NousNeSommesPasSeuls :: Forum de discussions sur les thèmes de l'ufologie, le paranormal, les sciences, ...
NousNeSommesPasSeuls Index du Forum
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

 
Vers un Monde en collision

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    NousNeSommesPasSeuls Index du Forum -> BIENVENUE -> Coin Café -> Archives (2005-2013)
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
glevesque
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 07 Avr 2005
Messages: 4 445
Sexe: Masculin
Localisation: Longueuil
Point(s): 7
Moyenne de points: 0,00

MessagePosté le: 07/02/2012 19:49:29
Salut

La manipulation et la déréglementation des marchés financiers ont favorisé des comportements abusifs et cupides de par le monde, trahissant ainsi la devise qui était axée sur un partage plus équitable des richesses et des ressources de la planète pour ne profiter en réalité qu’à quelques-uns. L’âme du néolibéralisme, ce laisser-faire s’en balise d’encadrements sur des comportements irresponsables, et donc criminelle, qui ne vise que compétition, individualisation et hypocrisie, a dévoilé à la face du monde la nature véritable des plus cupides d’entre nous. Les répercussions sont très graves, car ici il s’agit de la destinée à moyen terme de l’humanité tout entière, qui est présentement rendue à une étape de son évolution très importante. Il s’agit de la globalisation ou de la planétarisation de la civilisation humaine sur le globe qui la vue naître. La terre étant délimitée en ressource et en richesse de par sa taille, et n’étant pas éternelle. L’homme prend désormais conscience, qu’il faudra agir autrement si nous voulons passer à travers cette étape de l’évolution sans s’autodétruire. Rendue à ce stade de l’évolution de la civilisation humaine, il faut désormais favoriser des valeurs et des sentiments de responsabilisation différents, car nos valeurs deviennent dès à présent un facteur déterminant pour l’avenir de l’humanité. Une collision des valeurs pointe déjà à l’horizon, faisant ressortir des sentiments de responsabilisation individuelle sur le devenir de tous et chacun, et seules des valeurs plus spirituelles nous permettront de franchir cette étape avec douceur et selon l’expression de la volonté des masses. 
 
Les défaillances des marchés financiers (crise de 2008) ont été épongées et transportées à la basse pour êtres absorbés par le tissu social, qui depuis s’amenuise de plus en plus en affaiblissant nos sociétés de l’intérieur. 
Le printemps arable doit, et devra désormais se transporter au niveau des réformes des marchés financiers, dans le but de décentraliser le pouvoir économique vers les gens et le peuple, et non plus vers de petits groupes d’intérêts qui se croient parmi les plus privilégiés. Car le tissu social ne pourra plus désormais se permettre d’éponger de t’elle comportement abusif, et la prochaine crise majeure sera terrible pouvant devenir le facteur déclenchant qui sera hors de notre contrôle. Il est donc temps d’agir en toute responsabilité envers nos propres décisions concernant le tissu des valeurs humaines. Il est temps de réformer une fois pour tous les comportements abusifs des marchés financiers, il en va de la survie de l’espèce humaine et de sa civilisation. 
Voici une alternative de développement durable, mon Utopie !

Vers un monde idéal, c'est un monde fait de partage, de fraternité, de bonté et d'entraide. Un monde ou la compétition est remplacés par le respect et la compréhension de l'autre. Là, où la nature et l'homme vivent en étroite relation et en étroite harmonie l'un face à l'autre. Un monde où tous son libres de vivre selon leurs propres capacités physiques ou intellectuelles, ou la solidarité familiale et sociale sont de vigueurs, fait de justice pour tous et pour le respect de tous. Un monde sans frontière et sans misère, où tous partagent le fruit de leurs efforts.
 
Un monde ou l'éducation et l'épanouissement personnel sont un droit acquis pour tous, tout comme la santé. Dans ce monde, il n’y a pas de structure politicienne pour la gouvernance, mais plutôt des structures de conseil populaire et de citoyens, ou tous ont le droit de parole et d'écoute. Un monde rempli de sentiment de responsabilité envers soi-même, les autres et la nature. Un monde où tout est fait pour aider ceux qui sont dans le besoin, un monde dont l'esprit de charité et de partage n'est plus à redéfinir.
 
Dans ce monde il y a campagnes à perte de vue, et tous sont remplient de toutes les beautés les plus merveilleuses les unes que les autres, et ceci, à travers le monde entier et selon la grâce de Dieu et celle des hommes. Des campagnes remplies de douceurs et d'harmonie, là où il fait bon vivre en paix et en toute justice. Aucune méga construction, ou intrusion quelconque sur l'équilibre si fragile de l'environnement et de la nature. Aucune règle ou lois qui favorisent les privilèges, prestiges ou incitatif fait aux dépens des autres ou visant leur exploitation. Dans ces campagnes, tous sont autonomes sur le plan énergétique, avec panneaux solaires et éoliens de douze kilowatts par maison. Et sur le plan de la survie tout est gratuit, et rien n’est incité à être centralisé pour créer des formes de dépendances artificielles et abusives sur le plan économique ou des échanges commerciaux. L'éducation se fait à même la vie et le travail de tous les jours et chaque profession se pratiquent de manière pleine et entière et selon le désir de tous et chacun. L'épanouissement personnel est libre d'accès à tous et pour tous. Dans ces campagnes, tous participent aux bien-êtres de la collectivité, et cela est également extrapolé sur la terre tout entière et entre toutes les différentes communautés de cultures et de nationalités différentes.
 
La liberté et le respect de vivre sont de mise, comprise et exprimée de tous et laissée à leurs propres sentiments de responsabilisation de tous et chacun, et selon les forces et faiblesses de tous et chacun. Des campagnes, où valeur et dignité humaine vont de pair avec technologie et progrès de l'homme, où la santé et la détresse sont combattues avec toute la tendresse et la sagesse de l'homme sur le plan spirituel. Des campagnes, où les oiseaux chantent et gazouillent là où ils le veulent, et où les regards qui se croisent là où ils sont portent des sourires de joie et de gaieté à profusion.
 
Et bien, ses campagnes sont en réalités nos propres campagnes et contrées, mais qui sont en devenir seulement, et seulement si nos rêves et nos désirent nous permettent de les construire ou de les modifier !
 
Il devrait pourtant exister une base dans nos sociétés actuelles, pour ceux qui ne désirent point vivre par la compétition et l'individualisme, ou qu'ils ne peuvent pas tout simplement pour différentes raisons de santé ou autres. Pourquoi cette base d'amour et de sagesse sur la vie et le partage de celle-ci n'existent pas encore ! Une base sans conditionnement préalable, ne présentant pas d’aspect normatif de tout genre ne visant l'identification de la différence de l'autre et des autres ! Une basse faite entièrement de tendresse et de fraternité, où même l'environnement semblerait nous parler et nous respecter. Une basse, oui, une basse sociologique et économique pour tous ceux que la vie appelle à vivre en toute sagesse et en toute bonté. Une base ou l'espoir de vivre est de norme et n'est pas mis au rancart. Une base ou les lois de l'homme seraient en fin d'expression beaucoup plus humaine tout simplement, et ceci, pour tous les jours qui passeraient ou qui seraient à venir.
 
Et bien, si tout cela n’existe pas encore dans nos sociétés, c'est parce que dans nos sociétés actuelles, tous doivent dépendre des uns des autres. Un monde rempli de folie, où tous doivent tout simplement s'exploiter et s’ignorer mutuellement. Car seules l'économie et la rentabilité sont de règle et règne en maître absolu, pour la seule volonté de quelques-uns parmi les privilégiés des privilégiés de la planète ! La centralisation à outrance s'accapare de la dignité familiale et de son temps d'expression plus humaniste envers parents, enfant et ami(e)s. Le tous visant toujours le plus gros morceau, et le plus gros morceau fini toujours par s'en aller voir ailleurs, là où le profit est bon et plus attrayant. Et nous revoilà encore une fois laissés à nous-mêmes, mais cette fois-ci, nous n’aurions et n'avons plus les moyens de faire autrement ou de nous redresser, car cette fois-ci nous sommes bel et bien appauvris de cette sagesse de vie, que nous avons oubliés depuis tant d'années et de siècles. Nos régions sont désormais vides en ressources et en contenu de développement durable.
 
Dans ce monde, il y a ceux qui désirent partager et ceux qui veulent tout s'accaparer aux dépend des autres et de la nature même. C'est le cycle de vie qui est reliée à l'économie de dominance, et qui transite à travers l'homme et sa patrie qui est parmi les autres patries, qu’il désire tenir à l’écart, pour son propre bonheur irréfléchi et incohérent pour le bien de tous et chacun.
 
Tout le monde l'est à quelque part, désireux de construire et de vive ce rêve utopique, mais tout ceci est caché au plus profond de leurs et de nos cœurs. Ce si beau rêve, il est en nous et fait partie de nous, de vous et de tous. Il y a juste un petit quelque chose qui nous et qui vous empêchent de vouloir le vivre et de le réaliser, et de l'exprimer davantage tout autour de nous et tout autour de vous et de tous. Ce petit quelque chose se nomme orgueil et vanité, qui tisse un petit voile qui enveloppe et englobe juste un petit peut notre cœur et le désir d'exprimer notre réelle volonté de vivre en toute sagesse par mis tout et parmi vous.
 
Car en fait, tout cela n'est qu'une question de douceurs et de désir de vivre en toute volonté de partage, de solidarité et d'entraide fraternelle. Mais tant que l'instinct de l'homme tissera ses petites toiles qui assombrissent les parcelles de bonheur de son cœur. Et bien, il ne pourra pas en être autrement dans notre réalité de tous les jours. Alors, les ami(e)s rêvons un peu, car si nous rêvons alors demain sera beau et bien construit et fait de ses petites parcelles de bonheur, que le voile du cœur à la longue ne pourra tout simplement plus contenir en son propre saint. Et un jour, oui un de ses beaux jours, la lueur de ce monde imaginaire en devenir, qui pointe déjà si faiblement à l'horizon, devinera une réalité. Et cette réalité il nous appartient et vous appartient de la bâtir dès aujourd’hui.
 
Toute société à saveur démocratique, devrait avoir dans ses propres lois une base pour la sécurité sociale pour tous, mais une base qui respecte l'être et qui le met en valeur en toute dignité et en tout respect les uns avec les autres. Comment cela pourrait-il être possible, comment cela pourrait-il se construire sans bafouer la liberté de tous, et finalement comment cela pourrait-il être réel et rentable, et ceci, malgré toutes nos différences sur le plan culturel, social et économique ?
 
Et bien, en faisant tous pour cela se réalisent tout simplement !
 
Une nation, quelquelle soit et quel que soit ses politiques sociaux et économiques sur le plan intérieur, se doit tout simplement de bien traiter les plus démunis et les moins avantagés par la vie, et ceci, doit être fait par ceux mêmes qui détiennent et possèdent le pouvoir décisionnel et politique d'un État, d'un peuple et d'une nation. Les leviers de la spiritualité sociale leur appartiennent en apparence, et se sont leurs décisions qui peut permettent que ce levier devienne une réalité à part entière, et non plus faisant partie d'un rêve, d'une Utopie ou d'un idéalisme.
 
Une base sociale se compose de plusieurs choses, dont l'une des plus importantes est la participation active à la vie sociale de tous les jours, et à la solidarité de la communauté. Le partage dans les fruits de l'entraide et la bonté de donner en toute coopération, le fruit d'un travail à base solidaire de fraternité et de compassion entre nous, entre vous et entre tous. Là, où nul n'est oublié et laissé pour compte face à lui-même et à l'ennui, ou encore à la solitude. Solitude oubliée, qui laissent des traces à la longue, et qui par manque de valorisation sociale qui sollicite parfois à faire ressortir des vices cachés ou des méfaits contre autrui ? Et ceci, simplement conditionner par une forme de découragement à long terme, et qui fait perde espoir à tous ceux qui son laissé comme ça dans l'oubli, et rien d'autre pourtant n'est fait pour donner appuis, encadrement et réconfort. Car de nos jours on exploite même la détresse humaine, et ceci est une grande honte.
 
Pour ce faire, il faut décentraliser la production dans toutes les régions et qui est d'ordre essentiel pour une base de survie et de vie sociale faite de solidarité, de compassion et de coopération entre les individus, mais également entre les régions entre elles. C'est-à-dire, produire le plus possible et à très faible coût, production de forme artisanale non soumise aux règles inflationnistes des marchés internationaux ou locaux. Une base servant de pilier d'appuis et de départ pour tous ceux qui en non de besoins.
 
Nous pourrions regrouper par exemple, toutes ses nouvelles façons de faire dans de nouvelles politiques qui seraient axées sur le développement régional et visant également une coopération interrégionale. Ceci ne pourra se faire qu'en partenariat avec les entreprises, les institutions d’enseignements, les chômeurs, les personnes de l’Aide sociale, les étudiants, les personnes âgées, les organismes communautaires, les entreprises d’économies sociales, les municipalités ainsi que bien d’autres intervenants. Nous pourrions ainsi développer des coopérations en matière de récupération et recyclage des déchets, de la production de biens et services, des ateliers de réparations, du travail artisanal, des loisirs, du tourisme, de la formation, de l’aménagement municipal et régional, de l’habitation sociale à coût raisonnable, d’un service de garderie totalement gratuite pour les plus démunis, de véritables soins à domicile, d’agriculture régionale avec leur propre centre de distribution, de pisciculture, d’aquaculture, etc. Les personnes âgées pourraient ainsi aider nos jeunes avec le transfert de leur connaissance et de leur expérience de travail. Redonnant ainsi aux personnes âgées la véritable place qu’ils leurs reviennent de plein droit dans nos sociétés. Tous les produits et services seraient offerts à des coûts très avantageux, pour tous les participants et aux personnes les plus démunies en général.
 
Cette nouvelle façon de faire pourrait garantir un revenu minimum raisonnable et garanti pour tous et n’ayant aucun rapport avec le revenu actuel des assistances sociales. Ce qui favoriserait l’amélioration des conditions de vie sociale, culturelle et matérielle pour tous les participants, leur redonnant du même coût une certaine forme de dignité et d'espoir, que le système leur enlève actuellement. Cette réforme des politiques régionales, ne favoriserait pas l’entretien de faux préjugés, comme c’est le cas actuellement. Une telle politique de réforme régionale favoriserait également un plus grand esprit d’entraide, de solidarité et de partage envers la population des régions. Elle favoriserait également une forme d’autofinancement des projets et entre les individus, face aux pouvoirs de plus en plus centralisateurs des états. L’apprentissage de nouvelles connaissances et de tout autres mesures servant à l'amélioration constante des conditions de vie sociales, culturelles et matérielles des participants seraient de vigueur. La participation serait établie sur une basse volontaire en respectant véritablement les valeurs et les capacités de chacun des individus. Des environnements de travail n’ayant aucune notion de compétition face aux individus et aucune notion de rentabilité face aux structures économique de l’État, favorisant ainsi des environnements de travail sans stress. Chaque communauté régionale pourrait ainsi développer leur propre stratégie de développement et de coopération interrégionale. Pour la première fois, depuis bien longtemps, nous pourrions enfin tous affirmer que nos instances gouvernementales ont vraiment à cœur la lutte contre la pauvreté, axée sur de véritables valeurs de partage sur le plan moral et humain.
 
Ce scénario très optimiste et utopique qui est porté sur le développement régional coopératif, et qui n’est qu’un exemple parmi tant d’autres, n’est pas compatible avec la mentalité du capitalisme sauvage de nos différentes sociétés actuelles, et qui sont surtout orientés vers le profit et la rentabilité à outrance, et le tout évoluant dans des milieux très compétitifs et normatifs. Elles favorisent en fait, un monde individualiste axé sur des valeurs de consommation purement matérielle, divisant ainsi les intérêts de la population et leur regroupement en général. Pour se réaliser, les États devront donc avoir en leur possession tous les outils et tout le pouvoir requis, afin de ne pas être absorbés ou écartés des marchés économiques internationaux, et c’est ce que vise exactement la mondialisation des marchés actuellement.
 
Voilà, c'était mon Utopie d'une réforme sociale qui était axée sur le développement régional décentralisé et coopératif, mon rêve d'un monde idéaliser à outrance pour le bien de tous et chacun.
_________________
Croire c'est bien, mais comprendre c'est mieux.
Les panoramiques martiens
Évolution de la Conscience Spirituelle
INDEX DES VIDÉOS


Répondre en citant
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: 07/02/2012 19:49:29
PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    NousNeSommesPasSeuls Index du Forum -> BIENVENUE -> Coin Café -> Archives (2005-2013) Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

 
Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template Boogie by Soso
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com