NousNeSommesPasSeuls :: Forum de discussions sur les thèmes de l'ufologie, le paranormal, les sciences, ...
NousNeSommesPasSeuls Index du Forum
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

 
Grippe : groupe sanguin et sureau

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    NousNeSommesPasSeuls Index du Forum -> BIENVENUE -> Coin Café
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Azadkehr
Membre 8 étoiles
Membre 8 étoiles

Hors ligne

Inscrit le: 29 Nov 2013
Messages: 397
Sexe: Masculin
Localisation: Rhône/Alpes

MessagePosté le: 05/12/2013 12:13:03
La Grippe: différences entre les groupes sanguins
(et le merveilleux sureau)


Traduction de l'article de Gregory Kelly paru sur le site du Dr Peter D'Adamo et intitulé The "Flu": Blood type differences and the wonderful elderberry.

Depuis la publication de 4 Groupes Sanguins 4 Régimes, nous avons appris beaucoup au sujet du fruit du sureau. En fait, Peter et moi comptons de plus en plus sur un mélange délicieux de sureau, myrtilles et cerises dans nos cabinets. Alors que la versatilité du sureau et de ces autres baies est incroyable, cet article se limitera à l'usage le plus connu du sureau à savoir comme remède contre la grippe.

De nombreux experts médicaux considèrent le virus de la grippe comme le plus dangereux de la planète. Plusieurs fois dans l'histoire, ce virus a été responsable de la mort de très nombreuses personnes dans une période d'un à deux ans. On peut citer en exemple, la grippe espagnole (type A (H1N1)) de 1918–1919 qui a tué environ 500 000 personnes aux Etats Unis et au moins 20 millions dans le monde. En 1957–58, la grippe asiatique (type A(H2N2)) a tué 70 000 personnes aux Etats Unis et en 1968–69, la grippe de Hong Kong (type A(H3N2) a tué 34 000 personnes dans ce même pays.
Qu'est ce que la grippe?

Arrêtons nous un moment pour nous faire une image plus précise de ce qu'est la grippe. Les mots ne sont pas toujours utilisés à bon escient lorsqu'il s'agit de décrire des affections allant du rhume banal à la véritable grippe. La «grippe intestinale» est un autre terme abusif, souvent utilisé pour décrire une maladie gastro–intestinale (la « grippe intestinale» n'est en général pas du tout causée par un virus mais par d'autres micro organismes). Donc la première chose à comprendre, c'est qu'une «grippe» n'est ni un rhume ni une infection intestinale.

Lorsque des chercheurs ou des médecins parlent de la «grippe», ils sont très spécifiques et se réfèrent à une infection causée par le virus de la grippe. Les épidémies de grippe sont divisées en type A et type B. Les symptômes les plus courants sont fièvre (38–39° chez les adultes), symptômes respiratoires (toux, mal à la gorge, nez qui coule ou bouché), mal de tête, douleurs musculaires et souvent une très grande fatigue. Donc, le second point important est que les médecins et les responsables de la santé publique parlent du virus de la grippe lorsqu'ils évoquent le mot grippe.

La grippe annuelle peut être mortelle (en moyenne aux Etats Unis 20 000 par an meurent de la grippe), surtout pour les personnes âgées, les immuno–compromis ou les personnes qui ont une condition préexistante telle que asthme, diabète ou maladie cardiaque. Même pour ceux d'entre nous qui sommes en général en bonne santé, la «grippe» peut vraiment nous fatiguer pendant plusieurs jours ou mêmes plusieurs semaines.

A l'heure actuelle il y a 3 variantes principales de la grippe en circulation (deux types «A» et une type «B»). Les variantes de type A sont la grippe type A de HongKong (H3N2) et ses variantes (responsable de 400 000 morts aux Etats Unis depuis 1968 et dont 90% étaient des personnes âgées) et ses cousins plus éloignés de la «grippe espagnole», type A(H1N1). Le «H» et le «N» se réfèrent à des protéines virales appelées haemagglutinine (H) et neuraminidase (N). Plus d'informations à ce sujet dans un moment.

Certains experts médicaux et de santé publique pensent qu'une pandémie (épidémie mondiale) est en route et qu'elle devrait tuer de très nombreuses personnes.
Pourquoi la grippe a–t–elle pu tuer un si grand nombre de personnes si rapidement dans le passé?

Je vais simplifier beaucoup, mais suivez–moi tout de même.

Le virus de la grippe peut subir des mutations ou changer avec le temps, lui permettant de vous réinfecter année après année. Habituellement c'est un processus lent et très progressif (les virus à la fois du type A du type B peuvent changer de cette manière). Par exemple, si vous avez été exposé au virus de la grippe de l'année dernière, votre système immunitaire aura gardé en mémoire une manière très spécifique de gérer ce virus. Une nouvelle exposition au même virus ne serait pas un problème. Puisque le virus change un petit peu chaque année, la mémoire immunitaire de l'année dernière vous protégera partiellement mais pas complètement de l'infection de cette année. Comparez ceci au fait de ne pas voir un ami depuis longtemps. Il sera de toute évidence un peu différent et il vous faudra un peu de temps pour le reconnaître et vous souvenir de son nom. Cependant, une fois ce premier moment passé, vous avez une idée claire de la façon de l'aborder. Cependant de temps en temps, le virus de la grippe de type A (le virus type B ne change pas de cette manière) changera beaucoup et de manière abrupte ses protéines haemagglutinine (H) et neuraminidase (N). Ceci résultera en une nouvelle lignée de virus qui n'est pas reconnue comme étant quelque chose que votre système immunitaire a déjà combattu dans le passé. Ce serait comme si une nouvelle personne avait aménagé dans votre ville; vous n'avez aucune information dans votre mémoire pour l'identifier comme votre ami et vous n'avez aucune idée de son nom. Dans les années où le virus de la grippe est devenu une épidémie mondiale et a tué des millions de personnes, le virus a changé de cette manière.
Groupe sanguin et grippe?

Un certain nombre de chercheurs ont investigué le sujet des groupes sanguins et de la grippe. Le volume de recherche est presque suffisant à lui seul pour suggérer de fortes connections avec les groupes sanguins, mais regardons la recherche pour nous en assurer.

Après exposition au virus de la grippe, un processus immunitaire appelé «seroconversion» devrait avoir lieu. Ceci signifie que votre système immunitaire devrait produire des anticorps contre le virus de la grippe. Les chercheurs ont trouvé qu'après circulation des virus de la grippe A (type H1N1 et H3N2) et de la grippe B, la réponse immunitaire (mesuré par une augmentation des anticorps antihaemagglutinines contre le virus) est différente pour les différents groupes sanguins.

Voici des observations sur les réponses immunitaires:

Groupe sanguin A: de manière générale il a une grande faculté pour générer une réponse immunitaire rapide et substantielle contre la grippe de type A(H1N1) et particulièrement A(H3N2). Leur capacité à produire des anticorps contre la grippe B n'est pas aussi performante.
Groupe sanguin AB: relativement faible capacité à générer des niveaux d'anticorps élevés quelque soit le type de virus.
Groupe sanguin B: capacité raisonnable mais tout de même pas fameuse à générer des anticorps contre la grippe A(H1N1). A la capacité la plus lente et la plus faible de tous les groupes sanguins à générer des anticorps contre la grippe A(H3N2). Contre le virus B, ce groupe sanguin a un avantage significatif et réponds différemment des autres groupes A ou O. La réponse immunitaire du groupe sanguin B se fait plus rapidement et persiste plus longtemps.
Groupe sanguin O: capacité relativement décente à générer des anticorps contre les grippes A(H1N1) et A(H3N2). La production d'anticorps contre la grippe B n'est pas aussi forte que pour le groupe sanguin B.

Certains chercheurs ont émis l'hypothèse qu'une explication à l'émergence de nouvelles lignées de grippe en Asie entraînant des épidémies, était lié au groupe sanguin (et à la proportion relativement grande de groupe sanguin B en Asie). Il semble que le groupe sanguin B ait une prédisposition génétique à une persistance latente (chronique)envers la grippe A (surtout A(H3N2), les variantes de «Hong Kong»). Souvent, l'antigène du virus de la grippe peut encore être trouvé dans des individus sains de groupe B jusqu'à 5 mois après une grippe. Ceci signifie que bien qu'ils n'aient pas de symptômes, ils fournissent au virus un «havre de sécurité».

Avec ces différences dans les réponses immunitaires, on pourrait s'attendre à voir des différences de susceptibilités et de sévérité envers l'infection de la grippe, pour les différents groupes sanguins. En effet c'est le cas. Ce que nous trouvons c'est que la susceptibilité envers la grippe change selon le groupe sanguin et les propriétés des lignées de virus qui circulent.

En prenant en compte la grippe A dans son ensemble, on peut avancer les généralités suivantes. Les personnes de groupe sanguin B (et AB) seront plus susceptibles à l'infection pendant les périodes où apparaissent de nouvelles variantes du virus. C'est en fait une mauvaise nouvelle pour les B et AB, puisque c'est ce type de changement apporté au virus de la grippe A qui engendre les épidémies mondiales de grippe. Les personnes de groupe O ont tendance à être susceptible d'attraper la grippe pendant les périodes de circulation des lignées virulentes (ainsi les années où la grippe rend les personnes vraiment malades, le groupe O sera particulièrement atteint). Le groupe A a de la chance concernant la grippe A; ils sont généralement sensibles aux lignées moins virulentes de la grippe A.

Dans l'ensemble, la grippe est probablement plus un problème pour le groupe AB. En général ils sont plus sensibles aux grippes A et B que les autres groupes sanguins. Ils sont affectés par ces virus plus tôt et plus sévèrement que les personnes avec autres groupes sanguins (et ils doivent être encore plus vigilants devant un changement abrupte du virus A. Le groupe sanguin B sera plus sévèrement affecté lorsque la grippe A(H3N2) sera en circulation (la grippe de Hong Kong et ses variantes); il a relativement peu de difficultés avec la grippe B et doit faire très attention lors de changements abruptes des lignées de grippe A. Le groupe sanguin O attrape moins la grippe A(H1N1) et plus de A(H3N2. Le groupe A offre indirectement une relative protection contre les deux lignées de la grippe A.
Est–ce que le vaccin de la grippe me protégera?

Le vaccin de la grippe protège–t–il différemment les 4 groupes sanguins? La recherche montre que tous les groupes sanguins auront des fréquences de séroconversion similaires, à la fois au vaccin vivant atténué et au vaccin inactivé après l'administration de DEUX doses. Mais après seulement UNE dose du vaccin vivant, le groupe sanguin A est beaucoup plus susceptible de séroconvertir. La leçon que l'on doit apprendre ici est que les groupes sanguins B, AB et O devraient vraiment obtenir deux doses du vaccin vivant pour les meilleurs résultats (la plupart des A peuvent probablement se contenter d'une seule dose). Avec le vaccin inactivé, le groupe O produit la plus forte réponse d'anticorps anti–hemagglutinine. On peut cependant dire que deux doses placent les différents groupes sanguins à égalité.

En plus de l'information sur les groupes sanguins, souvenez–vous de ce qui suit. Le vaccin de la grippe pour «cette année» est fait avec les virus les plus répandus qui étaient en circulation l'année dernière. Donc, la plupart des années, lorsque le virus ne change qu'un tout petit peu par rapport à celui l'année précédente, le vaccin offrira un peu de protection.

Note: Il y a de nombreuses personnes cependant qui bénéficient du vaccin de la grippe: les personnes âgées, les personnes chroniquement malades et les individus dont l'immunité est compromise. Pour plus d'information sur les personnes qui devraient se faire vacciner il est conseillé de contacter votre médecin ou un centre de santé publique.

En fin de compte, l'efficacité du vaccin de la grippe dépendra toujours de la ressemblance entre le vaccin et les lignées effectivement en circulation. Donc, si le virus change beaucoup par rapport à celui de «l'année dernière» (comme cela s'est fait les années de pandémie), le vaccin contre la grippe aura peu voir pas d'effet parce qu'en fait il ne vous donne personne qui connaît ce «nouvel individu qui vient d'arriver dans votre ville». La clé à connaître pour le vaccin de la grippe est qu'il offre une protection la plupart du temps mais probablement pas les années de grippe pandémique.
Médicaments antiviraux et grippe

Deux médicaments anti–viraux en particulier interfèrent avec le cycle de réplication des virus de type A (ils ne sont pas efficaces contre la grippe de type B). Ils offrent tous deux une protection préventive raisonnable contre l'infection s'ils sont pris chaque jour pendant la saison de la grippe; cependant, le coût, la régularité de la prise et les effets secondaires limitent ce type de traitement pour la majorité des personnes.

Ils sont aussi efficaces pour le traitement de la grippe: ils peuvent en réduire la sévérité et diminuer la durée de la grippe A s'ils sont donnés dans les 48 heures. Un énorme désavantage de ces anti–viraux est qu'ils engendrent des virus A résistants à ces médicaments,lorsqu'ils sont utilisés comme traitement (une très mauvaise stratégie à long terme ayant pour conséquence une possible inefficacité de ces médicaments dans les cas où ils pourraient être vraiment nécessaires comme lors d'une grippe sévère et dangereuse pour la santé).
Autres anti–grippaux: les Inhibiteurs de la neuraminidase

Il existe une autre classe de médicaments qui sont des inhibiteurs sélectifs de neuraminidase virale. Il existe un certain médicament qui prévient l'infection par le virus de la grippe. Non seulement cela mais il réduit aussi la durée et l'intensité des symptômes typiques s'il est donné dans les 30 premières heures d'une infection grippale. Prenons un moment pour discuter des hémagglutinines et de la neuraminidase dans le contexte de la grippe (rappelez–vous ce sont les H et N dans le A(H1N1) et A(H3N2).

Le virus de la grippe forme des hémagglutinines (ce sont essentiellement des pointes de protéines) qui libèrent une enzyme appelée neuraminidase afin de s'étendre vers de nouvelles cellules pour propager l'infection. D'un point de vue biochimique, la neuraminidase est une enzyme qui sépare les résidus de l'acide terminal sialique des glycoconjugués (est–ce que le terme « glycoconjugué » vous rappelle quelque chose ? Il le devrait parce que les antigènes sur vos cellules, comme votre marqueur ABO, sont des glycoconjugués). En séparant l'acide sialique, le virus peut s'échapper des cellules infectées, s'étendre aux autres cellules et faire en sorte que les mucosités que vous produisez en réponse à une infection soient moins efficaces (oui, le nez qui coule et les mucosités que vous produisez en réponse à un rhume ou à une grippe font en fait partie de la stratégie de défense de votre corps).

On a supposé que la capacité à inhiber la neuraminidase serait un mode d'intervention médical utile pour traiter (et peut–être prévenir) la grippe. D'après les études sur ce médicament cette supposition semble vraie. Le plus grand désavantage avec ce médicament est qu'il n'est pas bien absorbé par voie orale et doit donc être donné par inhalation. Son utilisation peut aussi être limité par son coût. Jusqu'à présent les chercheurs disent que la résistance du virus au médicament n'a été que rarement observée (mais demeure une préoccupation).

Le sureau et la grippe

Quelle est la place du sureau dans cette description de la grippe? J'ai mentionné qu'il a été utilisé traditionnellement, mais est–ce qu'il marche? Dans des expériences, le sureau a en effet inhibé la réplication de toutes les lignées du virus de la grippe humaine (A et B) testées.


Dans une étude contrôlée avec placebo et faite en double aveugle (le nec plus ultra pour les scientifiques si l'on peut dire)un extrait de sureau s'est montré efficace pour traiter la grippe B. Cette étude a montré que les personnes utilisant l'extrait de sureau se remettaient beaucoup plus rapidement (plus de 70% allaient mieux après 2 jours et plus de 90% étaient complètement guéris après 3 jours). Par contraste, les personnes ayant pris le placebo avaient souvent besoin de 6 jours pour se sentir bien.

Pourquoi le sureau marche–t–il? Les chercheurs ont trouvé 2 raisons. D'abord les personnes prenant le sureau produisaient des titres d'anti–haemagglutination plus élevés envers la grippe B ( ceci signifie que leur système immunitaire avait une meilleure performance et que maintenant ils ont un niveau plus élevé de reconnaissance dans le cas où la grippe reviendrait). Et ensuite, le sureau inhibe la neuraminidase (oui il s'agit de la même neuraminidase pour laquelle les scientifiques dépensent des millions de dollars pour fabriquer des médicaments contre cette substance). (Note de l'éditeur: ce médicament mentionné plus haut a le même effet de bloquage de la neuraminidase que le sureau, mais il ne semble pas avoir l'effet bénéfique du sureau sur le système immunitaire).

Une question importante qui n'a pas reçu de réponse est la suivante: est–ce que le sureau marchera aussi bien contre les lignées de la grippe A? Je n'ai pas encore de réponse définitive pour vous, mais si on se base sur son mode d'action, son activité in vitro et mes observations cliniques, la réponse est probablement oui. Nos patients qui prennent le mélange concentré de sureau, myrtilles, cerise et framboise, semblent avoir navigué aisément à travers cette dernière saison grippale. Je voudrais vous laisser avec un conseil. Si vous utilisez le sureau quotidiennement en prendre plus n'est pas la solution. De fortes doses peuvent vous donner la nausée. Si vous essayez d'éviter la grippe, une petite quantité peut vous aider. Je recommande le sureau surtout pour les B et AB à cause de leur susceptibilité générale envers le virus. Nous recommandons de prendre 2 cuillères à soupe 3–4 fois par jour pour les adultes et pour les enfants les quantités dépendront de leur poids.

Mon dernier conseil: à la prochaine saison grippale pensez au sureau.


Quelques références

Naikhin AN, Katorgina LG, Tsaritsyna IM, et al. Indicators of collective immunity to influenza depending on the blood group and sex of the population. Vopr Virusol 1989 Jul–Aug;34(4):419–23 [Article in Russian]
Aho K, Pyhala R, Visakorpi R. ABO associated genetic determinant in H1N1 influenza. Tissue Antigens 1980 Oct;16(4):310–3 Lebiush M, Rannon L, Kark JD. The relationship between epidemic influenza (A(H1N1) and ABO blood group. J Hyg (Lond) 1981 Aug;87(1):139–46
Sominina AA, Tsubalova LM, Karpova LS, et al. Genetic predisposition to latent influenza A virus in children with blood type B(III) as a possible cause of new epidemiologic strains in the countries of South–Eastern Asia. Vestn Ross Akad Med Nauk 1994;(9):21–4 [Article in Russian]
Fedorova GI, Slepushkin AN, Popova NS, et al. Correlations of the antigenic specificity of human blood with the levels of antihemagglutinins to influenza viruses. Vopr Virusol 1983 Jan–Feb;28(1):54–7 [Article in Russian]
Mackenzie JS, Fimmel PJ. The effect of ABO blood groups on the incidence of epidemic influenza and on the response to live attenuated and detergent split influenza virus vaccines. J Hyg (Lond) 1978 Feb;80(1):21–30
Mackenzie JS, Wetherall JD, Fimmel PJ, et al. Host factors and susceptibility to influenza A infection: the effect of ABO blood groups and HL–A antigens. Dev Biol Stand 1977 Jun 1–3;39:355–62
Frolov VK, Sokhin AA, Sotnik AY, et al. Polymorphism of human blood groups and incidence of influenza A/Hong Kong (H3N2). Acta Virol 1975 Sep;19(5):406–12
Karpova LS, Popova TL, Oleinikova EV, et al. Significance of persons with different blood groups in the influenza type A epidemic process. Zh Mikrobiol Epidemiol Immunobiol 1982;(11):86–91 [Article in Russian]
Waghorn SL, Goa KL. Zanamivir. Drugs 1998;55:721–25
Zakay–Jones Z, Varsano N, Zlotnik M, et al. Inhibition of several strains of influenza virus in vitro and reduction of symptoms by an elderberry extract (Sambucus nigra L.) during an outbreak of influenza B Panama


Par Gregory Kelly

Traduction Karen Vago

AUTRE ARTICLE SCIENTIFIQUE :

J Altern Complement Med. 1995 Winter; 1 (4) :361-9.
L'inhibition de plusieurs souches de virus de la grippe in vitro et la réduction des symptômes par un extrait de sureau (Sambucus nigra L.) lors d'une épidémie de grippe B Panama.
Zakay-Rones Z , Varsano N , M Zlotnik , Manor O , L Regev , Schlesinger M , M Mumcuoglu .
Source

Département de Virologie, Faculté de Médecine de l'Université hébraïque-Hadassah, Jérusalem, Israël.
Résumé

Un extrait de sureau normalisée, Sambucol (SAM), hémagglutination réduite et la réplication inhibé de virus de la grippe humaine de type A / Shandong 9/93 (H3N2), A / Beijing 32/92 (H3N2), A / Texas 36/91 (H1N1), A / Singapour 6/86 (H1N1), de type B / Panama 45/90, B / Yamagata 16/88, B / Ann Arbor 1/86, et de souches d'animaux de l'espèce porcine en Europe du Nord et les dindes, A / Sw / Ger 2 / 81, A / Tur / Ger 3/91, et A / Sw / Allemagne 8533/91 dans des cellules de rein de chien Madin-Darby. Un contrôlée par placebo, à double insu a été menée sur un groupe de personnes vivant dans une communauté agricole (kibboutz) lors d'une épidémie de grippe B / Panama en 1993. La fièvre, le sentiment d'amélioration, et la guérison complète ont été enregistrées pendant 6 jours. Les sérums obtenus au cours des phases aiguë et de convalescence ont été testés pour la présence d'anticorps dirigés contre la grippe A, B, virus respiratoire syncytial, et les adénovirus. Sérologie de la phase de convalescence ont montré moyenne plus élevée et la moyenne géométrique de l'inhibition de l'hémagglutination (HI) pour les titres d'influenza de type B dans le groupe traité avec le SAM que dans le groupe témoin. Une amélioration significative des symptômes, y compris la fièvre, a été observée dans 93,3% des cas dans le groupe SAM-traités dans les 2 jours, alors que dans le groupe témoin à 91,7% des patients ont montré une amélioration dans les 6 jours (p <0,001). Une guérison complète a été obtenue en 2 à 3 jours, à près de 90% du groupe traité par SAM et l'intérieur d'au moins 6 jours dans le groupe placebo (p <0,001). Aucun médicament satisfaisante pour traiter l'influenza de type A et B est disponible. Compte tenu de l'efficacité de l'extrait in vitro sur toutes les souches de virus de la grippe testé, les résultats cliniques, son faible coût, et l'absence d'effets secondaires, cette préparation peut offrir une possibilité de traitement sûr pour la grippe A et B.

PMID:
9395631
[PubMed - indexé pour MEDLINE]
_________________
Nous avons perdu cette capacité de voir l'invisible dans le visible .
Memento mori .
Répondre en citant
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 05/12/2013 12:13:03
PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    NousNeSommesPasSeuls Index du Forum -> BIENVENUE -> Coin Café Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

 
Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template Boogie by Soso
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com