NousNeSommesPasSeuls :: Forum de discussions sur les thèmes de l'ufologie, le paranormal, les sciences, ...
NousNeSommesPasSeuls Index du Forum
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

 
Les Êtres de Lumières

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    NousNeSommesPasSeuls Index du Forum -> PARANORMAL -> Spiritualité
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Supernova
Membre 15 étoiles
Membre 15 étoiles

Hors ligne

Inscrit le: 05 Sep 2013
Messages: 929
Sexe: Masculin
Localisation: Parmi les étoiles.
Point(s): 0
Moyenne de points: 0,00

MessagePosté le: 28/10/2014 17:29:39
Les Êtres de Lumières d'après Raymond Moody.
Tiré du livre La Vie après la Vie.



De tous les éléments communs figurant dans les témoignages que j'ai analysés, le plus difficilement croyable, et en même temps celui qui produit sur le témoin l’impression la plus intense, c'est la rencontre avec une très brillante lumière.
Détail typique : lors de sa première manifestation, cette lumière est pâle, mais elle devient vite de plus en plus éclatante jusqu'à atteindre une brillance supraterrestre.
Et bien que cette lumière (généralement qualifiée de « blanche » ou de « claire ») soit d'un rayonnement indescriptible, beaucoup
insistent sur le fait caractéristique qu'elle ne brûle pas les yeux, qu'elle n'éblouit pas, qu'elle n'empêche pas de voir distinctement les objets environnants (peut-être parce que, dans ce moment, les témoins ne sont pas physiquement dotés d'yeux, ce qui exclut l'éblouissement).


Malgré l'aspect extraordinaire de cette apparition, pas un seul d'entre mes sujets n'a exprimé le moindre doute quant au fait qu'il s'agissait d'un être, d'un être de lumière.
Et qui plus est, cet être est une Personne, il possède une personnalité nettement définie.
La chaleur et l'amour qui émanent de cet être à l'adresse du mourant dépassent de loin toute possibilité d'expression.
L'homme se sent comme envahi et transporté par cet amour ; il s'abandonne en toute sérénité au bienveillant accueil qui lui est fait.
Un attrait magnétique, iruésistible, émane de cette lumière, vers laquelle il se sent inéluctablement entraîné.


Remarque importante : alors que cette description de l'être de lumière demeure exactement la même d'un témoignage à l'autre, l'identification de cet être varie singulièrement et semble dépendre en grande partie des antécédents, de l'éducation et des croyances religieuses de chaque individu.
Ainsi, la plupart de ceux qui ont été élevés dans la tradition ou la foi chrétienne identifient cette lumière au Christ ; ils invoquent parfois, pour étayer cette interprétation, des références bibliques.

Un homme et une femme de religion israélite voyaient en cette entité un « ange ».
Bien entendu, dans ces deux derniers cas, les sujets ne prétendaient aucunement que l'être en question possédât des ailes, ou jouât de la harpe, ni même qu'il présentât un aspect humain.
ll n'était que lumière.
Ce que chacun d'entre eux tentait d'exprimer était que, pour eux, l'être jouait un rôle d'émissaire, ou de guide.
Un homme qui n'avait reçu ni croyances ni éducation religieuse avant de subir cette expérience parlait tout simplement d'un « être de lumière ».
Cette même appellation a également été utilisée par une dame professant la foi chrétienne et qui, apparemment, ne se sentait nullement portée à considérer que cette lumière fût le Christ.

Peu de temps après cette apparition, l'entité entre en communication avec le mourant.
Il faut noter que cette communication s'effectue directement, selon le procédé déjà rencontré qui permet aux corps spirituels de « capter les pensées » de l'entourage ; ici encore, les témoins affirment qu'ils n'ont perçu aucun son, aucune voix provenant de l'être lumineux, et qu'ils n'ont pas davantage émis de sons audibles pour lui répondre.
Ils font allusion à un transfert direct de la pensée, sans obstacle et d'une netteté si absolue qu'aucune place n'est laissée au risque d'erreur ou de mensonge.
De plus, ce dialogue sans entrave n'emprunte rien à la langue maternelle du sujet ; ce qui n'empêche nullement celui-ci de tout comprendre et de recevoir une information instantanée.


Plus tard, lors de son retour à la vie, il se révélera incapable de transposer en un langage normal les pensées ainsi échangées au seuil de la mort.
L'étape suivante de l'expérience apporte une éloquente illustration des difficultés auxquelles on se heurte dès que l'on essaye de traduire ce langage non verbal.


L'entité, tout de suite après s'être montrée au mourant, façon si spectaculaire, dirige vers lui une pensée que les intéressés ont généralement tenté de me présenter comme une question.
Parmi les traductions qui m'ont été soumises, je relève :

« Es-tu préparé à la mort ? »
« Es-tu prêt à mourir ? »

Ou :
« Qu'as-tu fait de ta vie, que tu puisses me montrer ? »
Et :
« Qu'as-tu fait de, ta vie que tu estimes suffisant ? »

Les deux premières formulations, qui mettent l'accent sur une « préparation » semblent comporter une signification différente par
rapport aux deux dernières, qui insistent sur l’œuvre
accomplie.
J'aurais plutôt tendance à supposer que ces tentatives de traduction reviennent plus ou moins au même, ainsi qu'en témoigne la version suivante due à une femme qui relate :

« La première chose qu'Il m'a dite était qu'Il me demandait si j'étais prête à mourir, ou si j'avais accompli quelque chose dans ma vie que j'aurais aimé lui montrer. »

Mieux encore, alors même que la « question » se trouve tournée tout autrement, et sous une forme moins conventionnelle. on s'aperçoit qu'à la réflexion elle conserve une intensité identique.
Par exemple, un homme m'a dit que, pendant qu'il était mort :

« ... la voix m'a posé une question :
« Est-ce que cela valait la peine ? »
Et ce qu'elle voulait dire concernait la vie que j'avais menée jusqu'à ce terme, et le jugement que je portais sur sa valeur, sachant désormais ce que je savais. »

Tous, d'ailleurs, proclament que cette interrogation, pour définitive et fondamentale qu'elle puisse apparaitre dans son impact émotionnel, ne comporte pas la moindre nuance de condamnation.
L'accord est total sur ce point : telle que l’entité la profère, cette question n'implique ni accusation ni menace ; les sujets ne cessent de ressentir l'effluve d'amour et d'accueil cordial qui émane de la lumière, quelle que puisse être la réponse fournie.
Le but de la question semblerait être d'amener les mourants à réfléchir sur leur existence passée, à en redessiner les grandes lignes.
C'est, si l'on veut, une interrogation de style socratique, de celles qui n'appellent aucune réponse, uniquement destinée à aider l'interrogé à s'avancer de lui-même sur le chemin de la vérité.
Examinons quelques témoignages de première main ayant trait à cette entité fantastique :

« 1. J'ai entendu les médecins dire que j'étais mort et c'est à ce moment-là que je me suis senti dégringoler ou plus exactement comme si je flottais dans cette obscurité qui était comme un endroit clos.
Je ne trouve pas de mots pour exprimer ça.
Tout était très noir, sauf que dans le lointain j'apercevais cette lumière.
C'était une lumière très très brillante, mais pas très grande au début : elle augmentait à mesure que je m'en approchais.

Je faisais des efforts pour rejoindre cette lumière parce que j'avais le sentiment que c'était le Christ, et je voulais arriver jusqu'à Lui.
Il n'y avait rien là d'effrayant, c'était même plutôt agréable.
Parce que, comme tout chrétien, j'avais naturellement établi une relation entre la lumière et le Christ qui avait dit : « Je suis la Lumière du monde. »

Je me disais :
« Si c'est vraiment la fin, si je dois mourir, alors je sais quel est Celui qui m'attend, là-bas, dans cette lumière. »

2. Je me suis levée et je suis sortie dans le couloir pour aller boire quelque chose, et c'est à cet instant où on su plus tard, que je me suis fait une perforation de l'appendice.
Mes forces m'ont lâchée, et je suis tombée sur le sol.
Je me suis mise à dériver, je me sentais comme si j'avais été tantôt dans mon corps et tantôt en dehors, et j'entendais une musique très belle.
Je flottais au long du couloir, dépassant le seuil jusqu'au portique.
Les battants étaient fermés.
Là, ce fut comme si des nuages ou plutôt un brouillard rose, s'amassaient autour de moi.
J'ai continué à flotter au travers des battants du portique, comme s'ils n'avaient pas existé.


Et de là vers cette lumière de pur cristal, une lumière blanche qui rayonnait, une lumière très belle, très brillante, irradiante.
Mais elle ne faisait pas mal aux yeux.
On ne peut comparer cette lumière à rien de ce qui existe sur terre.
Je ne peux pas dire que j'ai vu une personne dans cette lumière, mais il m'a paru certain qu'elle possède une identité, c'est indéniable.
Imaginez une lumière faite de totale compréhension et de parfait amour.

Une pensée a été dirigée vers moi :
« M'aimes-tu ? »

Cela ne m'est pas venu sous la forme d'une question, mais je crois bien que ce que la lumière voulait me dire mais c'était ceci :
« Si tu m'aimes, retourne sur tes pas, achève ce que tu as commencé. »
Et pendant ce temps, je me sentais tout enveloppée de compassion, et comme écrasée d'amour...


3. Je savais que j'allais mourir et que je n'y pouvais plus rien, parce que personne ne pourrait plus m'entendre...
J'étais sorti de mon corps, j'en suis sûr, puisque je voyais ce corps étendu, là, sur la table d'opération.
Mon âme l'avait quitté !
J'ai été d'abord très bouleversé, mais c'est alors qu'est intervenue cette lumière brillante.


Au début, elle m'a paru un peu pâle, mais tout à coup il y a eu ce rayon intense.
La luminosité était prodigieuse, rien à voir avec un éclair d'orage, une lumière insoutenable, voilà tout.
Et cela dégageait de la chaleur, je me suis senti tout chaud.
C'était d'un blanc étincelant, tirant un peu sur le jaune - mais surtout blanc.
Cela brillait formidablement, je n'arrive pas à bien le décrire.
Cela éclairait tout alentour, mais cela ne m'empêchait absolument pas de voir tout le reste : la salle d'opération, le docteur, les infirmiers, tout.
J'y voyais très distinctement, sans être aveuglé.


Au commencement, quand la lumière est arrivée, je ne me rendais pas très bien compte de ce qui se passait, mais après, la lumière m'a demandé - enfin, c'était comme si elle me demandait - si j'étais prêt à mourir.
C'était comme quand on parle à quelqu'un, seulement il n'y avait personne.
C'était la lumière qui me parlait, elle avait une voix.
J'imagine maintenant que cette voix qui me parlait a dû constater que je n'étais pas du tout prêt à mourir.
Elle voulait simplement me mettre à l'épreuve, sans plus.

Et cependant, à partir du moment où elle a commencé à me parler, je me suis senti délicieusement bien, protégé, et aimé.
L'amour qui émanait de la lumière est inimaginable, indescriptible.
Et par-dessus le marché, elle dégageait de la gaieté !
Elle avait le sens de l'humour. je vous assure ! »



Tiré de La Vie après la Vie de Raymond Moody, chapitre 8 : L'être de lumière.
_________________
« L'Astronomie considérée dans son ensemble, est le plus beau monument de l'esprit humain, le titre le plus noble de son intelligence. » Pierre-Simon de Laplace


Répondre en citant
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 28/10/2014 17:29:39
PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Heaven
Membre 13 étoiles
Membre 13 étoiles

Hors ligne

Inscrit le: 18 Déc 2012
Messages: 720
Sexe: Féminin
Localisation: France
Point(s): 91
Moyenne de points: 0,13

MessagePosté le: 09/11/2014 13:10:00
Merci pour ce texte intéressant.
On peut voir des êtres de lumière sans être, heureusement, aux portes de la mort...


Répondre en citant
Revenir en haut
Supernova
Membre 15 étoiles
Membre 15 étoiles

Hors ligne

Inscrit le: 05 Sep 2013
Messages: 929
Sexe: Masculin
Localisation: Parmi les étoiles.
Point(s): 0
Moyenne de points: 0,00

MessagePosté le: 09/11/2014 15:37:15
Héhé ^^
De rien. ^^
_________________
« L'Astronomie considérée dans son ensemble, est le plus beau monument de l'esprit humain, le titre le plus noble de son intelligence. » Pierre-Simon de Laplace


Répondre en citant
Revenir en haut
ase
Membre 17 étoiles
Membre 17 étoiles

Hors ligne

Inscrit le: 10 Avr 2005
Messages: 3 251
Sexe: Masculin
Point(s): 0
Moyenne de points: 0,00

MessagePosté le: 19/11/2014 06:55:28
Merci Supernova de nous remettre en mémoire ce vieux classique toujours aussi fascinant.

La rencontre avec cette Lumière dans "l'Au-delà" interroge.
Si on relève quelques caractéristiques, dans les différents témoignages, on se retrouve avec :
- la présence d'une Lumière de vie ou d'amour
- cette Lumière leur parle par télépathie
- cette Lumière présente la caractéristique d'irradier sans éblouir
- cette Lumière semble être dotée de pensée, de compréhension et de sentiments oblatifs
- cette Lumière semble capable d'accroître son intensité
- cette Lumière semble être vivante dotée d'une personnalité bienveillante, joyeuse et douce.
On ne peut comparer cette Lumière à rien de ce qui existe sur Terre habituellement.

Dans les NDE's, au-delà de la phase transcendantale on constante que l'être de Lumière les interroge (à la manière socratique dit R. Moody) ce peu importe l'idéologie religieuse et culturelle de la personne) avec les mêmes questions :
« Es-tu préparé à la mort ? », « Qu'as-tu fait pour autrui ? », « Comment as-tu aimer ? », « Qu'as-tu fait de ta vie que tu estimes suffisant ? ».

Il serait intéressant de s'interroger sur le sens de ces questions, dont la portée est clairement universelle.
On peut percevoir ces interrogations, de notre point de vue, comme des invitations à la réflexion :
Qu'est-ce que ce questionnement m'apporte ? Comment je les intègre dans ma vie relationnelle ?
Sommes-nous dès-lors plus vivant et plus pleinement épanoui(e) ?
A-t-on alors moins peur (d'être blessé, de manquer, d'être trahi ou abandonné, etc.) ?
Comment applique-t-on de manière quotidienne cet amour envers autrui, que fais-ton pour autrui (pas seulement nos proches) ? Comment vit-on cette ouverture vers l'Autre ?

Je pense qu'on est vraiment tous concernés par ces interrogations.
_________________
Nous vivons à une époque où il est possible de démontrer que la mort n'existe pas. Une croyance ? Non juste un fait scientifique.


Répondre en citant
Revenir en haut
Azadkehr
Membre 9 étoiles
Membre 9 étoiles

Hors ligne

Inscrit le: 29 Nov 2013
Messages: 443
Sexe: Masculin
Localisation: Rhône/Alpes
Point(s): 49
Moyenne de points: 0,11

MessagePosté le: 19/11/2014 08:41:08
Surprised Surprised
Oui , merci Supernova, merci Ase .
Avec vos anayses quelques questions me viennent à l'esprit :
-" l'entité"ne demande pas qui elle est .
- "l'entité" met toujours la personne face à elle même , n’affirme rien et pose des questions .
- y-a t-il une analyse ou scrutation de "l'âme" de la personne après chacune des questions ?

- En définitive "l'entité" n'envoie-t-elle pas un message aux bien portants afin de les inciter à se remettre en cause avant d'arriver au moment ultime . Le "revenant" devenant alors un messager ?

_________________
Nous avons perdu cette capacité de voir l'invisible dans le visible .
Memento mori .


Répondre en citant
Revenir en haut
Supernova
Membre 15 étoiles
Membre 15 étoiles

Hors ligne

Inscrit le: 05 Sep 2013
Messages: 929
Sexe: Masculin
Localisation: Parmi les étoiles.
Point(s): 0
Moyenne de points: 0,00

MessagePosté le: 19/11/2014 20:36:16
Salut,

ase a écrit:
Merci Supernova de nous remettre en mémoire ce vieux classique toujours aussi fascinant.

De rien.

Citation:
Dans les NDE's, au-delà de la phase transcendantale on constante que l'être de Lumière les interroge (à la manière socratique dit R. Moody) ce peu importe l'idéologie religieuse et culturelle de la personne) avec les mêmes questions :
« Es-tu préparé à la mort ? », « Qu'as-tu fait pour autrui ? », « Comment as-tu aimer ? », « Qu'as-tu fait de ta vie que tu estimes suffisant ? ».

Tu semble oublier une autre question tout aussi fondamentale :
« As-tu cherché à comprendre ? »
Cette interrogation questionne tout autant que les autres : que devons-nous chercher à comprendre ?
- Comment aimer ?
- L'Après ?
- L'Univers ?
- La Nature ?
- Soi-même ?

Citation:
Il serait intéressant de s'interroger sur le sens de ces questions, dont la portée est clairement universelle.

Je suis entièrement d'accord.

Citation:
On peut percevoir ces interrogations, de notre point de vue, comme des invitations à la réflexion :
Qu'est-ce que ce questionnement m'apporte ?

Une remise en cause de soi-même, très certainement ; et une prise de conscience : chaque acte à sa conséquence, qu'elle soit positive, ou négative.

Citation:
Sommes-nous dès-lors plus vivant et plus pleinement épanoui(e) ?

Je pense que oui.
Du moins, c'est ce que l'on peut apercevoir chez de très nombreuses personnes ayant expérimentés une mort imminente.

Citation:
Je pense qu'on est vraiment tous concernés par ces interrogations.

Absolument.

Azadkehr a écrit:
Oui , merci Supernova (...)

De rien.

Citation:
Avec vos anayses quelques questions me viennent à l'esprit :
-" l'entité"ne demande pas qui elle est .

Peut-être que c'est inutile et que cela n'apportera rien à la personne en revenant ?

Citation:
- En définitive "l'entité" n'envoie-t-elle pas un message aux bien portants afin de les inciter à se remettre en cause avant d'arriver au moment ultime .

Je pense la même chose.

Citation:
Le "revenant" devenant alors un messager ?

Probablement pas : beaucoup de personnes qui ont été confrontées à la mort et ont vécu ces expériences n'en parlent pas tout de suite, ou n'en parleront jamais, à leurs proches par peur du ridicule ou de l'incompréhension.
De ce que j'ai pu lire sur le sujet, les seules missions dont les expériencers pensent avoir est de vivre la Vie pleinement, de contempler et de respecter la Création.
C'est un peu la mission dont nous sommes tous destinés à accomplir.
_________________
« L'Astronomie considérée dans son ensemble, est le plus beau monument de l'esprit humain, le titre le plus noble de son intelligence. » Pierre-Simon de Laplace


Répondre en citant
Revenir en haut
Heaven
Membre 13 étoiles
Membre 13 étoiles

Hors ligne

Inscrit le: 18 Déc 2012
Messages: 720
Sexe: Féminin
Localisation: France
Point(s): 91
Moyenne de points: 0,13

MessagePosté le: 20/11/2014 12:44:41
Il y a aussi des présences lumineuses mais "sans paroles"....
Wink


Répondre en citant
Revenir en haut
ase
Membre 17 étoiles
Membre 17 étoiles

Hors ligne

Inscrit le: 10 Avr 2005
Messages: 3 251
Sexe: Masculin
Point(s): 0
Moyenne de points: 0,00

MessagePosté le: 22/11/2014 09:23:56
Je ne l'ai pas oublié. Mais je l'inscris dans un sens plus général, non dans le champ limité et fragmenté du savoir (de l'accumulation des savoir) mais dans le champ plus profond de la connaissance (étymologiquement "naître avec", c'est-à-dire être un avec). Non pas dans le "quoi" mais dans le "qui" si tu préfères.
"As-tu cherché à comprendre ?" je l'interprète dans le sens de "As-tu à cherché à comprendre autrui ?"
Cette nuance me semble importante car il s'agit de relever l'empathie des êtres relationnels que nous sommes.
Et on en revient ainsi à la question sous-jacente de l'amour : Comment as-tu aimé, dans cette vie-ci ? As-tu fait de ton mieux ?
_________________
Nous vivons à une époque où il est possible de démontrer que la mort n'existe pas. Une croyance ? Non juste un fait scientifique.


Répondre en citant
Revenir en haut
Supernova
Membre 15 étoiles
Membre 15 étoiles

Hors ligne

Inscrit le: 05 Sep 2013
Messages: 929
Sexe: Masculin
Localisation: Parmi les étoiles.
Point(s): 0
Moyenne de points: 0,00

MessagePosté le: 22/11/2014 14:09:04
Salut !

ase a écrit:
Je ne l'ai pas oublié. Mais je l'inscris dans un sens plus général, non dans le champ limité et fragmenté du savoir (de l'accumulation des savoir) mais dans le champ plus profond de la connaissance (étymologiquement "naître avec", c'est-à-dire être un avec). Non pas dans le "quoi" mais dans le "qui" si tu préfères.
"As-tu cherché à comprendre ?" je l'interprète dans le sens de "As-tu à cherché à comprendre autrui ?"
Cette nuance me semble importante car il s'agit de relever l'empathie des êtres relationnels que nous sommes.
Et on en revient ainsi à la question sous-jacente de l'amour : Comment as-tu aimé, dans cette vie-ci ? As-tu fait de ton mieux ?

Merci de ta réponse.

J'ai récemment eu l'occasion de pouvoir voir un témoignage où l'expériencer résidait dans un champ (en apparence) de blé ; il y vit un Être de Lumière et s'entretint avec celui-ci.
Il y eut un scénario typique des expériences de morts imminentes avancées, c'est-à-dire une révision de la vie de la personne, les douleurs ressenties lorsqu'il faisait du mal à autrui, etc.
Mais, dans son expérience, il y avait quelque chose de particulier : il était omniscient.
Il connaissait tout : les Mathématiques, la Physique, l'Astronomie, l'Histoire, etc.

Dans un autre témoignage, la personne eut comme la tête ouverte, et reçut un flux d'eau.
Elle aperçut qu'en réalité, ce flux d'eau était le condensé de toutes ses vies antérieures.
Ce témoignage n'est, cependant, pas aussi interpellant que le précédent, parce qu'une expérience de ce genre a déjà été recensée plusieurs fois.

J'ai également lu une EMI où l'Être de Lumière faisait bien remarquer que, après avoir posé la question : « As-tu cherché à comprendre ? », ce « comprendre » persiste au-delà de la mort.
Ton point de vue est donc cohérent : cela ramène toujours à l'altruisme, l'Amour.
Il semble qu'il n'y ait que cela qui importe, le reste n'étant que l'expérience de la Vie.

Que penses-tu de ces témoignages ?
_________________
« L'Astronomie considérée dans son ensemble, est le plus beau monument de l'esprit humain, le titre le plus noble de son intelligence. » Pierre-Simon de Laplace


Répondre en citant
Revenir en haut
ase
Membre 17 étoiles
Membre 17 étoiles

Hors ligne

Inscrit le: 10 Avr 2005
Messages: 3 251
Sexe: Masculin
Point(s): 0
Moyenne de points: 0,00

MessagePosté le: 22/11/2014 20:59:58
De tous les témoignages que j'ai pu étudier sur les NDE's toutes ces années il ressort la même chose : un accès illimité de la Conscience, une ouverture de la Conscience sur l'évidence du réel. Il s'agit d'une connaissance intuitive du tout, comme si tout en simultané t'était donné.

Je vais me permettre d'aller un peu plus loin pour faire un rapprochement avec d'autres idées que j'ai déjà exposé.

C'est le même accès intuitif sur le fonctionnement de la totalité que la connaissance qu'apporte l'Eveil. Cette clarté d'esprit, tu le vis dans un état d'absence de questions et de tensions. Il s'agit d'une Conscience non-locale et intriquée en dehors du temps linéaire et de son écoulement représentationnel. Mais nous n'avons pas accès ordinairement à cela, car nous sommes plongés constamment dans nos identifications et impressions, ou pour dire les choses avec davantage de clarté, nous sommes prisonniers des mécanismes conditionnés de nos egos.

L'ego c'est quoi ? C'est cette conscience ignorante et fragmentaire qui fonctionne en s'identifiant aux différents phénomènes de l'existence. Dans l'incarnation, c'est-à-dire la manifestation, la Conscience impersonnelle s'identifie en constituant l'ego.
Or ce que montre ces témoignages de l'au-delà, c'est que l'ego en lui-même n'a aucune existence en soi, n'a aucune substance noumènale, il s'agit d'une fiction qu'on se raconte et que l'on partage.

Notre véritable nature, identité, est antérieure à tout concept ("Je suis" étant je le rappelle le concept racine). Pour retrouver l'accès "lumineux de la conscience", il faut par conséquent aller au-delà des concepts. Comme le concept introduit la différentiation, la fragmentation, la catégorisation, c'est de cet esprit dual et dialectique qu'il faut se libérer.
On s'attache à celui-ci car on estime qu'il est le mode normal de fonctionnement et qu'on ne pourra jamais s'en libérer totalement, mais ceci est une idée fallacieuse, comme l'ont montré toutes les expériences de méditation ou autres techniques de pleine conscience.

On voit bien qu'à force de pratique régulière, il vient un moment où on s'abandonne au corps (et non plus aux pensées), à sa respiration, et en prolongeant la pratique survient un abandon des modes ordinaires de la pensée qui s'avèrent incomplètes et sans intérêt sur l'instant. Jaillit une pensée de la non-pensée, libre, sans désirs, une expression de joie tranquille, qui ne stagne sur rien, sans attache, et sans substance. Dans cet état-là le présent est alors vécu non plus comme "le contenu de ce qui s'y déroule" mais comme "l'espace dans lequel cela se déroule" (pour reprendre une très belle définition d'un maître).

Ce qui est alors en cause, ce ne sont pas les efforts à faire pour se maintenir dans un tel état, inutiles par ailleurs, mais plutôt d'observer l'image de soi qu'on cherche à entretenir.

L'image de soi est créée à chaque instant comme une défense à notre propre fin, on a peur de la mort, on a peur d'être jugés, on se protège comme on peut avec les outils dont on dispose, conceptuels, lexicaux, etc. mais il n'y a aucune image de soi à entretenir car entretenir une image de soi coûte de l'énergie, et la légèreté de l'être se passe d'une telle dépense inutile.
De plus, maintenir une image de soi (qui s'adapte à chaque instant et qui persiste dans le temps), revient à figer par la mémoire un flux fragmenté qu'on baptise "conscience personnelle", "je", mais qui comme on l'a expliqué plus haut n'a rien à voir avec qui l'on est réellement.

On peut remarquer, à notre niveau, que ce que l'on conçoit et qu'on entretient (toutes ces peurs, schémas narratifs idéologiques, modes de pensées conditionnés, et identifications) a toujours un temps de retard par rapport à ce que l'on perçoit.
Entre le fait de voir et de dire "j'ai vu" il y a un temps qui s'est écoulé, les deux ne peuvent être simultanés.
Par conséquent, ce que l'on conçoit de nous-mêmes n'est jamais nous-mêmes à l'instant t où cela est perçu.
On a du coup beaucoup de mal à comprendra la nature de la réalité car, de par nos constructions mentales et conceptuelles, on aura toujours un temps de retard par rapport à la perception directe de la réalité.

Cette image de soi n'est qu'une fiction, un intermédiaire entre la réalité perçue et celui qui la perçoit directement.

Par conséquent, il me semble normal que les récits des êtres de lumière ne s'attardent pas dessus. Il s'attardent sur ce qui a réellement de l'importance, ce qui est vital.
_________________
Nous vivons à une époque où il est possible de démontrer que la mort n'existe pas. Une croyance ? Non juste un fait scientifique.


Répondre en citant
Revenir en haut
Supernova
Membre 15 étoiles
Membre 15 étoiles

Hors ligne

Inscrit le: 05 Sep 2013
Messages: 929
Sexe: Masculin
Localisation: Parmi les étoiles.
Point(s): 0
Moyenne de points: 0,00

MessagePosté le: 23/11/2014 00:23:49
Salut,

ase a écrit:
De tous les témoignages que j'ai pu étudier sur les NDE's toutes ces années il ressort la même chose : un accès illimité de la Conscience, une ouverture de la Conscience sur l'évidence du réel. Il s'agit d'une connaissance intuitive du tout, comme si tout en simultané t'était donné.

Tout-à-fait d'accord.

ase a écrit:
Je vais me permettre d'aller un peu plus loin pour faire un rapprochement avec d'autres idées que j'ai déjà exposé.

C'est le même accès intuitif sur le fonctionnement de la totalité que la connaissance qu'apporte l'Eveil. Cette clarté d'esprit, tu le vis dans un état d'absence de questions et de tensions. Il s'agit d'une Conscience non-locale et intriquée en dehors du temps linéaire et de son écoulement représentationnel. Mais nous n'avons pas accès ordinairement à cela, car nous sommes plongés constamment dans nos identifications et impressions, ou pour dire les choses avec davantage de clarté, nous sommes prisonniers des mécanismes conditionnés de nos egos.

L'ego c'est quoi ? C'est cette conscience ignorante et fragmentaire qui fonctionne en s'identifiant aux différents phénomènes de l'existence. Dans l'incarnation, c'est-à-dire la manifestation, la Conscience impersonnelle s'identifie en constituant l'ego.
Or ce que montre ces témoignages de l'au-delà, c'est que l'ego en lui-même n'a aucune existence en soi, n'a aucune substance noumènale, il s'agit d'une fiction qu'on se raconte et que l'on partage.

Notre véritable nature, identité, est antérieure à tout concept ("Je suis" étant je le rappelle le concept racine). Pour retrouver l'accès "lumineux de la conscience", il faut par conséquent aller au-delà des concepts. Comme le concept introduit la différentiation, la fragmentation, la catégorisation, c'est de cet esprit dual et dialectique qu'il faut se libérer.
On s'attache à celui-ci car on estime qu'il est le mode normal de fonctionnement et qu'on ne pourra jamais s'en libérer totalement, mais ceci est une idée fallacieuse, comme l'ont montré toutes les expériences de méditation ou autres techniques de pleine conscience.

On voit bien qu'à force de pratique régulière, il vient un moment où on s'abandonne au corps (et non plus aux pensées), à sa respiration, et en prolongeant la pratique survient un abandon des modes ordinaires de la pensée qui s'avèrent incomplètes et sans intérêt sur l'instant. Jaillit une pensée de la non-pensée, libre, sans désirs, une expression de joie tranquille, qui ne stagne sur rien, sans attache, et sans substance. Dans cet état-là le présent est alors vécu non plus comme "le contenu de ce qui s'y déroule" mais comme "l'espace dans lequel cela se déroule" (pour reprendre une très belle définition d'un maître).

Ce qui est alors en cause, ce ne sont pas les efforts à faire pour se maintenir dans un tel état, inutiles par ailleurs, mais plutôt d'observer l'image de soi qu'on cherche à entretenir.

L'image de soi est créée à chaque instant comme une défense à notre propre fin, on a peur de la mort, on a peur d'être jugés, on se protège comme on peut avec les outils dont on dispose, conceptuels, lexicaux, etc. mais il n'y a aucune image de soi à entretenir car entretenir une image de soi coûte de l'énergie, et la légèreté de l'être se passe d'une telle dépense inutile.
De plus, maintenir une image de soi (qui s'adapte à chaque instant et qui persiste dans le temps), revient à figer par la mémoire un flux fragmenté qu'on baptise "conscience personnelle", "je", mais qui comme on l'a expliqué plus haut n'a rien à voir avec qui l'on est réellement.

On peut remarquer, à notre niveau, que ce que l'on conçoit et qu'on entretient (toutes ces peurs, schémas narratifs idéologiques, modes de pensées conditionnés, et identifications) a toujours un temps de retard par rapport à ce que l'on perçoit.
Entre le fait de voir et de dire "j'ai vu" il y a un temps qui s'est écoulé, les deux ne peuvent être simultanés.
Par conséquent, ce que l'on conçoit de nous-mêmes n'est jamais nous-mêmes à l'instant t où cela est perçu.
On a du coup beaucoup de mal à comprendra la nature de la réalité car, de par nos constructions mentales et conceptuelles, on aura toujours un temps de retard par rapport à la perception directe de la réalité.

Cette image de soi n'est qu'une fiction, un intermédiaire entre la réalité perçue et celui qui la perçoit directement.

Par conséquent, il me semble normal que les récits des êtres de lumière ne s'attardent pas dessus. Ils s'attardent sur ce qui a réellement de l'importance, ce qui est vital.

Ce que tu avances est très intéressant, et passionnant, tu me laisses sans voix. Razz
C'est vraiment plaisant de lire quelqu'un qui sait de quoi il parle.

Désormais, j'ai encore bien plus hâte d'avoir connaissance de ton point de vue sur la mort. ^^

Bonne soirée.
_________________
« L'Astronomie considérée dans son ensemble, est le plus beau monument de l'esprit humain, le titre le plus noble de son intelligence. » Pierre-Simon de Laplace


Répondre en citant
Revenir en haut
ase
Membre 17 étoiles
Membre 17 étoiles

Hors ligne

Inscrit le: 10 Avr 2005
Messages: 3 251
Sexe: Masculin
Point(s): 0
Moyenne de points: 0,00

MessagePosté le: 23/11/2014 01:46:40
Citation:
J'ai encore bien plus hâte d'avoir connaissance de ton point de vue sur la mort


Patience Wink
_________________
Nous vivons à une époque où il est possible de démontrer que la mort n'existe pas. Une croyance ? Non juste un fait scientifique.


Répondre en citant
Revenir en haut
devoretex
Membre 3 étoiles
Membre 3 étoiles

Hors ligne

Inscrit le: 21 Avr 2013
Messages: 109
Sexe: Masculin
Localisation: AVIGNON
Point(s): 0
Moyenne de points: 0,00

MessagePosté le: 23/11/2016 00:13:23
Bonjour

Merci pour tous vos posts que j'ai lu avec très grand intérêt, c'est vraiment passionnant, ce sujet sur les Etres de Lumière;

La littérature (à ma connaissance, petite, toute petite) concernant ces êtres de lumière fait souvent état de relation d'un sujet qui a fait une emi (ou nde) par une mort imminente à l'hôpital ou sur un lieu d'accident ou un coma, mais ils sont présents et peuvent nous aider dans notre vie quotidienne comme nous pouvons aider notre prochain (en vie) qui lui est dans la détresse et qui nous demande de l'aide, en fait ces êtres peuvent apparaître furtivement (comme des anges), certains nous aident, nous accompagnent, je fais souvent appel à mes guides, protecteurs, anges-gardiens, je sais qu'ils sont là, avec moi, me protègent, malgré que je ne les connais pas encore, un jour, peut-être, qui sait ? mais ils sont très efficaces pour faire partir des entités qui s'accrochent à nos basques et nous polluent, ils les décrochent de notre corps, et les accompagnent là où elles doivent aller.
Il faut toujours remercier nos guides, protecteurs, anges-gardiens, car ils sont très efficaces.

Il faudrait regarder aussi du côté d'un chamane, avoir son point de vue, si vous en connaissez un ? lui qui a la faculté de voyager dans des mondes où il devient extra-sensoriel, son avis serait aussi précieux. Je n'en connais pas personnellement malheureusement.

Je sais aussi que certaines personnes ont atteint la capacité (facilité) de faire des voyages astraux provoqués même en plein jour comme s'ils allaient faire une autre chose, c'est banal pour eux, mais dans le but toujours d'aider quelqu'un en grande difficulté (maladie, etc), pas pour s'amuser ni pour voyager gratuitement, et ils peuvent aussi rencontrer des êtres de lumières et dialoguer avec.

Je me demande si l'homme qui est en relation avec ces êtres, rencontre uniquement des êtres de lumière à forme humaine, et pas d' autres formes ( ex: animaux, plantes, etc...) ?? vous avez des réponses ?

On sera un jour nous aussi un être de lumière ? dans la plénitudes, la béatitude, le bonheur, l'AMOUR INCONDITIONNEL ? si on est irréprochable ? après plusieurs réincarnations ? ( questions, questions, questions ...)

En tout cas je vous suis sur ce sujet, ase, heaven, Azadkehr, supernova, etc...
c'est génial ! continuez ! j'ai soif d'apprendre ! merci !

Des vortex

Razz
_________________
Il n'y a pas de début ;pas de fin ;pas de Vérité; tout est dans tout. Le créateur a oublié de sauvegarder...Looooooool


Répondre en citant
Revenir en haut
strato
Membre 17 étoiles
Membre 17 étoiles

Hors ligne

Inscrit le: 10 Fév 2010
Messages: 2 323
Sexe: Masculin
Point(s): 0
Moyenne de points: 0,00

MessagePosté le: 23/11/2016 05:54:39
Le livre du Dr Raymond Moody : La vie après la vie (Life after life)
Comme il le dit lui-même dans un autre livre publié 20 ans plus tard (The Last Laugh) non traduit en français, la présentation et le marketing de son premier livre “La vie après la vie” ont été fait contre sa volonté:

Ce complément obligatoire à la Vie Après la Vie me porte a critiquer les publicité et pensées rajoutées à mes œuvres pendant une période de vingt ans
La réalité est que, pour doper les ventes et pour rechercher le sensationnel, les rédacteurs-éditeur ont tant modifié ce que j'avais écrit que je ne me suis pas reconnu dans ces livres. Les couvertures que les éditeurs ornent de fausses phrases choc comme "la preuve Scientifique de vie après la mort!" Sont un case-tète constant et une source continue d'embarras. Ce battage publicitaire à peut-être fait vendre des livres, mais cela a nuit à la crédibilité du sujet

« This obligatory addendum to Life After Life consists of the thoughts commercial publishers edited out of my works during a twenty-year period. The truth is, in their pursuit of riches and for the sake of sensationalism, publisher-editors hacked so much out of what I wrote that for a long time I haven't recognized myself in those books. The covers that publishers stamp with untruthful exclamations like “Scientific proof of life after death!” are a constant headache and a continuing source of embarrassment. Hype like that sells books, maybe, but it mangles the credibility of the subject. »
_________________
« je hais le mouvement qui déplace les lignes » Maurice Gamelin


Répondre en citant
Revenir en haut
Garf
ADMINISTRATEUR

Hors ligne

Inscrit le: 04 Avr 2005
Messages: 6 567
Sexe: Masculin
Point(s): 49
Moyenne de points: 0,01

MessagePosté le: 23/11/2016 16:49:11
Ce sujet m'est difficile.

J'ai vécu une Nde infernale.

Donc, donc !

A cette époque, (1986, j'ai retrouvé la date ), suicide et pouf !

En ce moment je mesure le chemin parcouru pour aider ceux qui sont passés par là.

Heureusement qu'aujourd’hui le monde est sensibilisé à cela.

J'ai découvert ce groupe il y à peu.

Je connaissais Jean Claude Charbonnier

Je ne et ni vais pas souvent ( je vous l'avoue ) sur ce site que gère mon ami Dominique, connu ici

sous le pseudo de UFO75.

https://www.facebook.com/groups/ExperienceDeMortProvisoire/

C'est un groupe fermé. Il faut simplement demander où bedon toquer à la porte et dire le mot de passe : xxxxxxx http://yelims3.free.fr/Gay/Gay_bienvenue.gif

J'ai un mal fou de parler de cela, ma mère était la seule personne qui à compris et qui m'a permis de m'exprimer.

Encore une fois elle m'as permis d'assumer ce que j'avais vu.... ,

avec du papier et un crayon, et par la suite avec une Underwood 132 colonnes.

Merci de m'avoir lu. Cool
_________________
http://5novembre1990.fr.gd/


Répondre en citant
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
devoretex
Membre 3 étoiles
Membre 3 étoiles

Hors ligne

Inscrit le: 21 Avr 2013
Messages: 109
Sexe: Masculin
Localisation: AVIGNON
Point(s): 0
Moyenne de points: 0,00

MessagePosté le: 03/12/2016 01:40:09
Salut Garf

Merci pour ton témoignage, j'ai déjà entendu parlé des NDE il infernales , souvent suite à un suicide ! ce doit être terrible ! Je suppose que l'on "paye" le fait de vouloir supprimer sa vie qui équivaudrait à refuser le cadeau de la vie, on n'aurait pas le droit, enfin il y a beaucoup de matière à discussions là aussi... as-tu d'autres témoignages de cas comme le tien ?
J'avais lu le livre de R, Moody dont tu parles, en format poche , et à l'époque j'étais vraiment passionné par le sujet, j'avais pas mal lu Elizabeth Kübler-Ross aussi.J'ai déjà vu des émissions avec Charbonnier aussi. Mais j'ai pas facebook...
Dans ta NDE infernale as-tu vu des être de lumière ?...qu'est ce qui t'a fait "revenir" ?, des regrets ?
C'est trés Intéressant, mais je ne connais personne de mon entourage qui a fait ce genre d'expérience...

Des vortex
_________________
Il n'y a pas de début ;pas de fin ;pas de Vérité; tout est dans tout. Le créateur a oublié de sauvegarder...Looooooool


Répondre en citant
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 17/10/2017 03:11:34
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    NousNeSommesPasSeuls Index du Forum -> PARANORMAL -> Spiritualité Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

 
Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template Boogie by Soso
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com