NousNeSommesPasSeuls :: Forum de discussions sur les thèmes de l'ufologie, le paranormal, les sciences, ...
NousNeSommesPasSeuls Forum Index
 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

 
Changements climatiques abrupts: le rôle du cycle de l'eau

 
Post new topic   Reply to topic    NousNeSommesPasSeuls Forum Index -> BIENVENUE -> Actualité mondiale et découvertes -> Sciences -> Actualité
Previous topic :: Next topic  
Author Message
Jackie
Membre 18 étoiles
Membre 18 étoiles

Offline

Joined: 05 Jun 2005
Posts: 5,408
Sexe: Masculin
Localisation: Talange, Moselle, France
Point(s): 0
Moyenne de points: 0.00

PostPosted: 08/07/2005 09:56:53
Quote:
Changements climatiques abrupts: le rôle du cycle de l'eau
Posté par Adrien le Vendredi 8 Juillet 2005

Le climat de la dernière période glaciaire a été ponctué d'une série de changements climatiques se produisant en quelques dizaines d'années avec des "coups de froid" et "coups de chaud" jusque là estimés à cinq degrés environ. De nouvelles analyses ont été conduites sur les glaces du Groenland par les chercheurs du Laboratoire des sciences du climat et de l'environnement (LSCE, CEA/CNRS) (1) en collaboration avec des équipes danoises, islandaises, suisses et américaines. Elles ont révélé que ces changements "abrupts" sont plus importants, pouvant atteindre localement 16°C. Les chercheurs montrent aussi, pour la première fois, que ces variations sont corrélées à une réorganisation saisonnière de la circulation atmosphérique et du cycle de l'eau. L'ensemble de ces résultats ouvre des perspectives pour l'élaboration de modèles climatiques plus performants. Ils font l'objet d'une publication dans la revue Science du vendredi 1er juillet.


Le Groenland vu de l'espace

Les changements climatiques de la dernière période glaciaire étaient, jusque là, évaluées par les variations de la teneur en oxygène 18 (2) de la glace des forages du Groenland (3). Cette méthode conventionnelle a permis d'estimer ces variations à 5 degrés environ en quelques dizaines ou centaines d'années.

Les résultats publiés dans la revue Science, à partir des glaces du forage GRIP, s'appuient sur une méthode originale: l'étude conjointe de l'oxygène 18 et d'un second isotope présent dans la glace, le deutérium (4), dont l'analyse est effectuée au LSCE à Saclay. Cette méthode a l'avantage d'évaluer la température depuis l'évaporation de l'eau à la surface océanique (deutérium) jusqu'à la formation des flocons de neige au Groenland (oxygène 18). Elle a ainsi permis aux chercheurs de corréler les variations climatiques avec une réorganisation de la circulation atmosphérique et du cycle de l'eau dans tout l'hémisphère Nord. Plus précisément, les auteurs ont mis en évidence deux effets particulièrement importants illustrant les capacités de la "machine climatique" à générer des changements climatiques abrupts: les changements, à l'échelle saisonnière, des trajectoires des passages dépressionnaires et ceux du volume de la banquise. Ces variations se produisent en plus des changements de circulation océanique déjà mis en évidence par l'analyse des sédiments marins de l'Atlantique Nord.

Cette nouvelle étude renforce ainsi la nécessité de tenir compte des variations saisonnières des précipitations, très différentes en période glaciaire de celles que nous connaissons actuellement, pour aboutir à une interprétation correcte des enregistrements isotopiques du Groenland.

Ces résultats représentent un défi pour les nouveaux modèles climatiques qui devront intégrer de nouveaux paramètres afin de rendre compte de ces changements climatiques abrupts atteignant 16°C. Ils permettront ainsi une meilleure estimation du risque d'évènements abrupts au cours de l'évolution future du climat.

(1) Ces travaux ont aussi reçu le soutien de l'IPEV (Institut français Paul-Emile Victor) et du Programme national d'étude de la dynamique du climat piloté par l'Institut national des sciences de l'univers du CNRS.
(2) La teneur en oxygène 18 permet d'évaluer la température au Groenland au moment où la neige s'est formée.
(3) Forages de GRIP, GISP2 et North GRIP (Greenland Ice Core Project).
(4) Le deutérium est un isotope de l'hydrogène. La combinaison de l'oxygène 18 et du deutérium permet d'évaluer la température à la surface de l'océan au moment ou l'eau s'est évaporée.


Source: CNRS
Illustration: NASA

http://www.techno-science.net/?onglet=news&news=1518


Reply with quote
Back to top
Publicité






PostPosted: 08/07/2005 09:56:53
PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    NousNeSommesPasSeuls Forum Index -> BIENVENUE -> Actualité mondiale et découvertes -> Sciences -> Actualité All times are GMT + 1 Hour
Page 1 of 1

 
Jump to:  

 
Index | Create a forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Conditions générales d'utilisation
Template Boogie by Soso
Powered by phpBB © 2001, 2019 phpBB Group