NousNeSommesPasSeuls :: Forum de discussions sur les thèmes de l'ufologie, le paranormal, les sciences, ...
NousNeSommesPasSeuls Index du Forum
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

 
La conscience dans les inégalités

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    NousNeSommesPasSeuls Index du Forum -> BIENVENUE -> Actualité mondiale et découvertes -> Sciences
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
ase
Membre 17 étoiles
Membre 17 étoiles

Hors ligne

Inscrit le: 10 Avr 2005
Messages: 3 251
Sexe: Masculin

MessagePosté le: 12/11/2014 06:17:16
On sait bien aujourd'hui que "l'observateur" est une variable à prendre en compte dans les équations de la mécanique quantique. Elle est prise en compte dans les paramètres d'observabilité. Cet "observateur", ce "sujet conscient" (expression de Penrose), n'est-il tout simplement pas l'expression des inégalités d'Heisenberg ?

Alors la conscience dans les inégalités d'Heisenberg ?

Ne peut-on pas dire également que les expériences d'intrication quantique réfutent l'idée même que la Conscience (avec un grand C) est d'ordre physicaliste ?

Bien à vous
_________________
Nous vivons à une époque où il est possible de démontrer que la mort n'existe pas. Une croyance ? Non juste un fait scientifique.
Répondre en citant
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 12/11/2014 06:17:16
PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Madarion-2
Membre 16 étoiles
Membre 16 étoiles

Hors ligne

Inscrit le: 05 Jan 2012
Messages: 1 269
Sexe: Masculin
Localisation: Sud France

MessagePosté le: 12/11/2014 09:26:33
les expériences quantique ressemble a un enfant dont ont lui a interdit d'ouvrir la porte et qui fait un trous a travers le mur pour traverser ?

Dernière édition par Madarion-2 le 12/11/2014 16:36:47; édité 1 fois
Répondre en citant
Revenir en haut
glevesque
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 07 Avr 2005
Messages: 4 431
Sexe: Masculin
Localisation: Longueuil

MessagePosté le: 12/11/2014 15:59:29
Salut Ase

ase a écrit:
On sait bien aujourd'hui que "l'observateur" est une variable à prendre en compte dans les équations de la mécanique quantique. Elle est prise en compte dans les paramètres d'observabilité. Cet "observateur", ce "sujet conscient" (expression de Penrose), n'est-il tout simplement pas l'expression des inégalités d'Heisenberg ?
Il est celui qui interprète ce qui lui est inaccessible en le traduisant en concepts mathématique abordable (statistique et probabilité) ! Une retranscription des processus observables et mesurables du réel pour leur représentation à l'entendement humain. Elles décrivent la grandeur et la limitation qui interface les champs d'ondes d'énergie et instrumentale qui est relier au problème de la mesure (encapsulant le pattern d'interaction mesuré), une moyenne de la section efficace versus infiniment petit allant vers le macroscopique, ou tous les schémas d'interactions sous inconnu, car seul l'état mesurer est pris en compte. (3.2.3 – Limite instrumentale, principe d’indétermination et superposition quantique) et d'ou va sortir le concept d'onde

Citation:
Alors la conscience dans les inégalités d'Heisenberg ?
Conceptualisation de l'inconnu ! (de processus physique !!!)

Citation:
Ne peut-on pas dire également que les expériences d'intrication quantique réfutent l'idée même que la Conscience (avec un grand C) est d'ordre physicaliste ?
On peu le placer comme étant la chose qui englobe se qui en émerge au globale (activité cérébrale) ! Mais la théorie d'onde ne pourrait-être rétroactive de manière efficace sur elle-même ! Il s'agit donc d'autre chose qui l'englobe et qui l'interface ... (4.1.1 – La limite des capacités émergentes et 4.1.3 – Comportements indéterminisme, intrication et libre arbitre)

Le concept de particule a travers la dualité, encapsule les réseaux d'interaction (effectivité), qui sont à leur tour regroupé pour être superposé virtuellement (ensemble des probables) dans le concept d'onde ! Mais qu'est-ce qu'une onde au finale dans le monde physique réel !

Citation:
3 – La Relativité Générale et la Mécanique Quantique :


Dans une démarche épistémologique, on peut dire que la science cherche à interpréter le côté effectif (effet et conséquence) de la manifestation du monde. Bien que la matière soit réelle, elle n'est pas en même temps cette chose ponctuelle qui dérive de notre perception de dureté et de consistance. La matière n'est pas cette chose compacte, ponctuelle et inerte que nous appréhendons a priori, mais elle trouve son origine à travers des relations et des interactions impliquant différents champs d'énergie. Ce sont les interactions entre ces différents champs d'énergies qui engendrent la notion de dureté et de consistance à la matière (l’effectivité). La notion de matière découle donc des processus interactionnels (de surface), qui à leurs tours font émerger dans notre univers une sorte de membrane aux densités éthérique plus dense, et qui agit comme une sorte d’interface, ou trame de fond, entre le monde spirituel et le monde matériel.
Ou une sorte de mode vibratoire des membranes en théorie des cordes (M-Théorie) pour un monde aux facettes multidimensionnelle.

Gilles
_________________
Croire c'est bien, mais comprendre c'est mieux.
Les panoramiques martiens
Évolution de la Conscience Spirituelle
INDEX DES VIDÉOS
Répondre en citant
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
ase
Membre 17 étoiles
Membre 17 étoiles

Hors ligne

Inscrit le: 10 Avr 2005
Messages: 3 251
Sexe: Masculin

MessagePosté le: 18/11/2014 11:04:50
Salut Gilles,

Il me semble qu'on a montré que cette incertitude à été remise en question au travers de quelques expériences.
Au niveau théorique, depuis les travaux de Horace Yuen (1983) réactualisés par Masanao Ozawa (2002) on sait qu'on peut dépasser la limite d'incertitude. Ses travaux théoriques portaient sur la précision des mesures des ondes gravitationnelles (distorsions de l'espace-temps) et lui avaient permis d'établir de nouvelles relations d'incertitudes généralisées.
Au niveau expérimental, en 2012 et en 2014 les mesures dans ce cadre-là ont permis de dépasser la limite classique fixée par Heisenberg lorsqu'il s'agit d'états quantiques données (et non plus d'une moyenne sur plusieurs mesures), mais le débat n'est pas définitivement clos. La question demeure au niveau épistémologique car qu'entends-ton précisément par erreur de mesure dans la pensée quantique d'Heisenberg.

De ces débats théoriques et expérimentaux il en est ressorti que l'incertitude quantique ne peut plus être comparable à une limite de résolution, qu'elle est en partie fixée par le choix de l'expérimentateur : ce que l'on sait d'un phénomène dépend de la manière dont on le détermine. Philosophiquement, ça ouvre un débat très riche, on en revient à la théorie du spectateur de John Dewey.

http://www.larecherche.fr/savoirs/dossier/principe-incertitude/fin-du-princ…
http://arxiv.org/abs/quant-ph/0210044
http://arxiv.org/abs/quant-ph/0207121
http://olivier-4.blogs.nouvelobs.com/archive/2013/11/15/temp-b92d907225c7be…


Je te livre ici aussi ce petit extrait trouvé sur le net (je n'ai pas eu le temps de le décortiquer) sur un modèle baptisé Oscar qui si j'ai bien lu défend l'idée que les relations d'incertitude d'Heisenberg émergent de la géométrie de l'espace-temps :

1/ La constante de Planck masque la réalité physique car : h = me λe² / te, dit que c'est ce ratio de s paramètres de l'électron, qui est constant. Le Δt = te, est le temps propre de l'électron car il est l'inverse de la fréquence du tissu de tachyons subquantiques (donc du condensat de Bose-Einstein).

2/ Ainsi la relation : x p > h/4π s'écrit : x p > me λe² / 4π te . La constance du second terme est la contrainte absolue du tachyon (stochastique puis synchronisé) qui dit explicitement que le temps varie au cube du continuum masse-espace.

3/ L'électron corpusculaire (porteur de l'impulsion) est « n'importe où » dans sa bulle de Compton pour Δt = te. La cause (personne n'en parle) vient qu'il fonctionne à l'image du tachyon sous-jacent dans son rapport de masse. (il est 10^33 fois plus massique et donc son amplitude est d'autant réduite).

4/ Ces 3 points montrent que la source de l'incertitude ne dépend pas des instruments mais des constantes du tissu d'espace-temps. Cependant l'idée d'introduire la notion de perturbation est essentielle car on peut voir ainsi comment agissent les effets relativistes. Soit un électron, doté d'une impulsion p = me v, traversant la section ds d'une bulle de Compton. Si v tend vers zéro, la seule perturbation est celle liée à son énergie électromagnétique. Elle se traduit par l'apparition de particules virtuelles qui sont extraites du niveau subquantique. Si v n'est plus négligeable, alors la perturbation consiste à déphaser localement les oscillateurs duaux. Ces derniers opposent une réaction en émettant une masse imaginaire dans le système {tachyon-électron}.

5/ La perte de masse dans l'oscillateur induit une augmentation de la fréquence et donc une diminution du temps propre du système local {tachyon-électron}. Il y a donc resserrement des intervalles qui conduit à « l'aplatissement » de la bulle dans le sens de la trajectoire. On vérifie dans l'égalité stricte, c² = λe² / te², que toute diminution du numérateur s'applique au dénominateur et laisse donc invariante la célérité c. Comme la période (consolidée) du BEC est robuste, c'est la déformation locale (resserrement des intervalles) qui ajuste le temps.

6/ Un système électron n'existe pas. Il est toujours associé à au moins 4 oscillateur-bosons soit 8 tachyons. (voir schéma sur proton oscar). Le système {tachyon-électron} est trahit par les particules virtuelles qui l'habillent en permanence. La dualité de l'oscillateur-tachyon est d'une très grande richesse bien qu'elle ne soit induite que par le seul principe d'action nulle. Appliqué à tous les électrons (y compris toutes les particules), on obtient un ensemble de systèmes {tachyon-particule} dans lequel la transmission de l'état de spin se fait à la célérité de l'oscillateur subquantique (co = 10^33 c). Ce n'est pas instantané mais cohérent avec l'expérimentation sur l'intrication.

7/ Pour le photon le système consiste en {2 tachyons-photon} ou {boson-photon}. Cela veut dire qu'il réagit à deux alternances (il voit l'ensemble de l'oscillateur réputé de masse zéro).

La constante h cache le réel physique qui met l'électron (fils de tachyon) au centre de tout. Si h s'applique au proton (comme la charge e d'ailleurs) c'est que ce dernier est composé de paires électron-positrons de création non locale qui se comportent localement comme 8 bosons.

Principe d'action nulle → oscillateur tachyon stochastique → électron-positron (et rien d'autre).

Toutes les particules sont des déclinaisons du système {tachyon-électron}. La classification réductionniste a fait un amalgame entre l'électron et le proton alors que le second est juste une composition du premier. Ces approximations réductionnistes, datant du début du siècle dernier, sont à la source de la crise de la physique. La statistique de FERMI n'est valable que localement et nous cache le réel de l'objet univers (non local).

http://www.philosciences.com/forum/forum_1.php?return=1&msg=236
http://www.cosmologie-oscar.com/index.php?page=qui
http://gsjournal.net/Science-Journals/Research Papers-Unification Theories/…
_________________
Nous vivons à une époque où il est possible de démontrer que la mort n'existe pas. Une croyance ? Non juste un fait scientifique.
Répondre en citant
Revenir en haut
glevesque
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 07 Avr 2005
Messages: 4 431
Sexe: Masculin
Localisation: Longueuil

MessagePosté le: 18/11/2014 17:30:30
Salut Ase

Wow

Le sujet est vivement intéressent, il semble décrire un système de résonance ?

Merci pour l'info, le sujet mérite d'être approfondit et mieux compris effectivement !

J'ai pris note, et je vais me renseigner là-dessus ! Et merci, pour les liens.

PS : Ici, le concept d'incertitude n'est pas remise en cause, mais déplacer a un autre niveau par l’intermédiaire d'une interface multidimensionnelle (le tissus/membrane de tachyon) !

Gilles
_________________
Croire c'est bien, mais comprendre c'est mieux.
Les panoramiques martiens
Évolution de la Conscience Spirituelle
INDEX DES VIDÉOS
Répondre en citant
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
ase
Membre 17 étoiles
Membre 17 étoiles

Hors ligne

Inscrit le: 10 Avr 2005
Messages: 3 251
Sexe: Masculin

MessagePosté le: 18/11/2014 21:12:51
Il me semble remis en cause, si j'ai bien compris, comme étant juste une donnée de limite de mesure instrumentale.
Si il y a bien une telle inégalité, cela signifie qu'il est une propriété géométrique de l'espace-temps.
_________________
Nous vivons à une époque où il est possible de démontrer que la mort n'existe pas. Une croyance ? Non juste un fait scientifique.
Répondre en citant
Revenir en haut
ase
Membre 17 étoiles
Membre 17 étoiles

Hors ligne

Inscrit le: 10 Avr 2005
Messages: 3 251
Sexe: Masculin

MessagePosté le: 19/09/2015 13:48:09
Que propose un physicien comme Philippe Guillermant concenant ce sujet ?
_________________
Nous vivons à une époque où il est possible de démontrer que la mort n'existe pas. Une croyance ? Non juste un fait scientifique.
Répondre en citant
Revenir en haut
Madarion-2
Membre 16 étoiles
Membre 16 étoiles

Hors ligne

Inscrit le: 05 Jan 2012
Messages: 1 269
Sexe: Masculin
Localisation: Sud France

MessagePosté le: 19/09/2015 16:25:38
ase a écrit:
On sait bien aujourd'hui que "l'observateur" est une variable à prendre en compte dans les équations de la mécanique quantique. Elle est prise en compte dans les paramètres d'observabilité. Cet "observateur", ce "sujet conscient" (expression de Penrose), n'est-il tout simplement pas l'expression des inégalités d'Heisenberg ?


C'est un fait, toutes nos connaissances physique sont basés sur des observations.
Et si l'observateur entre dans le champs d'étude, alors ont obtient un résultat incomplet ?

Depuis quelques années, nous avons conclus qu'il faudrait extraire l'observateur pour avoir une vision correct d'un phénomène ?
Mais il existe pourtant une deuxième méthode : multiplier des observateurs et extrapoler leur résultats ?
Répondre en citant
Revenir en haut
ase
Membre 17 étoiles
Membre 17 étoiles

Hors ligne

Inscrit le: 10 Avr 2005
Messages: 3 251
Sexe: Masculin

MessagePosté le: 19/09/2015 23:00:40
Je viens de trouver ceci sur son site :
http://guillemant.net/index.php?cate=articles&part=physique_temps&p…

Il cite les expériences de Suarez récentes (2010-2012), que j'avais déjà évoqués ici, qui montrent que la non-localité était indépendante de l'espace et du temps ("l'ordre des évènements ne dépend pas du temps").

Rappel de l'expérience et résumé : deux appareils de mesure, éloignés l'un de l'autre, analysant deux photons ont été mis en mouvement de telle sorte que selon le premier appareil, un photon était analysé avant que le second photon ne le soit par le second appareil, alors que simultanément, selon ce second appareil, le second photon était analysé avant le premier photon. Dans une telle configuration, aucun des deux photons n'était finalement analysé en second, donc aucune communication n'était possible entre les deux, quelle que soit la vitesse hypothétique. Les physiciens ayant conçu l'expérience s'attendaient alors à voir disparaitre dans ce cas de figure les corrélations entre les photons, bien que la mécanique quantique prédise la subsistance des corrélations. Or il s'est avéré que c'est la mécanique quantique qui avait raison, confirmant ainsi l'insensibilité au temps des corrélations quantiques. La conclusion tirée de cette expérience est que compte tenu de l'inversion chronologique constatée, l'information ou coordination qui était à l'origine de la corrélation entre les deux photons et qui n'est apparue qu'au moment de la mesure n'a pas pu transiter comme un signal fantôme de l'un vers l'autre. Elle était donc non seulement indépendante de l'espace mais aussi du temps.


Antoine Suarez comme Guillemant et d'autres physiciens, nous expliquent que la conscience (et par extension notre libre arbitre) joue un rôle actif de coordination de l'espace-temps. Selon eux, "l'aléatoire quantique peut être controlé de l'extérieur de l'espace-temps par une volonté", ils invoquent la nécessité d'une "méta-physique" dans laquelle les réseaux neuronaux du cerveau sont soumis à une influence immatérielle.
Ils s'appuient sur une expérience de 2012, dans laquelle un photon est émis vers deux détecteurs séparés et éloignés, or selon la physique la décision du résultat (quel détecteur clique) se passe à la détection. En mettant les détecteurs suffisamment loin l’un de l’autre on peut assurer qu’il ne peuvent pas communiquer entre eux par des signaux matériels se propageant à la vitesse de la lumière. Toutefois on observe une corrélation parfaite entre les deux détecteurs : si l’un clique, l’autre ne le fait pas. Ceci démontre qu’il y a une coordination non locale (non matérielle) entre les deux détecteurs. Sans cette coordination, les deux détecteurs cliqueraient au hasard et il en résulterait qu'avec un seul photon provenant de la source, les deux détecteurs cliqueraient dans 25% des cas et aucun des détecteurs ne cliquerait dans 25 % des cas également, ce qui poserait un problème de conservation de l'énergie. Sachant qu'une coordination est toujours observée entre les résultats, malgré l'impossibilité d'un signal fantôme supraliminique déjà révélée dans les expériences antérieures, il en conclut, avec des pincettes "si vous n'avez pas cette coordination à distance, la conservation de l'énergie disparait. Donc pour avoir une matière qui fonctionne de façon sensée, nous avons besoin d'une coordination qui n'est pas matérielle".
Pour sauver la loi de conservation de l'énergie une coordination immatérielle est indispensable.

Puis par une variante de son expérience, il nous explique que nos cerveaux fonctionneraient comme des interféromètres qui produisent des séquences dont l'origine serait immatérielle.
_________________
Nous vivons à une époque où il est possible de démontrer que la mort n'existe pas. Une croyance ? Non juste un fait scientifique.
Répondre en citant
Revenir en haut
glevesque
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 07 Avr 2005
Messages: 4 431
Sexe: Masculin
Localisation: Longueuil

MessagePosté le: 20/09/2015 01:36:17
J'aime bien la simplicité de sa théorie (surtout celle de la synchronicité), mais j'ai vraiment du mal avec le postulat des simultanéité objective des lignes temporelle de l'existant du sur soi (variation de la théorie d'Evrett !), bien que je suis conscience des variations vibratoire (temporel) entre les différents espace éthérique par rapport aux essence relié à l'aspect psychique de la sphère spirituelle de l'existant ?
_________________
Croire c'est bien, mais comprendre c'est mieux.
Les panoramiques martiens
Évolution de la Conscience Spirituelle
INDEX DES VIDÉOS
Répondre en citant
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 20/01/2017 06:39:24
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    NousNeSommesPasSeuls Index du Forum -> BIENVENUE -> Actualité mondiale et découvertes -> Sciences Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

 
Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template Boogie by Soso
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com