'intelligence n'avait pas entendu parler de l'observation. Je ai demandé à l'officier de service d'appeler Major Fournet et de lui demander s'il voulait aller à l'aéroport, qui était seulement à deux ou trois miles de son domicile. Quand il a reçu l'appel de l'officier de service, Major Fournet a appelé le lieutenant Holcomb; ils ont été à la salle de radar ARTC à l'aéroport national et ont constaté qu'Al Chop était déjà là. Donc, à ce niveau, les OVNIS avaient une audience officielle; Al Chop, le Major Dewey Fournet, et le lieutenant Holcomb, un spécialiste de l'électronique marine affecté à la Direction des Services de Renseignement de l'Air Force, ont tous vu les cibles radar et entendu les conversations radio selon lesquelles les jets ont tenté d'intercepter les OVNIS.

Étant à Dayton, à 380 miles de là, il n'y avait pas grand-chose que je pouvais faire, mais j'ai appelé le capitaine Roy James, pensant qu'il voudrait éventuellement parler au téléphone avec les personnes qui regardaient les OVNIS sur les écrans radar. Mais le capitaine James a une aversion puissante envers le phénomène OVNI - en particulier le samedi soir.

Vers cinq heures, le dimanche matin, Major Fournet a appelé et m'a raconté l'histoire de la deuxième observation à Washington National Airport :

Aux environs de 22:30, le 26 Juillet, les mêmes opérateurs radar qui avaient vu les OVNIS la semaine précédente, ont rencensés plusieurs de ces mêmes cibles lentes. Cette fois, l'engin mystérieux, si c'est ce qu'ils étaient, étaient répartis en arc de cercle autour de Washington à partir de Herndon, en Virginie, à Andrews AFB. Cette fois, il n'y avait aucune hésitation à suivre les cibles. La minute où ils sont apparus sur le grand écran radar de 24 pouces, l'un des contrôleurs a placé un marqueur en plastique représentant une cible non identifiée à proximité de chaque blip sur l'écran. Lorsque toutes les cibles avaient été soigneusement marquée, un des contrôleurs a appelé la tour et la station radar à Andrews AFB - ils avaient aussi ces cibles inconnues.

A 23:30, quatre ou cinq cibles étaient sans cesse suivies en permanence, et une fois encore, un appel a été lancé pour l'envoi d'avions de chasse. Une fois de plus, il y avait un peu de retard, mais à minuit, deux F-94 de New Castle County AFB étaient dans le ciel et se dirigeaient vers le sud. On a demandé aux journalistes et photographes de quitter la salle radar sous le prétexte que des fréquences radio classifiées et des procédures ont été utilisé dans la vectorisation des avions de chasse. Tout le trafic aérien civil a été autorisé à sortir de la zone et les jets se sont lancés.

Quand plus tard, j'ai découvert que la presse avait été rejetée sous prétexte que les procédures utilisées dans une interception étaient classées, je savais que c'était absurde, car tout opérateur radio amateur digne de ce nom pourrait construire des équipements et écouter toute interception. La véritable raison concernant le renvoi de la presse , que j'ai appris, c'est que peu de gens dans la salle radar étaient positifs et que cette nuit serait la grande nuit dans l'histoire de l'Ufologie - la nuit où un pilote serait proche d'un OVNI et en obtiendrait un bon aperçu et ils ne voulaient pas que la presse soit dans le coup.

Mais juste quand les deux F-94 sont arrivés dans la région, les cibles ont disparu des écrans radar. Les deux jets ont été dirigés dans des zones où le radar avait montré les derniers échos des cibles, mais même si la visibilité était excellente, ils ne pourraient rien voir. Les deux avions sont restés dans la zone quelques minutes de plus, fait une recherche systématique de la zone, mais comme ils ne pouvaient toujours pas voir quelque chose ou recensé quelque chose sur leurs radars, ils sont retournés à leur base.

Quelques minutes après que les F-94 ont quittés la région de Washington, les cibles non identifiées étaient de retour sur les écrans radar dans cette même zone.

Ce que ni le Major Fournet ni moi ne savaient à ce moment, c'est que, quelques minutes après que les objectifs ont quitté les écrans radar, des personnes à Washington, aux alentours de Langley AFB près de Newport News, en Virginie, se sont mis à appeler la tour de Langley et déclarer qu'ils regardaient d'étranges lumières qui "étaient en rotation et alternaient leurs couleurs." Quelques minutes après que les appels ont commencé à arriver, les opérateurs de la tour ont vu, eux-mêmes, une lumière identique ou semblable et ils ont demandé l'envoi d'un avion de chasse.

Un F-94 dans la région a été contacté et guidé visuellement vers la lumière par les opérateurs de la tour. Le F-94 a vu la lumière et s'est dirigé vers elle, mais soudainement, elle disparu, "comme quelqu'un éteignant une ampoule." L'équipage du F-94 a continué sa course et obtenu bientôt une cible sur le radar, mais il l'a perdue en quelques secondes, lorsque la cible a apparemment filé au loin. Les avions de chasse sont restés dans la zone pendant plusieurs minutes et recensèrent deux autres cibles, seulement pour les avoir également perdues après quelques secondes.

Quelques minutes après que le F-94 au-dessus de Newport News eu le dernier verrouillage rompu, les cibles sont revenues sur les écrans à Washington National.

Avec les objectifs de retour à Washington, le contrôleur de la circulation a à nouveau appelé Commandement de la Défense, et encore une fois deux F-94 se sont rués au sud en direction de Washington. Cette fois, les cibles sont restées sur les écrans radar lorsque les avions sont arrivés.

Les contrôleurs guidèrent les jets vers le groupe de cibles, mais à chaque fois, avant que les jets ne puissent suffisamment se rapprocher pour voir quelque chose de plus que juste une lumière, les cibles avaient filé au loin. Puis, l'une s'est arrêtée . Le pilote a vu une lumière exactement où le radar de l'ARTC a déclaré qu'une cible avait été localisée; le F-94 est allé après, mais tout comme la lumière que le F-94 avait chassé près de Langley AFB, celle-ci a également disparu. Tout au long de la chasse, l'opérateur radar dans le F-94 essayait de l'avoir la , mais il n'avait aucune chance.

Après être resté dans la zone une vingtaine de minutes, les jets ont commencé à manquer de carburant et sont retournés à leur base. Quelques minutes plus tard, il commençait à faire jour, et quand le soleil s'est levé, toutes les cibles avaient disparu.

Tôt, le dimanche matin, dans une interview à la presse, le vétéran de Corée qui a piloté le F-94, le lieutenant William Patterson, a déclaré :

    J'ai tenté de prendre contact avec les lumières en dessous de 1000 pieds, mais ils [les contrôleurs radar] nous ont guidés autour. J'ai vu plusieurs lumières. J'étais à ma vitesse maximale, mais même avec cette vitesse, je n'avais pas de vitesse de rapprochement. J'ai cessé de les chasser parce que je ne voyais aucune chance de les rattraper. J'ai été dirigé vers de nouveaux objets. Plus tard, j'ai chassé une seule lumière dont j'ai estimé à environ 10 miles de là. J'ai perdu le contact visuel avec elle à environ 2 miles.


Lorsque le Major Fournet finit de me parler de l'activité de la nuit, ma première question était: "Que diriez-vous si les cibles radar, pourraient avoir été causés par la météo ?"

Je savais que le lieutenant Holcomb était un homme pointu sur l'électronique et que le Major Fournet et qu'aucun spécialiste de l'électronique n'était un ingénieur crackerjack, de sorte que leur opinion signifiait beaucoup.

Dewey a dit que tout le monde dans la salle radar était convaincu que les cibles étaient très probablement causées par des objets métalliques solides. Il y a déjà eu des cibles météorologiques sur le radar aussi, dit-il, mais c'est commun à la région de Washington et les contrôleurs ne paient aucune attention à ces phénomènes.

Et ce quelque chose de solide pourrait aller jusqu'à 100 miles à l'heure pour distancer un jet, pensais-je à moi-même.

Je n'en ai pas demandé davantage à Dewey parce qu'il avait été debout toute la nuit et voulait aller au lit.

Le lundi matin, le Major Ed Gregory, un autre officier du renseignement à l'ATIC, et moi sommes partis pour Washington, mais notre vol a été retardé à Dayton donc nous ne sommes pas arrivés avant la fin l'après-midi. Sur le chemin à travers l'aérogare pour se rendre vers la cabine du centre, j'ai ramassé les journaux du soir. Chaque titre était sur les OVNIS :

FIERY OBJECTS OUTRUN JETS OVER CAPITAL -- INVESTIGATION VEILED IN SECRECY FOLLOWING VAIN CHASE

JETS ALERTED FOR SAUCER -- INTERCEPTORS CHASE LIGHTS IN D.C. SKIES

EXPERT HERE TO PUSH STUDY AS OBJECTS IN SKIES REPORTED AGAIN


Je plaisantais en faisant remarquer qui était l'expert. Dans une demi-heure, j'ai découvert - je l'étais. Lorsque le major Gregory et moi sommes entrés dans le hall de l'Hôtel Roger Smith à l'arrivée, des journalistes et photographes sont venus depuis les fauteuils et divans comme une volée de cailles. Ils voulaient mes secrets, mais je n'allais rien dire ni poser pour des photos alors que je ne disais rien. Les journalistes sont vraiment déterminés, mais Greg couru faire interférence nous avons atteint l'ascenseur sans même dire "pas de commentaire."

- Captain Ed Ruppelt
The Report on Unidentified Flying Objects, 1956

_________________
« L'Astronomie considérée dans son ensemble, est le plus beau monument de l'esprit humain, le titre le plus noble de son intelligence. » Pierre-Simon de Laplace


Répondre en citant
Revenir en haut
Supernova
Membre 15 étoiles
Membre 15 étoiles

Hors ligne

Inscrit le: 05 Sep 2013
Messages: 929
Sexe: Masculin
Localisation: Parmi les étoiles.
Point(s): 0
Moyenne de points: 0,00

MessagePosté le: 04/03/2015 17:13:07
Cet événement, survenu quatre jours seulement après que le public ait apprit de la première, a frappé les salles de rédaction tel un coup de tonnerre. Le lendemain, l'histoire a fait la une des journaux à travers le pays. Mais ce n'était pas seulement du fait qu'il avait été le deuxième rapport qui a frappé l'imagination du public. Pour cette fois, les meilleurs avions de combat de l'Amérique avaient poursuivi - et visiblement, ils ont été facilement distancés par - les intrus aériennes.

Citation:
Le jour suivant était confus. Après la première observation à Washington, l'atmosphère régnant dans la section du quatrième étage du Pentagone, qui est occupé par l'Air Force Intelligence, pourrait être décrit comme de l'excitation, mais ce jour-ci, c'était confus. Il y avait un maximum de conversation et un minimum d'action. Tout le monde a convenu que les deux observations devraient être étudiées à fond, mais personne n'a rien fait. Le major Fournet et moi avons passé toute la matinée à "laisser juste" un endroit pour enquêter sur "quelque chose." Chaque fois que nous voulions partir, quelque chose de plus urgent nous en empêcherait.

Vers 10:00, l'assistant du président, le brigadier général Landry, appelle les services de renseignements à la demande du président Truman pour savoir ce qui se passait. D'une certaine manière, j'ai reçu l'appel. J'ai dit au général Landry que les cibles radar pourraient avoir été provoquée par la météo, mais que nous n'avions aucune preuve.

Ajouté à la situation déjà confuse, de nouveaux signalements d'OVNIs arrivaient toutes les heures. Nous les avons maintenu dans le silence principalement parce que nous n'étions pas en mesure de les étudier tout de suite, ou même de confirmer les faits. Et nous voulions confirmer les faits parce que certains de ces rapports, même s'ils étaient de sources militaires, étaient difficiles à croire.

Avant les observations de Washington, dans un très petit nombre parmi les nombreux cas dans lesquels radar avait captés des cibles OVNI, celles-ci avaient été prétendument vues visuellement. Des experts radar avaient constamment souligné ce fait à nous comme une indication que peut-être toutes les cibles radar ont été causés par des conditions météorologiques exceptionnelles. "Si les gens avaient juste vu une lumière ou un objet près du lieu où le radar a montré où la cible OVNI était censée se trouver, vous auriez beaucoup plus à s'inquiéter," voilà ce que des techniciens radar m'avaient dit de nombreuses fois.

Aujourd'hui les gens voyaient les mêmes cibles que les radars avaient captés, et pas seulement à Washington...

- Captain Ed Ruppelt
The Report on Unidentified Flying Objects, 1956


Quatre jours plus tard, dans un article sur les événements du 19-20 Juillet et 26-27 Juillet, un rédacteur de la NEA, Douglas Larsen a noté :

Citation:
Depuis lors, l'Air Force a dit doucement qu'elle fermait à la presse sa section spéciale à Wright Field à Dayton, O., qui a étudié les rapports de soucoupes volantes. En outre, toutes les informations concernant le personnel, les activités et le budget de ce groupe, est maintenant strictement classé.


Mais si l'Air Force espérait que le fait de censurer les informations tuerait l'histoire, ils ne tardèrent pas à apprendre la sagesse du dicton du capitaine Ruppelt... ne jamais sous-estimer la puissance d'un OVNI.
_________________
« L'Astronomie considérée dans son ensemble, est le plus beau monument de l'esprit humain, le titre le plus noble de son intelligence. » Pierre-Simon de Laplace


Répondre en citant
Revenir en haut
Supernova
Membre 15 étoiles
Membre 15 étoiles

Hors ligne

Inscrit le: 05 Sep 2013
Messages: 929
Sexe: Masculin
Localisation: Parmi les étoiles.
Point(s): 0
Moyenne de points: 0,00

MessagePosté le: 04/03/2015 17:58:52

Ci-dessus : 29 Juillet 1952, page d'accueil de l'article du Daily Leader Ruston.


Curieusement, le récit du capitaine Ruppelt sur les événements de ce Juillet est passé directement du second incident à quatre jours plus tard...

Citation:
Au milieu de la matinée du mardi 19 Juillet, le major-général John Samford fit dire qu'il tiendrait une conférence de presse cet après-midi dans une tentative de redresser la situation OVNI avec la presse.

- Captain Ed Ruppelt
The Report on Unidentified Flying Objects, 1956


Mais ce faisant, il omet de mentionner que le même jour, le mardi 29 Juillet, les événements des deux samedis précédents se répète une fois de plus.

Cette fois, aucun avions de chasse furent envoyés - soi-disant parce que la CAA était contre la notification l'Air Force, comme indiqué dans une histoire...

Citation:
Lorsqu'on lui demande pourquoi l'Air Defense Command n'avait pas été alerté, le fonctionnaire de la CAA a déclaré: "nous étions trop occupés avec d'autres choses et d'ailleurs ces objets ne font pas de mal à personne".


Cette déclaration sur une question de sécurité nationale - et la CAA a été légalement mandatée pour faire de tels rapports - aurait pu devenir une histoire importante en elle-même, avec le Général Samford, le directeur du renseignement de l'Air Force, qui a décidé le matin même d'avoir une conférence de presse.

Une conférence qui fera les gros titres des nouvelles le lendemain dans tout le pays...

Citation:
Quand la conférence de presse, qui était la plus importante et la plus longue que l'Air Force a tenu depuis la Seconde Guerre mondiale, convoquée à 16h00, le Général Samford a fait un effort honnête pour redresser les observations à Washington National sur le vif, mais les cartes ont été empilés contre lui avant qu'il n'aie commencé. Il devait couvrir de nombreuses réponses aux questions de la presse parce qu'il ne connaissait pas les réponses. Cette couverture a donné l'impression qu'il essayait de dissimuler quelque chose de plus que juste le fait que son personnel ne s'était pas trop souillé en n'enquêtant pas pleinement sur les observations. Puis il a amené le capitaine Roy James de l'ATIC pour traiter toutes les questions au sujet des radars. James n'a pas fait mieux parce qu'il venait d'arriver à Washington ce matin et ne savait pas beaucoup plus sur les observations que ce qu'il avait lu dans les journaux. Le major Dewey Fournet et le lieutenant Holcomb, qui était à l'aéroport au cours des observations, s'étaient extrêmement fait remarquer par leur absence, d'autant plus qu'il était de notoriété publique dans la presse qu'ils n'étaient pas convaincus que l'OVNI capté sur les radars étaient des cibles météorologiques.

Mais en quelque sorte, sortir de cette situation chaotique était devenu exactement le résultat qui avait été prévu - la presse ne nous embarrassait plus Les réponses du capitaine James au sujet de la possibilité que les cibles radar furent causées par des inversions de température ont été interprétés par la presse comme signifiant qu'il s'agissait de la réponse de l'Air Force, même si aujourd'hui les observations doubles sont toujours considérées comme non-identifiées.

Dorénavant, nous pouvions lire sur les prochains titres du matin de Bangor à Bogota :

L'AIR FORCE DÉMYSTIFIE LES SOUCOUPES COMME ÉTANT JUSTE DES PHÉNOMÈNES NATURELS

- Capitaine Ed Ruppelt
Le Rapport sur les Objets Volants Non Identifiés, 1956

_________________
« L'Astronomie considérée dans son ensemble, est le plus beau monument de l'esprit humain, le titre le plus noble de son intelligence. » Pierre-Simon de Laplace


Répondre en citant
Revenir en haut
nemolivier
Membre 3 étoiles
Membre 3 étoiles

Hors ligne

Inscrit le: 11 Jan 2013
Messages: 149
Sexe: Masculin
Localisation: terre
Point(s): 1
Moyenne de points: 0,01

MessagePosté le: 04/03/2015 23:08:44
lien connexe ?? http://ovnis-direct.com/ovnis-et-atome.html#SXN8Pm71
_________________
http://mind-bomb.over-blog.com/


Répondre en citant
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
hocine
Membre 4 étoiles
Membre 4 étoiles

Hors ligne

Inscrit le: 05 Mai 2007
Messages: 173
Point(s): 0
Moyenne de points: 0,00

MessagePosté le: 06/03/2015 15:28:16
Je pense que tout au début ils ont dus « provoquer » les terriens par leurs survols de l’espace terrien, ils ont surement poussé les terriens à venir à leur rencontre dans le ciel, je voulais dire c’est comme s’ils attendaient une réaction des terriens à envoyer leurs moyens pour défendre leur espace aérien et de là ils savent que ceux qui viennent avec leurs avions et qui utilisent leur moyen de défense se sont ceux qui représente la population terrienne , remarquons une chose vers les années 50 ils ont survolé la Maison Blanche , le Capitole , le Pentagone c’est un peu montré aux dirigeants u.s. qu’ils sont là et qu'ils les attendent et les amener au contact.


Ces ovnis utilisent une tactique, ils fuient la confrontation avec les avions terriens qui cherchaient à aller à un contact aérien pour forcer ces engins spatiaux ovnis à les descendre au sol , ces ovnis n’ont jamais réagis ou contre attaquer , ils disparaissent on utilisant leurs vitesse , et même aussi les tirs des avions ne leurs font aucun dommage , je crois que leur tactique c’est de faire épuisé ces interventions aériennes terriennes et que ce n’est que perte de temps de contraindre ces ovnis à l’abandon de l’espace aérien , ils pousseront par là le gouvernement u.s. à abandonner les poursuites et aller chercher le contact avec ces ovnis.


C’est vrai il y avait dans l’histoire la mort en 1948 du pilote T. Mantell , mais celui-ci très téméraire décida de montrer sa fougue on allant poursuivre dans les hautes atmosphères une soucoupe volante signalée , mais je pense que son avion à moteur à cylindres à explosion en étoile n’a pus résister au manque d’oxygène dans ces hauteurs et il a fini à se crasher au sol .
_________________
ovni et phénomènes inexpliqués


Répondre en citant
Revenir en haut
Supernova
Membre 15 étoiles
Membre 15 étoiles

Hors ligne

Inscrit le: 05 Sep 2013
Messages: 929
Sexe: Masculin
Localisation: Parmi les étoiles.
Point(s): 0
Moyenne de points: 0,00

MessagePosté le: 06/03/2015 20:12:28
Salut,

Intervention pertinente, hocine. Ça m'a plût de te lire.

Une hypothèse de ce genre a déjà été proposée ici :
Citation:
De deux choses l'une. Soit il s'agissait d'un phénomène d'origine naturelle ou humaine, soit il s'agissait d'engins étrangers à la race humaine (théorie qui me semble la plus probable).

Dans cette seconde hypothèse, il n'est pas insensé d'interpréter cet évènement comme un avertissement, à tout le moins un message délivré à l'intention d'une grande puissance et de ses dirigeants, ayant pour but de les informer de la présence effective et des capacités d'action, si ce n'est de la supériorité technologique évidente de leurs "aimables visiteurs". Aux vues du fiasco des forces armées US incapables de contrôler leur propre territoire et de la panique que cela a du déclencher au sommet des états-majors et de l'état, cela va largement au-delà de la provocation. Cela s'apparente même à une démonstration en bonne et due forme. Un message dénué de toute ambiguïté.

On peut supposer, toujours dans cette seconde hypothèse, qu'après un tel signal le gouvernement américain aura été contraint d'en tenir compte concernant certains aspects de sa politique (défense, énergie, ou autres secteurs...). Il serait d'ailleurs peut-être intéressant d'étudier les corrélations entre des évènements de cette nature et les changements notables de politiques des grandes puissances depuis disons 1945 à nos jours.


hocine a écrit:
Ces ovnis utilisent une tactique, ils fuient la confrontation avec les avions terriens qui cherchaient à aller à un contact aérien pour forcer ces engins spatiaux ovnis à les descendre au sol , ces ovnis n’ont jamais réagis ou contre attaquer , ils disparaissent on utilisant leurs vitesse , et même aussi les tirs des avions ne leurs font aucun dommage , je crois que leur tactique c’est de faire épuisé ces interventions aériennes terriennes et que ce n’est que perte de temps de contraindre ces ovnis à l’abandon de l’espace aérien , ils pousseront par là le gouvernement u.s. à abandonner les poursuites et aller chercher le contact avec ces ovnis.

En effet. Je suis bien d'accord avec toi. Si nous nous penchons sur différentes affaires d'OVNIs où une interception de ceux-ci a été tentée, nous remarquerons toujours qu'ils fuient et n'ont jamais répliqués (Téhéran, Belgique, etc).
_________________
« L'Astronomie considérée dans son ensemble, est le plus beau monument de l'esprit humain, le titre le plus noble de son intelligence. » Pierre-Simon de Laplace


Répondre en citant
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 19/10/2017 12:06:40
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    NousNeSommesPasSeuls Index du Forum -> UFOLOGIE -> Vos observations d'OVNI Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

 
Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template Boogie by Soso
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com